Aide - Recherche - Membres - Calendrier
Version complète : Que lisez-vous actuellement ?
Forums Metalorgie > Cultures / Loisirs > Littérature, Bds, Manga, Comics, ...
Pages : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58, 59, 60, 61, 62, 63, 64, 65, 66, 67, 68, 69, 70, 71, 72, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84, 85, 86
Achille
Comparaison fort judicieuse! tongue.gif
Plunk
Je viens de finir Of Mice and Men. Encore une fin qui fait chialer. crying.gif crying.gif
Persona
En ce moment, enfin quand je suis assez motivé parce que la lecture c'est pas mon truc, je lis "L'Art d'Influencer" de Alex MUCCHIELLI.

Très intéressant, assez facilement compréhensible sans être pour autant vulgarisé, et on va de surprise en découverte sur la vie de tout les jours, de la pub (c'est comme l'industrie de la bouffe, on sait que ça sent la merde mais quand on plonge le nez dedans on est encore plus surpris/choqué par ce qu'on apprend) à de simples mots, comportements de tous les jours. C'est vraiment bête que je soit piètre lecteur et que j'ai du mal à me concentrer ou à pas m'endormir passé deux pages parce que c'est quelque chose.


Ca m'a redonné envie de me plonger dans le bouquin de psychanalyse de Freud qui a disparu du CDI que j'avais lâché pour les mêmes raisons, honteuses pour un L...
Achille
Je connais pas ce bouquin tiens, il faudrait que je m'y penche.Si ça t'intéresse sur le même thème tu peux lire le petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens, c'est un essai en psychologie sociale de Jean Léon Beauvois, c'est vulgarisé et très facilement lisible.

C'est édifiant, ça explique les techniques,de façon très précise (tout provient de recherches rigoureuses), qui font que tout les jours on se fait avoir sans s'en rendre compte. Genre le mec qui à la sortie de la fac vous tend une carte sans vous dire que par la suite il faudra la payer, parce que c'est pour tel ou tel association, et là vous vous retrouvez con et vous lui filez deux euros (c'est un exemple qui m'est arrivé tellement de fois!)

Un bouquin fantastique, je sais plus si j'en ai déjà parlé mais je vous le recommande.
Gaou-Guinou
j'l'ai lu il y a quelques temps, c'est assez interessant et rigolo...depuis je suis TRES fort quand il s'agit de taxer des clopes dans la rue haha
Manumal
Ah oui il y en a quelques uns des comme ça, j'essayerais de m'en prendre un ç'à l'air intéressant.

Sinon, j'attaque :

Dans la lignée des travaux de Pierre Carles, essai-critique par Serge Halimi du Monde Diplomatique des liaisons, (liens sanguins, familiaux, économiques, mondains, intellectuels, institutionnels etc., etc., etc., etc.) entre médias et sphère politique, financière – aussi appelées pouvoir, ou système, sans s’encombrer d’une séparation artificielle.
Mouillés au plus haut point, bénéficiant des retombées toujours gratifiantes du pouvoir, il s’enorgueillit pourtant d’un agréable surnom. « Contre-pouvoir ». Révolté à l’idée qu’on pourrait douter de son indépendance, se targuant de son rôle particulier en démocratie, sachant faire grand usage de sa « liberté d’expression »...
« En France, la marque du succès pour les directeurs de l’information demeure d’obtenir d’un décideur quelconque qu’il exprime ce qu’il veut et quand ça lui chante, mais en exclusivité dans l’organe de presse dont il a la charge. »
Le beurre et l’argent du beurre, on est content au passage d’apprendre qu’un village d’irréductible esprit-libres subsiste quelque part en ce monde. Élite « éclairée » aussi, la séquence du référendum constitutionnel est à ce titre particulièrement emblématique.
A la vitesse où ça va, une propagande en remplace indifféremment une autre. La taille importe peu, plus c’est gros plus ça passe : il suffit de faire vite et surtout sans jamais s’arrêter.
Paru en 1997, mis à jour en 2005, depuis il semblerait qu’on ne puisse plus - aussi effrontément et tranquillement en tout cas, et encore.. - se foutre du monde, sous peine d’avoir l’internet au cul. On entreprend des retouches cosmétiques, on essaye d’écouler les stocks comme on peut (voir l’article édifiant dans le diplo. du mois sur la crise de la presse : « Autre manière de sacrifier la marge au volume, on offre son journal aux voyageurs des compagnies aériennes, aux clients des épiceries de luxe, hôtels de standing, salles de sport, parking cossus, étudiants de grandes écoles, ce qui accroit sa diffusion, en particulier auprès du lectorat à fort pouvoir d’achat, cible obsessionnelle des publicitaires.* Ce sont les quotidiens qui recourent le plus à ce procédé. Quatre d’entre eux assuraient plus de 20% de leurs ventes de cette manière en 2007 : La Tribune (29%), Le figaro (24), Les échos (24), Libération (22).) alors que la moisissure est systémique.

Recyclor
CITATION(Manumal @ 25.10.2009 - 18:22) *
Ah oui il y en a quelques uns des comme ça, j'essayerais de m'en prendre un ç'à l'air intéressant.

Sinon, j'attaque :

Dans la lignée des travaux de Pierre Carles, essai-critique par Serge Halimi du Monde Diplomatique des liaisons, (liens sanguins, familiaux, économiques, mondains, intellectuels, institutionnels etc., etc., etc., etc.) entre médias et sphère politique, financière – aussi appelées pouvoir, ou système, sans s’encombrer d’une séparation artificielle.
Mouillés au plus haut point, bénéficiant des retombées toujours gratifiantes du pouvoir, il s’enorgueillit pourtant d’un agréable surnom. « Contre-pouvoir ». Révolté à l’idée qu’on pourrait douter de son indépendance, se targuant de son rôle particulier en démocratie, sachant faire grand usage de sa « liberté d’expression »...
« En France, la marque du succès pour les directeurs de l’information demeure d’obtenir d’un décideur quelconque qu’il exprime ce qu’il veut et quand ça lui chante, mais en exclusivité dans l’organe de presse dont il a la charge. »
Le beurre et l’argent du beurre, on est content au passage d’apprendre qu’un village d’irréductible esprit-libres subsiste quelque part en ce monde. Élite « éclairée » aussi, la séquence du référendum constitutionnel est à ce titre particulièrement emblématique.
A la vitesse où ça va, une propagande en remplace indifféremment une autre. La taille importe peu, plus c’est gros plus ça passe : il suffit de faire vite et surtout sans jamais s’arrêter.
Paru en 1997, mis à jour en 2005, depuis il semblerait qu’on ne puisse plus - aussi effrontément et tranquillement en tout cas, et encore.. - se foutre du monde, sous peine d’avoir l’internet au cul. On entreprend des retouches cosmétiques, on essaye d’écouler les stocks comme on peut (voir l’article édifiant dans le diplo. du mois sur la crise de la presse : « Autre manière de sacrifier la marge au volume, on offre son journal aux voyageurs des compagnies aériennes, aux clients des épiceries de luxe, hôtels de standing, salles de sport, parking cossus, étudiants de grandes écoles, ce qui accroit sa diffusion, en particulier auprès du lectorat à fort pouvoir d’achat, cible obsessionnelle des publicitaires.* Ce sont les quotidiens qui recourent le plus à ce procédé. Quatre d’entre eux assuraient plus de 20% de leurs ventes de cette manière en 2007 : La Tribune (29%), Le figaro (24), Les échos (24), Libération (22).) alors que la moisissure est systémique.


Excellent bouquin, très lucide sur l'état actuel du journalisme, qui dresse un bilan un peu honteux de la manipulation médiatique en France.Ca m'a fait ouvrir les yeux sur pleins de choses.
Keupon Premier
Maggie Cassidy - Jack Kerouac



Plunk
Au fait, j'ai fini la biographie de Tool, Reflets et Métamorphoses, qui se lit l'air de rien assez vite malgré ses 500 pages.


J'en garde une impression positive, et je dirais que c'est quand même un livre que tout fan de l'Outil se doit de posséder. Pas mal d'infos, bien complet, et de quoi comprendre un peu mieux le sens des paroles et des clips également.
Deux-trois reproches cependant : une tendance à parfois recenser la moindre petite apparition d'un membre du groupe où que ce soit dans un disque ou même un film, ce qui peut devenir un peu chiant et inintéressant ; certaines analyses sont aussi parfois un peu absconses, avec une avalanche de références bibliographiques qu'on a du mal à suivre.
Je conseille particulièrement le bouquin aux nouveaux qui souhaitent se plonger un peu plus dans l'analyse du groupe sans devoir fouiller partout sur le web (de ce point de vue là, j'ai l'impression que je savais déjà pas mal de choses, en fait).
Pentacle
Petites lectures divertissantes du dimanche.


La famille Tuvache tient de génération en génération un magasin où l'on vend tous les ingrédients et outils possibles et inimaginables pour se suicider.
Seulement le petit dernier de la famille possède une joie de vivre débordante mettant en péril le magasin.
Petit roman rempli de situations cocasses, absurdes et forcément plein d'humour noir.


Roman de plage.


Thomas devient l'apprenti de John Gregory qui exerce le métier d'épouvanteur qui consiste à rendre hors d'état de nuire sorcières, gobelins, esprits et toutes autres créatures malfaisantes du Compté. Récit d'apprentissage dans un univers assez proche de celui d'Harry Potter. Très sympa à condition de passer outre les "défauts" d'écritures des livres réservés à la jeunesse.


Classic.
raikage
CITATION(Pentacle @ 08.11.2009 - 11:07) *
Petites lectures divertissantes du dimanche.

La famille Tuvache tient de génération en génération un magasin où l'on vend tous les ingrédients et outils possibles et inimaginables pour se suicider.
Seulement le petit dernier de la famille possède une joie de vivre débordante mettant en péril le magasin.
Petit roman rempli de situations cocasses, absurdes et forcément plein d'humour noir.

Je l'ai lu en seconde pour le prix littéraire de ma région et j'avais bien aimé. Tu m'en diras des nouvelles.
Pentacle
Bah celui là je l'ai fini et j'aime bien aimé oui, pour son humour noir, son ton décalé et léger...
Pas mal de situations tordantes :
- Les statistiques de l'an dernier : un suicide tout les quarante minutes, cent cinquante mille tentatives, douze mille morts. C'est énorme...
- Oui, c'est énorme le nombre de gens qui se loupent.

Le genre de petit roman à lire en une ou deux heures. Très sympa donc.
Nuke


Résumé :

Après la fin de la Guerre de Sécession, le Gun Club de Baltimore et son Président, Barbicane, lancent le projet à première vue insensé de projeter un boulet de canon sur la Lune. Après plusieurs réunions, le Gun Club s'organise et lance une collecte de fonds en direction de toute la planète. L’argent récolté, le projet prend forme et un immense canon, le Colombiad, voit le jour.

Le Gun Club reçoit alors un télégramme du Français Michel Ardan, qui propose de fabriquer un projectile creux dans lequel il pourrait se loger pour aller sur la lune.

Encore un super roman de J.Verne avec comme d'habitude un mélange de données scientifiques, de personnages charismatiques (J.T. Maston, Impey Barbicane et Michel Ardan sont énormes rolleyes.gif ) et des machines fabuleuses.
älva
Ah ça viendrait de là alors (oui je suis inculte).
Robix66
CITATION([BoOmeR] @ 08.11.2009 - 22:31) *



Résumé :

Après la fin de la Guerre de Sécession, le Gun Club de Baltimore et son Président, Barbicane, lancent le projet à première vue insensé de projeter un boulet de canon sur la Lune. Après plusieurs réunions, le Gun Club s'organise et lance une collecte de fonds en direction de toute la planète. L’argent récolté, le projet prend forme et un immense canon, le Colombiad, voit le jour.

Le Gun Club reçoit alors un télégramme du Français Michel Ardan, qui propose de fabriquer un projectile creux dans lequel il pourrait se loger pour aller sur la lune.

Encore un super roman de J.Verne avec comme d'habitude un mélange de données scientifiques, de personnages charismatiques (J.T. Maston, Impey Barbicane et Michel Ardan sont énormes rolleyes.gif ) et des machines fabuleuses.

raaah merci, j'avais lu celui là (bon, j'en ai lu une bonne partie en fait des Jules Vernes rolleyes.gif), et j'étais persuadé qu'il y avait une suite Autour de la Lune que je pensais avoir acheté, mais j'arrivais pas à remettre la main dessus, et je me suis demandé si j'avais pas rêvé et si ce livre existait vraiment...
Je viens de vérifier :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Autour_de_la_Lune

Il existe donc, ça m'enlève un poids tongue.gif
Nuke
CITATION(älva @ 08.11.2009 - 22:44) *
Ah ça viendrait de là alors (oui je suis inculte).


Possible vu la popularité de Jules Vernes ^^ en tout cas ça s'écoute bien ce truc bananagratte.gif
mich
CITATION(Pentacle @ 08.11.2009 - 12:00) *
Bah celui là je l'ai fini et j'aime bien aimé oui, pour son humour noir, son ton décalé et léger...
Pas mal de situations tordantes :
- Les statistiques de l'an dernier : un suicide tout les quarante minutes, cent cinquante mille tentatives, douze mille morts. C'est énorme...
- Oui, c'est énorme le nombre de gens qui se loupent.

Le genre de petit roman à lire en une ou deux heures. Très sympa donc.



Je note. Cette réplique m'a tué
Persona
Bon, j'ai rendu le bouquin fort intéressant mais que j'avais du mal à lire, parce que je suis, honte à moi, une feignasse doublé d'un médiocre lecteur.


Et je me suis lancé de suite sur un truc qui n'a rien à voir: "Le Corps de l'Artiste" de Tracey Warr et Amélia Jones, un gros bouquin glacé qui retrace l'évolution de l'art qui s'intéresse au corps, comme outils, comme source, comme support, comme sujet de discours, etc. Tout un tas de travaux principalement occidentaux et asiatiques (surtout des performances) avec photos et textes explicatifs, qui ont marqué le XX siècle. Bien sûr y a également quelques pages écrites qui retracent plus en détail l'évolution des tendances, du contexte historique et sociologique qui ont inspirés et influencés les artistes, et vice-versa.
Enfin pour plus d'explications allez voir ici

Ca va des trucs conceptuels et/ou décalés que "moi aussi je peux le faire c'est pas de l'art" comme Niki de Saint-Phalle (pas le meilleur exemple mais le premier qui me vient à l'esprit) au vraiment trash, genre activisme viennois, Nitzsch & co. J'ai d'ailleurs enfin compris le but de ce mouvement, qui est en fait bien plus fort que ce que je pensais. Enfin bon, difficile d'en dire davantage, sinon que c'est extrêmement intéressant, que ça donne envie de faire des trucs de fous en art plastique (en cours j'entends, mais pas seulement) et que ça serait presque une bonne raison d'exhumer le topic des arts glauques

je vous en dirais peut-être davantage une fois le bouquin fini
Chorizo
Henry Miller, Tropique du cancer.

Miller, un mec qui quitte tout ce qu'il avait aux Etats-Unis pour vivre et chercher l'inspiration dans le Paris des années 30 où il va errer et laisser s'exprimer ses pensées. Navigant de troquets minables en chambres d'hôtels cafardeuses, de petits boulots miteux (ah, la description de Dijon comme un camp de concentration est saisissante) en rencontres pathétiques, Miller trace l'amère portrait d'un monde pourri, qui asservit l'Homme en ne lui laissant rien d'autre que de la merde comme nourriture quotidienne. Alors, ouais, Miller pourrait se voir comparer à Bukowski ou à Fante, pour le côté écrivain miséreux à la marge. Mais il y a chez cet homme, un lyrisme impressionnant, tentative de révolte pour accéder à sa liberté et se mettre au-dessus de son quotidien. Des pages durant, Miller monologue, râle, ricane, s'emporte, métaphorise, critique, crie, rêve et méprise. De comparaisons improbables en associations d'idées décalées, il trace un remarquable portrait de l'Artiste dans son époque, sans concessions et avec beaucoup d'humour également.
Il y a dans ce livre un élan cru et véhément, sans limites, qui emporte et fascine. Ce livre m'a fait une très, très grosse impression.

Wikipedia
yoda_superstar
Ah vraiment bon ce Tropique Du Cancer, il y a certains passages, qu'on pourrait comparer à des monologues internes plus qu'à de la narration, qui sont vraiment des explosions d'un certain lyrisme décadent. C'est, outre quelques histoires extravagantes qu'il raconte, ce qui fait la fascination que peut exercer ce livre.
Plunk
Hé, ça existe un bouquin de démonologie ? J'en aimerais bien un, ça doit être fun.
franz
CITATION(mich @ 09.11.2009 - 08:56) *
Je note. Cette réplique m'a tué

Je l'ai lu il y a quelque mois! Il ets génial et se lit super vite.
Ma copine me l'a prété, si tu veux je lui demanderai de le ramener le 30 janvier wink.gif
mich
Ok pour le 30 janvier, mais pas avant.
Nuke
Les trois mousquetaires de Alexandre Dumas... ça se profile bien pour l'instant
appleminis
Je viens de finir "L'île aux cannibales" de Nicolas Werth. Mon avis ici
Scrutinized
Je Commence pendant mes poses entre deux cours



Je suis qu'au début mais ca s'annonce assez interessant, bon par contre il existe qu'en anglais donc je lis ca assez lentement.
Persona
Commencé depuis quelque jours:



de Edward Bernays


La Bible de la propagande moderne ou "relations publiques", ou plus simplement la communication moderne (marketing surtout), ou comment les découvertes alors révolutionnaires de Freud sur le pouvoir de l'inconscient ont permis un pas de géant dans la manipulation des masses, et le développement de "gouvernements invisibles" (comme les appelle son auteur) qui pensent à la place du peuple pour que la société puisse avancer de façon uniforme et le mieux réglées possible...
Intéressant de noter aussi que bien que son auteur (neveux de Freud au passage) défende une certaine éthique des relations publiques, ce bouquin a autant servis à la pub qu'aux propagandistes Nazis. C'est dire la puissance du machin.

Sans pouvoir vous en dire davantage parce que j'avance pas bien vite, c'est un pavé de révélation, d'autant que l'auteur ne cache pas sa vision des choses et énonce clairement son point de vue. Une base en ce qui concerne la communication, le nerf de cette utopie en laquelle on nous force à croire appelée "démocratie"... le plus fou c'est qu'en lisant certains passages je me dis que bien que ça puisse paraître dégueulasse, la vision que le type a de la société est carrément juste.
Scrutinized
Ahah ça a l'air "sympa" en tout cas...

va falloir que t'en dises plus quand t'avances dans ce livre. (je lui ai déja gardé une place dans ma wishlist biggrin.gif)
Plunk
CITATION(T3T5U0 @ 04.01.2010 - 21:19) *
Commencé depuis quelque jours:



de Edward Bernays
La Bible de la propagande moderne ou "relations publiques", ou plus simplement la communication moderne (marketing surtout), ou comment les découvertes alors révolutionnaires de Freud sur le pouvoir de l'inconscient ont permis un pas de géant dans la manipulation des masses, et le développement de "gouvernements invisibles" (comme les appelle son auteur) qui pensent à la place du peuple pour que la société puisse avancer de façon uniforme et le mieux réglées possible...
Intéressant de noter aussi que bien que son auteur (neveux de Freud au passage) défende une certaine éthique des relations publiques, ce bouquin a autant servis à la pub qu'aux propagandistes Nazis. C'est dire la puissance du machin.

Sans pouvoir vous en dire davantage parce que j'avance pas bien vite, c'est un pavé de révélation, d'autant que l'auteur ne cache pas sa vision des choses et énonce clairement son point de vue. Une base en ce qui concerne la communication, le nerf de cette utopie en laquelle on nous force à croire appelée "démocratie"... le plus fou c'est qu'en lisant certains passages je me dis que bien que ça puisse paraître dégueulasse, la vision que le type a de la société est carrément juste.

Ah oui, y a aussi un doc de la BBC basé sur le livre : The Century of Self, que ça s'appelle, et je connais parce que Trail of Dead ont nommé leur dernier album après ce doc.
samizo kouhei


On est loin du premier cycle de l'Assassin Royal (un chef d'oeuvre), mais très sympa quand même : la rupture est abrupte après un tome 2 qui pouvait presque faire office de conclusion.
Scissorhands
J'ai lu, ou plutôt dévoré en deux jours le remarquable Maintenant qu'il fait Tout le Temps Nuit sur Toi de Mathias Malzieu...
Bim. Ce livre (autobiographique) est une magnifique mise en mots de la douleur indicible qu'est celle de la perte d'une mère, de cette présente fantomatique bienveillante et du poids de cette "ombre" qu'est la mort d'un proche.
Dire que je me suis reconnue est un euphémisme, mais au-delà de la catharsis, c'est la grande force poétique de Mathias Malzieu qui s'exprime dans le livre, dans la création d'un personnage "fantastique", le Géant Jack, qui aidera Mathias à porter cette ombre qu'il aura toute sa vie.
Un coup de/au cœur donc. J'entame ces jours-ci le second livre du monsieur, La Mécanique du Cœur.
smile.gif
Pentacle
C'est un joli livre La Mécanique Du Coeur, quoiqu'un peu trop Tim Burtonien à mon goût. J'aime beaucoup le style d'écriture de Mathias en tout cas, sobre, direct, qui arrive en quelques mots et tournure de phrases à tisser des univers enchanteurs.
J'ai pas lu son premier ouvrage mais du coup tu m'as donné envie.
blacky1337
Je lis en ce moment " La philosophie dans le boudoir" du marqui de Sade, et ça commence très fort !
appleminis
Je viens de finir "Hadji Mourat" de Leon Tolstoï. Pour plus d'infos et savoir ce que j'en pense, c'est par ici !!!
mich
J'ai lu le Magasin des suicides de Jean Teulé. Mouais, plaisant mais sans plus. Cependant, la fin rehausse l'ensemble.
franz
Il se lit assez vite ah ouais?

En ce moment je suis sur l'autobiographie de Johnny Cash. Superbe! Je le conseille à tous ceux s'intéressant à l'artiste.
appleminis
CITATION(mich @ 07.01.2010 - 22:30) *
J'ai lu le Magasin des suicides de Jean Teulé. Mouais, plaisant mais sans plus. Cependant, la fin rehausse l'ensemble.


ah je vais le recevoir la semaine prochaine et m'y mettre aussi !!!
yoda_superstar
CITATION(appleminis @ 07.01.2010 - 22:10) *
Je viens de finir "Hadji Mourat" de Leon Tolstoï. Pour plus d'infos et savoir ce que j'en pense, c'est par ici !!!


Normalement ça devrait m'intéresser, mais avec mon mémoire de l'année dernière j'en ai ma claque des Caucasiens pour le moment.. (putain l'année prochaine j'arrête de bouffer des nems du coup)

Sinon j'ai acheté ceci, parce-que j'avais envie de le relire :



Excellent bouquin de Murakami (Ryu, pas Haruki) qui relate la jeunesse underground/droguée/blabla du Tokyo des années '70. L'écriture est très crue mais magnifique, les images gerbantes mais belles, l'expression même de la beauté cachée dans la laideur, comme savent si bien le faire les Japonais.
appleminis
CITATION(yoda_superstar @ 08.01.2010 - 00:40) *
Normalement ça devrait m'intéresser, mais avec mon mémoire de l'année dernière j'en ai ma claque des Caucasiens pour le moment.. (putain l'année prochaine j'arrête de bouffer des nems du coup


l'avantage de ce livre c'est qu'il fait 200 pages. ca se lit vite en gros.
Undone
Pour qui sonne le glas d'Hemingway



Aucune connaissance ou presque sur la guerre d'Espagne, très intéressant donc, ça se lit vite... je pense resté un petit temps sur l'auteur après celui-ci
Scissorhands
CITATION(Pentacle @ 05.01.2010 - 23:18) *
C'est un joli livre La Mécanique Du Coeur, quoiqu'un peu trop Tim Burtonien à mon goût. J'aime beaucoup le style d'écriture de Mathias en tout cas, sobre, direct, qui arrive en quelques mots et tournure de phrases à tisser des univers enchanteurs.
J'ai pas lu son premier ouvrage mais du coup tu m'as donné envie.


J'ai fini La Mécanique du Coeur, beaucoup aimé dans l'ensemble mais je l'ai trouvé bien moins puissant que Maintenant..., je ne suis pas fan de la fin et surtout le personnage de Miss Acacia me gonfle à la longue! J'aurais aimé voir plus de personnages secondaires assez géniaux comme au début du livre (il y avait de quoi faire avec Arthur, Luna/Anna et Madeleine !). Mais bon toujours cette capacité, comme tu l'as très bien dit, à t'emmener quelque part avec trois petits mots bien placés.
Pour ceux que ça intéresse je précise une chose, l'éditeur vend Malzieu comme un héritier "burtonien" mais ce serait dommage de le résumer à cela, si on peut comparer leurs univers visuels (merveilleux juxtaposé au réel, esthétique XIXème siècle, inventions et mécanismes/sentiments humains) leur propos est pour moi très différent.
Manumal

fort intéressant
Plunk
J'ai quelques nouvelles de Poe à lire pour la fac. J'ai donc lu William Wilson hier soir. P'tain, c'est balèze en anglais ! pinch.gif Autrement, j'aime beaucoup. Ça fait plaisir, un peu de fantastique vaguement effrayant, et j'adore quand je comprends pas à la fin. biggrin.gif
Au programme ce soir : The Oval Portrait et The Black Cat.


[EDIT] Haha, c'est carrément gore et glauque, The Black Cat ! biggrin.gif
Chorizo
Le jeu vidéo The Dark Eye tiré des Nouvelles Histoires Fantastiques de Poe (où tu joues le bourreau puis la victime dans chacune des histoires) m'avait fait flipper à un point... quand j'étais gamin.
appleminis
Je viens de terminer Doppler d'Erlend Loe, un auteur Norvégien.

"Andreas Doppler est sous le choc : après une chute de velo, voilà que bascule le monde ce brave père de famille de la middle class norvégienne. Un coup de massue qui s'abat sur lui comme ... une révélation. sa famille, son pays, ses amis : rien ne va plus. Doppler veut rompre avec la civilisation. Avide de silence, c'est dans la forêt qu'il décide de planter sa tente pour vivre en parfaite harmonie avec la nature."

Un petit livre assez plaisant, facile à lire. Pour lire mon avis, par ici
binouze
Je suis sur le point de finir "La vallée des roses " de Lucien Bodard qui se trouve être un livre qui retranscrit une partie de la vie de Yi, une jeune fille étant entré dans la cité interdite pour faire partie du gynécée de l'empereur plutôt homosexuel, afin de lui donner un héritier.


Résumé de la Fnac :
{La Vallée des roses} est l'histoire d'une ambition folle qui réussira, d'une ascension qui n'avait pas une chance sur un million de se réaliser, celle d'une fleur, d'une beauté à la grâce incarnée : une jeune fille qui a nom Yi. Yi, qui caresse un rêve inouï : devenir la femme de l'Empereur régnant et, en le subjuguant, gouverner la Chine aux 500 millions de sujets, devenir la fameuse impératrice Tseu-hi. On voudrait tout citer, tout raconter. D'abord Hieng-fong, le Soleil Impérial, le souverain auquel Yi rêve de s'unir, "...dégénéré, ivrogne et débauché, une raclure, un être sans foi ni loi...". Habité de surcroît d'une totale horreur des femmes, Hieng-fong règne sur une cour que composent des gitons. On voudrait dire aussi, évoquer la Cité Violette de Pékin, que gardent des régiments de castrats... Et encore le Concours du Concubinat où, gardée par le Grand Eunuque et le Grand Surveillant, la Mère du Ciel (mère de l'Empereur) choisira, parmi cent filles dénichées d'un bout à l'autre de la Chine, les trente qui seront les concubines de son fils, formeront le Harem Impérial et tenteront de séduire l'implacable pédéraste. Ce roman de moeurs est un fantastique roman d'aventures qui, à chaque page, confronte le lecteur à la réalité la moins vraisemblable et, génie de l'auteur, à la plus vraie. Par dizaines et dizaines se succèdent des scènes hallucinantes que gorge, gonfle et magnifie le style de Bodard.

Bon, déjà en me renseignant sur le style de l'auteur, j'avais quelques mauvais pré sentiments, puisque j'aime pas les romans avec beaucoup de descriptions d'objets, et dans ce livre, c'est le cas. L'auteur met plusieurs lignes pour décrire une pince de cheveux, alors qu'a la première ligne, je savais déjà qu'elle était somptueusement belle...
Ensuite, quand l'auteur commence a décrire l'arrivée des Barbares vers Pékin, il ne parle plus du tout de la vie dans la cité interdite et finit le livre en se focalisant quasi uniquement sur ce sujet là et ça m'a pas mal déçue.

J'ai déjà lu pas mal de livre sur le même sujet (donc sur l'avènement de la dernière impératrice de chine) et j'ai beaucoup plu apprécié le livre de Shan Sa par exemple.


ça vaut pas plus pour moi.
Assatur
pourquoi noter un livre...
binouze
Je sais pas, j'ai cru que ça aurait intéressé des gens . On note bien des films et des CD, pourquoi pas des livres?
Assatur
ouais, je ne note rien perso, je préfère parler un peu (ouais, y a RYM certes, mais un forum se prête mieux au contournement des notes)

d'ailleurs ton texte rendait bien obsolète cette note non ? l'idée était au moins aussi imagée qu'avec ce barème d'étoiles
binouze
Une impulsion a vrai dire, pour mieux illustrer mon propos (je me demande toujours si je suis assez claire quand je m'exprime alors du coup, maintenant, j'ai tendance a en faire trop).

M'enfin, c'était un essai, et il semble qu'il n'était pas nécessaire, je le saurais pour le prochain bouquin wink.gif qui d'ailleurs sera un bouquin que j'ai reçu des nouveauxateurs.com, un site qui t'envoie gratos des livres selon tes gouts, et après les avoir lu tu dois répondre à quelques questions du genre Résumé du Livre en quelques lignes ; Public concerné selon vous ; note moyenne de satisfaction ; Aspects du livres particulièrement appréciés ; Que pensez-vous des personnages ? ; Points à améliorer/Expliciter.(re-écriture de certains passages, personnages, rythme, etc…) et j'ai reçu "Le pendu de la porte St Martin" de Christine MATEOS, que je commencerai très bientôt.
Ceci est une version "bas débit" de notre forum. Pour voir la version complète avec plus d'informations, la mise en page et les images, veuillez cliquer ici.
Invision Power Board © 2001-2019 Invision Power Services, Inc.
CommunitySEO 1.2.3 © 2019  IPB SEO Module