IPB
News metal / punk / hardcore / rock - L'agenda concert - Les chroniques

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

286 Pages V  « < 284 285 286  
Reply to this topicStart new topic
> Vous jouez Ă  quoi en ce moment?, dites nous tout
V.N.A.
posté 05.05.2020 - 13:33
Message #5701


Star régionale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 526
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Collection Of Mana

Voilà, je vais enfin m'attaquer à ce monument de la super NES qu'est Secret Of Mana, qui plus est fourni avec le premier et le troisième opus de la saga, que demander de plus ?
Sauf que non.
Non non non non.
Non non non non non non.
Non.
Non.

DĂ©jĂ , avant mĂŞme de parler des jeux :
Aujourd'hui, tous les jeux ont des didacticiels, même quand ce n'est pas nécessaire. Généralement le début ne sert qu'à apprendre les bases, et dès qu'une nouvelle mécanique intervient dans la suite, c'est expliqué en long, en large et en travers. Mais fut un temps où ce n'était pas le cas. Non, à l'époque, les jeux étaient fournis avec une notice, et bien souvent elle n'était pas là juste pour faire beau. Des fois on pouvait s'en passer, certes, mais des fois c'était un peu plus gênant si elle manquait. Et là, quand on commence la partie, on se rend compte qu'on est clairement dans ce deuxième cas. C'est bien beau de nous ressortir des vieux jeux, mais ce serait encore mieux de fournir ce qui va avec.


Mystic Quest

C'est marrant, j'étais persuadé que comme son petit frère, Mystic Quest était à l'origine un jeu de Super NES. Sauf que je confondais avec Mystic Quest Legend, qui n'a rien à voir (une histoire de noms pour la localisation occidentale, apparemment). Le Mystic Quest dont il est question ici est sorti sur Game Boy en 1991. Pas que ce soit une tare en soi, malgré l'absence de couleur, il y a des jeux de Game Boy que j'ai beaucoup aimés. Mais là, non seulement ça a extrêmement mal vieilli, mais même si je l'avais eu dans les mains en étant gamin, je ne crois pas que j'y aurais beaucoup joué.
Si ce n'était que les menus et les commandes qui manquent de clarté (sûr qu'avec une notice, ça irait mieux...), ça irait encore, on tâtonne au début et après on comprend comment ça marche.
Quand on rencontre des PNJ, c'est déjà plus pénible : là, pas besoin d'appuyer sur une touche pour leur parler, les effleurer suffit... et sachant qu'ils n'arrêtent pas de courir dans tous les sens et notamment de passer devant les portes, et qu'en plus la vitesse de défilement des textes est trèèèès lente et que certains racontent leur vie (et pour rendre ça encore moins agréable, tout est écrit en majuscules), "pénible" tient plutôt de l'euphémisme. Mais même ça, ça reste relativement tolérable, on essaie juste de prendre le coup et de ne pas en approcher un par mégarde, même si ce n'est pas toujours possible avec leurs mouvements erratiques.
Non, le pire, c'est les monstres. Les hitbox très approximatives, d'accord, on se rappelle que c'est un vieux jeu de GB. Les monstres invincibles, c'est déjà plus frustrant, mais on les esquive quand on peut. Mais alors quand on change d'écran et qu'un monstre (invincible ou non) se tient juste là sur le bord, prêt à nous accueillir à grands coups de... d'effleurements maléfiques ? bref, qu'ils font perdre des PV au perso sans qu'on puisse les éviter, là ça devient vraiment problématique. Encore pire, il y a ceux qui disparaissent purement et simplement de l'écran pour réapparaître quelques secondes plus tard sur le perso et lui infliger l'altération "poison" qui fait crever en dix secondes...

Donc voilà, je ne suis pas suffisamment maso pour aller bien loin, et si jamais un jour j'ai envie de retenter l'aventure, je me pencherai plutôt sur Sword Of Mana qui en est une refonte. Mais en attendant, je vais plutôt passer au chef-d’œuvre Secret Of Mana, là au moins je devrais m'éclater... non ?


Secret Of Mana

Bon, je vais être honnête, contrairement au précédent, celui-là, si je l'avais connu plus jeune, je l'aurais sans doute bien aimé. Je ne serais probablement pas arrivé très loin, mais j'aurais bien aimé. De toute façon, j'exagère à peine si je dis qu'avant la PS1 et FFVII, je ne savais même pas que les jeux vidéo avaient une fin, le but quand on commençait une partie c'était juste de réussir à aller plus loin que la fois précédente.
Mais là, à le faire maintenant, il y a trop d'éléments agaçants qui s'accumulent et me font régulièrement lâcher la manette. Je ne crois pas avoir fait de session de plus d'une heure alors qu'en temps normal, dans un JRPG, je ne vois plus les heures défiler.

Déjà, je n'ai pas souvenir d'avoir déjà vu de menu plus mal foutu. Contre-intuitif (jusque dans l'utilisation des boutons !), incompréhensible de prime abord (normalement, je me référerais à la notice)... Même les objets, on ne sait pas à quoi ils servent (à un moment j'ai ramassé une corde, j'ai cru que c'était un objet-clé pour descendre une paroi repérée un peu plus tôt... perdu, c'est une corde magique qui sert à revenir à l'entrée du donjon). Ah, c'est sûr, à voir, c'est plus joli qu'un menu en bête forme de liste. En gros, c'est stylisé au détriment de l'aspect pratique, parce qu'évidemment, dans un RPG, on s'en fout que le menu qu'on ouvre régulièrement soit pratique, tant qu'il est joli...

Les combats : les hitbox approximatives (un peu moins que dans Mystic Quest, tout de même), passe encore, le jeu remonte à plus de 25 ans, je veux bien. Mais sérieusement, quitte à faire de l'Action-RPG, ça aurait été sympa de ne pas rendre ça MOINS dynamique que du tour par tour. L'absence de combos n'est pas le problème, mais entre cette barre de chargement qui se vide à chaque coup et minimise les dégâts infligés tant qu'elle n'est pas pleine (10% ou 90%, c'est pareil), et les ennemis qui ne prennent aucun dégât tant qu'ils ne se sont pas relevés (et, pour les monstres volants, revenus à leur altitude habituelle), les affrontements deviennent vite super lourds. Étape 1 : attaquer (mais juste une fois). Étape 2 : attendre. Étape 3 : reprendre à l'étape 1. Allez, s'il y a plusieurs ennemis à la fois, on passe le temps d'attente à les éviter, au moins ça donne quelque chose à faire.
Et quand la magie intervient, c'est encore pire. Quand c'est l'adversaire qui l'utilise, c'est impossible à esquiver, et en plus de ça, ça bloque le personnage durant une petite dizaine de secondes. Une attaque de feu ? Ce n'est pas une boule de feu qui fonce sur le perso, c'est directement le perso qui prend feu, où qu'il soit. Et quand on obtient des pouvoirs magiques après quelques heures de jeu... déjà, quand j'en ai eu besoin, j'ai galéré 5 minutes à trouver comment s'en servir (encore une fois, c'est sûrement expliqué dans la notice non fournie), et... ô joie, il faut passer par le menu, de quoi casser encore plus le rythme.

Les personnages : bon, déjà, un jeu qui demande au joueur de donner des noms aux personnages, moi j'ai plutôt tendance à interpréter ça comme un "on s'en fout d'eux alors appelle-les comme tu veux" de la part des développeurs et à le prendre comme une invite à l'insulte (en six lettres max). Mais passons. On débute l'aventure seul, mais par la suite on débloque deux compagnons qui nous suivent partout et combattent à nos côtés (et pour le troisième, faut perdre du temps à l'entraîner, parce qu'on le récupère au niveau 1). Enfin, "combattent", c'est un bien grand mot. Alors c'était sûrement très bien de pouvoir jouer à deux sur Super NES. Mais en solo, c'est pas la même. Encore dans les jeux actuels, il y a très souvent de quoi râler contre les IA des alliés. À l'époque, c'était bien pire. Leur contribution au combat est minime, en revanche pour se faire tuer, là ils sont forts. On peut théoriquement paramétrer leurs actions pour qu'ils se défendent et restent à l'écart des ennemis, mais le seul résultat, c'est qu'ils se font buter tout aussi rapidement mais en attaquant encore moins. Et si ce n'était que ça, disons qu'ils serviraient de leurre et basta. Mais non, il y a pire. On ne peut pas s'éloigner d'eux de plus de quelques pas, donc dès qu'ils se bloquent dans le décor (ce qui arrive souvent, avec tous les cailloux et les plantes qu'on est obligé de contourner) ou qu'ils sont coincés par un ennemi, ils nous retiennent avec leur laisse invisible. Bon, y a qu'à les laisser crever, alors... sauf que non ! approchant du bout du dernier donjon où je suis arrivé, je ne pouvais pas continuer avec un perso dans cet état, donc plus qu'à revenir à l'auberge pour y dormir, et repartir en faisant gaffe à ne pas le perdre en cours de route (en trichant avec la sauvegarde rapide, parce que voilà). Pour joueur seul, un seul personnage à gérer, ça aurait été tellement plus pratique...

L'exploration : de ce que j'en ai vu, le monde était sympa, mais il y a un gros problème quand on s'y balade : plutôt que de rester centré sur le perso actif, l'écran ne se déplace que quand on est presque collé au bord (quand on va vers le bas, c'est encore pire avec les barres des persos qui empiètent sur le peu de terrain visible). Ce qui veut dire que même en avançant prudemment, bah des fois on se prend des coups parce qu'on ne pouvait pas voir l'ennemi juste devant. Ou quand il faut traverser un trou à l'aide du fouet, on ne voit pas le point d'ancrage en face, vachement pratique (déjà que cette fonction marche quand elle veut...).

...Et malgré tout ça, j'avais prévu de finir le jeu. Mais ça, c'était jusqu'à ce que je tombe sur un boss... bon, je ne vais pas dire imbattable, il doit bien être possible de le vaincre, je n'aurais pas entendu autant de bien de ce Secret Of Mana s'il était impossible à finir. Mais là, je ne comprends pas et je n'ai plus envie de chercher, ça a achevé de me décourager. En gros, ce boss lance des attaques magiques, qu'on ne peut donc pas esquiver. Ah, on a le temps de l'attaquer une fois ou deux, en début de combat... mais à partir du moment où il lance un sort, c'est terminé, on ne peut plus rien faire. Il enchaîne ses sorts, dès que les persos se relèvent d'un coup c'est pour se prendre aussitôt le suivant, il n'y a plus moyen d'agir. J'ai essayé de l'affronter deux-trois fois (avec la sauvegarde rapide, je n'aurais probablement pas eu le courage de repartir de l'auberge avec la sauvegarde normale), pour le même résultat. J'ai déclaré forfait.
Maintenant, il existe une version remake (et une de la suite qui arrive prochainement). Apparemment, les adeptes de l'original en disent plutôt du mal, mais il paraît que c'est plus accessible, à voir si ça me convient mieux.

Et là, en principe, il me reste Trials Of Mana. Je m'y essaierai sûrement, puisqu'il est là. Mais pas maintenant. Non, là je vais plutôt me lancer dans un jeu garanti sans prise de tête.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 10.05.2020 - 15:38
Message #5702


Star régionale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 526
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755




Suite à mon échec critique avec Collection Of Mana, j'ai décidé d'arrêter les RPG. Trop compliqué. À la place, je vais plutôt jouer à du Rail Shooter... Oui 'fin bon, flinguer des gugusses ou des monstres à tour de bras, pas sûr que ça me passionne bien longtemps... Ah, je sais ! Un Rail Shooter avec des filles ! Plein de filles ! Des lycéennes, même. Et quelques enseignantes, pour varier les plaisirs. Et un ange. Et un démon. Et même un fantôme, si on fouille un peu. Les trois au féminin, hein.
Donc voilà, j'ai joué à Gal*Gun 2.



En fait, c'est un peu la version jeu vidéo du harem manga. Je suis sûr que si ce n'était pas japonais, ça donnerait un truc absolument dégueulasse.
Par moments, ça peut être très drôle, surtout avec certains choix de dialogues.
Mais côté gameplay, ça paraît vite assez limité, surtout quand on fait les différentes fins et qu'on doit se retaper les mêmes niveaux. Sans même compter les missions annexes, en quantité phénoménale mais avec genre 70 fois la même.
J'ai joué à Gal*Gun Double Peace il y a quelques années, et je n'ai pas souvenir que c'était aussi redondant (enfin, un peu quand même, mais pas à ce point). D'ailleurs, j'ai découvert que contrairement à ce que je croyais, le Double Peace n'est pas une version "upgradée" du 1 mais bien un jeu à part (alors pourquoi il ne s'appelait pas 2 et celui-là 3, allez savoir), mais vu que le vrai 1 n'est pas sorti chez nous, rien d'étonnant à ce que je ne le connaisse pas.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Euka
posté 22.05.2020 - 17:29
Message #5703


N'aime pas le Metal.
****

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 14077
Inscrit : 05.06.06 - 11:42
Lieu : Le Mans City
Membre n° 10251




J'y ai joué 20 minutes sur Switch. Pas un jeu pour moi ...
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 23.05.2020 - 08:03
Message #5704


Star régionale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 526
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755




Ah mais ce n'est pas un jeu pour n'importe qui, il se réserve à un certain public ! Pour en faire partie, il faut se situer quelque part entre l'ado boutonneux et le vieux pervers tongue.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 29.05.2020 - 20:42
Message #5705


Star régionale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 526
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755




J'ai été pris d'un bref élan de remords et tenté de redonner une chance à Secret Of Mana. Mais puisque j'étais bloqué face à un boss et que le but n'était pas juste de me refaire latter et réabandonner tout de suite, j'ai honteusement zyeuté une soluce. Qui m'a dit qu'il fallait utiliser la magie, celle-là même qui est chiante à utiliser. Mais qu'avant ça, il fallait farmer pour la faire augmenter de niveau, et qu'il faudrait continuer après. Et en plus, j'ai vu que je n'étais même pas au tiers du jeu. Finalement, j'ai réabandonné avant même de relancer la partie.
Et puis bon, pourquoi y repasser du temps alors que ça va me saouler et que j'ai déjà trop de jeux à faire ? Et trop de consoles qui réclament de l'attention, aussi. De temps en temps j'arrive à me rappeler qu'il n'y a pas que la PS4 et la Switch dans la vie.
Il y a aussi la Vita, par exemple, même si après avoir passé de longs mois (ou est-ce que ça se compte en années, maintenant ?) dans la solitude, elle a boudé un peu avant de consentir à démarrer, le temps que la batterie commence à se recharger (je dis ça, mais la Switch fait pareil si je la laisse débranchée pendant trois semaines). En plus, elle a un petit paquet de jeux auxquels j'ai envie de jouer (parce que contrairement à la croyance populaire, elle a pas mal de jeux, juste pas forcément dans les genres les plus populaires). Bon, le problème pour le paquet de jeux auxquels j'ai envie de jouer, c'est que je pourrais en dire autant d'à peu près toutes les consoles.
Enfin bref, je me suis attaqué à un jeu que j'avais prévu de faire depuis fort longtemps.



Danganronpa 2 - Goodbye Despair

Comme le premier Danganronpa, on est sur du visual novel avec un côté enquête / point & click. On incarne un étudiant parmi seize qui croyaient intégrer une fac très réputée (pour y entrer, chacun doit avoir un talent "ultime", et ça peut être dans des domaines très variés : le cuisinier ultime, l'épéiste ultime, le mécano ultime, la gameuse ultime, le coach ultime, la photographe ultime... seul notre perso est sous le coup d'une perte de mémoire et ne se souvient pas de son talent) mais à la place se retrouvent seuls sur une île paradisiaque. Hôtel, boutiques et autres, tout est approvisionné et entretenu, mais il semble n'y avoir absolument personne d'autre qu'eux depuis leur arrivée. Très vite, une règle est mise en place : pour espérer partir, il faut tuer quelqu'un... et ne pas se faire prendre.
Dès lors, chaque chapitre se découpe en trois phases :
- dayly life : découvrir de nouveaux lieux (à chaque chapitre, on a accès à une île supplémentaire), assister à divers événements, tisser des liens avec les autres... ça s'achève sur la découverte du corps sans vie d'un(e) camarade ;
- deadly life : on mène l'enquête en observant les corps, les lieux associés au crime et à la victime, en écoutant ce que les autres ont à dire... concrètement, impossible de se planter puisque le jeu nous dit où il faut aller et quand on a tout trouvé, la phase suivante ne se déclenche qu'une fois tous les éléments réunis ;
- class trial : le procès, où tous les survivants sont regroupés et où on tire des conclusions à l'aide des indices rassemblés afin de déterminer l'identité du coupable ainsi que le déroulement précis des faits. Et là, les discussions sont entrecoupées de divers mini-jeux...

...Et c'est là que se trouve le plus gros problème de Danganronpa 2 : parmi ces six mini-jeux (si je n'en oublie pas, et sans compter les fois où il faut juste choisir une réponse parmi plusieurs choix), seulement deux sont vraiment pertinents ; deux ne servent qu'à mener à une conclusion évidente (l'un pas désagréable à jouer mais pas franchement utile, l'autre juste chiant) ; un partait d'une bonne idée mais est très mal foutu (il faut juste bourriner les touches sans avoir le temps de lire ce qui est dit, pour un truc censé faire avancer la discussion, c'est moyen) ; et enfin un dont le seul intérêt réside dans ses trois dernières secondes (et si on se loupe durant ces trois secondes, y a plus qu'à le recommencer...).
En gros, la plupart du temps ces mini-jeux ne servent qu'à casser le rythme et rallongent inutilement les phases de procès, alors que le jeu est déjà largement assez fourni pour se passer de telles longueurs. C'était déjà un peu le cas dans Danganronpa premier du nom, mais pas à ce point-là. Clairement, les procès auraient gagné à être abrégés, surtout côté mini-jeux, mais aussi un peu côté blabla, parce que passer de longues minutes à énoncer des évidences, ça devient un peu lourd au bout d'un moment. Par ailleurs, mener des réflexions lors des phases d'enquêtes aurait aidé à rendre ça plus digeste, plutôt que d'avoir un perso qui débranche son cerveau tant que ce n'est pas le procès.
(Exemple : pendant l'enquête, un couteau cranté plein de sang est trouvé à côté de la victime ; parallèlement, on sait qu'il manque une broche à viande, mais on ne sait pas encore si ça a de l'importance ; 5 minutes plus tard : après étude du corps, on apprend que l'arme du crime a provoqué des blessures circulaires d'un diamètre d'environ 5mm ; bien plus tard, pendant le procès : oh, ça alors, le couteau ne serait pas l'arme du crime !?! mais alors qu'est-ce que ça pourrait bien être ? je sais, on va faire un mini-jeu chiant pour trouver la réponse ! ; moi devant l'écran : et t'aurais pas pu trouver ça plus tôt, t*** d* c** ? ; mais non, on attend bien sagement le procès pour faire le moindre lien entre les indices ; par contre, côté mémoire, c'est du niveau photographique, mais apparemment ça n'étonne personne.)
Même en considérant qu'il n'est généralement pas trop dur de déterminer le coupable à l'avance, les procès sont censés être des successions de révélations et autres retournements de situations, mais pour le coup, on nous y prépare tellement à l'avance (pas explicitement, mais probablement histoire que les révélations ne semblent pas tomber comme un cheveu sur la soupe) que bien souvent, la surprise n'est pas au rendez-vous (le premier Danganronpa marchait beaucoup mieux de ce point de vue). Et les deux fois où l'histoire essaie de forcer l'imprévu, ça donne la résolution finale du chapitre 2 qui semble assez bancale alors qu'elle était précédée de bonnes idées, et celle du chapitre 3 qui occulte carrément la question essentielle (sur le coup j'ai cru qu'on y reviendrait plus tard, mais non) ! Quant à l'intrigue plus globale, elle a beau être bien fichue, pour ce qui est des grosses révélations finales, quand on y arrive elles sont éventées depuis longtemps (pour l'une d'elles, depuis le tout début du jeu !).

Reste que l'histoire est très chouette à suivre, que les personnages sont fous (dans le bon sens du terme), et qu'on se plaît à résoudre les mystères (même si c'est assez frustrant d'avoir systématiquement plusieurs coups d'avance sur le protagoniste). Mais ça reste un bon cran en-dessous du premier.

*

Après, il y a le Gamecube. J'ai l'impression que ça fait une éternité que je n'ai pas joué à un jeu de cette console, et ce ne sera pas encore pour cette fois puisque je m'en suis servi pour le Game Boy Player (1. ça me permet de jouer sur la télé à un jeu Game Boy Advance, ou plus précisément un jeu Super Famicom jamais arrivé en Europe à l'époque mais porté plus tard sur console portable, donc au fond c'est un peu comme si je jouais à un jeu SNES mais avec une manette Gamecube ; 2. de toute façon je n'ai jamais eu de GBA).
Et pourtant, j'en aurais aussi à faire, des jeux sur GC (à l'époque, je jouais un peu toujours aux mêmes : Eternal Darkness, Mario, les Resident Evil, les Prince Of Persia...). Je dirais bien que le prochain, c'est Tales Of Symphonia, mais j'ai la version Chronicles sur PS3. Enfin bref, je verrai ça une autre fois. En attendant :



Tales Of Phantasia

Il y a quelques semaines, je pensais que mon prochain Tales Of serait donc le Symphonia (depuis le temps que je dois le faire). Et puis j'ai appris plus ou moins par hasard qu'il avait un lien avec le Phantasia : il se passe dans le même univers quelque 4000 ans plus tôt, et apparemment la fin y fait référence. Du coup j'ai préféré m'y mettre dans l'ordre.
Tout premier Tales Of, de l'époque 16-bit donc forcément différent des plus modernes (pour ma part, j'ai connu la saga avec Graces f sur PS3, et encore, plusieurs années après sa sortie). Et il pose des bases intéressantes, même si certains points sont à revoir (en tout cas, pour du JRPG avec des combats typés action et non tour par tour, c'est beeeaaauuucoup plus agréable à prendre en main que Secret Of Mana ^^).
Côté histoire et personnages, ça va à l'essentiel sans pour autant rester trop superficiel : pas mal de détails restent assez obscurs, et par rapport à des jeux récents c'est sûr que ça paraît plus simple, mais si je compare à Dragon Quest VI (à l'origine les deux sont sortis la même année), ça semble très profond. C'est aussi moins manichéen qu'il n'y paraît de prime abord. On a également du voyage dans le temps, mais c'est moins (et, disons ce qui est, moins bien) exploité que dans Chrono Trigger.
Côté gameplay, comme dans beaucoup d'anciens RPG on se déplace en vue de dessus, le monde est constitué de ses villes, ses donjons et de sa map qui relie tout ça, et contrairement aux Tales Of modernes les combats sont aléatoires (hors boss, évidemment, et à l'exception de deux passages où on voit les monstres à l'avance). Lesdits combats se déroulent en vue de côté, on contrôle le héros directement, et pour les autres (jusqu'à trois) on leur donne une ligne de conduite générale (très peu de choix de ce côté), et si on veut qu'ils effectuent une action particulière (utiliser un objet, lancer tel sort...), on peut leur en donner l'ordre. Bon, l'IA des alliés reste limitée, avec quelques petits trucs incompréhensibles (du genre, quasi systématiquement lancer des sorts à cible unique quand on est face à un groupe d'ennemis, puis lancer des sorts de zone quand il n'en reste qu'un), mais dans l'ensemble ça va (surtout quand je me rappelle comment c'était dans Secret Of Mana, héhé), et vu que le héros est le seul spécialisé en corps à corps, le résultat n'est pas bordélique malgré la vue de côté (contrairement à Dragon's Crown, par exemple). Quelques petits trucs qui font tiquer, tout de même : si on lance une attaque en étant loin de l'ennemi, le héros court jusqu'à être à portée, très bien, mais parfois si on lance une attaque et qu'il estime être trop proche de l'ennemi, il va se barrer tout courant en arrière, avant de s'arrêter et repartir à l'assaut (sauf qu'entre temps, le monstre a lancé une attaque de son cru qu'on se mange de plein fouet en arrivant sur lui). Et surtout, l'élément le plus embêtant des combats : les sorts un peu puissants et les invocations figent systématiquement l'écran, le temps que l'animation correspondante se fasse (et dans ces conditions, les secondes paraissent soudain très longues), avant que les cibles n'en subissent l'effet et que le temps reprenne... sachant que durant une bonne partie du jeu, sur quatre persos on a une magicienne et un invocateur (et une guérisseuse, mais peu de ses sorts sont concernés), ça peut devenir assez lourd, on est bien content quand on retrouve l'archer plus tard.
L'autre reproche que j'aurais à faire au jeu (c'est marrant ça, même pour un truc que j'ai bien aimé je trouve toujours plus facile d'exprimer les défauts que les qualités), c'est certains de ses donjons. Les énigmes, ça me va, même si certaines sont sacrément tordues (des fois, on a intérêt à bien noter tout ce que disent les PNJ qui ressemble à un indice, y a notamment une énigme qui est incompréhensible si on n'a pas parlé aux vieux qui traînent dans la dernière ville ou qu'on ne se souvient pas de ce qu'ils ont dit ; l'autre possibilité, c'est d'utiliser une soluce...) ; les donjons labyrinthiques, je suis déjà moins fan, mais tant qu'il ne me fait pas tourner en rond pendant des heures, ça peut aller ; mais alors combiner les deux, et ajouter des combats aléatoires ultra fréquents, y a parfois de quoi bien se prendre la tête. D'ailleurs, ça se calme un peu dans la dernière grosse partie du jeu (à part le donjon final), comme si les dév s'étaient rendu compte en cours de route qu'ils avaient un peu abusé.
Enfin voilà, c'est loin d'être parfait mais c'est très sympa de découvrir les origines de la saga. Et cette fois, le prochain Tales Of, c'est vraiment Symphonia. Destiny et Eternia attendront une autre fois. Et puis y aura aussi Vesperia, et Abyss, et Hearts, et... Question à moi-même : en plus de tous les autres jeux qui me tendent les bras, combien arriverai-je à faire d'autres opus d'ici la sortie de Tales Of Arise ? Un seul ? Plus ? Pas du tout ? Allez, je mise sur juste le Symphonia, et peut-être sa suite directe Dawn Of The New World incluse avec la version PS3.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 04.06.2020 - 09:52
Message #5706


Star régionale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 526
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Final Fantasy VII Remake

Voilà enfin LE jeu que j'attendais, que j'avais réservé en boutique mais qui est sorti pendant le confinement et vu qu'il est tombé en rupture et que je n'ai pas transformé ma réservation en commande en ligne l'exemplaire qui aurait dû être mis de côté pour moi a été vendu en ligne parce que ceux qui préféraient attendre la réouverture des magasins pouvaient aller se gratter (alors qu'on nous répétais à droite à gauche d'éviter le plus possible de passer des commandes...). Enfin bref, finalement il n'était pas en rupture sur un certain site généraliste, donc j'ai quand eu mon exemplaire... plus d'un mois et demi après la sortie. Voilà voilà.

Les deux gros avantages du jeu, c'est 1) il est magnifique ; 2) c'est un remake d'un jeu culte. Pour le reste, c'est loin d'ĂŞtre parfait.
Déjà, ce n'est qu'une première partie qui ne retrace que le passage à Midgar, ce qui représente environ 15% du temps de jeu d'origine (voire beaucoup moins, si on essaie d'en percer tous les secrets). Donc forcément, pas mal d'ajouts, certains vraiment bien pensés, d'autres très lourds. Beaucoup de longueurs aussi, le moindre petit truc est étiré pour faire durer... et malgré ça, une partie sans viser le 100% mais en prenant son temps dépasse à peine les 30h. Avec une fin quelque peu douteuse. Pour une simple fraction du jeu vendue plein tarif, ça fait mal au c*l.
Quant au gameplay, le système de combat est loin de l'original et plus axé Action-RPG. C'est plutôt sympa à prendre en main, mais c'est souvent bordélique, et les alliés ne servent à rien si on ne s'interrompt pas toutes les dix secondes pour leur donner des ordres. En bref, manette en main, je prenais beaucoup plus de plaisir sur l'ancien (si l'on excepte les mini-jeux, qui eux ont vraiment très mal vieilli). Ah oui, on nous propose bien un "mode classique", mais c'est une grosse arnaque sans aucun rapport avec l'original. Et le système d'invocations est naze.

Finalement, quitte Ă  prendre du Final Fantasy moderne, le XV Ă©tait vachement mieux.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 24.06.2020 - 22:33
Message #5707


Star régionale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 526
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Murdered: Soul Suspect
Où l'on incarne un inspecteur, ancien voyou, qui se fait buter dès le début du jeu. On contrôle alors son fantôme qui enquête sur sa propre mort dans la ville de Salem, et les procès des sorcières viennent rapidement se mêler à l'histoire. L'ambiance est sympa et l'intrigue aussi, mais pour le côté enquête c'est moins bien fichu qu'un Sherlock Holmes (dont je n'ai fait que le Crimes & Punishments, mais c'est toujours prévu de m'intéresser à un autre épisode un de ces jours), la présence de démons qui veulent nous dévorer semble une bonne idée au début mais devient un peu lourde au bout d'un moment, et la vie perso du protagoniste ne sert pas à grand-chose.




Wonder Boy: The Demon's Trap
Remake d'un vieux jeu de plate-forme / aventure où le perso prend une nouvelle forme à chaque fois qu'il bat un boss. Très sympa, même si pour le moment j'ai lamentablement échoué face au troisième boss, j'y reviendrai. Un problème cependant : le saut et l'attaque (autrement dit ce qu'on utilise 99% du temps) sont sur les boutons B et Y sans qu'on puisse les modifier... et je joue sur une manette type Gamecube. Arf.




Tales Of Symphonia
J'étais bien motivé pour poursuivre sur ma lancée des Tales Of, donc voilà, LE jeu à côté duquel je suis passé à l'époque Gamecube. Du coup, sans la nostalgie pour me mettre des œillères, je lui trouve son lot de défauts à commencer par son chara-design super foireux (en plus des persos moches, en commençant le jeu j'ai cru que les protagonistes étaient enfants (8-10 ans) et donc que ce serait comme dans Tales Of Graces, avec une intro où ils sont enfants avant de les retrouver quand ils ont grandi, pour apprendre plusieurs heures plus tard qu'en fait non, le héros a 17 ans dès le début) et la caméra mal foutue sur la map (et je ne parle même pas des commandes du bateau... en gros, il faut attendre de pouvoir voler à la moitié du jeu pour que les déplacements sur la map ne soient plus trop pénibles). La difficulté est mal gérée, aussi : si l'on excepte les quêtes annexes, le boss le plus dur du jeu... c'est le tout premier. Il y en a un autre bien velu un peu plus tard, mais de manière générale, plus on avance, moins le jeu est dur (certes, on peut la modifier, mais contrairement aux jeux plus récents, ce n'est pas gratifiant).

Côté histoire, le début est très convenu, ça devient plus prenant au bout d'une vingtaine d'heures (sur près de 80, pour ma part). Par contre, faudrait arrêter de nous dire qu'on arrive au dernier combat quand ce n'est pas du tout le cas, la première fois c'est assez cohérent, mais après, même quand on a battu le vrai boss de fin on se demande jusqu'au générique si on a vraiment fini. Quant au lien avec Tales Of Phantasia, dont il est la préquelle 4000 ans plus tôt... pour le fonctionnement du monde, les invocations, certains lieux, oui, mais je ne vois pas trop l'intérêt d'en faire une préquelle si c'est pour snober les événements antiques évoqués dans TOP et raconter complètement autre chose. Mais peut-être que Dawn Of The New World (également inclus sur le disque, je m'y mettrai normalement dans une paire de semaines, il paraît qu'il est nul mais je verrai bien) fera un lien plus évident.

Et puisque j'ai mentionné les invocations, là aussi on a un gros point noir : elles sont indispensables à l'histoire, mais en combat, on ne peut pour ainsi dire pas s'en servir. Lors des affrontements, les commandes d'invocations sont bêtement bloquées dans la liste des techniques de l'invocatrice. Alors qu'on récolte dix esprits au cours du jeu (dont un facultatif), je n'en ai vu apparaître que quatre fois en combat (dont deux fois le même), et je ne sais même pas pourquoi elle pouvait à ces moment-là et pas à d'autres. Dans Tales Of Phantasia, c'était trop (l'invocateur ne faisait que ça si on ne l'empêchait pas), mais là c'est clairement trop peu !

Mais sinon, tout de même, faut pas exagérer, le jeu est bien. Il ne sera probablement pas dans mon top des Tales Of, mais dans l'ensemble j'ai aimé. Outre l'histoire par laquelle je me suis laissé prendre au bout d'un moment et ses personnages sympathiques (même si visuellement très mal fichus), les donjons sont très cools. Allez, parce que j'aime râler, hormis quelques gros couacs (coucou, les deux dalles à électrifier vers le début du jeu qui m'ont fait rager pendant un bon quart d'heure (c'est très long, un quart d'heure quand on est bloqué dans un jeu, si ç'avait été un jeu isolé ou d'une saga que je ne connaissais pas, j'aurais aussi bien pu abandonner là) ; coucou, le piège avec des pics qui sortent du sol qui ne se désactive pas avec un mécanisme mais en marchant tout lentement dessus parce que c'est évident que ce n'est pas le poids mais la vitesse qui le déclenche... ; coucou, la porte camouflée sur le bord de l'écran que rien ne différencie des éléments du décor). Ah oui, et j'aurais aussi dû préciser : les donjons sont cools à l'exception du dernier qui est LOOOOONG (ce n'est même pas qu'il a 50 niveaux avec 20 boss intermédiaires, c'est juste que chaque couloir fait 3km de long, sans aucune raison).

Mais sinon, c'Ă©tait bien.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 02.08.2020 - 20:27
Message #5708


Star régionale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 526
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Danganronpa Another Episode: Ultra Despair Girls
Un spin-off se déroulant entre Danganronpa 1 et 2, plus orienté action mais conservant une sacrée dose de dialogues. On incarne la sœur du héros de Danganronpa 1 (bientôt rejointe par un autre perso du premier jeu) coincée dans une ville où les enfants ont pété les plombs et contrôlent un nombre apparemment illimité d'ours mécaniques qui patrouillent à la recherche d'adultes (jeunes adultes compris) à massacrer.
Les interactions entre les deux héroïnes valent le détour, la palette d'actions qui s'agrandit à mesure qu'on avance évite de lasser et les énigmes sont très sympas, malheureusement il y a aussi des défauts qui plombent le jeu :
1) On ne peut pas tuer ces enfoirés de gosses. Sérieusement, c'est ultra frustrant.
2) Le jeu est bugué. Entre les ennemis coincés dans le décor qui empêchent la progression tant qu'on ne les a pas éliminés (et surtout trouvés !) et les fois où ça fait carrément planter la console, y a parfois de quoi s'arracher les cheveux.
3) Côté histoire, la première moitié du jeu est loooonnnngue ! Parce que si les dialogues entre les héroïnes sont sympas, à côté on doit se taper des échanges interminables entres persos insupportables. Par chance, les deux plus pénibles sont évacués dans les deux premiers chapitres (sur cinq), donc ça commence à s'améliorer après.
4) (Bon, là c'est plus du détail.) Contrairement aux jeux principaux où on peut avoir les voix japonaises et les sous-titres anglais, ici pas d'options pour la langue, voix et sous-titres anglais uniquement. À la limite, ça ce n'est pas trop gênant, le doublage anglais est très correct... mais quand même, ça aurait été bien de ne pas désactiver les sous-titres pendant les cinématiques, parce que plus d'une fois je n'ai pas bien saisi un mot ou une phrase et j'ai perdu le fil.
Et puisque je parle des cinématiques, 5) des fois c'est du joli dessin animé 2D, et des fois c'est de la 3D un peu moche, dommage.




Tales Of Symphonia: Dawn Of The New World
Là où Tales Of Symphonia tout court était bien mais pas aussi génial que j'avais pu l'entendre, j'ai trouvé sa suite loin, très loin d'être aussi moisie que ce qu'on peut dire à son sujet. Déjà, l'aspect visuel foireux des personnages a été globalement rectifié, un bon point. Et bon, il n'y a pas de déplacements sur la map puisqu'elle sert juste à choisir parmi une liste de destinations, mais par rapport à ce que c'était dans le premier, c'est toujours mieux. Autre amélioration, les contrôles en combat de ToS étaient encore très rigides, ici la maniabilité s'est améliorée.
Pour le reste, les nouveaux persos sont sympas mais la construction du scénar ressemble juste à un prétexte pour croiser les anciens au fur et à mesure mais quand ils nous accompagnent on ne peut ni gérer leur équipement ni les faire monter de niveau, la "vraie" équipe ne comporte en réalité que deux persos, auxquels viennent s'ajouter des monstres qu'on a recrutés et entraînés. Ce côté Pokemon n'est pas très intéressant mais rien n'oblige à y consacrer du temps, ça n'a aucune incidence sur le reste du jeu (sauf si on vise le 100%).
En revanche, en dehors de la carte des deux mondes unifiés qui se rapproche de celle de Tales Of Phantasia, toujours pas de réel lien du point de vue de l'histoire.


Et lĂ , avant de repartir dans un gros RPG (coucou Trails Of Cold Steel III), je suis lĂ -dedans :



Aggelos
Un petit jeu 8-bit et... tiens, c'est bizarre, en dehors de Mario et Luigi j'aurais presque l'impression que la Switch n'a que des jeux typés rétro (non, j'exagère, y a Xenoblade Chronicles que je devrais faire un de ces jours... qui est un portage d'un jeu Wii ^^).
Bref, jeu d'aventure / plateforme / une touche de RPG, avec une histoire digne de son aspect visuel (le héros vient en secours à la princesse du royaume, et après lui avoir permis de regagner le château, se retrouve à devoir sauver le monde du grand méchant qui a pris le contrôle des quatre éléments) et une progression façon metroidvania.
Manette en main, c'est très sympa, mais le gros défaut, c'est que les boss sont des gros sacs de PV assez pénibles à battre.
Go to the top of the page
 
+Quote Post

286 Pages V  « < 284 285 286
Reply to this topicStart new topic

 



Version bas débit Nous sommes le : 07.08.20 - 00:57


Page top
TeamSpeak Servers · Globat Web Hosting