Quand arrive le week-end, on a envie de rien glander ou de s’évader pour oublier la semaine de boulot à l’usine, d’études pour les glandeurs (et futurs chômeurs) et de chômage pour les galériens.
Et là, ce week-end se passe à Paris pour voir HORS CONTRÔLE, LOS TRES PUNTOS et les locaux de BINOUZE METAMPHE GANG. L’équipe de l’Aficionados Fest a bien fait les choses.

L’affiche de la veille m’intéressait moins, le punk très rock, trop rock même de DIEGO PALLAVAS n’est pas du tout ma canette de bière. Mais ce soir, tout l’est.
Malgré une asso bien engagée, certains abrutis apos n’ont pu s’empêcher de venir. Ceux-ci ont dû courir vite afin d’éviter de se prendre en pleine gueule leurs accointances douteuses. Pour paraphraser quelques collègues rédacteurs ici-même : un petit coucou au crétin qui se plaignait des “reds” et qui ne voyait dans le punk qu’une musique à consommer. Crétin qui en discutant quelque peu avoua sa passion pour le terroir français et le nationalisme. L’apolitisme là-aussi n’est que de façade. C’est bien beau de peser 90 kilos mais quand on tape comme on pense, c’est-à-dire une merde, faut pas s’étonner de se retrouver par terre et remercier la sécurité RATP de venir. Pourtant, ça porte du ACAB.

Les locaux de BINOUZE METAMPHE GANGsont les premiers à jouer.



La suite se lit