Aide - Recherche - Membres - Calendrier
Version complète : Que lisez-vous actuellement ?
Forums Metalorgie > Cultures / Loisirs > Littérature, Bds, Manga, Comics, ...
Pages : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58, 59, 60, 61, 62, 63, 64, 65, 66, 67, 68, 69, 70, 71, 72, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84, 85, 86
mich
JE suis sur plusieurs ouvrages en même temps:

Fondation et Empire de Asimov. Tome 2 du cycle de Fondation, toujours aussi passionnant.

Le livre des illusions de Paul Auster. l'histoire d'un homme qui perd sa famille dans un accident d'avion et va trouver dans les films de Hector Mann un sens à sa nouvelle vie et va écrire un livre qui analyse l'oeuvre du réalisateur qui a disparu mystérieusement en 1929. Il reçoit une lettre d'une femme luis disant qu'Hector veut bien le rencontrer au Mexique. Derrière ce scénario simple, Paul Auster nous emmène dans l'univers des films muets, magique.

L'homme sans qualités de Robert Musil. J'en suis au début de ce pavé de 1800 pages et je ne sais pas trop quoi en penser mais par contre c'est captivant.

Les mémoires de De Gaulle: 1958 à 1962. Retour sur les débuts de la cinquième république par le maître d'oeuvre de celle-ci. Très intéressant.
Gaou-Guinou

regroupement en un livre d'un an d'enquete dans la brigade des homicides de la police de baltimore.
Ecrit par David Simon, un des deux créateurs de The Wire

grosse grosse saveur
binsentsu
ça existe en français ?
parce que ça a l'air terrible la ^^
Gaou-Guinou
Je ne pense pas que ca existe en francais, 'fin j'ai pas vérifié vu qu'en ce moment je cherche surtout à lire en anglais
Ceci dit ce n'est vraiment pas dure à lire, niveau langue bien sur, y'a bien quelques termes techniques/argotiques mais on comprend rapidement leur sens avec le contexte, surtout si tu as matté The Wire héhé
Assatur
QUOTE
L'homme sans qualités de Robert Musil. J'en suis au début de ce pavé de 1800 pages et je ne sais pas trop quoi en penser mais par contre c'est captivant.


Putain les auteurs d'Europe-central début XXème, Kafka, Broch, Musil... dur de les recouper en une même école mais y a déjà ce coté "auteur de situations" (comme dirait Sartre) pour Kafka, et la synthèse intellectuelle/psychologique/proto-existentialiste chez Musil, et c'est vraiment excellent d'ironie et d'humour noir. J'ai lu L'homme sans qualités cet été, et c'est peut-être ce que j'ai préféré en littérature depuis un bail. 1800 pages sur une des blagues les plus sinistres de tous les temps haha. Pas étonnant de voir que ça a traumatisé Kundera.
appleminis
Je viens tout juste d'achever la biographie de Marie Antoinette par Stefan Zweig

Excellent livre très bien documenté et évidemment très bien écrit. zweig fait ici un véritable travail de journalisme en insérant dans son texte des écrits de discours et de lettres intimes et en analysant, et c'est vraiment la qualité première de ce livre, les situations mais aussi la psychologie des personnages. Très très bon bouquin qui donne un autre éclairage sur la cour de Louis XVI , mais aussi le personnage de Marie Antoinette, reine pas très connue au final, malgré le fait qu'elle ait marquée son siècle.

très très intéressant.
Akerfeldt
C'est bien beau tout ça, mais je vois du Faurisson en livre de chevet nulle part.
appleminis
en livre de chevet , t'es fou malade toi !!! tu veux plutot dire "encadré à côté de mon disque d'or d'Allan Théo" ... là c'est sa bonne place !! comme ca tout le monde peut le voir !
Manumal
En ce qui me concerne,
Histoire de la diplomatie française Tome II De 1815 à nos jours
Introduction à l'économie Jacques Généreux

M'attendent,
A Brave New World d'Aldous Huxley
Le nom de la rose d'Umberto Eco
Histoire des relations internationales de 1919 à 1945 Tome 1
...
Gaou-Guinou
A Brave New World c'est vraiment, mais alors VRAIMENT, chanmé
j'ai assez envie de le relire, ce coup ci en anglais histoire d'avoir le texte original sous les yeux
Manumal
Ouais, et pour une fois l'édition anglaise est de qualité, je veux dire, habituellement niveau du papier c'est pas du pq, et même l'édition en question semble avoir été conçue pour l'étude en classe, ça s'annonce pas mal. Si ça t'intéresse : http://www.amazon.fr/Brave-New-World-Aldou...0776&sr=1-1
Akerfeldt
QUOTE(appleminis @ 02.09.2009 - 23:36) *
en livre de chevet , t'es fou malade toi !!! tu veux plutot dire "encadré à côté de mon disque d'or d'Allan Théo" ... là c'est sa bonne place !! comme ca tout le monde peut le voir !

Exact, mais bon ça va quand tu vois pas trop de monde.


Sinon, vos lectures semblent intéressantes entre tous, y a du goût, c'est beau!
appleminis
CITATION(Akerfeldt @ 03.09.2009 - 17:53) *
Exact, mais bon ça va quand tu vois pas trop de monde.


faux !! c'est mille fois mieux si beaucoup de gens viennent chez toi !
Slim
J'aimerais bien me pencher sur les écrits (romans) de Neil Gaiman, quelqu'un pour me conseiller?
Euka
De lui, j'ai lu:

American Gods :
Les premiers émigrants américains ont importé leurs croyances, créant ainsi des avatars des dieux du vieux continent. Aujourd'hui, les anciens Dieux saxons, figures directement issues du Wallala et passées à la postérité dans les comics, inspirant nombre de supers héros, perdent leur influence au fur et à mesure que prospèrent les nouveaux Dieux de la technologie et du consumérisme tels que les Dieux de la carte de crédit, de la télévision ou de l'automobile... Une guerre se joue entre les anciens et les nouveaux Dieux, ces derniers décidés à éliminer leurs prédécesseurs. Ombre vient de passer trois ans en prison. Libéré sur parole, il apprend que sa femme et son meilleur ami viennent de mourir dans un accident de voiture et qu'ils étaient amants. Il est contacté par un individu mystérieux, se faisant appeler Voyageur, qui l'entraîne dans une aventure mêlant mythologies et réalité, et qui se révèlera l'avatar d'Odin...


De Bons Présages (avec Terry Pratchett):
L'Apocalypse aura lieu samedi prochain, après le thé ! Ainsi en ont décidé, d'un commun accord, les forces du Bien et du Mal. L'Antéchrist va fêter ses onze ans. Son éducation a été supervisée par un ange, Aziraphale, et un démon, Rampa, résidents sur Terre depuis l'époque de la première pomme. Mais voilà, suite à un coup du sort, l'enfant a été échangé à la maternité. Le vrai Antéchrist se nomme Adam et vit dans la banlieue londonienne. Et ça, ça change tout ! Une course contre la montre commence alors pour l'ange et le démon qui, finalement, se disent que la race humaine ne mérite pas son sort...

Les 2 sont bons, même si j'ai une préférence pour le côté décalé de De Bons Présages. Ca se lit vite, simplement, mais surtout les "univers" sont sympathiques.
Slim
Merci je note, ça a l'air bien barré!
Gaou-Guinou
j'ai lu American Gods
c'etait chanmé
comme si on prenait du Terry Pratchet en enlevant l'humour relou, le côté outrancier/absurde et qu'on placait le tout dans le monde contemporain. Bref c'est un peu la version ghetto des annales du disque-monde
Earth)))
En ce moment je lis l'homme sans qualité vraiment interessant.

sinon, j'ai feuilleté la discothéque rock idéale de philippe manoeuvre.

le bouquin m'a l'air pas mal, les anecdotes sont amusantes, pour tout ce qui est de
la période 60's 70's c'est vraiment ça. mais pour la suite, c'est le plantage complet.

on vas surement me dire que je rechigne pour deux trois disques, mais putain, c'écrit en gros
sur la couverture: "101 disques qui ont changé le monde"
alors voilà, il manque (et je tient a préciser qu'il ne s'agit pas de gout personnel, mais bien
de disques importants):

Black Flag - My War
Sonic Youth - Daydream Nation
Big Black - Song About Fucking
Kyuss - Welcome to Skyvaley
Prince - 1999
Pavement - Slanted and Enchanted
Wipers - Is This Real ?
Flipper - Gone Fishin'
Buthole Surfers - Locust Abortion Technician
The Birthday Party - Junkyard
Fugazi - End Its
Orchid - Orchid
My Bloody Valentine - Loveless
Mudhoney - Superfuzzbigmuff
Helmet - Meantime
Napalm Death - Scum
Drive Like Jehu - Yank Crime
Amebix - No Sanctuary
Killing Joke - St
Slint - Tweez
Earth - Earth 2
Whitehouse - Birthdeath Experience
Metallica - Master of Puppets
Slayer - Reign in Blood
Korn - St
Melvins - Houdini
Black Sabbath - Master of Reality
Pantera - Cowboy From Hell
Sleep - Holy Mountain
Saint Vitus - Born Too Late
Nine Inch Nails - The Downyard Spiral
Faith no More - Angel Dust
Jane's Addiction - Ritual de lo Habitual
Euka
CITATION(Earth))) @ 12.09.2009 - 18:04) *
En ce moment je lis l'homme sans qualité vraiment interessant.

sinon, j'ai feuilleté la discothéque rock idéale de philippe manoeuvre.

le bouquin m'a l'air pas mal, les anecdotes sont amusantes, pour tout ce qui est de
la période 60's 70's c'est vraiment ça. mais pour la suite, c'est le plantage complet.

File un ou deux exemples ;)
Manumal
En même temps c'est un type qui prend son pied devant la nouvelle star donc bon.
Plunk
CITATION(Earth))) @ 12.09.2009 - 18:04) *
sinon, j'ai feuilleté la discothéque rock idéale de philippe manoeuvre.

le bouquin m'a l'air pas mal, les anecdotes sont amusantes, pour tout ce qui est de
la période 60's 70's c'est vraiment ça. mais pour la suite, c'est le plantage complet.

Manœuvre, quoi. Il vit 40 ans en arrière.

CITATION(Earth))) @ 12.09.2009 - 18:04) *
on vas surement me dire que je rechigne pour deux trois disques, mais putain, c'écrit en gros
sur la couverture: "101 disques qui ont changé le monde"
alors voilà, il manque (et je tient a préciser qu'il ne s'agit pas de gout personnel, mais bien
de disques importants):

Black Flag - My War
Sonic Youth - Daydream Nation
Big Black - Song About Fucking
Kyuss - Welcome to Skyvaley
Prince - 1999
Pavement - Slanted and Enchanted
Wipers - Is This Real ?
Flipper - Gone Fishin'
Buthole Surfers - Locust Abortion Technician
The Birthday Party - Junkyard
Fugazi - End Its
Orchid - Orchid
My Bloody Valentine - Loveless
Mudhoney - Superfuzzbigmuff
Helmet - Meantime
Napalm Death - Scum
Drive Like Jehu - Yank Crime
Amebix - No Sanctuary
Killing Joke - St
Slint - Tweez
Earth - Earth 2
Whitehouse - Birthdeath Experience
Metallica - Master of Puppets
Slayer - Reign in Blood
Korn - St
Melvins - Houdini
Black Sabbath - Master of Reality
Pantera - Cowboy From Hell
Sleep - Holy Mountain
Saint Vitus - Born Too Late
Nine Inch Nails - The Downyard Spiral
Faith no More - Angel Dust
Jane's Addiction - Ritual de lo Habitual

C'est pas 1001, plutôt ?

Pour Orchid, c'était strictement impossible qu'ils soient là-dedans, hein ! Mais vu ta liste y a quand même quelques oublis impardonnables (Master of Puppets, Angel Dust, Ritual de lo Habitual...).



(Y a pas Oceansize ? ph34r.gif)
Chichi
Bon, ayant entamé la philo en cours bah jdois lire Les maximes de La Rochefoucauld . Le crépuscule des idoles de Nietsche.
binouze
Hier j'ai fini La Concubine - Impératrice Orchidée d'Anchee Min

CITATION
La jeune et jolie Orchidée se présente au palais de la Cité interdite dans l'espoir de devenir concubine de l'empereur et arracher ainsi sa famille de petite noblesse ruinée à la misère. A force d'intrigues, elle finit par gagner la couche et la confiance de l'empereur...


Et hier j'ai donc commencé le tome 2, La Souveraine - Impératrice Orchidée


CITATION
Veuve de l'empereur de Chine, Orchidée assure l'éducation de son fils, le jeune prince Tongzhi, mais sa tâche n'est pas simple car elle doit louvoyer entre les manigances de la corégente, Nuharoo, l'ambition du prince Kung qui prend une place de plus en plus grande au sein du gouvernement, les révoltes des
musulmans dans les lointaines provinces et les exigences croissantes des Occidentaux. Sa mission devient d'autant plus délicate que Tongzhi meurt bientôt, victime de la débauche. Le fils adoptif et neveu d'Orchidée monte alors sur le trône sous le nom de Guangxu. Dotée d'une volonté de fer, l'impératrice est acculée à prendre parfois des décisions impitoyables, souvent mal comprises, mais toujours destinées à préserver la grandeur de l'Empire du Milieu. Poursuivant sa saga riche en rebondissements et fondée sur des événements authentiques, Anchee Min réussit à brosser, sur un rythme haletant, le tableau sans concession d'une femme déchirée entre politique, intrigues de cour, amour et conflits familiaux. La vie tumultueuse et le destin tragique de Tseu-Hi, l'impératrice Orchidée, sonnent ainsi le glas d'une Chine millénaire.





Le premier tome est devenu l'un de mes livres préférés, et ce qui est bien, c'est que juste avant j'ai lu Mémoires d'un eunuque dans la cité interdite et ça se passe a la même époque (pendant le règne de la dernière Impératrice de Chine) , donc il y a des corrélations entre les deux livres.

J'ai lu que les 50 premières pages du tome 2 pour l'instant, et il a l'air tout aussi bien !
Asteroid
QUOTE(Euka @ 10.09.2009 - 21:10) *
De lui, j'ai lu:

American Gods :
De Bons Présages (avec Terry Pratchett):

Les 2 sont bons, même si j'ai une préférence pour le côté décalé de De Bons Présages. Ca se lit vite, simplement, mais surtout les "univers" sont sympathiques.

ouak, si tu trouves l'univers d'American Gods simple et tout juste sympa, je te conseille vivement de le relire parce que tu es passé à côté. Par-delà le côté a priori fluide et agréable de l'écriture c'est une brique d'érudition, de références souvent très pointues et d'intelligence. Une vraie mise en abîme du rapport de l'humain aux mythes et à l'identité. Ce livre a été une grande frustration pour moi, parce que même avec des connaissances correctes en mythologie j'ai eu la sensation de passer à côté d'énormément de choses, de subtilités du récit et de certains personnages, et de quelques niveaux de lecture dont je ne pouvais que deviner la profondeur et les ramifications. Bref, une fois que j'aurai révisé dans mon coin je le relirai.
Euka
CITATION(Asteroid @ 13.09.2009 - 11:56) *
ouak, si tu trouves l'univers d'American Gods simple et tout juste sympa, je te conseille vivement de le relire parce que tu es passé à côté. Par-delà le côté a priori fluide et agréable de l'écriture c'est une brique d'érudition, de références souvent très pointues et d'intelligence. Une vraie mise en abîme du rapport de l'humain aux mythes et à l'identité. Ce livre a été une grande frustration pour moi, parce que même avec des connaissances correctes en mythologie j'ai eu la sensation de passer à côté d'énormément de choses, de subtilités du récit et de certains personnages, et de quelques niveaux de lecture dont je ne pouvais que deviner la profondeur et les ramifications. Bref, une fois que j'aurai révisé dans mon coin je le relirai.

Quand je dis "vite et simplement", je sous entendu que la Lecture se fait aisément. Je ne parle pas de l'univers qui est simple (qui ne l'est en réalité pas comme tu l'as souligne). smile.gif
Sickness
QUOTE([BoOmeR] @ 31.07.2009 - 12:36) *

20000 lieues sous les mers de Jules Verne, un classique et le tout avec Ahab - The Call of Wretched Sea en fond sonore happy.gif !

idem, je viens de le commencer ! smile.gif

sinon j'ai lu récemment : Star Trek Entreprise - Première mission de Vonda N. McIntyre, Cul-de-sac de Douglas Kennedy, No Kid - 40 raisons de ne pas avoir d'enfants de Corine Mayer, Le K de Dino Buzzatti (qui m'a particulièrement ... bouleversé) dont j'avais déjà lu quelques nouvelles.
Slim
je reviens de chez mon libraire avec "American Gods" et "Anansi Boys" de Neil Gaiman. Ainsi qu'avec "Les feux de L'eden", "L'homme nu" et "l'échiquier du mal" de Dan Simmons. Hâte de lire tout ça!
D'ailleurs en faisant des recherches sur Dan Simmons sur le net je me rends compte que le personnage est assez détestable et que des idées assez nauséabondes circulent dans certains de ses bouquins (que j'ai eu la chance de ne pas lire). Voyez par vous même:

Extrait de la chronique d'Olympos sur le site cafard cosmique, à lire en entier ici: http://www.cafardcosmique.com/Olympos-de-Dan-SIMMONS
QUOTE
Face à des vérités cosmiques et un apprentissage du Grand Tout, Harman comprendra VRAIMENT pourquoi le monde est ainsi. Son aventure ne tient d’ailleurs absolument pas la route d’un point de vue strictement scénaristique (on se demande pourquoi il est traité ainsi par Prospero, c’est injustifié et injustifiable), mais admettons. La vraie vérité, la voilà :

(ATTENTION SPOILER) Les Palestiniens, ces éternels terroristes, ont répandu sur terre un affreux virus qui a décimé l’humanité. Seuls quelques juifs ont survécu. Ils se sont modifiés (merci les nanotechnologies) pour survivre tant bien que mal. Mais c’est sans compter le côté vraiment diabolique des terroristes Palestiniens : ces vilains vilains ont récupéré un sous-marin atomique [l’épée d’Allah], et on tenté de lancer plusieurs missiles pour anéantir purement et simplement la Terre. Il faut dire que ces jolis missiles ne contiennent pas de vulgaires charges thermonucléaires quelconques, mais bien des trous noirs ne demandant qu’à se libérer de ces bien maigres chaînes. Un principe expérimenté par les Français (à leurs dépends, d’ailleurs, Paris étant désormais un gros cratère suite à une expérience sur les trous noirs effectuée à l’Institut de France, c’est à dire l’Académie Française, qui a mal tourné).
Comme les Palestiniens ne sont finalement pas autre chose que des cons de bougnoules incapables de fabriquer leurs trous noirs eux-mêmes, ce sont les Français, ces éternels suppôts du terrorisme, qui leur ont donné. Et voilà Harman qui tombe sur cette épave de sous-marin. Et le voilà qui comprend enfin l’horreur du monde. De l’humain. Des Palestiniens. A ce stade de la lecture, on peut éclater de rire ou vomir, c’est selon.

ou encore:
QUOTE
La sonnette d’alarme a été tirée par Jean-Daniel Brèque. Ce traducteur de Dan Simmons (mais aussi de Stephen King, le roi de l’horreur, ou encore P.F. Hamilton, celui qui a réinventé le Space Opéra avec sa saga L’aube de la nuit) est sûrement une des plumes de science-fiction les plus renommées et les plus lues à travers le monde, notamment grâce à son sublime cycle Hypérion. Dans un court texte, Brèque révélait son trouble devant les propos nauséabonds qui se multipliaient sur le site Web personnel de l’auteur américain, où se déversaient selon lui « des flots de haine contre les démocrates, les Arabes, les homosexuels, les écologistes, et cætera ». Mais un fait en particulier l’a définitivement écœurée et poussé à rompre ses relations éditoriales (il y publiait des chroniques). Il s’agit d’un échange entre Dan Simmons et un internaute que le premier « a encouragé (…) à dénoncer au FBI une jeune Palestinienne étudiant aux Etats-Unis, qui lui avait confié sa colère devant le massacre de Gaza et son désir de vengeance ». Avant de découvrir que finalement l’écrivain n’avait pu attendre et s’était chargé lui-même de la basse besogne. Depuis, Jean-Michel Brèque n’est évidemment plus son traducteur et s’est décidé à rendre publiques les causes de cette rupture.
source: http://www.regards.fr/article/?id=3944
Le communiqué de Jean-Daniel Brèque, le traducteur, sur la question à lire ici: http://lioneldavoust.over-blog.com/article-27042488-6.html

QUOTE
"voila la contribution de dix siècles de sciences islamiques"
à propos des sous marins atomiques au fond de l'Océan dans Olympos.

Bref ayant adoré "Nuit d'été" (que je recommande aux fans de "ça" de Stephen King ou encore "Les fils des ténèbres" ou "le chant de Kali"je suis bien déçu par la mentalité du bonhomme...Faut dire que je suis en train de lire "Le styx coule à l'envers" du même auteur et qui compilent ses premières nouvelles. Si certaines nouvelles sont de bonnes histoires fantastiques, celles où il essaye de faire passer un message politique sentent tout de suite le réac...à défaut de sentir le Dantec par la suite...
Bref qu'en pensez vous?
Plunk
Donc, pour la fac, je vais devoir lire ça :



IN ENGLISH, BITCHES!!
yoda_superstar
Sylvia Plath en anglais c'est un peu obligatoire je pense, à moins que là il ne s'agisse pas de poésie?
Plunk
CITATION(yoda_superstar @ 17.09.2009 - 22:28) *
Sylvia Plath en anglais c'est un peu obligatoire je pense, à moins que là il ne s'agisse pas de poésie?

C'est censé être un roman, je crois, son unique roman si j'ai bien compris. J'ai cru comprendre qu'elle était dépressive/suicidaire, aussi. Poète également, donc ?
yoda_superstar
Je la connais uniquement en tant que poétesse, donc je ne saurais dire si c'est son seul roman ou pas..

Et oui, elle était suicidaire et dépressive (ou l'inverse). J'ai d'ailleurs vu une très bonne pièce de théâtre qui retrace la nuit de sa mort, complètement hallucinée (dans tous les sens du terme) où on voit bien son rapport pas net à la gent masculine et au personnage du père.
Achille
Jsuis dans une période Soprano/films de mafieux, et j'ai retrouvé Le parrain dans la bibilothèque de mon grand père.

C'est excellent, l'ambiance du film est décuplée par plus de détails, plus d'intrigues (Johnny Fontane est beaucoup plus présent par exemple).
Jsuis arrivé au tiers, pour l'instant je me suis pas ennuyé une seconde. Dommage juste que je connaisse déjà l'histoire.
Slim
QUOTE(Plunk @ 17.09.2009 - 22:08) *
Donc, pour la fac, je vais devoir lire ça :



IN ENGLISH, BITCHES!!

essaye de voir le film "des souris et des hommes" avec John malkovitch, Gary Sinise et surtout Sherilyn Fenn!
appleminis
binouze
Encore un livre qui se passe dans la Cité Interdite, encore un livre qui parle d'Empereur.


Elle est née dans la fabuleuse dynastie Tang du vile siècle.
Elle a grandi au bord du fleuve Long, où elle apprenait à dompter les chevaux.
Elle est entrée au Gynécée impérial où vivaient dix mille concubines.
Elle a connu les meurtres, les complots, les trahisons.
Elle est devenue Impératrice de Chine. Elle a connu la guerre, la famine, l'épidémie.
Elle a porté la civilisation chinoise à son apogée.
Elle a vécu entourée de poétesses, de calligraphes, de philosophes.
Elle a régné sur le plus vaste empire sous le ciel, dans le plus beau palais du monde.
Elle est devenue l'Empereur-Sacré-Qui-Fait-Tourner-la-Roue-d'Or. Son nom a été outragé, son histoire déformée, sa mémoire effacée. Les hommes se sont vengés d'une femme qui avait osé devenir Empereur.
Pour la première fois depuis treize siècles, elle ouvre les portes de sa Cité Interdite.



Assatur
j'ai fini Le journal d'une femme de chambre de Mirbeau avant-hier, c'est quelque chose... ça m'a charmé comme à peu près tous les satellites de la maison de Médan, époque décadentiste (ou fin-de-siècle) que le roman fait revivre comme on déterre des cadavres. bien sûr au-delà du plaisir de voir Paul Bourget se faire démolir par le biais de l'héroïne (?) du bouquin, et la plongée asphyxiante dans la médiocrité des villages, leurs paroisses bourrés de mégères antidreyfusardes, y a cette irrévérence, cette gouaille qui n'a pas de classe sociale où l'anar Mirbeau fustige militaires, prêtres, journalistes germanophobes mais aussi leurs relais stupides, dévotes, fieffés antisémites de bar portuaire, bourgeoisie parisienne sans éducation (pas besoin d'attendre Mai 68 héhé) et noblesse fondue comme de la cire sur ses corsets cramés... et leurs pantins - ou mimes attitrés - les domestiques qui copient les vices de leurs maîtres et finissent en paradoxes parfaits, condamnés à la bêtise sans l'assurance de la fortune. alors certes, Mirbeau n'a pas le fiel extraordinaire de son contemporain Léon Bloy, mais son désintérêt du catholicisme le laisse baigner dans des eaux ô combien plus attirantes... vraiment un bouquin excellent, pleins de scènes jouissives, de citations assassines, même si j'imagine que sans une connaissance correcte du milieu littéraire/politique de l'époque (journaux, critiques, les mouvements et leurs tête de file) on zappe une partie de l'intérêt du livre... enfin doit y a voir des éditions bien annotés je pense.


faut que je matte le film de Buñuel (Jeanne Moreau dans le rôle de la femme de chambre) parce que sur papier ça a l'air prometteur...
Neocreed
Le dernier livre que j'ai lu c'est :



CITATION
Le vieil homme et la mer a pour héros Santiago, un vieux pêcheur cubain très pauvre. Il n'a qu'une affection dans sa vie : un gamin qui l'accompagne à la pêche. Mais la pêche est depuis longtemps mauvaise, et les parents du gamin refusent qu'il accompagne ce vieil homme qui n'a pas rapporté un poisson depuis si longtemps - depuis quatre-vingt-quatre jours exactement. Alors, le quatre-ving-cinquième jour, le vieux prend son bateau et part tout seul sur la mer. Un énorme espadon mord à son hameçon. Après une lutte terrible qui dure trois jours, il a enfin raison du grand poisson et peut l'amarrer mort à sa barque. Mais, comme le vieux, enfin, met le cap sur la terre, les requins arrivent et, malgré ses efforts pour les chasser, dévorent peu à peu l'espadon tout entier. Quand Santiago rentre au port, complètement épuisé, il ne reste de l'espadon que la tête et l'arête...


C'est le premier roman d'Hemingway que je lis. C'est un récit homérique sur le combat entre l'homme et le poisson, le poisson et l'homme, un long combat qui nous tient en haleine tout le livre durant. J'ai trouvé ça très facile à lire et au final j'ai plutôt aimé (on a vraiment l'impression d'etre dans la barque avec le vieux, en train de tirer sur la canne!) même si je ne comprend pas forcément pourquoi mon pote Ernest a recu le Pulitzer et le Nobel (en partie) pour l'écriture de ce livre... On pourrait me rétorquer le fait que ça symbolise la condition humaine : la solitude, l'abnégation, la grandeur de l'échec. Et bla et bla et bla.
Effectivement on pourrait.


Sinon actuellement je suis en pleine lecture de :


(la couv c'est l'oeuvre Cadavre d'un soldat de sape d'Otto Dix)

CITATION
Paul Bäumer est un jeune allemand. Sous les exhortations de son professeur, il s'est engagé volontaire à 19 ans en même temps que toute sa classe.
Tout au long du récit, il verra mourir, un à un, ses anciens camarades d'école, ainsi que ses plus proches camarades de régiment.
Décrivant le quotidien du soldat, entre 2 batailles, il raconte aussi d'autres événements : par exemple la manière dont avec ses camarades, il rosse leur caporal, un sous-officier bête et méchant, ou bien sa rencontre avec son ancien professeur, appelé lui aussi sous les drapeaux, et obligé de mettre ses beaux principes en application.
Obligé de mûrir d'un coup à 19 ans, Paul remet complètement en cause les références morales qu'on lui a inculquées (comme son professeur ou l'armée) et se demande comment, lui qui n'a jamais connu autre chose que la guerre, va pouvoir mener une vie normale.


Pour l'instant je trouve ce livre trèèèèèès réussi. On est vraiment pris dans la tourmente de la guerre, on frissonne, on baisse la tête mais on est aussi émerveillé par les moments de profonde humanité qui parsement le roman. C'est écrit très simplement, sans manièrisme et ça me plait beaucoup. Affaire a suivre...


Après, j'ai en point de mire La Métamorphose de Kafka, Sur la route de Kerouac et Le Feu de Barbusse. ça occupera mes longues heures de train.
Plunk
Je viens de finir A Farewell to Arms. Trop triste, la fin crying.gif, même si je me l'étais faite spoiler en cours de littérature.

Je suppose que je devrais enchaîner sur Of Mice and Men...
Kilmü
CITATION(Neocreed @ 07.10.2009 - 15:59) *
Après, j'ai en point de mire La Métamorphose de Kafka, Sur la route de Kerouac et Le Feu de Barbusse. ça occupera mes longues heures de train.

J'ai été très déçu par La Métamorphose. C'était mon premier Kafka et je m'attendais à quelque chose de plus trépidant mais aussi beaucoup plus noir.
Par contre le Kerouac je l'ai adoré !! Un des meilleurs bouquins que j'ai pu lire à ce jour ! On se voit vraiment traverser les Etats-Unis dans une vieille Cadillac rouillée !

Et en ce moment je lis:

Michel Leiris
- Miroir de l'Afrique
Un recueil d'ouvrage traitant principalement de la mission ethnographique Dakar-Djibouti.
Assez intéressant et très facile à lire (malgré la densité des informations et le nombre impressionnant de note/références) si on s'intéresse un peu à la discipline.

et pour les cours:

David Lepoutre - Cœur de Banlieues
Un ouvrage sociologique qui prend comme terrain d'étude le grand ensemble des Quatre Milles à la Courneuve.
Bouquin très prenant et qui ne s'encombre pas de trop de termes techniques (comme c'est souvent le cas), ce qui facilite grandement la lecture.
Manumal
Actuellement en train de lire ceci :

Guy Debord. Critique radicale de la marchandisation de la société. Idées-forces développées : le rôle central du « spectacle » : représentation médiatisée et fallacieuse de rapports sociaux, dans la société de consommation, à la fois moyen et seule fin. L’aliénation des producteurs au profit d’une contemplation de l’objet, l’hégémonie de la marchandise dans la vie sociale, le passage du travail pour vivre à vivre pour la marchandise. « L’usage de la marchandise se suffisant à elle-même » ; « le gadget exprime ce fait que dans le moment où la masse des marchandises glisse vers l’aberration, l’aberrant lui-même devient une marchandise spéciale » La fonction unificatrice du spectacle : « la société porteuse du spectacle ne domine pas seulement par son hégémonie économique les régions sous développées, elle les domine en tant que société du spectacle. Là où la base matérielle est encore absente, la société moderne a déjà envahi spectaculairement la surface sociale de chaque continent. Elle définit le programme d’une classe dirigeante et préside à sa constitution. De même qu’elle présente les pseudo-biens à convoiter, de même elle offre aux révolutionnaires locaux de faux modèles de révolution. »
Le style est un poil abrupt au départ mais sa construction en forme d’aphorismes puissants porte rapidement ses fruits.

« Pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible » Patrick Le Lay
Akerfeldt
C'est beau ça comme horreur tiens. J'ai jamais atteint une critique d'actualité, je suis resté à l'aliénation proposée dans les premiers écrits de Marx haha

Assatur
bah c'est de 1967 quand même ce Debord, on a vu plus récent (c'est en revanche plus actuel que jamais.)
Akerfeldt
T'es fou, je lis rien d'aussi récent, ou alors faut que je réfléchisse....ah si en fait j'ai même fini un bouquin de 1979 y a pas longtemps, dingue ça.

J'ai lu Les Vraies Lois de l'Economie de Jacques Généreux aussi...y a pas si longtemps non plus. A ce propos c'est le seul type qui soit intéressant quand il prend la parole à des meetings politiques sérieux, ils mettent que les plus grosses larves au devant de la scène c'est pas possible quoi.
Il me donnerait envie de voter non nul pour une fois s'il se présentait quelque part le bonhomme.
Plunk
CITATION(Manumal @ 11.10.2009 - 20:12) *
Actuellement en train de lire ceci :

Critique radicale de la marchandisation de la société. Idées-forces développées : le rôle central du « spectacle » : représentation médiatisée et fallacieuse de rapports sociaux, dans la société de consommation, à la fois moyen et seule fin. L’aliénation des producteurs au profit d’une contemplation de l’objet, l’hégémonie de la marchandise dans la vie sociale, le passage du travail pour vivre à vivre pour la marchandise. « L’usage de la marchandise se suffisant à elle-même » ; « le gadget exprime ce fait que dans le moment où la masse des marchandises glisse vers l’aberration, l’aberrant lui-même devient une marchandise spéciale » La fonction unificatrice du spectacle : « la société porteuse du spectacle ne domine pas seulement par son hégémonie économique les régions sous développées, elle les domine en tant que société du spectacle. Là où la base matérielle est encore absente, la société moderne a déjà envahi spectaculairement la surface sociale de chaque continent. Elle définit le programme d’une classe dirigeante et préside à sa constitution. De même qu’elle présente les pseudo-biens à convoiter, de même elle offre aux révolutionnaires locaux de faux modèles de révolution. »
Le style est un poil abrupt au départ mais sa construction en forme d’aphorismes puissants porte rapidement ses fruits.

« Pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible » Patrick Le Lay

Depuis que j'écoute Refused, je me dis que je devrais lire ça un jour... happy.gif
Assatur
les Situationnistes y avait beau en n'avoir que 3 supporters en France pour mai 68 (c'était un groupuscule étudiant de plus) faut reconnaitre qu'en Angleterre ça en a marqué plus d'un, Wire, The Durutti Column... ou la Neue Slowenische Kunst qui a repris l'idée du détournement sur des idéologies extrêmes plus ou moins détournés (Die Krupps, Nitzer Ebb, Front 242...) comme quoi ce livre est finalement assez charismatique pour une œuvre dite de philo.
Mey
QUOTE(Assatur @ 11.10.2009 - 20:26) *
bah c'est de 1967 quand même ce Debord, on a vu plus récent (c'est en revanche plus actuel que jamais.)


A lire aussi ses Commentaires sur La Société du Spectacle encore plus actuel.
Sickness
je suis en plein dans 20 mille lieues sous les mers et ça me plait beaucoup. même si ce n'est pas une lecture facile (mon Dieu, tous ces nombres !) ...
Nuke
CITATION(Sickness @ 20.10.2009 - 11:03) *
je suis en plein dans 20 mille lieues sous les mers et ça me plait beaucoup. même si ce n'est pas une lecture facile (mon Dieu, tous ces nombres !) ...


Excellent ce bouquin ^^. Toutes les descriptions faune/flore aquatique sont balaises.
Achille
Je lis le Da vinci Code

Pas inintéressant, mais abuse de procédés genre "oh la la l'héroïne connait telle information mais elle la dira pas tout de suite". C'est comme si l'auteur faisait de gros et bien lourds appels du pied sous la table pour dire "allez s'il vous plait, continuez de me lire je vous en prie". C'est vraiment gavant, surtout qu'au final les rebondissements sont grillables à 50000km. Ça finit par retomber comme un soufflet, c'est décevant. Un livre ni vraiment à chier, ni vraiment bon. Ça me laissera pas un souvenir impérissable. Ah et j'ai pas vu le film, mais je suis pas très motivé pour le coup.
mich
ce livre c'est un peu comme la leffe.
Ceci est une version "bas débit" de notre forum. Pour voir la version complète avec plus d'informations, la mise en page et les images, veuillez cliquer ici.
Invision Power Board © 2001-2019 Invision Power Services, Inc.
CommunitySEO 1.2.3 © 2019  IPB SEO Module