Version imprimable du sujet

Cliquez ici pour voir ce sujet dans son format original

Forums Metalorgie _ Cinéma, Films, Séries, Anime, Nanars, ... _ Les Films De Barjo

Écrit par : Garik 27.04.2008 - 13:18

J'ouvre ce topic pour le consacrer à un genre de film que personnellement j'adore depuis que j'ai vu Takeshi's et Las Vegas Parano.
Bien sur , ce n'est pas un genre comme le polar , le drame ect...mais je me réfère plutôt à l'ambiance assez barré de ce type de film. Entre le film engagé / conceptuel / experimental fait dans un but de choquer / réveiller / bousculer le spectateur et/ou ses idées et le cinema plus traditionnel, on peut trouver des films à la frange de ces deux mondes qui ont le côté fou de l'un mais en gardant le côté " entertainement " de l'autre.

Mon idée peut sembler relativement artificielle ( elle l'est ) et n'a d'ailleurs pas tellement pour but de lancer un débat sur la nature du cinema , ce qu'il devrait être...mais plutôt de recenser , échanger , discuter , analyser des films totalement génialissime comme Las Vegas Parano , The Big Lebowski , Takeshi's , les clés de bagnole ou encore les films trash soft ou d'exploitation comme les Russ Meyer ( Faster Pussycat , kill ! kill !).

Bref , un cinema fun et furieux , totalement original , sans être forcément inscrit dans une démarche artistique ou intellectuel.

à vous les studios.

EDIT : évidemment , il est aussi encouragé de ne pas se tenir à cette stricte définition et de déborder dans d'autres sphères cinématographiques , vendu, nanaresque, masturbatoire ou coincé du cul quel qu'il soit.

Écrit par : Kilmünster 27.04.2008 - 13:30

Rha très bonne initiative Garik !

J'suis un grand fan de Las Vegas Parano et de The Big Lebowski.
J'me suis jamais trop penché sur ce "genre" cinématographique; toutes les nouvelles découvertes seront les bienvenus !

Ah oui tiens. Il y a un film dont on me parle souvent: Crash de (David ?) Cronenberg. J'ai regardé 5min, l'ambiance m'a parue vachement glauque et les scènes de copulation ont l'air plus que nombreuses.

J'ai jamais pris le temps, ni eu le gout de le regarder donc si vous connaissez ce film, vos critiques m'intéressent.

Écrit par : Gaou-Guinou 27.04.2008 - 13:30

ichi the killer

Écrit par : VaZKeizH 27.04.2008 - 13:42

Dans les années 70 il y a eu ce qu'on appelait les midnight movies, appelé ainsi car ils étaient diffusés dans les salles aux environ de minuit (qui l'eut cru ?) pour un public jeune et défoncé. Les films étaient en général complètement barrés et les réalisateurs pouvaient complètement se lâcher.

On peut citer en vrac :

- Fando y Lis, El Topo, The holy Mountain de Alejandro Jodorowsky. Des films tournant autour des thèmes de la quête de soi, des voyages initiatiques, du sacré, du tarot, et des nains manchots et culs de jattes.
- The Rocky Horror Picture Show. Comédie musicale culte complètement folle avec un jeune couple américain qui se retrouve dans un chateau rempli de vampires gays et dont le maitre des lieux (transsexuel) se prend pour le docteur Frankenstein.
- Multiple Maniacs (que je n'ai pas encore vu), Pink Flamingos, de John Waters. Le second traite d'une "femme" revendiquant fièrement le titre de personne la plus crade de la Terre. Le film montre de la scatophagie (réelle !), des pervers de tous poils, du sexe incestueux, du viol, tout ça dans une ambiance joyeuse et délurée.

Écrit par : Gaou-Guinou 27.04.2008 - 13:48

the rocky horror picture show c'est juste genial

Écrit par : Kilmünster 27.04.2008 - 14:01

Rho ça à l'air génial ce que tu proposes VaZKeizH ! j'vais me pencher la dessus.

@ Gaou: ichi the killer; tu pourrais développer un peu ?

Écrit par : yoda_superstar 27.04.2008 - 14:12

Rocky Horror Picture Show c'est mythique, ouais.. =)

Sinon des films de Jodorowsky j'ai que les deux premiers et je dois dire que Fando Y Lis m'a déçu (gonflé même), les symboles utilisés sont ptet plus discrets que dans El Topo (et d'après ce que j'ai compris, que dans La Montagne Sacrée aussi) mais le rythme est chiant, pas juste lent mais chiant.

Pour ce qui est de Crash, c'est un film qui avait vraiment fait scandale en recevant un prix à Cannes (me semble-t-il) et beaucoup de gens avaient taxé ça de snobisme, ce qui est sûrement un peu vrai. Cela dit, ça reste très bon dans l'imagerie Cronenberg, avec cette association de mécanique et d'organique : ici il s'agit d'attirance sexuelle pour les voitures et les accidents qui y sont liés, ce qui donne lieu à des scènes (et dialogues) très ambigus à ce propos. L'image, les plans, rendent particulièrement bien cet aspect-là de l'histoire.

Après y a des tas de réalisateur qui se sont "spécialisés" dans les films barges, en particulier des Japonais (je m'y attarderai ptet plus tard), du coup y a vraiment de quoi remplir ce joli topic.

Écrit par : Kilmünster 27.04.2008 - 14:36

Merci pour le p'tit topo sur Crash.

Écrit par : VaZKeizH 27.04.2008 - 14:46

Ichi the killer c'est un Takashi Miike c'est ça ?

Je n'ai vu que Ôdishon (a.k.a Audition) de ce réalisateur, qui est d'ailleurs bien spécial dans son genre et que j'avais pas mal apprécié. Je crois que je m'en vais étendre mes recherches sur ce gars d'ici peu.

Écrit par : SlayHunter 27.04.2008 - 15:03

+1 pour Ichi the Killer. C'est un énorme délire tout en restant très réussi pour ce qui est des critères plus "conventionnels" (photographie, etc...).
Tant qu'on parle de Takashi Miike on peut aussi citer Audition qui a clairement été réalisé dans la volonté de choquer (le rythme est lent pendant les trois quarts du film pour mieux nous envoyer la dernière scène dans la tronche, j'ai particulièrement aimé ^^)
Bien sûr y a El Topo avec son lot de symboles barrés mais qui rentre dans cette catégorie aussi parce que c'est l'histoire d'une quête intérieure, ce qui contraste vachement avec la grande violence du film et appuie l'ambiance tarée.

Sinon j'avais entendu parler d'un film de Cronenberg dans lequel un mec tombe sur une chaîne de télévision qui retransmet des sévices en tout genre. Quelqu'un en connaît le titre ?

Écrit par : mich 27.04.2008 - 15:10

dans la filmo de Miike ya la trilogie Dead or alive: 3 films de malades, quand même.

Puis John landis et son hamburger film sandwich: pleins de scénettes totalement loufoques. Un film de référence, puisque le principe a été reprit par toutes les troupes de comiques: les nuls, les inconnus, pi plein d'autres. Ce film mérite d'être vu.

Taxidermie: un film hongrois, racontant l'histoire de trois générations d'un même famille. Barge bien entendu. A voir aussi, car c'est barjo, bien foutu et dès fois un peu gerbant.

Pi les films des Monty Python: Sacré Graal et le sens de la vie: deux films barjo, le sens de la vie même plus.

Écrit par : Gaou-Guinou 27.04.2008 - 15:26

CITATION(SlayHunter @ 27.04.2008 - 16:03) *
Sinon j'avais entendu parler d'un film de Cronenberg dans lequel un mec tombe sur une chaîne de télévision qui retransmet des sévices en tout genre. Quelqu'un en connaît le titre ?



Videodrome



Sinon ichi the killer c'est un film de Miike oui, le fou filmant japonais qui tourne en moyenne 5 films par ans.
La c'est l'histoire du Boss Anjo, chef de gang yakuza, qui disparait. Son lieutenant Kakihara part à sa recherche et decouvre qu'il aurait été tué par Ichi, un tueur brutal et sadique.
En realité, Kakihara cherche à tout prix à retrouver le boss car seul lui arrive à lui infliger la douleur qui le mene à l'orgasme (oui, Kakihara est masochiste)...et ichi est un jeune homme à moitié autiste, traumatisé par le viol collectif auquel il a assisté dans son enfance. Il est manipulé par un vieux bonhomme qui le persuade que les hommes qu'il le fait tuer sont les brutes qui le maltraitaient à l'ecole et qui ont violé la jeune fille.


bref un joli cocktail sanglant, sexuel, sadique, brutal....un gros délire trash et gore ou l'exces permanent provoque souvent un fou rire (jaune)

Écrit par : buckfutter 27.04.2008 - 16:47

Candy de Christian Marquand, une version erotico-nanar de Candide. Pour simplifier, Candy, une jeune ingenue, se fait sauter par tous ceux qu'elle rencontre. Ce que j'aime dans ce film, c'est qu'il demontre qu'un acteur n'est qu'un acteur. Meme si il est starifie, c'est pas lui qui fait la qualite du film.
Au casting: Marlon Brando, James Coburn, Walter Matthau, Richard Burton, John Huston, Charles Aznavour, Ringo Starr.

Écrit par : Garik 27.04.2008 - 17:51

CITATION(buckfutter @ 27.04.2008 - 17:47) *
Candy de Christian Marquand, une version erotico-nanar de Candide. Pour simplifier, Candy, une jeune ingenue, se fait sauter par tous ceux qu'elle rencontre. Ce que j'aime dans ce film, c'est qu'il demontre qu'un acteur n'est qu'un acteur. Meme si il est starifie, c'est pas lui qui fait la qualite du film.
Au casting: Marlon Brando, James Coburn, Walter Matthau, Richard Burton, John Huston, Charles Aznavour,Ringo Starr.


C'est une blague ?

Sinon je remarque takeshis' n'a pas fait tilter grand monde donc je me lance :

Takeshis' est ,comme son nom l'indique, un film sur Takeshi Kitano. Mais de et avec taskeshi kitano.

Le film présente deux personnages : Beat Takeshi ( kitano lui-même ) et Mr.Kitano ( joué aussi par kitano) , un gérant de superette désinvolte et triste qui tente desespérement de devenir acteur malgré ses pitoyables performances, poussé par sa ressemblance avec Beatk Takeshi's.

Les deux personnages se rencontrent au début du film , pour ensuite suivre Mr.Kitano , loser pathétique et à partir de là c'est le bordel. La narration se meut en une narration en poupée russe : on passe de la réalité aux rêves et fantasmes de réussite ou vengeur de Mr.Kitano et aux rêves qu'il fait dans ses rêves ,mais on ne s'en rend compte que lorsqu'on revient à la réalité. Au bout d'un moment , on croit être revenu à la réalité pour de bon mais le film devient encore plus surréaliste , sans qu'il y ai de retour à la réalité.
Dans ce film , tout les personnages ont deux facettes : l'entourage de beat takeshi ( pour la plupart ses employés ) sur lequel il l'ascendant se transpose dans le monde Mr.Kitano où là c'est eux qui ont l'ascendant. Tout s'inverse dans ce film en 3 fois : quand on est avec Beat Takeshi, au moment où on passe Beat Takeshi à Mr.Kitano et quand Mr Kitano se venge ( à partir de ce moment c'est vraiment un bordel monstre et surréaliste).

Ce film a un potentiel de scènes folle et parfois psyché qui sont vraiment unique , et à des moments s'ajuste des scènes reprenant quelques motifs du film mais qui n'ont absolument rien à voir avec l'intrigue. Un vrai film de fou à voir.

Écrit par : mich 27.04.2008 - 18:43

d'une manière générale, les films de Takeshi Kitano sont barjes: ya qu'a voir Violent cop

Écrit par : yoda_superstar 27.04.2008 - 19:01

Mouais j'aurais pas cité Takeshi Kitano comme représentant du ciné barge (exception faite de Takeshi's qui en tient une sacrée couche^^), y a d'autres Japonais qui endossent beaucoup mieux dans ce rôle à commencer par Miike..

Sinon je plussoie Taxidermie, les films hongrois s'exportent très mal mais ils sont souvent pas mauvais du tout..

Et le chef-d'oeuvre super barge de Cronenberg, c'est Naked Lunch point barre. =)

Écrit par : mich 27.04.2008 - 19:05

je le cite pas en représentant du barje, mais grosso modo, ses films ont tous un côté barje.

Si tu as d'autres films hongrois, je prends.

Écrit par : yoda_superstar 27.04.2008 - 19:09

Bah le film hongrois que je conseille un peu à tout le monde, c'est Werckmeister Harmoniak de Béla Tarr, un film très lent en noir et blanc (donc un film de gros snob qui pue du cul mais j'assume) basé sur la venue d'une baleine dans un village hongrois. J'en dis pas plus, mais ça parle aussi musicologie d'où le titre.

Pour l'anecdote, Béla Tarr a aussi réalisé Satantango, film qui dure 7h30 et une version de McBeth constituée de deux plans (un de 5mn et un de 67mn)..^^

Écrit par : mich 27.04.2008 - 19:13

je note. ta description me donne envie.

un films barje, plus "horreur", marrant: the devil's reject de Rob Zombie. un concentré des films d'horreur 70/80'. Humour grinçant, psycho de taré, musique au poil: bref, jouissance

Écrit par : VaZKeizH 27.04.2008 - 20:30

Werckmeister Harmoniak ça n'avait pas valu un screenshot qui avait duré un mois ?

Sinon la mule est lancée au galop là.

Écrit par : yoda_superstar 27.04.2008 - 22:25

Si, celui où on voit un mec qui fait face à un oeil (de baleine, donc).. =)

Écrit par : yoda_superstar 27.04.2008 - 23:28

Bon, petite session japonaise d'une plus grosse session de films que je me suis fait assez récemment (et que je n'ai pas terminée). Je fais volontairement l'impasse sur les films de Miike et Tsukamoto qui sont plutôt très connus, donc voilà plutôt (et je commence bien sûr avec un Miike, super logique me direz-vous) :


Big Bang Love - Juvenile A (Takashi Miike, 2006)



Nous sommes dans une prison assez étrange, avec des couleurs de rouille, des jaunes éclatants et une lumière parfois tamisée, parfois puissante, mais toujours glauque. Des choses étranges se trament, il y a des tensions relationnelles et sexuelles entre les détenus, un meurtre, des envies d'évasion et pour cela, une énorme pyramide, à moins que ce soit la navette spatiale? Un décor surréaliste qui accentue l'isolement du bagne. La façon de traiter l'image et les décors mêmes de la prison sont pour le moins originaux, avec donc ces magnifiques couleurs, le tout servi par une mise en scène particulière : répétition de nombreuses fois de nombreuses scènes, vues systématiquement d'un angle différent, avec une chronologie dans le désordre. Une fois passée l'impression d'être largué par ce qui se passe on se fait vite au film qui malgré son rythme très hétérogène et certaines scènes à mon avis dispensables.


Tomato Kecchappu Kôtei (Shuji Terayama, 1970)

(seule image dispo^^)

Alors là attention, on est en 1970 et ça se voit. Le film est une succession de scènes qu'on a parfois du mal à discerner (enfin ce qui s'y passe) du faite de l'affreuse qualité de l'image et du filtre jaunâtre/beigeasse utilisé. A part ça, il s'agit d'un presque-monologue sur l'empereur Tomato Ketchup (cf titre) et sa façon de gouverner le pays. Il s'agit d'un discours d'adulte mais tourné de manière très infantile (une grosse place à l'enfance et à ses symboles dans ce film), comme pour un pays imaginaire inventé par un gamin perturbé. Le film est plutôt court mais on peut facilement s'endormir devant (j'ai dû lutter).


Marebito (Takashi Shimizu, 2004)



Après avoir filmé l'auto-mutilation d'un homme (un couteau dans l'oeil) par un hasard total, Masuoka (le protagoniste) est de plus en plus obsédé par ce fait divers et retourne sur les lieux du suicide. Là-bas il s'enfonce dans les souterrains secrets de Tokyo et plus tard, après avoir discuté des mythes de mondes souterrains (de manière fort intéressante), dans un monde assez étrange constitué de roches, de talus, de cavernes ; cavernes au creux d'une desquelles il découvre une jeune femme nue qu'il décide de ramener chez lui tant elle semble en détresse. Et là commence l'étrange : la jeune femme s'avère être muette et ne mange ni ne boit rien excepté.. du sang. Pour le reste, tout un tas de choses arrivent à Masuoka, beaucoup trop même, si bien qu'on se demande si le réalisateur ne voulait pas faire 4 ou 5 films, mais que -faute de budget- il n'a pu en tourner qu'un seul. Mis à part ce côté un peu fourre-tout (mondes souterrains, androïdes, extra-terrestres, meurtres d'adolescentes ; tout y passe) le film est très regardable voire parfois très bon avec des situations assez tendues et parfaitement rendues malgré le petit budget. De plus la performance d'acteur est plus que correcte et le côté un peu crade de l'image rajoute quelque chose à l'ambiance. Une réussite, malgré un scénario trop gourmand.


Pinocchio 964 (Shojin Fukui, 1992)



Voilà un film barré, très barré. Nous sommes apparemment dans un futur assez moche, gris, terne où les relations humaines sont encore plus artificielles. Et pour cause, une entreprise met au service de ces dames des androïdes mâles destinés à assouvir leur(s) fantasme(s). Mais suite à un défaut de fonctionnement l'article numéro 964 se retrouve perdu, en plein milieu de ce qui semble être Tokyo, cherchant désespérément une issue. Il est alors recueilli par Himiko, une jeune punkette (ou pas loin) qui vit définitivement dans son monde ; elle tente alors de lui enseigner des rudiments de japonais et de lui organiser une vie plus "humaine". Mais c'est sans compter sur l'entreprise maléfique (haha) qui veut remettre la main sur son esclave défectueux. Difficile de dire finalement si ce film est bien ou pas. Il s'agit juste d'un gros moment barré pendant environ 1h30 et on se laisse porter par la folie de la chose, même si on reste partagé entre rire (du ridicule du film tout de même), incompréhension et emmerdement parfois (les diverses scènes où Himiko essaie d'apprendre son nom à Pinocchio, entre autres). Bon, la fin est drôle, indéniablement.


Survive Style 5+ (Gen Sekiguchi, 2004)



Film totalement fou (encore un !!). On est très loin de l'univers sombre et malsain de bien des films barrés japonais, au profit d'une ambiance beaucoup plus rock n' roll et colorée, mais la folie est très certainement là. Que ce soit le personnge de (l'excellent) Tadanobu Asano qui revit encore la même scène douloureuse, celui de Vinnie Jones (!! (acteur anglais que l'on voit dans Snatch, entre autres)) avec son traducteur photographe horripilant, celui de l'hypnotiseur complètement barge et très classe, celui des trois voleurs pitoyables, celui de la famille Kobayashi et bien sûr celui Kyôko Koyzumi qui fait une publicitaire aux idées baroques. C'est frais, c'est joli à regarder, on se poile pas mal même et ça sort totalement des codes des films japonais ET des films occidentaux pour donner quelque chose d'assez unique. Bravo.


Bon c'est tout pour aujourd'hui les amis.

Écrit par : mich 27.04.2008 - 23:38

hop, la mule est en marche.

Tout ça a l'air pas mal.

Écrit par : Grum Lee 28.04.2008 - 08:02

vous avez oublié le film le plus barjot de l'histoire :

Le Magicien d'Oz =)

http://www.lux-valence.com/image/img/mediafilms/oz01.jpg


Sinon j'avais particulièrement apprécié le film Polyester de John Waters, film en odorama
la première fois que je l'ai vu, c'était sur Canal + et ils avaient mis dans leur magazine l'encart spécial avec les pastilles odorantes numérotées à gratter pendant le film quand le numéro apparaissait à l'écran...
Grandiose, surtout quand tu commences à gratter une case, que le perso à l'écran lache une grosse caisse et que t'as le doigt qui pue la merde laugh.gif

Écrit par : Bacteries 28.04.2008 - 10:20

Je rajouterais bien pour le coté barjot asiatique des films plus "fun" peut être que ceux mis par Yoda :


Resurrection of the Little Match Girl
La petite fille aux allumettes, façon MTV / matrix, survitaminé, abusé et gavé aux jeux vidéos.


Save The Green Planet
Un film euh... d'horreur/comédie/SF/romantique/... Un mélange de style fou, on ne sait pas sur quel pied danser, mais réussite à chaque fois.


Tears Of The Black Tiger
Western thailandais, récent mais avec un rendu genre "re colorisé à l'arrache". Y'a même un passage à la Rambo...

Écrit par : Gaou-Guinou 28.04.2008 - 10:34

Save The Green Planet c'est juste genial, tant dans le coté délirant que dans le melange de genre et la manipulation du spectateur dont la pitié et la compassion ne cessent de changer de camps (un peu comme dans Hard Candy) mais avec des kway en sacs poubelles

Écrit par : Sickness 28.04.2008 - 15:18

quelqu'un pour parler de Alex De La Iglesia ? je n'ai pas vu beaucoup de ses films, et je pense qu'il y a mieux que moi pour en parler.

Écrit par : yoda_superstar 28.04.2008 - 16:52

Ok, j'essaie de m'y mettre, on va procéder par ordre chronologique (et seulement les films que j'ai vus, cela va sans dire) :

Accion Mutante (1993)

(je me rappelle plus d'une telle image mais passons)

Le premier long-métrage de Alex De La Iglesia et aussi le plus délirant. En gros on est dans le futur, les gens "beaux" gouvernent et imposent leur loi aux autres. Mais il y a un groupe de terroristes constitués exclusivement de freaks qui sévit pour se faire entendre. Le film est très kitsch, surtout dans les décors pseudo-futuriste, mais ça le fait au milieu de la folie ambiante avec ses situations improbables, ses fausses pubs... Haha, ce film.



El Dia De La Bestia (1995)



Un curé découvre, par un tas de calculs plus ou moins crédibles, que l'antéchrist naîtra à Madrid le soir de noël. Il s'attèle donc à le retrouver et pour cela va (entre autres choses) chez un disquaire spécialisé metal/hard où il rencontre un fan de cette musique avec qui il se lie plus ou moins d'amitié. Le film ressemble à un parcours d'orientation dans Madrid, allant de point en point à mesure que les indices s'amassent pour enfin découvrir et déjouer les plans de l'anté-christ. Cela donne lieu à des situations vraiment marrantes, Santiago Segura et Alex Angulo sont nickel, bien paumés tous les deux.



Perdita Durango (1997)



On change ici complètement de décor puisqu'on se trouve entre les Etats-Unis et le Mexique, où Javier Bardem incarne un criminel qui met en scène des sacrifices et rites vaudous pour les touristes. Mais c'est quand même un criminel donc il est engagé pour descendre un bonhomme et par chance il rencontre Perdita Durango qui va l'aider dans sa tâche. Le film est plutôt pas mal, ça se laisse regarder facilement même si certaines scènes sont plutôt grossières (dans le sens "un peu too much") dans leur déroulement.



Muertos De Risa (1999)

Là, on est de retour en Espagne où l'on suit l'histoire d'un duo comique (fictif a priori), Nino y Bruno, devenu ultra populaire au fil des années. Là encore Santiago Segura incarne parfaitement son rôle (totalement différent de celui de El Dia De La Bestia) dans lequel on retrouve toutes les dérives que peut supposer le succès, surtout dans un duo où l'un essaie systématiquement de prendre le dessus sur l'autre, et ce toujours plus dans l'extrême. Une narration très bien faite, et une descente aux enfers bien retranscrite. Un très bon film quoi.


La Comunidad (2000)

Julia (incarnée par Carmen Maura, une habituée des films d'Almodovar) travaille pour une agence immobilière -elle fait visiter des appartements. Un jour, dans un appartement ayant appartenu à un vieil homme (mort alors), Julia découvre une énorme somme d'argent. C'est alors qu'elle va découvrir un peu mieux la voisinage de l'immeuble qui va subitement vouloir l'approcher de plus en plus. C'est le premier film de Alex De La Iglesia que j'ai vu (au cinéma, quand il est sorti) donc mes souvenirs sont assez flous, si ce n'est que c'est une grosse tranche de poilade et ça rappelle par certains aspects les premiers Almodovar (Laberinto De Pasiones, La Ley Del Deseo) le côté cul en moins.


El Crimen Ferpecto (2004)



Rafael est un vendeur totalement macho dans un grand magasin espagnol (style Galeries Lafayette) ; il multiplie les aventures avec les employées et compte devenir le meilleur vendeur du magasin. Mais son concurrent fait tout pour le pousser à bout, jusqu'au jour où Rafael le tue plus ou moins par accident. Il arrive à en faire le crime parfait... ou pas, puisqu'une des employées (la plus moche, et la seule qu'il n'ait jamais touchée) est témoin de la scène... Un très bon film encore une fois, qui change pas trop du genre auquel le réalisateur nous a habitués.


The Oxford Murders (2008)



Là par contre ça change, ça ne parle plus espagnol, il n'y a plus les acteurs fétiches de De La Iglesia, non. On est à Oxford donc, en compagnie de Elijah Wood qui incarne un étudiant brillant en mathématiques venu des Etats-Unis pour rencontrer son modèle, le professeur Arthur Seldom (John Hurt). Mais peu de temps après son arrivée, dans la maison même où il est hébergé survient un meurtre. Tatataaaam (c'était les cuivres pour intimer le suspens). Bon film dans l'ensemble, mais avec pas mal de situations too much là aussi et quelques incohérences ; de plus certains moments sont prévisibles. Mais rien que pour la présence de Leonor Watling on pardonnera.





Écrit par : ridurand 28.04.2008 - 17:05

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=29252.html

Lors de son voyage de noces à Paris avec son épouse June, Shane Brown, un chercheur américain, part retrouver son ami Léo, un médecin français susceptible de le soulager d'un mal étrange. Synopsis allocine moisi... ahah mais quel mal étrange ! Faut être complètement disjoncté pour pondre un film comme ça, perso je n'ai pas du tout aimé.


Écrit par : SlayHunter 28.04.2008 - 19:57

CITATION(yoda_superstar @ 28.04.2008 - 17:52) *
La Comunidad (2000)

Julia (incarnée par Carmen Maura, une habituée des films d'Almodovar) travaille pour une agence immobilière -elle fait visiter des appartements. Un jour, dans un appartement ayant appartenu à un vieil homme (mort alors), Julia découvre une énorme somme d'argent. C'est alors qu'elle va découvrir un peu mieux la voisinage de l'immeuble qui va subitement vouloir l'approcher de plus en plus. C'est le premier film de Alex De La Iglesia que j'ai vu (au cinéma, quand il est sorti) donc mes souvenirs sont assez flous, si ce n'est que c'est une grosse tranche de poilade et ça rappelle par certains aspects les premiers Almodovar (Laberinto De Pasiones, La Ley Del Deseo) le côté cul en moins.


C'est pas celui dans lequel un des-dits voisins se prend pour Dark Vador ? ^^ Si c'est le cas je l'ai aussi vu il y a longtemps et j'en garde un agréable souvenir (beaucoup de poilade en effet).

Écrit par : yoda_superstar 28.04.2008 - 20:14

C'est bien celui-là en effet !! =)

Sans oublier la scène de masturbation déguisé dans en Dark Vador justement !!

Écrit par : J.Herer 29.04.2008 - 11:52

Un bon film de barjo ou de foncedé...

Le festin nu de David Cronenberg



Vu sur Arte il y a longtemps, film très étrange, inexplicable, truffé de délires psyché... Faudrait vraiment que je rejette un oeil dessus !

Punishment Park de Peter Watkins



Tourné comme un documentaire, une équipe de télé est autorisé à filmer le punishment park. Dans le désert californien sont organisés des procès où la seul issue est la mort ou punishment park. Contre la promesse de la liberté, des condamnés doivent aller chercher un drapeau américain, bien sur la police les pourchasse.
Le film est très interessant, car tourné en 1970, il reflete toute l'idéologie contestataire de l'amérique contre le vietnam, d'ailleurs le film resta trente ans sans aucune diffusion sur les écrans de cinéma ou de télé aux USA. Perso je l'ai vu sur Arte.
Le film suit deux groupes l'un est condamnés dans le punishment park et l'autre est en procès, sur ce dernier on voit un pseudo proces où sont réunis dans le box des accusés la gauche américaine anti vietnam et face à eux, en tant que juge la droite américaine pro vietnam. Autant dire que le jugement n'est pas impartiate, puisque ce sera la mort ou punishment park, et la mort est peut etre plus douce que punishment park.
Le film traite ouvertement les Etats Unis comme un pays fasciste et totalitaire.

Écrit par : Gaou-Guinou 29.04.2008 - 12:20

je ne pense pas que Punishment Park (tu as fait quelques erreurs dans la description d'ailleurs) rentre dans le concept du topic. C'est pas un film fou/barge/taré mais un brulot subversif et contestataire au discours tres serieux

Écrit par : yoda_superstar 29.04.2008 - 12:23

Naked Lunch c'est un des meilleurs films qu'il m'a été donné de voir.. mais je l'ai déjà dit à la page précédente, je crois.

Écrit par : Sickness 29.04.2008 - 12:48

merci yoda pour le descriptif, c'est parfait ! \o/

Écrit par : ridurand 29.04.2008 - 14:02

En tout cas le premier de JH, rien que le screen et le fait que ça soit Cronenberg qui fait pourtant des films avec une trame de fond un minimum sérieuse en général m'intrigue, m'enfin ya pas que lui, le Accion Mutante où les gens "beaux" gouvernent lol quoi

Écrit par : Sickness 29.04.2008 - 14:56

une description d'un des malfrats dans Accion Mutante qui m'avait fait hurlé de rire :
Nain, bossu, juif, franc-maçon, communiste et présumé homosexuel ...

Écrit par : Garik 29.04.2008 - 17:16

CITATION(Gaou-Guinou @ 29.04.2008 - 13:20) *
je ne pense pas que Punishment Park (tu as fait quelques erreurs dans la description d'ailleurs) rentre dans le concept du topic. C'est pas un film fou/barge/taré mais un brulot subversif et contestataire au discours tres serieux


Bah l'avantage du genre de film dont je veux qu'on parle dans ce topic c'est que leurs formes loufoques sont souvent tributaires d'une reflexion / idéaux , donc si ce film reste barré , il rentre.

Bien sur , les films plus gratuit ( genre the big lebowski ) sont également bienvenus.

Écrit par : mich 29.04.2008 - 17:21

fin dans son domaine the big lebowski est assez unique. parce qu'il est ni trop absurde, ni trop loufoque, ni trop barré. il est déconcertant, certes, mais il a cette particularité d'être simple dans le barje.

Écrit par : ridurand 29.04.2008 - 17:38

Dans le genre débile, ya un film avec Dupontel : Serial Lover

Directrice des 'Editions dangereuses', Claire Doste va bientôt fêter ses 35 ans. Elle aimerait vivre le grand amour, mais son problème est qu'elle en a trois, tous brillants et intelligents… Pour les départager, elle décide d'organiser un dîner en les invitant ensemble. Mais un accident est si vite arrivé...


Écrit par : Grum Lee 30.04.2008 - 08:10

Personne pour parler du Dogme 95 ?

Les Idiots de Lars Van Trier notamment, je pense qu'il a sa place dans ce topic, ce film...

Écrit par : yoda_superstar 30.04.2008 - 08:46

Arf faudrait que je le vois les Idiots.. en revanche j'ai vu Festen de Thomas Vinterberg, Lovers de Jean-Marc Barr et Julien Donkey-Boy de Harmony Korine.

Le premier (et #1 de la série) est très bien foutu, met bien mal à l'aise. Le deuxième (et #5) est bien sympa, mais plutôt conventionnel. Le dernier que j'ai cité (et #6) est, lui, complétement barge, comme tous les films d'Harmony Korine d'ailleurs (c'est lui qui a fait Gummo, pour ceux qui l'ont vu).

Mais bon y en a une trentaine de Dogmes, donc.. faudrait faire un topic spécial.^^


Après vérification, y en a 50..

Écrit par : Grum Lee 30.04.2008 - 09:52

Festen c'est un chef d'oeuvre, mais il n'aurait pas la place dans ce topic je pense...

par contre, les Idiots si, ça doit être un des films que j'ai vu le plus de fois : un groupe de gens habitent ensemble dans une sorte de foyer d'accueil de handicapés mentaux, sauf qu'ils sont tous "normaux", et ils se font passer tour à tour pour des personnes de l'encadrement, ou pour des handicapés hébergés dans le foyer...
c'est complétement scotchant, il y a des scènes folles (je ne dis rien de plus pour ne pas spoiler inutilement), les acteurs sont incroyables, et le "dogme" rajoute un coté réaliste à la chose qui achève le tout

vraiment un film à voir

Écrit par : Sickness 30.04.2008 - 12:38

je l'avais vu il y a un bon moment (encore jeune idiot adolescent à l'époque) et, même s'il ne m'avait pas scotché, m'avait quand même bien interpelé. il y en effet des scènes incroyables dans ce films ...

Écrit par : KrollandeTeam 30.04.2008 - 13:22

Les Idiots je l'ai vu y a bien longtemps puis je crois que j'avais pas tout capté, mais j'ai des bribes de souvenir va falloir que je le revisionne.

Écrit par : Bacteries 30.04.2008 - 13:41

CITATION(ridurand @ 29.04.2008 - 15:02) *
En tout cas le premier de JH, rien que le screen et le fait que ça soit Cronenberg qui fait pourtant des films avec une trame de fond un minimum sérieuse en général m'intrigue, m'enfin ya pas que lui, le Accion Mutante où les gens "beaux" gouvernent lol quoi

Et c'est surtout l'adaptation de Festin Nu de William Burroughs, un des papes de la beat generation.

Écrit par : yoda_superstar 30.04.2008 - 17:25

Très libre l'adaptation d'ailleurs..^^

N'empêche deux chefs-d'oeuvres qui ne sont pas dans le cadre d'une adaptation à la lettre finalement et sous le même titre, c'est pas mal..

Écrit par : VaZKeizH 04.05.2008 - 18:13

J'ai vu au début de l'année un film de Roy Andersson, Sånger från andra våningen, ou en français chansons du deuxième étage. Le film est assez chelou, succession de longs plans montrant des tranches de vies toutes plus bizarres les unes que les autres, à priori sans grand rapport les unes par rapport aux autres. C'est vraiment à voir, moi en tout cas j'ai bien aimé.
Le gars a sorti un film l'année dernière, Nous, les vivants, que je n'ai malheureusement pas encore eu l'occasion de voir. Si quelqu'un pouvait donner ses impressions...







HS : Yoda, j'aimerais bien savoir comment tu as fait pour trouver mon screen de La montagne sacrée dans le jeu du screenshot sans même avoir vu le film...

Écrit par : yoda_superstar 04.05.2008 - 19:42

Je fais comme pour les blind tests, je triche (eh ouais y a la réponse au dos du paquet)..

Écrit par : Sickness 05.05.2008 - 15:14

QUOTE(VaZKeizH @ 04.05.2008 - 19:13) *
J'ai vu au début de l'année un film de Roy Andersson, Sånger från andra våningen, ou en français chansons du deuxième étage. Le film est assez chelou, succession de longs plans montrant des tranches de vies toutes plus bizarres les unes que les autres, à priori sans grand rapport les unes par rapport aux autres. C'est vraiment à voir, moi en tout cas j'ai bien aimé.

ah, encore un film dans ma liste d'attente. le trailer m'avait interpelé, je ne l'ai toujours pas regardé ...

Écrit par : VaZKeizH 11.12.2008 - 20:54

Le site denofgeek a publié un classement des http://www.denofgeek.com/movies/164360/drugged_the_top_50_trips_in_movies.html. Je n'ai pas encore étudié ça bien en détails mais il y en a pas mal qui donnent envie de voir le film en tout cas.

Écrit par : yoda_superstar 11.12.2008 - 21:18

Ah ben j'ai vu quasiment tous les films du top 10, par contre dans les 40 autres il m'en manque plein !!

Écrit par : VaZKeizH 11.12.2008 - 21:32

Ah, dans le top 10 il me manque Altered State. Performance je l'ai vu une fois sur Arté mais énorme galère pour le chopper sinon.

Écrit par : Grumö 13.12.2008 - 13:27

j'ai enfin vu Barton Fink hier soir... bien trippant également !

dommage que The Big Lebowski soit pas premier du classement...
j'ai vu Rosemary's Baby il y a fort longtemps, je me rappelle pas du tout du côté "trip"

Écrit par : SlayHunter 13.12.2008 - 13:48

Le classement de denofgeek.com m'a rappelé que les spots anti-drogues ont leur dose de séquences barjo (Reefer Madness surtout, c'est assez surprenant quand on sait qu'il date de la moitié des années trente).

Écrit par : VaZKeizH 13.12.2008 - 13:56

CITATION(Grumö @ 13.12.2008 - 13:27) *
j'ai vu Rosemary's Baby il y a fort longtemps, je me rappelle pas du tout du côté "trip"

Bah en fait on peut voir tout le film comme un trip de Polanski à lui tout seul.
C'est sur que dans le classement il n'y a que cette scène qui mérite de figurer, mais reste que tout le film est délicieusement irréel, avec les voisins tarés, Rosemary qui devient à moitié folle, la conspiration satanique autour d'elle, et tout ça dirigé de main de maître par monsieur Polanski.
Pour moi ce film marque vraiment son apogée, avec Le locataire.

Écrit par : Neocreed 01.02.2009 - 01:23

bon je déterre le thread mais c'est pas grave. Alors les movie geek, faut qu'on parle, je dois mater quoi de Kenneth Anger? et de Derek Jarman?


merci bien

Écrit par : yoda_superstar 01.02.2009 - 11:07

Comme ça là je dirais Scorpio Rising et Invocation Of My Demon Brother, mais ça fait un moment que je les ai pas vus, donc j'aurais du mal à faire une description poussée.

J'en ai vu d'autres mais ceux-là sont les plus marquants.

Ah et Derek Jarman, aucune idée.

Écrit par : VaZKeizH 09.05.2011 - 11:03

Je profite actuellement de 2 semaines d'intercontrat pour être payé à rester chez moi et parfaire ma culture WTF :

House, 1977
Ça commence d'une façon outrageusement kitch, avec un groupe de lycéennes type club des 5, friends for life avec chacune leur particularité (l'élégante, la gourmande, la sportive, etc) qui se retrouvent à aller passer quelques jour dans la maison de la tante d'une d'entre elles. Les images floutées, les décors gravement cul-culs, les dialogues fleurs bleues sont risibles au possible et tellement dégoulinants de partout qu'on se doute bien que c'est volontaire.
Elles arrivent ensuite dans le domaine isolé, avec la tante gentille comme tout (mais le spectateur habitué à ce genre de joutes se doute bien qu'il se trame quelque chose de pas net), et le ton change : On rentre dans un film d'horreur, vague mélange du magicien d'Oz et de Jess Franco, avec des exécutions perpétrées dans le sang, servies par des effets spéciaux aussi cheaps qu’hilarants, dans une grande tradition de n'importe quoi japonais.
La dernière demi heure atteint son paroxysme de WTFisme débiloïde.
J'ai beaucoup aimé.
http://www.youtube.com/watch?v=H0NWIxl2VJk

Marquis, 1989
Non contents d'avoir traumatisés toute une jeunesse avec Téléchat, Roland Topor et Henri Xhonneux sont également responsables de ce méfait. Marquis raconte l'emprisonnement du Marquis de Sade à la Bastille, dans un mélange d'interprétations historiques assez libres sur le Marquis et la période pré révolution française, d'écrits du Marquis et de fiction, avec toujours ces masques atroces. Petit détail, Le sexe du Marquis est un personnage à part entière, avec qui il prend plaisir à discuter de choses et d'autres.
Sous ses aspects vaguement racoleur, Marquis est un film assez intelligent, dont l'intrigue se suit agréablement, avec un parti pris sur le fait que l'homme qui parlait librement de sexualité était au final le moins frustré de tous. Sans entrer dans de grandes considérations philosophiques, on a une introduction intéressante sur la personnalité et les idées du Marquis. Enfin, l'idée de personnifier sa bite donne une perspective sympa sur le conflit que connait l'Homme entre ses pulsions libidineuses et sa raison (Qui gouverne qui ? A chacun de donner sa réponse).
Pour l'anecdote, on notera que l'http://www.denta-backup.com/img2/3/a/7/taxidermie.jpg de Taxidermie est un gros hommage à l'http://www.horreur.net/img/marquis-Henri-Xhonneux-aff.jpg de ce film.
http://www.youtube.com/watch?v=bcc9E_r_wTw

La Coquille et le Clergyman, 1927
Un an avant Un Chien Andalou, ce film de Germaine Dulac serait le tout premier film surréaliste jamais tourné. L'Histoire raconte que sa première au Studio des Ursulines a provoqué un scandale mené par des surréalistes peu inspirés pour l'occasion, parmi lesquels André Breton et Louis Aragon.
Avec le recul et près d'un siècle d'expérimentations cinématographiques de tous poils, le film n'en reste pas moins subversif, une angoisse latente résidant dans ces images souvent inexplicablement dérangeantes. L'intrigue, si toutefois on peut utiliser ce terme ici, est assez indescriptible, mais on n'en est pas moins attiré par ce qui se passe à l'écran et tout se suit naturellement, même sans en comprendre le sens.
Le film est intégralement disponible sur les sites habituels de streaming et ne dure que 30 minutes qui valent franchement le coût.

Écrit par : ridu 09.05.2011 - 11:25

CITATION(VaZKeizH @ 09.05.2011 - 12:03) *
Je profite actuellement de 2 semaines d'intercontrat pour être payé à rester chez moi et parfaire ma culture WTF :

House, 1977
Ça commence d'une façon outrageusement kitch, avec un groupe de lycéennes type club des 5, friends for life avec chacune leur particularité (l'élégante, la gourmande, la sportive, etc) qui se retrouvent à aller passer quelques jour dans la maison de la tante d'une d'entre elles. Les images floutées, les décors gravement cul-culs, les dialogues fleurs bleues sont risibles au possible et tellement dégoulinants de partout qu'on se doute bien que c'est volontaire.
Elles arrivent ensuite dans le domaine isolé, avec la tante gentille comme tout (mais le spectateur habitué à ce genre de joutes se doute bien qu'il se trame quelque chose de pas net), et le ton change : On rentre dans un film d'horreur, vague mélange du magicien d'Oz et de Jess Franco, avec des exécutions perpétrées dans le sang, servies par des effets spéciaux aussi cheaps qu’hilarants, dans une grande tradition de n'importe quoi japonais.
La dernière demi heure atteint son paroxysme de WTFisme débiloïde.
J'ai beaucoup aimé.
http://www.youtube.com/watch?v=H0NWIxl2VJk


'tain c'est bien cool de pouvoir rester en interco chez toi. Dans ma boîte, on te force à venir et à pointer de 9h à 17h, c'est n'imp.

House, c'est mon premier film d'horreur, j'avais même pas 10 ans il a laissé des traces dans mon imagination pendant quelques temps ahah. A l'époque, ma chambre était à côté du grenier et je flippais grave d'y croiser un monstre, ça me ferait tripper de le remettre en perspective aujourd'hui happy.gif J'ai souvenir de trucs bien débiles ouais, un monstre dans le placard, une main qui finit dans les chiottes, des couteaux qui volent...

Écrit par : Sickness 09.05.2011 - 12:22

QUOTE(VaZKeizH @ 09.05.2011 - 12:03) *
House, 1977
Ça commence d'une façon outrageusement kitch, avec un groupe de lycéennes type club des 5, friends for life avec chacune leur particularité (l'élégante, la gourmande, la sportive, etc) qui se retrouvent à aller passer quelques jour dans la maison de la tante d'une d'entre elles. Les images floutées, les décors gravement cul-culs, les dialogues fleurs bleues sont risibles au possible et tellement dégoulinants de partout qu'on se doute bien que c'est volontaire.
Elles arrivent ensuite dans le domaine isolé, avec la tante gentille comme tout (mais le spectateur habitué à ce genre de joutes se doute bien qu'il se trame quelque chose de pas net), et le ton change : On rentre dans un film d'horreur, vague mélange du magicien d'Oz et de Jess Franco, avec des exécutions perpétrées dans le sang, servies par des effets spéciaux aussi cheaps qu’hilarants, dans une grande tradition de n'importe quoi japonais.
La dernière demi heure atteint son paroxysme de WTFisme débiloïde.
J'ai beaucoup aimé.
http://www.youtube.com/watch?v=H0NWIxl2VJk

ooohhh ! ohmy.gif

je me souviens d'avoir vu des extraits notamment une scène avec un chat et une lampe je crois ... faut que je me procure ce chef d’œuvre !

Écrit par : sfeltan 16.05.2012 - 12:47

Dans les films un peu barges:

Dupontel:
- Bernie: Quand il quitte l'orphelinat, Bernie Noël est âgé de trente ans. Il n'a qu'un seul but : connaître ses origines. Commence alors un parcours semé d'embûches pour ce garçon névrosé et déconnecté du monde réel qui va semer le désordre partout où il passera. (source allocine).
Un film vraiment bonard, qqs scenes cultes (la scene ou il est dans le magasin d'electromenager, la scene de l'oiseau, scene entre le pere et la mere

- Enferme dehors: Un SDF trouve un uniforme de flic et le met pour manger dans les cantines de police... (source allocine).
Encore un film bien barre avec Dupontel ou il est question de misere sociale et des derives de notre societe. Vraiment bien

Autre:
- Gregoire Moulin contre l'humanite: Né un vendredi 13 à la clinique Franz Kafka, orphelin quelques heures après sa naissance suite à une regrettable dispute avec ses parents, boxé à l'âge de dix ans par une fillette dont il était éperdument amoureux, élevé par une grand-mère acariâtre et un oncle alcoolique, Grégoire Moulin a pris un mauvais départ. A plus de 35 ans, il mène une sinistre existence en province : il vit toujours chez sa grand-mère, est célibataire de longue date et remplit les modestes fonctions d'employé dans une compagnie d'assurances. Par un dimanche de mai, il décide de monter à Paris. Et le cauchemar commence. (Source allocine)
Bref, un film qui part dans tous les sens, poetique, drole, qui tient en haleine et on espere juste ne pas devenir le looser que le protagniste incarne.



Écrit par : Grey_Matter 25.06.2012 - 15:47

De Dupontel tu as le créateur qui est bien barré également, et son dernier le grand soir avec Poelvoorde est sublime wink.gif

Écrit par : yoda_superstar 25.06.2012 - 17:31

Le Grand Soir a été une déception en ce qui me concerne. L'idée de base est intéressante, les acteurs très bons comme à leur habitude, mais je sentais tout au long du film que ça cherchait la blague par l'absurde sans justement être de l'humour absurde. L'essentiel des ressorts comiques reposent sur les plans fixes qui font rire (ou plutôt vaguement sourire dans ce cas) par malaise. Parfois ça fonctionne (le coup du suicidé sur le manège, Not qui s'excite devant la vitre du restaurant) mais la plupart du temps ça tombe un peu à plat et ça traîne pas mal. C'est un des travers de l'humour par le malaise, c'est que ça fonctionne bien par touches, pas sur tout un film ; pour ceux qui s'y intéressent, on retrouve le même défaut dans la plupart des dessins animés Adult Swim la plupart estampillés Williams Street Studios, par exemple. Par péché d'excès de ce procédé, on en arrive à quelque chose de poussif. Et j'ai également trouvé Brigitte Fontaine surexploitée, alors que juste une apparition/clin d'oeil aurait été sympa, là on se dit juste qu'il faudrait qu'elle raccroche. J'aime bien l'humour Deschiens, mais pas en phase terminale. Bon, après j'ai quand même pas détesté le film non plus, il y a notamment quelques bons dialogues, ç'aurait simplement pu être bien mieux au vu du casting et du synopsis.


Je tiens aussi à préciser, comme on pourrait l'interpréter à partir du message au-dessus, que ce n'est pas un film DE Dupontel, il est juste acteur. Les réalisateurs et scénaristes sont Benoît Delépine et Gustave Kervern.

Écrit par : T3T5U0 25.06.2012 - 19:36

je sais pas s'il a été cité, mais dans le genre chelou le lien de VaZ me fait penser à un truc que j'avais vu partiellement vu récemment, une adaptation tchèque (je crois) et horrifique de Alice in Wonderland.

Assez sympa pour qui aime les ambiances grottesques et et morbides, rendues d'autant plus dérangeantes par l'aspect rudimentaire assumé de ses trucages (qui en l'occurrence sont de simples techniques d'animation en stop-motion, mais ça a toujours son charme ce truc là). Accessoirement, pour les inconditionnels de Alice au Pays des Merveilles ça peut avoir son intérêt, même si certains bouts de l'histoire ont étés tronqués (pas tout à fait sûr, encore une fois). Et il paraît que ça a inspiré les créateurs de Silent Hill, mais bon.. Après je l'ai pas maté jusqu'au bout, perso les films "barjos" dans la forme mais qui n'ont rien dans le fond ça a tendance à me saouler.

http://www.youtube.com/watch?v=sfmx5EG03oA




J'y pense, quelqu'un à parler de Nazisploitation ici ou pas ? Parce que là y a de tout, du gros snuff innommable (je pense même pas au vénérable http://www.youtube.com/watch?v=qYlri7fpgMQ, finalement assez soft dans son genre, mais à un truc de merde italien vraiment malsain et premier degrés, mis en ligne par une espèce de nazillon et qui m'avait refilé un putain de gros virus quand j'ai eu la connerie de le télécharger) au film plutôt classe, genre http://www.youtube.com/watch?v=Uwc8ygUzGnw, avec son imagerie nazi 70s entre le baroque et le kitch et son érotisme grandiose teinté de morbide... Globalement, je crois que la nazispolitation n'a duré que durant cette décennie, ce dont on ne s'étonnera pas, et de tout ce que j'en ai vu y a toujours un truc un peu bizarre, un genre de barbarie complaisante mêlé d'érotisme - étrangement soft d'ailleurs - mal planquée derrière de fausses notes moralistes ou sentimentalistes, comme si on osait jamais vraiment assumer son délire. Enfin, ça peut quand même occupé un peu quelques soirées..

Écrit par : VaZKeizH 25.06.2012 - 23:30

Ah mais je l'aime vraiment bien ce Alice (c'est bien tchèque d'ailleurs), tellement dérangeant, avec cette animation saccadée et les décors et personnages complètements malsains. C'est vrai que pour le fond faut pas aller chercher bien loin, peut-être une volonté de détruire quelque chose de supposé beau, mais après tout, le livre n'était pas si gentil que ça, et même le dessin animé est l'un des plus troublants et foldingues des studios Disney. Par contre niveau forme j'étais resté un peu bouche bée devant, il y a un vrai charme morbide. J'avais trouvé un extrait sur Youtube avec du Coil en fond sonore, c'était parfait. C'est d'ailleurs le genre d'expérience qui devrait être ta came Tetsuo.

Pour ta veuve SS là, je crois que quelqu'un (Jalabert ?) en avait parlé il y a quelques mois.

Edit: Tiens, je vois que Salon Vitty est de Tinto Brass, tu devrais peut-être jeter un oeil à son Caligula aussi. Malcolm McDowell y est survolté.

Sinon je rejoins Yoda sur Le Grand Soir. Je m'attendais à être déçu et ça a été le cas, grosso modo pour les raisons qu'il a cité.

Propulsé par Invision Power Board (http://www.invisionboard.com)
© Invision Power Services (http://www.invisionpower.com)