Aide - Recherche - Membres - Calendrier
Version complète : Que lisez-vous actuellement ?
Forums Metalorgie > Cultures / Loisirs > Littérature, Bds, Manga, Comics, ...
Pages : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58, 59, 60, 61, 62, 63, 64, 65, 66, 67, 68, 69, 70, 71, 72, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84, 85, 86
Fragone
Henri Barbusse - Le feu. Témoignage de première ligne sur la première guerre mondiale. L'auteur a 40 ans lorsqu'il décide de s'engager dans l'infanterie. Parallèlement il tient des carnets de guerre dont il se sert pour écrire le bouquin. Oeuvre essentielle pour qui souhaite en savoir davantage sur le conflit. A lire aussi sur le conflit Louis Barthas, Carnets de Guerre, un chef d'oeuvre.
yoda_superstar
Après avoir fini Ars Moriendi de Michel Onfray, cent petites histoires/anecdotes autour de la mort (très intéressant, marrant même), je me suis attaqué à Ainsi Parlait Zarathoustra de Friedrich Nietzsche.. bon je suis en partiels donc j'avance pas des masses, mais ça se lit (pas facilement quand même), reste à savoir si je tiendrai tout le bouquin.
vince-shi
T'as choppé quelle traduction ? Parce que celle de folio est absolument imbuvable, un mélange entre Yoda (le vrai) et Jean Claude Van Damme. En livre de poche c'est niquel par contre.
yoda_superstar
J'ai la version éditée chez Gallimard qui, il est vrai, présente des structures phrastiques vraiment pas banales avec le verbe au début (pas comme Yoda en fait^^) ou alors les compléments placés n'importe où. Mais je me demande si c'est pas plus ou moins la façon d'écrire de Nietzsche à la base..
Manumal
Je m'étais aussi essayé au Zarathoustra, en poche chez flammarion je crois, avec un Lion dessus. Me suis arrêté à un peu plus de la moitié du bouquin je dirais. J'serais pas trop quoi en dire, j'me demande s'il faut pas avoir tâter du Nietzsche auparavant pour rentrer décemment dans ses concepts ...
T'en as retiré quoi Vince de cette lecture ?
vince-shi
Déjà la lecture de l'édition livre de poche est largement plus aisée, c'est bien plus compréhensible.

Ce que j'en retire... difficile à dire vu la densité. Il deconstruit à peu près tout mais, euh comment dire, c'est triomphant, et ça ne m'est pas apparu comme un nihilisme désespéré, au contraire même. Ça fourmille d'idées dans tous les sens, comme je le disais c'est ultra dense. Et certains passages sont magnifiques. Et puis je ne pense qu'il soit particulièrement nécessaire de connaître Nietzsche pour y rentrer, rien que le surhomme, la mort de Dieu... ce n'est pas insurmontable non plus, enfin j'ai a peu près capté il me semble. Après, non, on ne comprend pas tout, mais comme me l'expliquait Turtle, peu importe, faut se laisser porter.

Je vais sans doute faire une seconde lecture dans les prochains jours, c'est bientôt les vacances !
mich
Actuellement Paul Emile Victor: Boréal.

Un chouette récit autobiographique/anthropologique sur les esquimaux du Groenland. Certes c'est encore une réflexion superficielle(1937) mais il y a déjà un soucis scientifique. Très intéressant.
Turtle
@ Yoda et Manu:

A l'époque où j'ai commencé Ainsi parlait Zarathoustra, je n'avais rien lu de Nietzsche,
et je l'ai quand même dévoré (avec au bout un des 2,3 livres qui ont eu le plus d'incidences
sur ma vie)

car comme je l'ai effectivement dit à Vince, c'est avant tout la puissance
qui se dégage du bouquin qui compte,
cette intensité qui irradie, qui mêle poésie, musicologie et philosophie et
te crame la gueule avec ses concepts et ses sentences cultes (Lhomme est une corde entre l'animal et le surhomme,
une corde tendue au dessus de l'abîme)
.
Il n'est pas grave de passer à côté de quelques trucs, on peut y revenir après,
c'est juste la sensation de se plonger les yeux grands ouverts dans un volcan qu'il faut retenir.

Peut-être que des œuvres comme l'Antéchrist (absolument géniale), le Gai Savoir
ou Par delà le bien le mal sont plus accessibles au première abord,
mais Zarathoustra c'est un peu l'epicentre de la galaxie nietzschéenne, donc c'est toujours
bon de s'y plonger.

Et comme j'avais déjà dit, hésitez pas à en discuter ou poser des questions si y a des intérrrogations
ou des difficultés,
à plusieurs, on pourra toujours trouver des bribes d'explication.
(Le Nietzsche de Deleuze est superbe aussi pour comprendre une grande partie
de la pensée du philosophe allemand).

Actuellement sur Le Socialisme en France et en Europe au XIXe siècle
de Michel Winock,
où l'extraordinaire rétrospective historique des premiers balbutiements de la pensée
de gauche, dans ce qu'elle avait de plus pure et de plus transcendante.
yoda_superstar
CITATION(Turtle @ 02.06.2008 - 09:43) *
(Le Nietzsche de Deleuze est superbe aussi pour comprendre une grande partie
de la pensée du philosophe allemand)


Le problème c'est qu'il faudrait un bouquin supplémentaire pour comprendre Deleuze.. =)

Parce-que parfois c'est assez opaque (plus que Nietzsche pour le coup)..
peps
Rhalala j'en touche pas une en philo, ça doit faire partie de mes plus gros regrets qu'il faudra que j'élimine un jour.

J'avais d'ailleurs commencé Zarathoustra de Nietzche l'an dernier mais rien que le fait de pas comprendre précisément ce qu'il entend par la mort de Dieu, qui me semble centrale, m'énervait, j'ai du mal à me laisser emporter si je comprends pas.

Sinon j'ai pour ma part fini le 5ème volet des Annales du Disque-Monde de Pratchett, Sourcellerie et il est vraiment très bon. Vraiment un des rares auteurs qui provoquent chez moi des éclats de rire.

Du coup, j'ai entamé Le Vaisseau des Morts de B. Traven. On ne sait pas avec certitude qui est le réel auteur de ce roman qui est sorti en allemand pour la première en 1926. Je vous retape le synopsis de 4ème de couverture :
QUOTE
Le bateau de Gerard Gale a quitté le port d'Anvers sans lui. Commence alors pour ce marin américain une odyssée à travers l'Europe des années 20. Sans papiers, sans argent, il n'est plus rien, n'existe plus, chaque pays tente de se débarrasser de lui en lui faisant passer la frontière la plus proche en douce. Il s'embarque finalement sur le Yorikke, un vaisseau fantôme, un "vaisseau des morts", cercueil flottant voué au naufrage pour que l'armateur puisse toucher la prime d'assurance, et toujours assez bon, tant qu'il tient l'eau, pour se livrer à tous les trafics. Il y connaîtra l'enfer.


Et aussi dans un genre totalement différent : Faire l'opinion. Le nouveau jeu politique. de Patrick Champagne. Sociologue, un des plus proches collaborateurs de Bourdieu, il s'attache ici à étudier la pratique des sondages dans la vie politique des démocraties modernes. C'est pas tendre mais extrêmement bien foutu.
Assatur


Le hors-série de Lire, en kiosque ce mois-ci, consacré à Céline. Je m'ennuyais pendant une heure de trou ce matin et j'ai craqué. Je l'ai déjà moitié dévoré, ce personnage est fascinant comme pas permis... D'autant plus que ce petit tas de feuilles est bien fourni. Pas mal de témoignages de gens l'ayant côtoyé, ça va de l'avant-guerre à St-Malo où il rédigeait Mort à crédit, jusqu'à ses derniers jours avec Lucette dans son pavillon à Meudon avec ses chats et son perroquet, sans oublier les heures sombres de l'Occupation passés avec ses kamarades SS... ou son exil avec la crème des Pétainistes forcenés... Si on rajoute l'interview accordé à l'Express en 1957 dans son intégralité, des pages inédites du Voyage, le serpent de mer de l'adaptation cinématographique de ce même roman, ainsi que des notes sur son exil au Danemark et les pamphlets... Il y a de quoi faire, mais le mieux reste peut-être le dictionnaire des personnages Célinien, classés par œuvres, pour voir quels personnages correspond à quel figure réel...

P'tain, ça tue quoi.
Seth
J'ai commencé Choke de Chuck Palahniuk
Slim
la lecture des livrets de paroles de fall of efrafa me donne envie de me plonger dans Watership down de Richard Adams, y'en a qui connaissent ici? ça vaut quoi?
Craipo
je me le suis payé récemment.
Pas encore attaqué en revanche.
Slim
en english?
Craipo
yep!
Pas encore eu le courage de sortir le dico et de m'attaquer à tout ça.. ^^
ça devrait venir durant l'été je pense.
vince-shi
C'est un livre pour enfants à la base non ? Quelqu'un a des infos ?
Slim
livre à plusieurs niveaux de lecture, une société de lapins comme métaphore de la société humaine d'après ce que j'ai compris.
mich
J'ai fini: la vie en rose et gris de Kitano.

Intéressant. Il raconte ses souvenirs d'enfance en apostrophant le lecteur comme quand votre grand-père veut vous raconter un souvenir. Le langage m'a surpris, mais je pense qu'il y a eu un défaut de traduction. Mais on s'habitue vite. En gros ça donne un mix entre un grand-père et un pochard qui raconte sa vie. Du Kitano quoi.
Turtle
@ Peps: C'est clair que je crois que c'est la phrase qui pète le plus chez Nietzsche, en premier lieu:
"Dieu est mort".

C'est d'une classe folle.

La suite de la phrase qu'on trouve dans le Gai Savoir aide à comprendre "... et c'est nous qui l'avons tué".

L'idée de Nietzsche est de faire un examen des valeurs qui portent et supportent l'Occident,
et qui gangrène la civilisation.

Il considère que les valeurs morales ne sont pas universelles comme on dit bien souvent,
mais contingentes, inventés de toutes pièces par des Hommes, souvent afin de contrôler les masses
et de s'octroyer un pouvoir.
Au rang des inventeurs, les religieux, qui grâce aux notions de pêché, faute, vice, culpabilité, paradis/enfer
ont pu mettre sous tutelle tout un continent et les empêcher de se libérer complètement.

Avec le travail des lumières, et la montée de l'athéisme, la non croyance envers Dieu grandit
et s'affiche. Et si le Dieu chrétien n'est plus au coeur du système de pensée des européens,
il peut -il doit y avoir- remise en cause de toutes nos règles de vie.

Dieu est mort au sens, le christianisme et son fardeau.

Et c'est là qu'il rajoute une phrase clef, "Dieu est mort, mais jusqu'où sommes nous encore pieux",
au sens mais sommes nous bien affranchis de la morale judéo-chrétienne,
ne continuons pas à vivre sous la coupelle de cette éthique morbide qui va contre la vie?

Tu peux en dire plus sinon sur Faire l'opinion. Le nouveau jeu politique. de Patrick Champagne.

@ Yoda: Oui Deleuze c'est effectivement très costaud également. ^^
Mais ce que je veux dire, c'est que si certains ne sont pas directement à l'aise avec N.;
ils peuvent lire des bouquins sur lui et sa pensée, pour commencer.

@ Assatur: J'essaierais peut-être de l'acheter, mais j'avoue avoir déjà beaucoup lu, réfléchi
et débattu sur lui. Est-ce que ça apporte beaucoup d'éléments nouveaux?

D'ailleurs si la thématique plus générale t'intéresse, j'avais lu un livre sur la place des intellectuels pendant
l'Occupation qui étaient assez génial,
entre les résistants, les exilés et les collabos (j'aurais voulu faire une thèse là dessus).
Je rechercherais le titre si tu le désires.
mich
je suis pas assatur, mais le livre sur les intellectuels pendant l'occupation m'intéresse également.
nicobass
J'avais commencé le bouquin de Berléand " le fils de l'homme invisible" mais j'ai pas réussi à m'y intéresser alors j'ai commencé Les piliers de la terre, de Ken Follet, 1000 pages de moyen, age ca va etre cool je sens
Turtle
@ Mich: Si tu habitais sur Paris, j'aurais pu te le prêter.

Les intellectuels et l'Occupation, 1940-1944: Collaborer, partir, résister,
de Albrecht Betz - Stefan Martens

Ce livre a le mérite de tordre le cou à pas mal de préjugés ou d'idées fausses,

replaçant les choix de Céline dans leur contexte, faisant un peu tomber Sartre de son piédestal
(ce que j'ai toujours pressenti), approfondissant les raisons intellectuelles de la collaboration
d'un mec comme Drieu la Rochelle qui était particulièrement brillant,
ce, sans oublier, le cas et le rôle des exilés (Jacques Maritain...)

Bref, un livre scientifique (au sens universitaire du terme) fourni, cherché,
et particulièrement intéréssant.

En littérature, je pense me faire L'assommoir de Zola d'ici peu.
Assatur
Turtle : le magasine reste plutôt un truc de fanboy j'avoue =) mais pour ceux qui viennent de s'attaquer au mythe ou pour les insatiables de l'écrivain, sa lecture reste intéressante. C'est bien fourni, riches en anecdotes et en entretiens divers, mais ça perturbera pas ta vision de Céline je pense.

Sinon je finis Pulp de Bukowski, hommage aux romans de gare où il se met dans la peau de Nick Belane, "le meilleur privé de L.A." chargé par la Mort herself de retrouver... Louis-Ferdinand Céline, qui n'est pas mort à Meudon en 1961 mais coule des jours paisibles aux Etats-Unis. Ce faisant, notre enquêteur de choc va butter sur des extra-terrestres, sur des histoires aussi sordides qu'insensées, pendant que Bukowski livre à travers son personnage moult références à ses romans autobiographiques. Doublement amusant pour qui connait déjà le bonhomme donc... sinon encore assez burlesque pour intriguer les esprits libres et les amateurs de littérature =)

Après je m'attaque au Hamlet de Shakespeare, tiens.
Turtle
Tain je me suis pas fait le Pulp et il a l'air assez épique !

Et Hamlet, ah Hamlet,
bein y a tt dedans, c'est l'humanité renfermée, et plus encore.

Peut-être le plus grand livre de l'Histoire de la littérature avec Les Frères Karamazov.

PS: Ok pr le mag. Je vais l'acheter quand même.
mich
ok, je vais chercher. ça à l'air intéressant et ta description laisse à penser que le livre ratisse large et n'est pas un plaidoyer contre le intellectuels collabo.

EDIT: pour les amoureux de Burroughs et son festin nu, sachez que Gallimard vient de l'éditer dans une belle édition qui rappelle les collections pochothèques(pour les couvertures). Mais c'est ps tout, cette belle édition se voit compléter par le film du même nom. Aussi pour 13€(arrondis) vous avez le livre et le film.
Turtle
CITATION(mich @ 04.06.2008 - 10:51) *
ok, je vais chercher. ça à l'air intéressant et ta description laisse à penser que le livre ratisse large et n'est pas un plaidoyer contre le intellectuels collabo.


Voilà c'est exactement ça.
Et c'est ce qui en fait une bonne thèse historique,
car l'Histoire n'a pas pour vocation à juger moralement des événements.

Pour le Festin Nu, un des livres dont j'ai eu le plus de mal à lire (avec le Bruit et la Fureur de Faulkner),
tant du fait du fond que par la forme.
Ca t'avait fait ça toi?


mich
Ben, honte à moi, je l'ai pas encore lu.
Je profitais de cette new, pour indirectement, avoir quelques avis sur ce livre dont j'ai tant entendu parlé. Le film m'attire pas mal, avec les avis que j'ai eu.
D'ailleurs: faut-il avoir lu le livre pour voir le film?
vince-shi
Turtle > Le film de Cronenberg doit être assez extrême aussi, tu l'as vu ?
Turtle
CITATION(vince-shi @ 04.06.2008 - 11:35) *
Turtle > Le film de Cronenberg doit être assez extrême aussi, tu l'as vu ?


Un de mes meilleurs potes s'était fait trouer le cul par le film et m'avait ordonné
de le voir,
je l'ai choppé dans la foulée... c'était y a 3 ans,

et comme un con, je l'ai tjrs pas vu.

Je vais essayé de le faire dans la semaine, et comme ça j'essaierais de faire un petit
comparatif.

Sinon pour te répondre Mich, je pense que c'est tjrs pareil,
on est déçu d'un film après avoir connu un livre, parce qu'on s'était fait soi même
la propre narration avec ses propres images. Donc why not le voir direct.

M'enfin vu le délire de junkie cradingue et baisé à souhait du William,
je me demande ce que peut rendre la mise sur pellicule.
mich
ça ouais, comme toujours. Mais dés fois lire le livre avant permet une meilleure compréhension.

Va dans le topic films de barjo dans le forum ciné. En gros il a l'air terrible.
Garik
J'ai terminé " L'usage du Monde " ( qui était vachement bien ) et je me remet à " Conan Le Flibustier " ( beaucoup moins ambitieux littérairement certes, mais c'est bien quand même )
yoda_superstar
@ Turtle, Vince et Mich > vous DEVEZ voir Naked Lunch de Cronenberg !! le film est en fait une libre adaptation du bouquin (que je n'ai pas lu malheureusement) donc inutile de lire l'un avant de voir l'autre. Ah et puis ce film est une de mes expériences cinématographiques les plus traumatisantes, il m'a vraiment laissé une impression très étrange après visionnage, j'étais très euphorique un peu comme après une gros jug.
Turtle
Impératif bien reçu mon Yoda. wink.gif

Je ferais mon compte rendu le plus vite possible.
arnbator
je finis mon bouquin sur l'ordre des chevaliers teutonique et après je m'attaque à l'histoire de la mésopotamie
vince-shi
Intrigué par vos commentaires et surtout par le personnage je me suis offert le hors série de Lire consacré à Céline.

J'étais déjà intrigué par Céline avant de lire le magazine, repoussé par le personnage et ce que j'ai entendu à propos de ses livres. Cette lecture me conforte malheureusement dans mes idées, peut-être à tort. Mais le personnage suinte tellement la mauvaise foi, la haine et cet espèce de "cynisme cruel" dont-on parle dans un article que je sens bien que si je m'attaque à la lecture d'un de ses livre j'aurai probablement envie de le déchirer toutes les deux minutes. Je n'ai vraiment pas envie de m'infliger ça.

Quelques citations savoureuses qui font rire jaune aussi, parlant de Sartre : "damné pourri croupion, satanée petite saloperie gavée de merde, hideux chiant pourvoyeur" ou de Proust : "trois cent pages pour dire que Tutur encule Tatave c'est trop".

Bref, c'est très intéressant pour ceux qui veulent en savoir un peu plus sur le personnage sans pour autant avoir envie de creuser davantage comme ça doit l'être pour ceux qui sont des inconditionnels. On en apprend un peu sur le pourquoi du comment de son anti antisémitisme, sur sa vision désabusée (et irritante) des choses. Je ne m'étale pas, je n'ai pas grand chose à dire de plus.
Turtle
Tu as suffisamment expérimenté l'art et ses dérivées pour savoir
qu'il existe un esthétisme de la douleur, un esthétisme du glauque et de l'indicible.

Il me semble que tu avais lu Bleu presque transparent non?
C'est un peu la même chose.

Céline a ouvert la voie à une nouvelle forme de littérature.
Le XIXe avait osé s'affranchir de ces codes classiques qui ne montraient que des hauts faits
et des sujets nobles pour peindre le réel "comme il est"(le réalisme),

Céline a été plus loin, il a été exhumé le "sous-réel",
cette crasse si immonde qu'elle est ignorée, parce que beaucoup en détourne les yeux.

Il est à ce titre, le père de la littérature actuelle,
enfant d'un nihilisme désabusé et d'une misanthropie écorchée,

reprise par tous les américains (Fanté, Selby Jr, Bukowski, Salinger puis désormais BE Ellis),
eux mêmes repris par les français (Angot, Houellebecq, Beigbedder).

Il vomit ce qu'il voit, donne droit de cité à l'immondice, et tapisse toutes ses pages d'une odeur de pisse rance,
qui provient du jet dont il arrose le monde.

Artistiquement, c'est dur, très dur,
mais au moins tout aussi intéréssant que douloureux.
corbak
Le loup des steppes.

J'aime. Enfaite j'aime tellement que j'aimerais être le seul à posséder ce bouquin, qu'il ne fut écrit par personne et qu'il n'existe qu'un seul exemplaire que seul moi puisse-lire. C'est un peu bizarre comme sentiment, ça m'avait déja fait ça avec des disques mais jamais avec des livres. Ressenti personnel, dirons nous du coup un peu dur d'en parler. Impossible même, mais je conseil, évidemment.

Et apres, ô dilemme infernal, il me faudra faire un choix entre lire d'autres livres d'Hermann Hesse ou alors pleins de trucs d'Aleiseter Crowley parce que ça à l'air vachement bien, mine de rien.

vince-shi
Je n'ai pas lu Bleu presque transparent, j'ai lu l'autre Murakami.

Sinon oui, je comprend tout à fait l'impact qu'il a eu sur la littérature et je comprend évidemment que l'on puisse l'admirer et le pourquoi du comment. Le pire dans tout ça, c'est que je parle de Céline sans l'avoir lu, seulement je n'ai pas envie de le lire pour l'instant, ça me repousse.

A l'inverse Fante ne m'a posé aucun problème, je n'ai pas trouvé le cynisme et la haine qui me repoussent chez Céline dans Demande à la poussière.
Pentacle
En parlant de Céline, je vais essayer de m'y mettre pendant les vacances...
Yaurait une de ses œuvres en particulier à conseiller? Assatur? Turtle? ...?
Assatur
Si il ne devait en rester qu'un, ce serait Voyage au bout de la nuit. Le style de Céline y a pas encore pris son envol, mais il reste un formidable cri de désespoir. Si t'as accroché, tu pourra continuer sur Mort à crédit, pour voir l'autre facette de son Œuvre, avec la fameuse "petite musique" de son écriture, qu'il déconstruit à coup de points de suspensions notamment. Après, il faut lire la lettre à Sartre et Entretiens avec un docteur Y, le reste faut être vraiment fan. La Trilogie Allemande, si t'es pas accroché par l'écriture, c'est inutile.
Slim
"Voyage au bout de la nuit" ou "Mort à crédit" je dirais.
Et sinon concernant Céline, je trouve que ça fait du bien d'avoir un auteur chez les classiques qui soit un peu dans le subversif border line même s'il n'y a absolument rien de tabou dans "Voyage au bout de la nuit" ou ses autres classiques . Des fois ça fait du bien un coup de pied dans la fourmilière du consensualisme histoire de se réveiller un peu ... Et un gros LOL pour sa vision de Proust et de Sartre qui est assez bien trouvée.
edit:devancé par Assatur
Pentacle
Ok j'en prend note, merci les amis. smile.gif
Turtle
Rien de tabou?

Rien que dans Mort à crédit et dans Voyage au bout de la nuit,
Céline met en scène la pédophilie, la prostitution, la pédérastie, le racisme,
le colonialisme, le parricide, la trahison, le meurtre, l'abandon, le vol.

Pour l'époque, c'était vraiment se lancer à l'abordage dans bons nombres de tabou.

@ Pentacle: Voyage au bout de la nuit est peut-être la plus grande oeuvre de la littérature
du 20e siècle avec Le Rivage des Syrtres de Julien Gracq.

Pas besoin d'aller chercher plus loin donc. Je crois que c'est le meilleur des commencements.

Mais tu peux pour le plaisir lire la première page de Mort à Crédit qui est la plus belle première
page que j'ai lu de ma vie (celle de l'Insoutenable Légèreté de L'être de Kundera vaut son pesant d'or aussi).

@ Vince: Fait toi un jour Bleu Presque transparent.
C'est pas long et c'est juste fantastique.

La rage et le sublime, la fureur et la poésie. Le screamo incarné en livre.
Slim
oui c'est vrai (bon j'avoue que ça fait très longtemps que je n'ai pas lu ces romans donc j'ai un peu oublié ph34r.gif unsure.gif ...)
Enfin je voulais juste dire que ces romans n'avaient rien à voir avec "Bagatelles pour un massacre" par exemple....
yoda_superstar
CITATION(Turtle @ 07.06.2008 - 15:32) *
@ Vince: Fait toi un jour Bleu Presque transparent.
C'est pas long et c'est juste fantastique.

La rage et le sublime, la fureur et la poésie. Le screamo incarné en livre.


Je dis +1, livre vraiment intense et jamais la vulgarité n'a été décrite aussi joliment (dans ce que j'ai pu lire dans ma vie).. je suis toujours curieux de connaître l'odeur de l'ananas pourri après ça.. ^^

J'ai vu qu'il existait un film aussi, mais pas réussi à mettre la main dessus, quelqu'un l'aurait-il vu?
Assatur
QUOTE(Turtle @ 07.06.2008 - 15:32) *
Mais tu peux pour le plaisir lire la première page de Mort à Crédit qui est la plus belle première
page que j'ai lu de ma vie (celle de l'Insoutenable Légèreté de L'être de Kundera vaut son pesant d'or aussi).


J'ai lu les deux pages dont tu parles, et je ne peux que t'appuyer. L'incipit de Mort à crédit je l'ai appris par coeur ph34r.gif.

Hamlet mis en pause quelque temps, j'ai commencé Alcools d'Apollinaire et je reste scotché. J'en dirai plus une fois remis de mes émotions haha.
Turtle
CITATION(Assatur @ 07.06.2008 - 19:55) *
J'ai lu les deux pages dont tu parles, et je ne peux que t'appuyer. L'incipit de Mort à crédit je l'ai appris par coeur ph34r.gif.

Hamlet mis en pause quelque temps, j'ai commencé Alcools d'Apollinaire et je reste scotché. J'en dirai plus une fois remis de mes émotions haha.


Grand, Apollinaire, grand!

Le mec qui a inventé le terme "surréalisme" quand même. Un des pères du mouvement, avant l'heure.
Les poèmes à Lou sont super touchants également.

Un autre de nos grands auteurs emportés par la Guerre.

J'avais eu une discussion avec un type qui m'avait dit le nombre d'écrivains morts
à (ou des suites) la Première Guerre mondiale et c'était assez saisissant.

Ecoute "Death Of Oceans" pour te faire plaisir si tu es dans ta période Apollinaire. Tuerie.
http://www.myspace.com/followedby37secondsofhappiness

@ Slim: Oui d'accord, je vois ce que tu veux dire. Tu comparais avec les censurés quoi, donc
c'est clair que ceux qu'on a cité sont des ivres d'enfants de chœur à côté.; )

@ Yoda: Excellent que tu l'aies lu !!
Ahaha l'ananas putain, trop important,
c'est super métaphorique quoi,
symbole de la décrépitude et de la dégénérescence tant du personnage, que de la société,
et de la génération perdue à laquelle il appartient.

Ca me fait penser aux fourmis qu'on voit un peu partt dans les tableaux de Dali
et qui symbolise aussi la putréfaction et la décomposition des corps (sociales?).

Pas vu le film sinon, mais ça m'intéresserait grandement (quoique peut-être peur d'être déçu)
Pentacle
Comme prévu je commence Voyage au bout de la nuit de Céline.
J'en dirai évidemment plus quand je l'aurai fini.
mich
En ce moment: la perle de John Steinbeck
Ceci est une version "bas débit" de notre forum. Pour voir la version complète avec plus d'informations, la mise en page et les images, veuillez cliquer ici.
Invision Power Board © 2001-2019 Invision Power Services, Inc.
CommunitySEO 1.2.3 © 2019  IPB SEO Module