IPB
News metal / punk / hardcore / rock - L'agenda concert - Les chroniques

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

285 Pages V  « < 283 284 285  
Reply to this topicStart new topic
> Vous jouez Ă  quoi en ce moment?, dites nous tout
Euka
posté 08.08.2018 - 17:44
Message #5681


N'aime pas le Metal.
****

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 14069
Inscrit : 05.06.06 - 11:42
Lieu : Le Mans City
Membre n° 10251




Là je me tâte bien bien à prendre une Switch pour Mario Tennis et Octopus Path ...
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 08.08.2018 - 18:30
Message #5682


Star locale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 476
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755




J'avais déjà prévu d'en prendre une à la sortie de Mario Odyssey, pas pris finalement parce que j'avais déjà trop à faire sur les autres consoles, mais là Octopath me fait carrément envie aussi...
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 30.11.2018 - 16:39
Message #5683


Star locale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 476
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Je n'ai pas dû y jouer plus de 2h, j'en avais entendu du bien et j'ai eu l'occasion de le tester... Ben franchement bof, au tout début c'est bien mais ça fait copier-coller des épisodes 8/16 bits, et quand on avance un peu ça devient lourdingue. Pas eu envie d'en voir plus.



Là, on revient plus à l'esprit du premier Lego Marvel Super Heroes avec un scénar conçu pour l'occasion plutôt que basé sur les films, avec en plus l'avantage de mélanger non seulement les lieux (Manhattan, le Wakanda, l'Egypte, une cité extraterrestre...) mais aussi les époques (Angleterre médiévale, New York version futuriste, le Far West), et les dimensions alternatives, tant qu'on y est (l'empire d'Hydra, Manhattan noir), bref, le monde en mode jeu libre est très cool. Par contre, niveau personnages, on reste plutôt axé MCU : pas de X-Men (qui mériteraient d'ailleurs un jeu à eux seuls), ni de Fantastic Four. Pour ce qui est des niveaux, ils sont globalement un peu plus courts que d'habitude mais ils sont un peu plus nombreux (vingt contre quinze, auxquels on rajoute une dizaine de niveaux bonus très chouettes), et ça suffit largement pour compenser. Sauf que les développeurs n'ont pas dû être de cet avis puisque quasi tous les niveaux sont rallongés artificiellement par des combats qui durent des plombes. Parce que le problème avec les ennemis chiants à combattre... ben c'est qu'ils sont chiants à combattre, surtout quand ils ont une invincibilité temporaire sans aucune raison (par exemple les ennemis qui tirent au lance-flamme, ils sont invulnérables tout le temps qu'ils n'ont pas activé les lance-flamme : donc, il faut s'approcher d'eux, s'esquiver quand ils s'apprêtent à tirer, les attaquer à distance quand les flammes sortent, ce qui ne sert qu'à les assommer, puis aller au corps à corps parce que les attaques à distance ne leur font bizarrement pas de dégâts, et recommencer parce qu'ils se remettent à lancer des flammes avant qu'on ait eu le temps de les éliminer... et je ne parle même pas des boss, qui sont trèèèèès longs et pénibles, et évidemment présents à chaque niveau, avec la quantité d'ennemis made in Marvel disponibles). Et du coup, le mode histoire paraît parfois très lourd alors qu'il aurait suffi de pas grand-chose pour qu'il soit beaucoup plus agréable à jouer.
Autre problème, les développeurs ont eu la bonne idée de mettre les directions en vol sur le stick droit (en plus des habituels croix pour monter et rond pour descendre)... Oui, le même qui permet de tourner la caméra. Alors quand on prend juste un personnage volant pour se déplacer rapidement d'un point A à un point B, ça va, ce n'est pas bien gênant. Quand on fait une course en vol et qu'on a besoin de déplacer la caméra pour voir où se trouve le prochain anneau à traverser, c'est déjà plus pénible puisque ça implique en même temps de dévier de sa trajectoire, mais admettons, une fois qu'on a pris l'habitude, c'est jouable. Mais alors quand on est en l'air et qu'on veut juste regarder autour de soi pour trouver où est ce p****n de chat qui miaule parce qu'on envisage de finir le jeu à 100% et que pour ça il faut dénicher tous les p****n de chats qui miaulent (entre autres) du monde ouvert, là ça devient carrément ingérable. Tu veux juste regarder légèrement en contrebas ? Pas possible, ça te fait descendre. Entre ça et le simple principe de passer des heures à tout explorer sans indice pour trouver le moindre haut-parleur ou cercle d'oiseaux ou de poissons, ça aurait suffi à me faire passer l'idée du 100%, mais si en plus on y rajoute les bugs qui plantent le jeu ou ceux qui obligent à recommencer un niveau depuis le début (sans exagérer, plus d'une fois sur deux en jeu libre) parce qu'un script ne s'est pas déclenché quand il fallait ou qu'un boss s'est volatilisé au milieu du combat (malheureusement, il faut aussi les combattre en jeu libre), bah j'ai fini par me contenter d'avoir fini le mode histoire et les quêtes annexes du monde ouvert (et même ça, j'ai dû en recommencer quelques unes à cause de bugs).
Sinon, Electric Light Orchestra, c'est bien, mais quatre fois Mr. Blue Sky à la suite dans le générique de fin, ça me l'a mis en tête pendant trois jours.

Et en ce moment, je suis dans Shadow Of The Tomb Raider



Troisième épisode pour le reboot de Tomb Raider, dans la continuité des deux précédents, cette fois direction l'Amérique latine, les jungles et les ruines précolombiennes. C'est toujours un peu frustrant de découvrir des zones facultatives inaccessibles parce qu'il manque du matériel et qui supposent de revenir plus tard uniquement pour ça (s'il y avait une vraie progression façon Metroidvania, je dis pas, mais là c'est pas le cas... quitte à concevoir une zone bonus à laquelle on ne pourra accéder que plus tard dans le jeu, bah autant la placer plus tard dans le jeu). À part ça, c'est du tout bon.
Edit : fini Tomb Raider, je reste sur mon avis que le jeu est bien bon, ça m'a donné envie de me refaire les trois à la suite (mais pas tout de suite, j'ai d'autres jeux en attente). Par contre, y a un bug du son, parce que par moments on n'entend pas certains persos, ou très très bas (j'ai bien activé les sous-titres, mais si le perso fait des phrases trop longues y a que le début qui s'affiche wacko.gif )

Ce message a été modifié par V.N.A. - 19.12.2018 - 18:10.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 19.12.2018 - 18:02
Message #5684


Star locale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 476
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Un jeu Spider-Man façon Batman Arkham ? Oui, et il est excellent ! Même niveau scénar, il aurait pu faire au plus simple (morsure, pouvoirs, blabla, petits crimes, puis les premiers vrais méchants...), mais non. On commence par confronter le Caïd avec un Spider-Man qui a déjà huit ans de carrière derrière lui et qui a déjà vaincu son lot de vilains (Electro, Vautour, Rhino, Scorpion... sont en prison), tandis que d'autres apparaissent en civil et ne sont de toute évidence pas encore des super-vilains (Otto Octavius, Norman Osborn, Martin Li... le(s)quel(s) va-t-on devoir affronter avant la fin du jeu ?). On croise des personnages modernes, d'autres plus traditionnels même si des libertés sont prises avec ces derniers (Norman Osborn est maire de New-York et n'a jamais été le bouffon, Mary-Jane est journaliste), bref, le jeu développe son propre univers Spidey et ça fonctionne très très bien. Une fois dedans, on a du mal à décrocher. Si c'est aussi réussi, je veux bien d'autres volets.



C'est cool, les jeux qui me font de l’œil mais auxquels je ne joue pas parce qu'ils ne sortent qu'en dématérialisé finissent toujours par sortir en boîte. Et en plus, y a la suite avec.
Unravel : bon jeu de plate-forme avec pour originalité que le personnage est en laine (mais pas juste pour faire mignon comme dans Yoshi's Woolly World) et qu'il est toujours attaché à son fil, qui est un élément essentiel du gameplay (permet de se balancer, de former des ponts... mais attention à ne pas s'emmêler au risque de tomber à court). Quelques passages sont un peu frustrants, mais dans l'ensemble le jeu est très chouette.
Unravel Two : Cette fois on ne contrôle plus un mais deux petits bonshommes en laine (avantage : on peut jouer à deux ; inconvénient : pour jouer à deux, faut un deuxième joueur... ou quatre bras, mais je n'ai ni l'un ni l'autre), qui ne traînent plus leurs fils derrières eux mais qui sont accrochés entre eux, ce qui change pas mal le gameplay par rapport au premier : les deux doivent souvent interagir pour progresser, mais encore une fois la quantité de fil est limitée, et c'est parfois plus dur de trouver comment faire pour qu'il n'y en ait pas un qui reste coincé en arrière que de mener le premier à bon port. Heureusement, on peut les assembler pour ne pas avoir besoin de faire deux fois les passages où un seul bonhomme suffit (même si comme un gland, je râlais pour cette raison précise au début du jeu parce que je n'ai pas compris avant la moitié du premier niveau à quoi servait la commande "porter"). En plus des niveaux "normaux", on a aussi des niveaux "défis" beaucoup plus courts mais beaucoup plus durs ; certains sont très cools, d'autres sont juste frustrants (et la difficulté indiquée est complètement à côté de la plaque). Bref, bon jeu aussi, même si j'ai un peu plus accroché au premier.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 26.02.2019 - 16:39
Message #5685


Star locale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 476
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Tales Of Zestiria

Pfiou... Je n'avais pas touché à un Tales Of depuis le Xillia 2 y a quelques années que je n'avais même pas fini (partie interrompue une dizaine de jours par manque de temps, et pas reprise après par manque de motivation, le jeu était assez décevant). Bon, celui-ci a aussi ses défauts : quelques zones inutilement vastes, un système de téléportation d'un point de sauvegarde à un autre payant (!!! pire idée du jeu, surtout quand on considère que certains passages impliquent quelques allers-retours, bah soit on fait une croix sur une partie de l'équipement qu'on pourrait acheter, soit on prend le temps de tout faire à pied), une caméra à la ramasse si on a le malheur de déclencher un combat dans un endroit trop étroit, mais aussi niveau scénar, quelques petites intrigues annexes oubliées en cours de route ou avec une résolution pas très claire, et surtout une fin un poil décevante (j'en attendais plus, là le combat final termine le truc et basta, aucune surprise, et en plus plus on reste dans le flou quant à la suite, un vrai épilogue aurait été sympa - ah mais suis-je bête, l'épilogue était en DLC mad.gif ). Et ça aurait été sympa aussi d'avoir quelques cinématiques (des vraies cinématiques en animé, pas juste un dialogue avec le moteur du jeu) dans la grosse partie centrale, parce que là on en a au début, on en retrouve à l'approche de la fin, et entre deux, rien. Et aussi, pourquoi ces trois petits événements qu'on ne débloque qu'après avoir battu le boss de fin alors qu'ils ont leur place avant ? (Sans compter les 2-3 quêtes annexes qui deviennent accessibles en approchant de la fin alors qu'elles impliquent de revenir en arrière et que rien ne justifie qu'elles ne soient pas disponibles plus tôt. Parce que oui, quand il devient urgent d'aller affronter le méchant, c'est tout à fait le moment de revenir en ville voir comment se débrouille la princesse-chevalier avec ses responsabilités...)
Cela étant dit, ces défauts restent assez anecdotiques tant le jeu est addictif, j'y ai passé plus de 100h sans les voir passer (ou presque, coucou le système de téléportation payant) et ça ne m'était pas arrivé de passer autant de temps sur un jeu vidéo depuis... bah je dirais Tales Of Graces f sur PS3. Le système de combat est accessible mais peut devenir très technique quand on commence à bien le connaître (les Tales Of, c'est les seuls jeux où je commence en difficulté normale et que je termine en difficile ou supérieure - d'ailleurs c'est très cool de pouvoir changer la difficulté à volonté), le système d'équipement offre des tonnes de possibilités (pour les amateurs de farming et de stratégies ultra précises impliquant des compétences bien spécifiques adaptées à tel ou tel ennemi, c'est pas seulement 100h qu'il faut, perso j'ai eu l'impression de seulement survoler le truc), l'univers est varié et permet des interactions intéressantes, le scénario tient bien la route et donne envie d'aller de l'avant, les personnages sont attachants, les quêtes annexes sont en rapport avec l'histoire et n'arrivent pas comme un cheveu sur la soupe (pas de mission facteur pour récupérer un item à deux balles), au bout d'un moment on se rend d'ailleurs compte que quelques unes sont indispensables (et donc pas annexes du tout, en vrai, même si c'est l'impression qu'elles donnent au départ)... Et en plus la "nouvelle partie +" est très alléchante, mais je résiste (je crois qu'un jour je vais tout plaquer pour un JRPG tongue.gif).
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 06.03.2019 - 12:31
Message #5686


Star locale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 476
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Little Nightmares - PS4
Un petit jeu de plates-formes / réflexion fort sympathique, avec une direction artistique et une ambiance générale glauques à souhait, même si au fond il n'y a que le début qui soit vraiment oppressant : on ne sait pas où on est, ni ce qu'on fait là (ni qui on est, d'ailleurs), on avance dans l'obscurité en ne sachant pas quelle menace peut surgir, puis dans le chapitre 2 (sur cinq) la menace se précise, dans le chapitre 3 l'ennemi est partout et en pleine lumière donc c'est surtout de l'infiltration, dans le 4 on ne peut même plus se cacher, ça en devient carrément une fuite effrénée, et le 5 nous mène au "boss" et à la fin du jeu. Dans l'ensemble c'est très sympa, et accessoirement très court mais pas trop court, juste bien pour ne pas avoir le temps de s'en lasser.
Il y a juste deux défauts majeurs. Déjà, les temps de chargements, parce que par moments il y a un côté die-and-retry et sur les passages les plus "ardus" (pas vraiment compliqué, faut juste trouver comment faire sauf que t'as pas le temps de chercher), c'est 30 à 40 secondes de chargement pour 10 à 15 secondes de jeu (à répéter X fois), c'est très vite très frustrant, surtout que bon, je sors de Tales Of Zestiria qui était immense avec des temps de chargement quasi-inexistants, et là pour un petit jeu comme ça t'es obligé de poireauter pour réessayer dès que tu meurs ?!? Et l'autre défaut, c'est les bugs : trois fois je me suis retrouvé bloqué à ne plus savoir que faire (quoique, une fois je me demande si ce n'est pas plutôt un défaut de conception), et quand je quittais pour reprendre le jeu plus tard, bah la manip qui ne marchait pas les dix fois précédentes se mettait tout d'un coup à fonctionner (sur un passage où on meurt très vite, donc avec les chargements, de quoi bien donner envie de tout arrêter là), ou un objet qui manquait avant était subitement apparu...
Enfin bref, en l'Ă©tat c'est un chouette jeu, sans les bugs et les temps de chargements ce serait encore vachement mieux.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 10.03.2019 - 12:14
Message #5687


Star locale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 476
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Detroit: Become Human - PS4
Le dernier jeu / film interactif de chez Quantic Dream, qui se déroule en 2038. Les androïdes sont partout dans la société : agents d'entretien, domestiques accessibles aux particuliers, partenaires sexuels... Beaucoup les utilisent, d'autres leur sont hostiles ("Ils volent notre travail !"), mais il paraît désormais difficile de s'en passer. C'est dans ce contexte que commencent à apparaître les déviants, des robots qui s'affranchissent de la domination humaine et acquièrent leur libre-arbitre, considéré comme une défectuosité de leur programme. Alors oui, l'histoire est ultra classique, mais pas abordée de cette façon dans le jeu vidéo.
On dirige à tour de rôle trois de ces androïdes : Connor, un prototype dernier cri chargé de traquer les déviants en faisant équipe avec un flic qui lui est ouvertement défavorable, Markus, l'androïde de compagnie d'un vieux peintre (interprété par Lance Henriksen) qui le pousse à être lui-même, vu d'un mauvais œil par le fils de ce dernier, et Kara, une androïde domestique de retour à la maison, réparée et la mémoire effacée après un "accident". On se retrouve très vite pris dans l'histoire qui évolue selon les choix qu'on effectue (même si, comme dans tous les jeux narratifs, certains choix qu'on voudrait faire n'apparaissent pas), et ça devient difficile de le lâcher avant d'avoir vu la fin (ou plutôt une fin, parce qu'on a aussitôt envie de recommencer pour voir comment les choses auraient évolués si on avait fait ci plutôt que ça...).
Le défaut du jeu, c'est sa caméra très rigide (elle a un très faible rayon d'action, vraiment pas pratique quand on veut fouiller partout, sinon il y a un bouton pour la placer de l'autre côté du perso, et si vraiment on veut la déplacer librement, que ce soit par nécessité ou par confort, il faut d'abord passer en mode "analyse de l'environnement" qui fige le temps et fait ressortir les indices ou les tâches à accomplir, et qui du coup sert aussi souvent à changer d'angle de vue qu'à scanner les lieux), je ne me souviens plus si c'était pareil dans Heavy Rain et Beyond: Two Souls. En dehors de ça, c'est du tout bon.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 13.08.2019 - 15:36
Message #5688


Star locale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 476
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755





Resident Evil 2 (version 2019)
Après un 6 en mode action lourdingue et un VII en vue FPS / VR, tout ce que j'attendais encore de la saga Resident Evil, c'était un éventuel Revelations 3. C'était sans compter sur ce remake. Avec la vue de dos typée TPS, quelques éléments font forcément tiquer au début : pas de mouvement d'esquive, pas fichu de sauter par-dessus un trou de moins d'un mètre de large ou d'enjamber un obstacle de 30cm de haut, des zombies qui résistent aux tirs en pleine tête (minimum cinq balles dans la tête pour tuer un zombie de base ; j'ai continué de viser là par habitude, mais en fait je crois que tirer dans le torse a autant d'effet)... Mais finalement, le parti pris de respecter le gameplay d'origine plutôt que de moderniser fait mouche, je me suis éclaté.
Maintenant, je ne serais pas contre un traitement similaire pour le 3 ou le CVX.


Days Gone
Probablement pas le jeu que j'aurais acheté, mais on me l'a prêté, donc bon, même si j'étais déjà parti dans un RPG, j'ai tenté quand même.
Petite cinématique d'intro en plein pendant l'épidémie, qui présente des personnages pas forcément très attrayants (à moins d'être fan des gangs de motards tatoués) mais qui pose la situation et donne un début d'objectif à la quête qui va suivre... ou pas. On se retrouve deux ans plus tard, la scène d'intro semble complètement oubliée (et je ne suis pas allé assez loin pour que l'histoire s'y rattache), le seul objectif est apparemment de survivre dans un monde en proie aux zombies infectés (des zombies qui courent) et de ne pas se laisser embêter par les gangs rivaux (ou en leur léchant les bottes quand ils ont piqué la moto, logique).
Les personnages ennuyeux, j'étais prêt à passer outre, d'autant que ça peut toujours évoluer au fil de l'histoire.
Le gameplay pénible, c'est déjà plus problématique. Pas dans les phases d'action, somme toute très classiques, mais plutôt pour le reste. Qu'il faille appuyer longuement sur un bouton pour forcer le coffre d'une voiture abandonnée, pas de souci. Par contre, qu'il faille rester appuyé sur le bouton pour ramasser le moindre objet (si on appuie juste un coup, le perso commence à se baisser et interrompt le mouvement) ou pour fermer une fenêtre "astuce", là ça devient très vite extrêmement pénible. À part ça, il faut s'occuper de la moto. Vu qu'on passe son temps à rouler en pleine forêt (et que bon, je n'étais pas franchement motivé pour suivre correctement les chemins), elle subit des chocs et il faut la réparer régulièrement (avec de la ferraille qu'on ramasse un peu partout, au moins c'est pas compliqué la mécanique). Et surtout, après avoir roulé tout un kilomètre, il faut lui trouver de l'essence. Au final, je me demande si ça n'irait pas encore plus vite de tout faire à pied (ou un VTT, ce serait cool, non ?).
Et après ça, il y a les bugs. Le premier, c'était la caméra qui s'est retrouvée coincée dans le personnage. Au début, j'ai cru avoir fait une manip sans le vouloir et être passé en vue FPS, mais non. Je pouvais toujours me déplacer, mais plus tirer, et les ennemis n'arrivaient plus à me toucher. Reprendre à la dernière sauvegarde n'a pas réglé le problème. J'ai failli abandonner là, mais quitter le jeu et le relancer a marché, donc j'ai insisté un peu. Le deuxième, je ne sais même pas si c'était vraiment un bug. Je remplis un objectif... et j'attends. Aucune idée de ce qu'il faut faire ensuite. Au bout de cinq minutes, une communication me donne l'objectif suivant (et qui, je suppose, aurait dû se déclencher 5 minutes plus tôt), il apparaît sur la carte mais pas la route pour y arriver contrairement aux fois précédentes. Pas bien gênant, j'y vais quand même, et là, rien. Enfin si, des traces de pas qui mènent (au bout de 3 mètres, elles étaient donc indispensables) à un corps... et rien. Mais là, vraiment rien. Aucun indice à ramasser, rien de plus aux alentours. Et en plus j'avais fait tomber la moto à la flotte sans pouvoir la récupérer (malgré le message qui me disait qu'elle avait besoin de réparations).
Enfin bref, ça a achevé de me convaincre, j'ai lâché l'affaire et je suis retourné sur mon RPG.


The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel
Du JRPG classique mais efficace, du combat au tour par tour accessible mais riche, des persos attachants, une intrigue (pour le moment) pas super originale mais qui fait le job, et, petit + sympa de la réédition PS4 (le jeu était initialement sorti sur la génération précédente), un mode turbo activable à volonté dont je me sers pour écourter les trajets quand je fais des allers-retours (mais qui peut aussi servir à accélérer les combats). Je n'en suis qu'à une quinzaine d'heures de jeu, donc pas encore trop avancé, mais pour l'instant je suis conquis.

Ce message a été modifié par V.N.A. - 16.08.2019 - 15:11.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Euka
posté 28.08.2019 - 16:53
Message #5689


N'aime pas le Metal.
****

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 14069
Inscrit : 05.06.06 - 11:42
Lieu : Le Mans City
Membre n° 10251




Je viens de craquer (merci la reprise de jeux chez Micromania) :
- Collection of Mana
- Dragon Ball Fighter Z
- Mario Kart

Le tout sur Switch. Sans compter que j'ai préco le remake de Zelda fin septembre.
#TropDeJeuxPasAssezDeTemps

Je pense que j'ai de quoi faire !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 28.08.2019 - 20:53
Message #5690


Star locale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 476
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755




Trop de jeux pas assez de temps, haha, bien vrai !

Avec ceux que j'ai en attente, j'aurais de quoi jouer encore un an ou deux sans rien acheter d'autre (qu'il y ait un petit paquet de RPG dans le tas n'aide pas ; sans compter les jeux auxquels j'ai envie de rejouer). Là je suis toujours dans Trails Of Cold Steel, j'approche doucement de la fin, mais c'est beeeaaauuucoup plus long que ce que je pensais (et après il y a encore le II, et le III qui sort bientôt...).
Du coup, toujours pas de Switch pour moi. Et du coup, Collection of Mana attendra que j'en ai une. Les autres c'est moins pour moi : Dragon Ball Fighter Z j'y ai joué un peu sur PS4 chez mon beau-frère, c'était sympa mais pas de là à me le prendre, Mario Kart pas du tout adepte (s'ils sortaient un nouveau F-Zero ou un nouveau Wave Race, là ça me parlerait plus), et Zelda j'en ai testé pas mal je n'en ai fini que deux (dont un avec une soluce parce que marre d'essayer de pousser chaque caillou croisé pour voir si ça ouvre un chemin).
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Euka
posté 28.08.2019 - 23:18
Message #5691


N'aime pas le Metal.
****

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 14069
Inscrit : 05.06.06 - 11:42
Lieu : Le Mans City
Membre n° 10251




Ah je comprends.

Pour Mario Kart, je suis pas un gros fan, mais ca fait partie des jeux familiaux / parfaits pour soirées entre potes. Idem pour le Dragon Ball Fighter Z smile.gif
Du côté de Zelda, je suis un grand fan des premiers, jusqu'à ceux sur Gamecube. Du coup, un remake du premier auquel j'ai joué, je pouvais pas dire non. J'ai plus de mal après sad.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 29.08.2019 - 08:50
Message #5692


Star locale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 476
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755




À l'époque 64/Gamecube, les autres ne voulaient pas jouer avec moi à F-Zero parce que je l'avais poncé en solo, de mon côté y a des jeux multi qui me gonflaient, en général on se mettait d'accord sur Mario Party ou Super Smash Bros. Maintenant je ne joue plus qu'en solo donc le problème ne se pose plus tongue.gif

Et pour Zelda, ça me fait penser que j'ai une cartouche gameboy de Link's Awakening qui traîne depuis X années (non en vrai elle ne traîne pas, elle est rangée soigneusement comme tous mes jeux, même si je n'ai pas la boîte), je m'y mettrai peut-être un de ces jours ; ce sont surtout ceux en 3D qui me rebutent.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 12.09.2019 - 10:00
Message #5693


Star locale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 476
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755




Catherine est de retour !!!
Le jeu était génial sur PS3, donc je ne sais pas encore quand je le ferai mais pas question que je passe à côté d'une nouvelle version enrichie.

Sinon, j'ai fini Trails Of Cold Steel, et je l'ai même refait en New Game + (beaucoup plus rapidement) histoire de compléter ce que j'avais loupé au premier passage. Maintenant, mon cœur me crie "lance-toi dans le II, avec cette fin c'est trop dur d'attendre", et ma tête me dit "attends plutôt octobre-novembre, quand tu auras un planning nettement moins chargé". Je vais essayer d'écouter la tête, je ne sais pas si j'y arriverai.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 13.10.2019 - 11:52
Message #5694


Star locale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 476
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755




Arrivée de Mario Odyssey : Voilà, c'est ce que j'attendais pour me prendre une Switch !... Ah oui mais non, j'ai encore plein de jeux à faire avant, on verra plus tard.
Arrivée de Octopath Traveler : Hé, ça a l'air excellent, ce serait une bonne occasion de prendre une Switch !... Arf, non, encore tout ça à faire, ça attendra un peu.
Maintenant : Bon, pour la Switch, c'est toujours en projet, mais je voudrais d'abord faire Trails Of Cold Steel II, et Tales Of Berseria, et Xenoblade Chronicles, et les Kingdom Hearts, et Mario Galaxy 2, et refaire FF VII avant la sortie du remake, et puis, et puis, et puis... HĂ©, Luigi's Mansion 3 arrive, il me faut une Switch !!!
Vais-je résister cette fois encore ?

Sinon, ces derniers temps :



Injustice 2
Bon, ça faisait longtemps que je n'avais plus touché à un jeu de baston, mais galérer dès le didacticiel, c'est quand même abusé (et sachant qu'en plus une fois ce n'était pas de ma faute mais à cause de la combinaison de touches affichée à l'écran qui était erronée, ça partait mal des deux côtés).
J'avais bien aimé le premier Injustice pour son aspect très scénarisé, j'ai pris celui-là pour la même raison, c'était sympa aussi mais j'ai un peu moins accroché. Quant aux combats eux-mêmes, mouais. Trop d'attaques stylisées, pas assez de coups simples et directs. J'ai juste fait le mode histoire (en facile, à moitié parce que je galérais et à moitié parce que je n'avais pas envie de recommencer les matchs si je perdais ; je suis même passé en très facile pour Brainiac parce que les attaques du vaisseau qui sortent de n'importe où, merci mais ça va bien deux minutes) avec ses deux fins et quelques combats à côté pour tester les autres personnages disponibles, mais c'est tout.
Il y a aussi un système de niveaux et d'équipement... mais en fait, je ne comprends pas bien ce que ça vient faire dans un jeu de combat.
Bref, je n'y toucherai probablement plus.



Dead Space 2
Pfiou, ça faisait perpète que la PS3 n'avait pas servi autrement qu'en lecteur blu-ray. Je traîne ce jeu à peu près depuis que j'ai fini le très chouette Dead Space 1 il y a quelques années, et il a oscillé entre "oui mais j'ai ça que je veux faire d'abord" et "non, pas envie de ce genre de jeu maintenant", jusqu'à en arriver à "tiens, je l'avais oublié, celui-là".
Donc voilà, TPS de SF horrifique, l'ambiance est top par contre l'histoire est moins claire que dans le premier, là on a surtout l'impression de se faire balader d'un endroit à un autre sans savoir ce qui se passe, et avec la possibilité qui plane que tout ne soit qu'une vaste hallucination. Bref, très sympa à jouer (malgré une disposition des objets qui laisse souvent à désirer) mais pas super prenant, la plupart du temps j'arrêtais au bout de 3/4h-1h avec l'impression d'avoir déjà beaucoup joué (donc aucun effet néfaste sur mon temps de sommeil, tout le contraire d'un RPG tongue.gif).
Ah, et en bonus le disque comprend aussi le jeu Dead Space Extraction, une espèce de rail-shooter tout pourri.

Et lĂ , je commence The Legend Of Heroes: Trails Of Cold Steel II.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 08.11.2019 - 23:05
Message #5695


Star locale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 476
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755




Aujourd'hui, j'ai reçu un colis contenant le nouveau Blind Guardian, précommandé depuis un bon bout de temps.
J'Ă©tais content.
Puis j'ai eu un doute.
Attends attends attends, il était pas censé sortir le 8 novembre ?
Enfin bref, j'ai vérifié la date.
On est bien le 8 novembre...
Ah d'accord.
Mais non, ça ne va pas du tout, c'est pas possible, il y a genre trois jours je suis sûr qu'on était encore mi-octobre !
Sauf que non. C'est moi qui étais un peu... déconnecté.
Mis à part une ou deux fois où je me suis laissé traîner (de plus ou moins bonne grâce) au ciné et les moments où la manette était en charge (parce que le fil est vraiment trop court... et encore, par moments ça ne m'empêchait pas), j'étais complètement scotché à ça (enfin, je dis "j'étais", mais je suis peut-être encore, j'ai vu la fin pour la troisième fois cet après-midi mais pour l'heure je ne suis pas trop sûr d'avoir vraiment décroché) :



The Legend Of Heroes - Trails Of Cold Steel II

Et lĂ , je pourrais parler du jeu. Mais au point oĂą j'en suis, si je commence, je vais y passer la nuit. Donc je vais m'astreindre Ă  la version ultra courte :
J'étais loin de me douter de ça quand j'ai commencé le premier volet cet été, mais je n'ai pas le souvenir de m'être déjà à ce point investi dans un jeu vidéo. Que ce soit en nombre d'heures ou émotionnellement.

Alors maintenant il y a le III fraîchement sorti. Mais si je m'y mets dans la foulée, ça va vraiment devenir dangereux pour ma vie sociale (haha, comme si j'en avais une). Non, en vrai, vu que le II comporte sa propre conclusion, je crois que je vais plutôt prendre le temps de le digérer, là je suis repu. Et accessoirement, si le III a une fin comme le premier, je serai moins frustré si j'ai moins d'attente pour le IV (et dernier).
Enfin voilĂ , pour le moment je vais plutĂ´t essayer de rattraper une partie de mon retard en lectures et en Ă©coutes. Et en sommeil, un peu. Et peut-ĂŞtre faire une paire de jeux moins chronophages.

[EDIT : Bon, en fait je suis resté dessus quelques jours de plus. Mais ça y est, maintenant le disque est rangé dans sa boîte, et la boîte sur l'étagère à côté du premier. Et accessoirement, j'ai eu droit à un trophée platine, après vérification mon deuxième sur PS4 (jamais bien compris à quoi ça servait, cette histoire de trophées).]

Ce message a été modifié par V.N.A. - 14.11.2019 - 09:33.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 31.01.2020 - 11:08
Message #5696


Star locale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 476
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Lego DC Super-Vilains
Encore un jeu Lego, je crois que je commence doucement à me lasser. Mais bon, là c'était juste pour faire des petites parties en attendant. J'ai fini le mode histoire, j'ai fait quelques bricoles à côté, mais j'étais encore loin des 100% quand j'ai arrêté.
En parlant du mode histoire, ça commençait plutôt mal puisque la première chose à faire était de créer un perso destiné à être le héros du jeu... Sérieusement, quand on joue à un jeu blindé de persos DC, à quel moment on a envie de les laisser de côté pour en créer un de toutes pièces ?!? Mais bon, finalement il est pas trop mal intégré à l'histoire en tant que "le nouveau", muet, qui acquiert peu à peu plein de capacités, et surtout entouré de toute une galerie de méchants (et si on se dit qu'au moins il sera pratique en mode jeu libre, raté, il ne garde pas les pouvoirs hors du mode histoire). Côté scénar, c'est le syndicat du crime qui a remplacé la ligue de justice, d'où les vilains en héros.
Bref, pas le pire jeu Lego (mieux que les Lego Batman 2 et 3, notamment), mais pas le meilleur non plus.




Super Mario Odyssey
Oui, ça y est, j'ai craqué pour la Switch. Trois jeux surtout qui me faisaient envie, j'ai hésité à commencer par le Luigi's Mansion, finalement j'ai décidé de les faire dans l'ordre de sortie.
Donc voilĂ , un vrai bon nouveau Mario comme il manquait Ă  la Wii U.
Si je dois lui faire un reproche, c'est le trop grand nombre de lunes à ramasser (parce qu'on ramasse des lunes à la place des étoiles, dans celui-là). Dans Mario 64 ou Sunshine, chaque fois qu'on récoltait une étoile, on avait vraiment l'impression d'avoir accompli quelque chose, alors que là il y en a des tonnes dans chaque monde (et on en rajoute une louche une fois le jeu "fini"), et pour certaines il suffit d'effectuer une action bidon comme une attaque rodéo au bon endroit, au bout d'un moment ça en devient un peu lassant. Pas adepte non plus du motion gaming (secouer la manette pour lancer le chapeau de telle sorte, ou sauter plus haut, ou aller plus vite...), mais généralement on peut faire sans, donc ça va.
À part ça, je me suis éclaté.




Octopath Traveler
Voilà, mon deuxième jeu sur Switch... et une belle petite déception.
Visuellement, le rendu "pixel art" est très joli. [Personnellement, j'aimerais beaucoup un jour avoir un jeu moderne (genre aussi beau que FF XV) avec ce type de gameplay, mais je sais que je rêve un peu trop.] Deux-trois secteurs où les effets de lumière (type soleil couchant) gênent un peu la visibilité, et forcément aucune cinématique ni représentation détaillée des personnages, leur expressivité se résume à peu près à leurs boîtes de dialogues, mais dans l'ensemble l'effet rétro passe très bien. Les villes et l'univers sont très plaisants à visiter, en revanche les donjons manquent cruellement de variété : les grottes, les manoirs, les forêts, les souterrains... et c'est à peu près tout. Pour une cinquantaine de donjons au total (trente-deux à visiter dans les scénars, et le reste optionnel), ça fait peu, mais si c'était le seul problème, ça passerait (j'exagère, il y a des grottes gelées, des grottes tempérées et des grottes arides). Sauf que si ces donjons paraissent si répétitifs, c'est qu'ils s'inscrivent dans un schéma narratif lui-même répétitif.

Le plaisir que peut procurer la liberté d'action s'estompe rapidement face à la réalité du système de progression. Le monde entier lui-même est théoriquement accessible dès le début (ou plutôt dès la fin du premier chapitre du personnage choisi initialement), mais concrètement, il se divise en trois anneaux concentriques. Avant de commencer le jeu, il faut choisir l'un des huit personnages parmi chevalier, marchande, érudit, prêtresse, chasseuse, voleur, apothicaire et danseuse ; selon ce choix, on débute l'aventure dans l'une des huit villes de l'anneau intérieur. Là, on apprend brièvement l'histoire du personnage, ainsi que sa place dans la ville, que l'on visite par la même occasion ; un événement le pousse alors à s'aventurer dans un donjon voisin, où l'on progresse jusqu'à affronter un boss ; le dénouement de ce premier chapitre le pousse alors à partir explorer le grand monde. Là, on peut voir sur la carte la prochaine destination (située dans l'anneau intermédiaire), ainsi que le niveau recommandé, bien trop élevé pour s'y atteler tout de suite. On part alors dans un sens ou dans l'autre vers la prochaine ville de l'anneau intérieur, où l'on peut faire le premier chapitre d'un autre personnage, mais à la phase du donjon, ils seront deux, avec une difficulté rehaussée en conséquence. De même pour les suivants (à partir du cinquième, il faut constituer une équipe de quatre personnes, que l'on peut changer à tout moment à la taverne locale à l'exception de celui choisi au départ, dont on ne peut se séparer qu'après avoir achevé l'intégralité de sa quête), et le nombre de monstres par combat dans le monde extérieur ainsi que leur niveau augmente également (jusqu'à un certain point). Une fois les personnages prêts, il est temps de passer aux huit villes de l'anneau intermédiaire, chacune constituant le point de départ du deuxième chapitre d'un personnage et du troisième d'un autre. Pour chacun de ces chapitres, un certain niveau est recommandé et incitera donc à les suivre dans un certain ordre, bien que rien n'empêche de garder les chapitres les plus faciles pour la fin. À noter que la difficulté des combats en extérieur dans cet anneau augmente elle aussi à mesure que l'on progresse. Puis on passe à l'anneau extérieur, huit villes également, chacune étant le théâtre du quatrième (et dernier) chapitre d'un personnage. Là, on agira par ordre de préférence, puisque le niveau recommandé est le même partout (45) ; le problème étant alors qu'on aborde les derniers avec des personnages beaucoup trop puissants. Bref, on a donc quatre chapitres fois huit personnages, soit trente-deux au total...
...Et chacun se déroule exactement de la même manière (blabla plus ou moins utile, deux-trois courses en ville, donjon, boss), de quoi se lasser bien avant d'en voir le bout. D'autant que si les huit quêtes sont à la base de nature très différentes, aucune ne se démarque non plus par son scénario, et que les personnages ne sont ni attachants, ni mémorables. Les histoires se suivent globalement sans déplaisir, mais ça ne va pas au-delà. Pire : même quand le début semble vaguement prometteur, la fin peut tout aussi bien s'embourber dans des dialogues lourdingues et surtout interminables qui annihilent tout impact que pourrait avoir le dénouement (je pense notamment au dernier chapitre de la danseuse, qui m'a donné envie de lâcher le jeu alors que je n'en étais qu'à mon troisième dernier chapitre).
Mais le plus gros défaut de ces scénarios reste encore la cohérence : chacun est écrit pour un personnage unique, sans jamais tenir compte de ses compagnons d'aventure. Les seules interactions entre les différents héros ont lieu au cours de brefs dialogues optionnels, mais jamais au cours d'un passage scénarisé d'un perso, un autre n'apparaîtra à l'écran, ce qui donne parfois lieu à des situations aberrantes : ils sont là, à affronter les ennemis ensemble, mais si le héros du chapitre en cours se fait poignarder et laisser pour mort, ou pousser dans un piège, ou emmener en prison, jamais les autres n'interviendront ! En fait on a juste huit personnes qui poursuivent huit objectifs différents, qui s'adressent à peine la parole mais qui combattent tout de même côte à côte. Et le plus flagrant, dès le début, côté incohérences ? Le voleur. Dès le petit texte introductif : "Il travaille seul", et trois lignes plus loin : "Il lui faudra l'aide de fidèles alliés". Déjà, non, vu sa personnalité, il ne va pas accepter l'aide d'alliés qu'ils vient à peine de rencontrer, mais quand on prend la situation dans l'autre sens, ça ne marche pas mieux : on a le chevalier qui est un modèle de droiture, la marchande dont la première aventure a été de récupérer le butin volé par des pirates dans son village, la prêtresse en pèlerinage et l'érudit victime d'une injustice parti à la recherche d'un livre volé, à quel moment l'un d'entre eux va proposer, ou même accepter, d'aider un type qu'ils ne connaissent pas à s'introduire dans un manoir pour y voler un trésor ?!?
Personnellement, je suis du genre à jouer sérieusement, au moins lorsque c'est ma première partie : j'ai passé mon chemin et j'ai fait l'intégralité des sept autres quêtes sans le voleur (du coup, est-ce que j'ai joué à Heptapath Traveler ? En tout cas, ça m'a empêché d'accéder au contenu des coffres à crocheter, présents dans chaque donjon du jeu mais aussi dans certains extérieurs et villes). Je n'y suis revenu qu'à la fin, une fois que je n'avais plus rien d'autre à faire que des quêtes annexes bidons (j'y reviendrai, aux quêtes annexes), espérant vaguement que cela débloquerait un vrai dernier chapitre, d'autant que certaines des histoires dévoilaient des points communs troublants et laissaient des questions sans réponse. Mais non, même après avoir fini les huit histoires, exploré tous les donjons optionnels (parce que je suis maso) et fait un paquet de quêtes annexes sans intérêt, je n'ai rien obtenu de plus qu'un petit écran "fin" pour chaque héros et les crédits une fois achevée la quête de mon personnage de départ (indépendamment du nombre de fins vues jusque-là). Peut-être que j'aurais dû chercher davantage, essayer de faire toutes les quêtes annexes (certaines se déroulaient après la fin d'une quête principale, mais pour celles que j'ai trouvées, je les ai faites sans rien en tirer ; ou alors est-ce que ça prépare une suite ? pire, un DLC ?), mais arrivé à ce point, j'en avais plus qu'assez et j'ai lâché l'affaire.

Avant de parler des quêtes annexes, un mot sur le gameplay, qui est LE gros point fort du jeu. Du tour par tour avec un système de classes, mais aussi un système de "points d'exaltation" qui augmentent au fil de tours (jusqu'à cinq) et que l'on peut dépenser par un, deux ou trois afin de renforcer une capacité, attaquer plusieurs fois, ou quand on les a débloquées, utiliser des techniques "ultimes". Il y a aussi un système de points faibles et de faille pour les ennemis (une fois qu'on a touché les points faibles de l'adversaire suffisamment de fois, il est assommé, inactif pendant un tour et ainsi plus vulnérable à toutes les attaques) ; en revanche, ils n'ont aucune résistance particulière, aux éléments notamment : contrairement à d'autres RPG où un monstre de feu sera vulnérable à la glace mais absorbera les attaques de son élément, ici la glace sera un de ses points faibles mais il prendra aussi des dégâts de feu (dommage, ça aurait pu renforcer le côté stratégique, mais pas catastrophique non plus). Dans l'ensemble, les combats sont très chouettes (et la raison pour laquelle j'ai tenu jusqu'au bout), à l'exception de quelques boss qui ne sont pas tant difficiles que pénibles à battre (entendre "chiants"), que ce soit parce qu'ils ont des tonnes de PV et donc traînent en longueur alors qu'ils ne représentent pas forcément de réelle menace, ou parce qu'ils utilisent des techniques qui font perdre un temps fou et donc traînent aussi en longueur (je pense à l'un d'eux particulièrement, qui presque à chaque tour infligeait mutisme aux quatre persos, les empêchant d'utiliser leurs compétences, laissant uniquement l'attaque et les objets : en gros, j'avais alors deux personnages qui ne servaient qu'à utiliser des objets pour guérir le mutisme, et un seul qui attaquait réellement ; oui, il y a bien des accessoires pour prévenir le mutisme ou tout autre altération d'état, mais attention : c'est un accessoire par altération, donc ne sachant pas à l'avance lesquelles peut infliger un ennemi, pour les équiper de façon pertinente il faudrait perdre le combat et recommencer).
Du côté des classes, il en existe huit de base. Chaque personnage débute le jeu avec sa classe attitrée, pour laquelle on peut équiper un ou deux types d'armes : le chevalier possède une épée et une lance et ne dispose que d'attaques physiques ; l'érudit ne s'équipe que d'un bâton mais lance des sorts élémentaux ; la prêtresse s'équipe également d'un bâton et joue le rôle de guérisseuse en plus de lancer des sorts de lumière ; etc. À mesure que l'on progresse, on peut apprendre de nouvelles capacités actives (utilisables en combat), déverrouillant par la même occasion des capacités passives (un attribut renforcé, impossibilité d'être pris par surprise, chances d'attaquer une deuxième fois, survie en cas de KO une fois par combat...). Par la suite, on débloque ces mêmes classes dans les temples correspondant en explorant l'anneau intermédiaire, permettant ainsi d'attribuer une classe secondaire à chaque personnage (chacune ne pouvant être attribuée qu'à un perso à la fois). Prenant le chevalier par exemple, on peut ainsi lui attribuer la classe secondaire chasseur qui lui permettra de manier l'arc et la hache (soit quatre types d'armes au total sur les six disponibles) mais le restreignant quasi exclusivement aux attaques physiques, ou l'on peut en faire un érudit qui maniera un bâton et des attaques de feu, de foudre et de glace en plus de ses compétences de base... ou n'importe laquelle des sept classes hors celle de départ. Ainsi, avec quatre personnages actifs, on peut tout de même disposer des huit classes en combat, mais on peut tout aussi bien disposer de deux apothicaires ou deux prêtres(ses) et se passer de chasseur (ou inversement) si l'on préfère.
Un peu plus tôt, je parlais de huit classes de base, parce qu'il en existe quatre autres. On les trouve dans quatre temples répartis dans l'anneau extérieur... et nécessitant de battre les boss (à ma connaissance) les plus durs du jeu. Mais du coup, à quoi vont servir des classes "surpuissantes" (bon, il y en a une dont l'intérêt me semble assez limité) s'il ne reste rien à faire après ?

Outre les compétences de classes, chacun des huit personnages dispose d'une capacité unique d'interaction avec les PNJ, qui se répartissent en quatre catégories : attaquer (défier pour le chevalier / lâcher les fauves pour la chasseuse), acquérir des objets (acheter / voler), obtenir des informations (interroger / scruter), recruter (guider / séduire). Dans chaque cas il y a la version "noble", que l'on ne peut pas forcément utiliser si le personnage n'a pas un niveau suffisant, et la version "douteuse" : en cas d'échec, la réputation en ville en pâtit, et après cinq échecs, il faut soudoyer le tavernier si l'on veut de nouveau pouvoir interagir avec les habitants. Dans le cas d'acquisition d'objets, ça paraît assez logique : acheter, c'est bien, voler, c'est mal. Dans d'autres cas, la logique paraît un peu tordue : si l'érudit regarde quelqu'un avec insistance, c'est le pire des enfoirés, par contre si le chevalier tabasse quelqu'un pour rentrer chez lui, aucun souci puisqu'il lui a lancé un défi avant de lui taper dessus...
Ces interactions ont évidemment leur utilité au cours des chapitres, avec plus ou moins de pertinence, ce qui se révèle parfois très ennuyeux. Que le chevalier doive utiliser la compétence "défier" lorsqu'il participe à un tournoi, ça marche (et puis bon, vu que c'était mon perso de départ et qu'il ne pouvait pas quitter l'équipe, il était toujours d'un niveau trop élevé par rapport aux autres), et c'est même plutôt lors des combats en compagnie des autres que ça paraît bizarre. En revanche, que la chasseuse doive faire libérer le chemin en utilisant ses bêtes (elle a un loup qui l'accompagne en permanence, et pour le reste il faut capturer les monstres au cours des combats), ça implique déjà de s'être emmbêté à capturer des bêtes suffisamment puissantes... et si c'est juste pour virer un monstre de la route, pourquoi ne pas l'attaquer avec toutes l'équipe ? Mais admettons. La palme revient encore une fois au voleur : au cours de son dernier chapitre, il doit s'infiltrer quelque part en volant un uniforme. On vole donc un premier uniforme, et vu que la compétence m'affichait des chances de succès de 8% et qu'elle a réussi du premier coup, j'ai cru que pour le scénar, le vol fonctionnait forcément (même si précédemment, si c'était nécessaire au scénar, ça affichait 100% de réussite). Sauf que non, ce n'était qu'un coup de bol. Parce que cet uniforme ne fonctionnait pas, il fallait celui d'un plus haut gradé... pour lequel j'avais des chances de succès à 3%. J'ai dû retenter le vol une trentaine de fois pour enfin réussir, sachant que tous les cinq échecs l'interaction ne fonctionnait plus et qu'il fallait alors retourner à la taverne soudoyer le tavernier (ou quitter la partie et recharger la sauvegarde, au choix, mais c'était plus rapide d'aller à la taverne et de toute façon à ce moment-là je ne savais plus quoi faire de l'argent amassé). Mais merde, quoi ! Le but n'était pas de lui subtiliser une babiole qui traînait dans ses poches mais de lui piquer ses fringues et de le laisser inconscient sur le bord de la route, à quel moment les développeurs se sont dit que ce serait plus efficace d'utiliser la compétence vol que de l'attaquer ?
Enfin bref. Ces interactions n'ont pas d'utilitĂ© que dans l'histoire, Ă©videmment : elles sont aussi bien utiles pour acheter de l'Ă©quipement ou des objets introuvables en boutiques (ou Ă  tarif rĂ©duit... ou Ă  voler, mais j'ai d'abord fait tout le jeu sans voleur, donc bon), mais surtout elles sont indispensables pour complĂ©ter les multiples quĂŞtes annexes (on y revient enfin). Concrètement ? Pour ne rien rater, il faut utiliser les compĂ©tences acheter (ou voler) et interroger (ou, si l'apothicaire n'a pas le niveau suffisant pour ça, attendre qu'il l'ait, ou se reporter Ă  la compĂ©tence scruter de l'Ă©rudit qui a parfois une forte probabilitĂ© d'Ă©chec, et donc de nuire Ă  la rĂ©putation, et donc de devoir soudoyer le tavernier (ou recharger la partie) au bout de cinq Ă©checs) sur chaque p*[email protected]!n de PNJ du jeu (en plus de leur parler, et dans l'immense majoritĂ© des cas, ce qu'ils ont Ă  dire n'a aucun intĂ©rĂŞt, juste des PNJ lambda histoire que les villes ne soient pas vides), pour la simple raison qu'on ne sait jamais quand l'un d'eux va possĂ©der un objet ou une information-clĂ©. Et ils sont des centaines !
Parce que les quêtes annexes, pour beaucoup, c'est ça : un PNJ cherche un objet ou une information (ceux-là sont indiqué sur la minimap, et leur parler déclenche la quête), un autre le possède (pour ceux-là, on n'a aucune indication), il faut donc l'acquérir et transmettre. S'ils sont tous deux dans la même ville, c'est rapide, mais le plus souvent, ce n'est pas le cas. Il faut donc le trouver au gré de nos pérégrinations, et faire le lien avec une quêtes parmi d'autres qu'on a déclenchée il y a parfois bien longtemps (heureusement, on peut se téléporter dans une ville dès qu'on l'a visitée, pas besoin de se retaper le chemin à chaque fois), ou si on veut on peut consulter la liste des quêtes entamées, comparer avec les listes d'objets et d'information dans l'inventaire, et voir si on trouve des correspondances (autrement dit ça va plus vite de retourner vers le PNJ pour voir si on a quelque chose à lui donner) ; il arrive aussi que l'objet de la quête soit déjà en notre possession (si on a bien pensé à acheter/interroger tout le monde), et donc celle-ci se termine aussitôt commencée. L'intérêt de ces quêtes ? Proche du néant, si ce n'est qu'elles rapportent de l'argent et parfois un objet utile.
Mais ce n'est évidemment pas le seul type de quêtes annexes. Parfois, quelqu'un a causé du tort à quelqu'un d'autre, il convient donc de le rosser pour obtenir une récompense. Quand c'est dans la même ville, les mécréants sont généralement faciles à trouver. Et sinon... bah le plus simple, c'est encore de défier (et de battre, évidemment) tous les individus louches qu'on croise, et quand on a du bol ça termine une quête (qu'on n'a parfois même pas commencée, mais ça marche quand même)... non parce que sinon, il faudrait se rappeler à chaque fois des descriptions des personnes qui ont causé du tort, et si on les a déjà croisées, se rappeler où, et sinon faire le rapprochement quand on les rencontre (encore une fois, ça peut être très longtemps après).
Encore un autre type ? Il faut mener (guider ou séduire) quelqu'un à quelqu'un d'autre, et les remarques sont les mêmes : dans la même ville, ça va, dans des villes séparées, ça devient du grand n'importe quoi. Exemple : à un moment, on rencontre un type affublé d'un livre qu'il ne sait pas traduire. Alors oui, je me suis vaguement souvenu d'avoir croisé une vieille dame qui disait avoir beaucoup voyagé et parlait plein de langues... mais sérieusement, il faudrait vraiment que je me souvienne, parmi les centaines de PNJ croisés, où je l'ai vue pour aller la chercher ? La réponse est oui.
Et parfois encore, c'est un chouïa plus développé, et ça implique d'explorer un donjon optionnel (sachant que l'exploration du donjon ne donnera rien si la quête n'est pas déclenchée). La fille perdue dans les bois qu'il faut sauver du gros monstre pas beau et ramener en ville, ok. La pierre gravée planquée au fond d'une grotte où il faut mener une historienne, ok. Mais des fois, c'est à se demander ce que les développeurs ont picolé. À un moment, on rencontre dans une taverne un type qui fait des recherches sur les géants des glaces et qui déplore de ne trouver aucune info ou preuve, jusque-là, ça va. On sort du bâtiment, on parcourt dix mètres, on tombe sur un vieux qui raconte à qui veut l'entendre qu'il a déjà rencontré un géant des glaces, ô stupéfaction, comment ont-ils fait pour ne pas se croiser ? Mais ce n'est pas si simple : on ne peut pas les guider l'un vers l'autre ; en revanche, en interrogeant le vieux, on obtient l'information "où git le géant", on pense donc qu'on a tout ce qu'il faut... mais noooon, en retournant parler au type du bistrot, on ne peut pas lui donner l'info. Ce qu'il faut faire ? Aller dans l'inventaire, chercher l'info parmi la liste de toooouuuutes les infos récoltées jusque-là (et contrairement aux objets, elles ne disparaissent pas de l'inventaire une fois la quête finie) pour voir que le lieu en question est la caverne des frimas (un donjon optionnel situé pas trop loin) ; aller au bout de la caverne, où l'on affronte le géant des glaces (si on y va sans avoir l'info, il n'est pas là) pour le buter et prendre sa corne en trophée ; et enfin, ramener la corne au type qui a déclenché la quête pour l'entendre déplorer que les géants des glaces sont quasi éteints mais qu'avec ça il a la preuve qu'il lui fallait pour ses recherches...
Et la cerise sur le gâteau, concernant les quêtes annexes ? Parfois, on peut en déclencher une, mais on peut chercher, impossible de la terminer tout de suite parce qu'un autre PNJ nécessaire à son accomplissement n'apparaît que plus tard dans le jeu (alors qu'il n'a absolument aucun rapport avec une des histoires principales, évidemment).

Enfin voilà. Avec tout ça, qu'est-ce que je retiens du jeu ? Eh bien, à l'image de ce qui devait être un avis rapide, il paraît terriblement long. Beaucoup trop pour ce qu'il propose. Sérieusement, si j'avais voulu aller au bout des quêtes annexes, j'aurais sans doute dépassé les cent heures... avec l'impression de n'avoir pas accompli grand-chose. Huit petites histoires, somme toute assez peu développées : en comptant l'exploration intégrale des donjons correspondants, chaque chapitre m'a tenu environ 2h (c'est une estimation, je n'ai pas vraiment compté ; dont la plus grosse partie à affronter des monstres ou à explorer, et à l'exception des derniers où mes persos étaient devenus beaucoup trop puissants pour ce qu'ils affrontaient), fois trente-deux chapitres (+ tout le reste) : c'est beaucoup, c'est même énorme en tenant compte du fait que le déroulement est à chaque fois quasi-identique. Mais seulement quatre par héros : c'est très peu. Pour huit conclusions qui n'amènent aucune satisfaction, et le sentiment de ne pas avoir eu le vrai mot de la fin. Alors oui, c'est joli, le monde ouvert est sympa, le système de combat est chouette... Mais je crois qu'on m'a survendu le jeu sur ces seules bases. Ça ne suffit pas. Pour un jeu qui veut retrouver l'aura des pépites du JRPG 16-bits, il parvient à se forger une identité à part, mais échoue complètement à faire vivre une grande aventure ; d'anciens titres comme Chrono Trigger ou FF VI (ou V, ou IV) s'avéraient beaucoup plus riches de ce point de vue, avec une durée de vie pourtant inférieure.
Pour en revenir à mon point de départ, donc : une belle petite déception.

Ce message a été modifié par V.N.A. - 31.01.2020 - 11:11.
Go to the top of the page
 
+Quote Post

285 Pages V  « < 283 284 285
Reply to this topicStart new topic

 



Version bas débit Nous sommes le : 19.02.20 - 04:25


Page top
TeamSpeak Servers · Globat Web Hosting