IPB
News metal / punk / hardcore / rock - L'agenda concert - Les chroniques

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

284 Pages V  « < 282 283 284  
Reply to this topicStart new topic
> Vous jouez Ă  quoi en ce moment?, dites nous tout
SkaldMax
posté 23.05.2015 - 10:59
Message #5661


Star locale
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 460
Inscrit : 12.10.13 - 20:32
Lieu : Brest
Membre n° 33662




Dernièrement, replongée dans Skyrim et Robot Unicorn Attack (version Heavy Metal ou plus kawaii selon l'humeur)
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Fzeioer
posté 17.08.2016 - 10:13
Message #5662


Groupie


Groupe : Membres
Messages : 4
Inscrit : 29.07.16 - 11:57
Lieu : Toulouse
Membre n° 36464




En ce moment je suis plutôt dans ma période FPS, avec principalement Killing Floor deuxième du nom. Je fais aussi Borderlands en solo, et Borderlands 2 en parallèle avec un pote. Et quand j'ai peu de temps, une ou deux petites parties de Binding of Isaac, qui tournent rapidement au vinaigre tongue.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 20.10.2017 - 17:41
Message #5663


Musicien
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 120
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755




Bon, puisque j'ai mis les pieds dans le forum, je vais parler tout seul dans un troisième topic. Dernièrement, joué uniquement à la PS4, le mange-disque de la console m'ayant fait une frayeur, je voulais m'assurer que ce n'était qu'un incident isolé avant la fin de la garantie (et maintenant que la garantie est arrivée à échéance, je vais pouvoir retourner sur Master System).



- Akiba's Trip: undead & undressed
Où on incarne un otaku qui combat des sortes de vampires en leur arrachant les vêtements pour les exposer à la lumière. Mais non, ça n'a rien de pervers. Au fait, j'ai dit que c'est japonais ? Je n'en attendais pas forcément grand-chose, c'est finalement une bonne surprise. Les personnages sont attachants, les situations/dialogues peuvent se révéler très drôles (à condition de comprendre l'anglais ou le jap, évidemment ce n'est pas traduit en fr), les dessins type manga des personnages qui apparaissent lors des saynètes sont sympas, le seul reproche que je pourrais lui adresser (outre les graphismes, mais ce n'est pas un vrai reproche, on ne parle pas d'un triple A là) concerne les combats parfois redondants. Mais ça ne m'a pas empêché d'explorer les différentes routes possible pour le scénario.

- Back To The Future : the game
Un des premiers Telltale, réédité pour les 30 ans de la saga, et le manque de savoir-faire se sent. Si le scénario est très cool dans l'ensemble, le gameplay, lui, s'avère laborieux, limite catastrophique par moments, et le plaisir qu'on pourrait prendre à la résolution d'énigmes (moins évidentes que dans les jeux plus récents) est complètement entaché par des séquences longuettes qui se répètent à chaque essai ou tout simplement par les contrôles. J'ai failli abandonner au premier puis au deuxième épisode, et au final, c'est dommage mais j'ai utilisé systématiquement les indices pour interagir le moins possible avec l'environnement et juste profiter du scénar.

- Song Of The Deep
Un metroidvania où on dirige un petit sous-marin, le jeu est très chouette, sauf qu'après quelques heures je me suis retrouvé bloqué dans une zone fermée, avec le mécanisme d'ouverture inaccessible de l'intérieur, et aucune raison pour que le passage se soit refermé derrière moi. Après une demi-heure à chercher une solution en vain, j'ai googlé ça pour voir mes craintes confirmées : c'est un bug du jeu, et la seule solution est apparemment de recommencer depuis le début en espérant que ça ne se bloque pas cette fois... Bref, au revoir Song Of The Deep, j'aurais bien aimé te connaître un peu plus.

- Tearaway Unfolded
J'avais eu Tearaway sur Vita, que j'avais abandonné parce que ça me gonflait que le jeu me demande de parler, ou de souffler, ou me filme pour claquer l'image de ma tronche dans le soleil (si si). Par chance, ces problèmes ne se posent pas sur console de salon (bien qu'on nous le propose, si on est équipé d'une PS caméra et/ou d'un micro ; ce n'est pas mon cas). Je me laisse donc tenter par la version unfolded, parce qu'il y a quand même des mécaniques de jeu bien sympas. Si l'on excepte le côté enfantin trop prononcé (le monde en papier coloré est très plaisant, c'est plus au niveau de la narration que c'est lourd), cette manie de vouloir nous faire tout personnaliser (si ça nous chante, on peut dessiner des formes de pénis pour les nuages, les ailes de papillons, les flocons de neige, des chapeau, des tatouages, des emblèmes, etc.), ou encore cette autre manie (moins agaçante que frustrante, celle-là) de nous faire croire que le jeu est fini alors qu'il ne l'est pas du tout... eh bien, dans l'ensemble, ça reste un jeu d'aventure/plate-forme très agréable et original.

- Lego Marvel Avengers
Habitué des jeux Lego, pas franchement convaincu par celui-là. Le jeu pourrait être très sympa, mais bourré de défauts qui s'accumulent et viennent nous pourrir l'existence. Parmi les défauts usuels, on peut noter la caméra parfois à la ramasse, des scripts qui ne se déclenchent pas et obligent à recommencer le niveau, ou l'IA du deuxième perso complètement débile quand on joue en solo (du genre, le deuxième perso vient se placer entre toi et les ennemis pendant les combats alors qu'il n'est pas capable d'en éliminer un seul, par contre il est bloqué 3km derrière quand t'as besoin de lui pour actionner un mécanisme ; au moins, on ne se retrouve pas avec 7 ou 8 personnages jouables à l'écran en même temps comme dans d'anciens jeux Lego). Et pour des défauts plus spécifiques à Marvel Avengers, on a des cinématiques parfois trop longues, mais surtout des petites séquences inskippables qui se déclenchent à la moindre action, pas très longues mais particulièrement lentes (pas bien gênantes quand on fait un premier run en mode histoire, mais trèèès agaçantes en jeu libre), ou encore des ennemis qui respawnent parfois à l'infini (tu les élimines, et t'as pas encore eu le temps d'actionner un seul mécanisme que t'en as à nouveau cinq qui te sautent dessus, et pour que ce soit plus sympa je crois que c'est le premier jeu Lego où il n'y a pas d'invincibilité à débloquer, je sais que la mort n'a aucune incidence dans ces jeux mais c'est très lourd au bout d'un moment), en bref impossible d'explorer les niveaux tranquillement même en mode jeu libre (j'ai dit plus d'une fois "foutez-moi la paix" au jeu, oui oui). Je suis encore dessus et je vais encore faire quelques trucs, mais je ne chercherai probablement pas à le finir à 100%. En tout cas je lui ai largement préféré le Lego Marvel Super Heroes (dont il reprend la carte de Manhattan et l'héliporteur, et qui avait en plus les X-Men, Spider-Man et les FF)

Et pour le prochain, je ne sais pas encore, j'étais bien tenté par Evil Within 2 mais je n'ai pas les sous (et même si c'était le cas, j'aurais quand même attendu six mois pour l'avoir à moitié prix), et vu que j'ai encore un paquet de jeux pas faits, ça ira. Peut-être un RPG, ça fait un moment que je n'en ai pas fait. Ou alors Danganronpa 2.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 20.11.2017 - 19:44
Message #5664


Musicien
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 120
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Bon, le I je l'ai déjà fait depuis longtemps, mais j'avais à peine touché au II (un jour, j'avais commencé une partie sur émulateur, et je me suis retrouvé coincé dans un mur par un bug dès la deuxième ville), c'est désormais chose faite. J'ai aussi le "Final Fantasy Origins" avec les "vrais vieux jeux" portés sur PS1, mais la version GBA est la même en plus joli, et puis j'y joue quand même sur la télé avec le Game Boy Player du Gamecube.
Un système d'évolution assez intéressant où les personnages n'ont pas de niveaux mais voient leurs statistiques (et affinités aux différents types d'armes) augmenter en fonction de leur utilisation (par exemple, si on n'utilise pas de magie avec un perso, il restera tout le long du jeu avec le même nombre de MP, contrairement au système de niveaux qui fait augmenter toutes les stats en s'appuyant sur le rôle prédéfini du perso). Les sorts, quant à eux, ont un système de niveau (pas de brasier, brasier +, brasier X, c'est le même sort qui passe au niveau supérieur après un certain nombre d'utilisations, les MP consommés correspondant à ce niveau) qui oblige à réfléchir à la manière de les utiliser : si on a un sort devenu surpuissant, on va éviter de s'en servir sur du menu fretin pour ne pas gaspiller de MP, et à l'inverse, quand on veut faire progresser un nouveau sort (donc faible), on est obligé de s'en servir même contre des monstres puissants...
Après, c'est sûr, ça ne vaut pas les épisodes cultes (même le VI qui était excellent et encore en 2D), mais ça reste bien sympa à jouer, hormis quelques longueurs sur la fin (les derniers donjons donnent l'impression de s'éterniser) et une gestion de la difficulté pas toujours au top : dans certains donjons, on galère parfois contre des ennemis "de base" (il peut y en avoir jusqu'à huit à la fois, qui attaquent généralement avant les persos, et en cas d'attaque surprise il peut y avoir jusqu'à seize actions avant qu'un de nos personnages n'agisse à son tour ; si on rajoute des altération d'état, la catastrophe n'est parfois pas loin) alors que les boss sont très faciles (sauf le dernier), je me rappelle que le IV présentait le même problème.
Bref, avec FFII fait, il ne m'en reste plus que deux à faire sur les treize épisodes canoniques : le III (j'y ai joué, j'étais arrivé très loin, et puis je suis mort contre un énième boss après un très long moment sans pouvoir sauvegarder, je m'étais dit de retenter le lendemain, puis j'ai reporté, et je ne l'ai jamais fini) et le V (celui-là je ne l'ai vraiment pas fait, je l'ai juste lancé dix minutes pour voir à quoi il ressemblait), mais je ne vais pas enchaîner dessus tout de suite.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 21.12.2017 - 12:04
Message #5665


Musicien
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 120
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Ahhh, les voix françaises complètement à côté de la plaque qui me rappellent les dessins animés de mon enfance...
Cinquième itération des aventures du Prof dans un univers où tout le monde est perpétuellement obsédé par les énigmes (même les animaux), avec son lot de situations absurdes et sa grande révélation finale qu'on grille au bout de deux heures de jeu, Le Masque des Miracles se révèle un cran au-dessus des deux opus précédents malgré des dialogues longuets, quelques énigmes ambiguës (probablement à cause de la traduction) et un indicateur de difficulté pas très fiable.
Me reste maintenant Ă  faire L'HĂ©ritage des Aslantes.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Euka
posté 23.12.2017 - 11:29
Message #5666


N'aime pas le Metal.
****

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 13945
Inscrit : 05.06.06 - 11:42
Lieu : Le Mans City
Membre n° 10251




Ah cool, je testerai ptet un jour. Je n'avais fait que les 2 premiers.

Sinon, de mon côté, Cuphead.

Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 24.12.2017 - 16:52
Message #5667


Musicien
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 120
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755




Connais pas, mais l'image donne envie :-)
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 16.01.2018 - 18:29
Message #5668


Musicien
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 120
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Deux jeux que j'aimais bien étant gosse et sur lesquels j'ai remis la main. Le Taz est cool bien que court et très facile, par contre la maniabilité d'Indy est assez pénible :-(



J'ai acheté le premier Evil Within avec la console quand il est sorti, lui voir une suite n'était pas pour me déplaire. Très bonne direction artistique, les zones "fantasmagoriques" liées au premier méchant sont assez oppressantes, mais le plus gros du jeu se fait sur des secteurs plus ouverts, où on est plus dans l'exploration / action, avec une tension qui retombe assez vite. Niveau scénar par contre, le premier était assez confus, ici ça paraît plus construit et nettement plus facile à suivre (mais bon, comprendre ce qui se passe enlève peut-être aussi une partie de la tension...).
Bref, bon jeu, bien que pas vraiment flippant.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 21.01.2018 - 16:46
Message #5669


Musicien
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 120
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Après The Evil Within, un autre de mes premiers jeux de PS4 dont je suis content de voir une suite. Comme le premier Knack, un bon jeu de plate-forme / aventure avec un personnage qui peut changer de taille, variant ainsi en puissance, allant d'un faiblard 75cm à un 10m surpuissant selon les circonstances (mais le plus souvent on est à deux mètres de haut, parfois quatre, avec toujours la possibilité de redevenir petit pour se faufiler dans des espaces étroits). Peut-être moins de gigantisme que dans le premier, et des combats parfois frustrants, mais dans l'ensemble c'est très sympa.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 03.03.2018 - 17:53
Message #5670


Musicien
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 120
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Il se passe un truc "énorme" à la fin du Masque Des Miracles, mais le Professeur Layton s'en fout, du moment qu'il a résolu l'énigme il passe à autre chose sans s'intéresser à ce qu'il a découvert, semble-t-il. Il y a bien quelques références à ses précédentes aventures, mais l'intrigue a l'air conçue pour ne surtout pas égarer les néophytes... ce qui se comprend, au fond.
Un peu de nouveauté dans le déroulement du jeu, moins linéaire que par le passé, malheureusement on a parfois l'impression de racler le fond de cuve pour les énigmes et de ce point de vue je ne suis pas très confiant pour la suite, étant donné qu'un septième Layton est sorti (mais sans le prof, à ce que j'ai cru comprendre).




- Steamworld Dig : passé le premier essai où je me suis retrouvé lamentablement coincé au bout de cinq minutes, c'est un petit jeu de plate-forme très sympa. Il faut se creuser un chemin de plus en plus profond pour explorer les secrets de la mine, gagner de nouvelles aptitudes au fur et à mesure, collecter du minerai pour pouvoir améliorer son matériel, et surtout prendre garde aux divers dangers qui nous guettent. Seul reproche, la progression est parfois un peu lente, notamment quand il faut cinq à dix coups de pioche pour casser un pauvre bloc (et qu'il faut en casser des dizaines), ce qui arrive forcément à moins de le savoir à l'avance et de consacrer en priorité les ressources à l'amélioration de ladite pioche. De même, certaines créatures sont assez ennuyeuses à éliminer (le plus pratique est bien souvent de les éviter).
- Steamworld Heist : Bon, je ne connaissais aucun de deux jeux, mais c'est surtout Steamworld Dig qui m'a intéressé quand j'ai trouvé la compilation à prix cassé. Finalement, celui-ci aussi était une bonne surprise. Plutôt sympa d'explorer des vaisseaux ennemis en mode jeu de tir tactique en 2D au tour par tour, en contrôlant des robots à vapeur. L'ambiance est très chouette, c'est malheureusement un peu trop long pour en voir le bout, avec trop de niveaux qui se ressemblent.




Berserk And The Band Of The Hawk ? Titre bizarre, l'Ă©quipe en charge de la localisation n'a pas dĂ» comprendre que "Berserk" n'Ă©tait pas le nom du personnage, mais admettons.
Pas très friand du genre Musou, j'ai fait une exception pour celui-ci, mais honnêtement, si ce n'était pas Berserk, je ne serais probablement pas allé très loin dans le jeu. Massacrer des hordes d'ennemis, ça va bien un moment, mais c'est vite lassant. Il n'est pas rare de tuer plus d'un millier d'ennemis au cours d'un seul niveau, même quand la cinématique qui suit montre tout le monde ébahi car Guts en a tué cent (comme dans le manga).
Par chance, l'histoire n'est pas laissée de côté avec des séquences de dialogue et surtout des passages, parfois assez longs (dans le bon sens du terme), en dessin animé... puis en animation 3D à partir de la moitié du jeu, plus courtes et en moins grand nombre, allez comprendre ; l'histoire est d'ailleurs beaucoup moins complète après l'éclipse. Au moins, ça m'aura fait un rappel avant de me lancer dans la lecture des derniers tomes.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Pentacle
posté 04.03.2018 - 16:22
Message #5671


♪♫♪♪♫♫♪♪
****

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 13436
Inscrit : 09.10.06 - 17:22
Lieu : Brest / Rennes
Membre n° 12294




J'ai commencé le Berserk, c'est marrant de défoncer des hordes d'ennemis ouais, comme tout Musou qui se respecte, mais pareil ça me lasse au bout de quelques minutes. Je fais un niveau puis voilà. Et comme je n'ai lu que le début du manga, je bite rien à l'histoire, ahah.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 12.04.2018 - 22:51
Message #5672


Musicien
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 120
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Pas grand connaisseur des Dragon Quest. Si on excepte le Monsters : joker 2 que j'ai très vite lâché quand je me suis rendu compte que c'était une sorte de sous-Pokemon assez lourdingue, je n'ai fait que le IV (en version DS aussi) il y a quelques années, que j'avais trouvé plutôt cool. J'ai bien envisagé de les faire dans l'ordre à partir de là (les trois premiers n'étant jamais arrivés chez nous), mais le V semble étrangement rare, la seule fois où je suis tombé dessus en boutique il coûtait cher et sa jaquette avait apparemment pris l'eau. Bref, ce n'est que mon deuxième DQ, mais probablement pas le dernier.

Dragon Quest VI, donc, ou les aventures extraordinaires du formidable héros répondant au nom de... Moi.
Oui, bon, quand la console m'a demandé d'entrer un nom pour la sauvegarde, je ne savais pas que ce serait aussi celui du héros, et après je n'ai pas eu envie de relancer la partie. Les développeurs n'ont pas idée, non plus, de nommer tous les personnages sauf le principal.

L'univers :
L'univers est constitué pour l'essentiel de deux mondes parallèles qui proposent des interactions intéressantes, et présente un bon équilibre entre la map, les villes et les donjons qui ne sont pas inutilement vastes. Au départ la progression y est assez linéaire, puis une fois un certain boss vaincu, on y est beaucoup plus libre de nos mouvements et on explore à notre guise.
Seul reproche vis-à-vis de la map, à un moment on se retrouve à explorer l'intégralité des fonds marins sans indice (à l'exception de l'emplacement d'un donjon) et ce n'est pas franchement passionnant. Quand on tombe sur une épave où se cache une clé bien utile (et qui devient par la suite indispensable), on est plutôt content, quand c'est pour dénicher l'accès à un concours de mode, ça l'est moins (et encore moins quand se rend compte qu'il faut y participer trois fois).

Le gameplay / les combats :
Les affrontements aléatoires, le bon vieux système au tour par tour... Que demander de plus ?
Peut-être des combats aléatoires un petit peu moins fréquents. Certes, pas besoin de tourner en rond pour faire du levelling, mais pour peu qu'on cherche à tout explorer pour ne rien rater, on affronte tellement de monstres, et par conséquent les niveaux des persos augmentent de telle sorte, qu'on ne rencontre aucune difficulté dans les donjons et face aux différents boss (à l'exception du dernier, mais c'est une autre histoire) sans avoir besoin d'élaborer de stratégies. Faut dire aussi que j'étais un peu limité niveau stratégies...
En fait, durant la plus grande partie du jeu j'ai trouvé qu'il y avait peu de magies et de capacités spéciales, chaque personnage avait quelques capacités (et quand je dis "quelques", c'est trois-quatre) et basta. Et... j'étais très loin du compte. Soit je suis nul et je n'ai vraiment pas fait gaffe à une discussion / un événement, soit le jeu néglige de l'indiquer, mais après quelques heures on débloque un système de vocations qui permettent d'apprendre des capacités au fur et à mesure qu'on les maîtrise et de débloquer d'autres vocations plus intéressantes... Le truc, c'est que l'attribution des vocations se fait dans un palais apparu dans une zone du monde qu'on a déjà explorée et où on n'a a priori plus aucune raison de revenir (vu qu'il y avait juste un trou dans le sol). Sachant que je m'en suis rendu compte à l'approche de la fin du jeu, donc sans avoir le temps de maîtriser les vocations à moins de passer des heures à faire des combats aléatoires (d'autant que les premières vocations disponibles sont plus handicapantes que bénéfiques en termes de stats pour les persos), et vu que je n'avais aucune difficulté à progresser sans cela, j'ai laissé tomber. Je n'aurais pas dû. J'ai eu beau continuer jusqu'au dernier donjon les doigts dans le nez, le boss de fin m'a bien fait galérer ; en fait il m'a tellement laminé à la première rencontre que j'ai finalement passé quelques heures pour apprendre des capacités avec les vocations...
Enfin bref.
Il y a aussi un système de "tactiques" pour définir la ligne de conduite des personnages (hors héros) durant les combats, permettant de ne pas passer trop de temps à naviguer dans les menus, et c'est parfois bien pratique contre des ennemis faibles, mais dès qu'on se retrouve face à des groupes d'ennemis de niveau plus élevé ou face à des boss, mieux vaut tout prendre en main. Choisissez la tactique "Pas de pitié" pour un guerrier, et il va généralement négliger les monstres à éliminer en urgence pour s'occuper de ceux qu'on voudrait garder pour la fin, ou il va utiliser son attaque la plus forte pour achever un ennemi quasi mort dont un autre membre plus faible aurait pu se charger... Pire, mettez "Agir avec sagesse" à un mage, et il va dilapider tous ses PM, au risque de ne plus pouvoir utiliser de magie face au boss... J'avais aussi un soigneur qui, avec la tactique "Soins avant tout", utilisait ses plus gros sorts contre le moindre bobo puis usait d'une technique ridiculement faible (mais qui n'usait pas de PM) quand les persos étaient quasi morts... Dommage, parce que sinon la tactique lui permettait de réagir pendant un tour plutôt que de définir l'action à l'avance, donc bien pratique quand l'ennemi attaque toujours en début de tour.
Ah, et dernière chose concernant les combats (aïe, je n'avais pas du tout l'intention de blablater autant) : ces fichues boîtes de dialogues (dire que je n'ai pas pensé tout de suite à aller voir les options pour accélérer leur vitesse de défilement) : si on tombe face à un groupe de six ennemis, qui chacun use d'une technique visant les quatres personnages, et qu'en retour les personnages usent d'attaques globales... à raison d'une boîte de dialogue pour chaque action lancée + une par adversaire visé par ladite action, on se retrouve parfois (dans les cas extrêmes seulement, heureusement) avec plus d'une cinquantaine de boîtes de dialogue qui défilent au cours d'un tour de combat ! Juste pour ça, il y a certains monstres contre lesquels on redoute de tomber parce qu'ils paraissent interminables.
(Bon, j'exagère quand même, en mettant la vitesse de défilement au maximum, en général ça va. À me relire j'ai l'impression de décrire un jeu tout pourri alors que ce n'est pas du tout le cas).

L'histoire / les personnages / les quĂŞtes :
Histoire... heu... inexistante ? Je veux dire, le jeu est bien, mais on n'est clairement pas happé par son scénario.
Si je me souviens bien, dans Dragon Quest IV, il y avait un déroulement bizarre mais assez original, le jeu était découpé en chapitres, chacun se concentrant sur l'aventure d'un personnage avant qu'ils ne se rencontrent et que l'aventure en commun se fasse dans le dernier chapitre...
Ici, c'est beaucoup plus classique, après une petite intro on débute avec le héros (nommé Moi, souvenez-vous du début) dans un petit village, envoyé faire une course toute bête, et le voilà embarqué pour sauver le monde, rencontrant divers alliés au fil de sa quête... Mais concrètement, il n'y a quasi aucune interaction entre les personnages, aucun n'a vraiment de personnalité, on leur pose juste un background minimal "pour dire de" (et on n'oublie pas de rajouter des origines secrètes au héros qui seront révélées peu à peu mais qui ne lui apportent pas plus de profondeur, surtout). D'accord, le jeu date à l'origine de 1995, à ne pas comparer avec les AAA cinématographiques de maintenant, mais à l’époque les Final Fantasy étaient arrivés au VI également, et niveau histoire c'était beaucoup plus développé.
Même au niveau de l'histoire globale, il n'y a pas grand chose. Une menace pèse sur le monde, on l'affronte, on la bat (jusque-là le jeu est assez linéaire), puis on se rend compte que les monstres envahissent toujours le monde (enfin, les deux mondes), et à partir de là on a l'impression de ne faire qu'une succession de quêtes annexes pour aider les gens dans les différentes localités qu'on visite. Plein de petites histoires, en somme, mais il manque la grande histoire qui lierait le tout. Les "grands méchants" sont simplement des monstres dont le seul but est d'être monstrueux, on connaît éventuellement leurs noms à l'avance mais on ne les rencontre qu'au moment de les affronter, on les tue et on passe à la suite, quand on a battu le boss final tout revient à la normale. C'est un peu dommage, parce que l'univers du jeu est très sympa et aurait mérité d'être davantage exploité de ce côté.

*

Et beaucoup plus rapidement, un petit plaisir (encore plus) rétro :



Comme le premier Chip N Dale, un bon petit jeu de plate-forme Ă  l'ancienne.
(Oui, j'ai dit plus rapidement.)

Ce message a été modifié par V.N.A. - 12.04.2018 - 23:00.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 15.04.2018 - 09:27
Message #5673


Musicien
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 120
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755




@VNA
Pauv' tache, si t'avais lu le livret, tu l'aurais su pour les vocations et le nom du héros dans DQVI. Pff, encore un dévoyé par les jeux modernes vendus sans notice...
Remarque, pour les vocations, t'aurais été capable d'oublier en cours de route...

Et ne crois pas que je n'ai pas repéré l'énorme faute d'orthographe que t'as faite !

Ce message a été modifié par V.N.A. - 15.04.2018 - 15:55.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 01.05.2018 - 13:43
Message #5674


Musicien
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 120
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Bon, ça faisait longtemps que je n'avais pas sorti la Vita, allons-y pour un petit Action-RPG... Tiens, un jeu en 3D où il ne faut pas gérer la caméra soi-même, ça me plaît (même si par moments on ne voit pas ce qui se passe devant les personnages...)
On incarne un héros amnésique, apparemment revenu de la mystérieuse forêt de Celceta, réputée pour sa dangerosité extrême (en revenir relève de l'exploit, d'après ce qu'on nous en dit, mais que tout le monde s'y balade sans souci dans la suite du jeu ne semble pas poser problème...), une virée champêtre dont il ne garde malheureusement aucun souvenir (puisqu'on vous dit qu'il est amnésique !). Après avoir aidé à chasser quelques monstres de la mine locale et appris les bases du jeu, il se voit confier la mission - grassement rémunérée - d'explorer et cartographier la forêt, ce qui coïncide justement avec ses propres intérêts : tenter de suivre ses propres traces à la recherche de ses souvenirs perdus.
On part alors à l'aventure, tout en récoltant des minéraux et autres matériaux (qui servent notamment à améliorer l'équipement), et quand on a exploré 30% de la forêt (en couvrant tout de même le plus de terrain possible et sans aller en ligne droite vers un premier objectif déterminé de manière assez vague) sans rien rencontrer que des monstres, des coffres, des cailloux et des arbres, on commence à se dire qu'il y aura bien peu d'événements notables et que le jeu sera vite fini. Mais non, c'est là que les choses sérieuses commencent, et le vrai scénario par la même occasion, parce que l'objectif de cartographier la zone sera bien vite oublié (sauf pour les sous que la progression permet de récupérer), et celui de retrouver la mémoire sera relégué au second plan face à des situations plus pressantes. Bref, il faut finalement un paquet d'heures pour en voir le bout, d'autant que les donjons ne comptent pas dans le pourcentage d'exploration, et les 30% ci-dessus étaient en réalité très loin du tiers du jeu, d'autant plus si on s'occupe des quêtes annexes.
Au final, il n'y a que peu de villes/villages, mais chaque lieu a son importance et on ne manquera pas d'y revenir à plusieurs reprises (un système de pierres de téléportation évite les pénibles allers-retours), le tout dans un secteur bien défini d'un monde qu'on devine beaucoup plus vaste (si j'ai bien compris, les autres épisodes de la saga se consacrent à d'autres aventures du même héros dans d'autres parties de ce monde ; personnellement, c'est le premier Ys auquel je touche, probablement pas le dernier). Les personnages sont attachants, le jeu est prenant, et le gameplay dynamique, simple et efficace.
Bien peu de raisons de se plaindre, donc. À la limite, quelques cinématiques auraient été bienvenues, parce que là on a une petite séquence dessin animé en guise générique de début, et basta, il n'y a même pas de cinématiques avec le moteur du jeu, juste des séquences de dialogues sans aucune animation supplémentaire pour les personnages (exemple : si un perso se lève, on le voit assis, écran noir, il est debout, pas d'animation du perso qui se lève...). Mais surtout ce qui gâche la fin du jeu, c'est... ben la fin du jeu elle-même, bien trop expéditive. Tant qu'on joue, ça va, et ce jusqu'au dernier moment, mais dès que la quête est achevée, c'est fini, juste quelques mots pour dire qu'on n'en saura pas plus, on ne sait même pas si les personnages secondaires qu'on a laissés en plein combat un peu plus tôt sont toujours en vie. Pas besoin de grand-chose, une bête scène d'adieux aurait fait l'affaire, mais en l'état c'est très frustrant. Pour le héros, on peut le retrouver dans d'autres jeux, donc d'accord (bien qu'on ne sache même pas s'il a retrouvé toute la mémoire ou juste les quelques fragments glanés ici et là pendant l'aventure), mais les autres, a priori, on n'en entend plus parler. C'est un peu comme si à la fin du Seigneur des Anneaux, l'anneau était détruit, les aigles viennent sauver Frodon, et générique de fin sans même savoir ce qu'il advient de ceux qui se battaient contre les armées du Mordor un peu plus loin... J'ai même cru que j'étais passé à côté de la "vraie" fin, mais non, j'ai cherché, pas de fin alternative.
Enfin, ça ne m'empêchera pas de me prendre le récent Ys VIII un de ces jours, et si l'occasion se présente celui de PS2 et même celui de Master System (je ne suis pas sûr que d'autres épisodes soient sortis du Japon, faudra que je vérifie).
Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 10.05.2018 - 17:34
Message #5675


Musicien
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 120
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755






Ahhh, ces jeux qui nous séduisent avant même d'avoir posé les mains dessus. Quelques images glanées ici et là, une direction artistique qui semble particulièrement soignée, un titre énigmatique, et on a déjà envie de les placer parmi les pépites méconnues, des étoiles plein les yeux.
Et quand on s'y met véritablement, manette en main - ou en l'occurrence console en main -, alors là... Ben parfois, vaudrait mieux continuer de les aimer à distance, parce qu'on déchante vite. Une chouette D.A., une ambiance, d'accord, ça peut rendre un jeu inoubliable. Mais si le gameplay est à la ramasse, ce n'est pas en bien qu'on s'en souviendra. Deux jeux sur la même cartouche, deux déceptions en une, qui dit mieux ?



On lance le jeu, tout en 2D (à l'exception de toutes petites séquences en 3D isométrique, inutile de s'attarder sur celles-ci), et voilà qu'on contrôle non pas la fillette qui en est le personnage principal, mais la luciole qu'elle doit suivre, attirée par sa lumière. L'idée est intéressante, dans un premier temps. C'est sûr, l'aventure n'aura rien de nerveux, mais ça colle plutôt bien à la dimension onirique, donc pourquoi pas. On découvre également le côté obscur du monde, où tout n'est qu'ombres, le temps figé, et où l'on dirige une autre luciole qui peut activer des mécanismes pour peu qu'elle puisse y accéder. Et la bonne nouvelle, c'est que même si de base tout est tactile, on peut modifier les paramètres pour utiliser le stick directionnel et les touches (heureusement, parce qu'ici le tactile est particulièrement laborieux).
Donc, on avance, on débloque le chemin, on évite les pièges, tout va bien. Et puis peu à peu, les choses se gâtent. Quand il faut commencer à réagir rapidement aux situations, on se dit que pour un jeu aussi peu nerveux, c'est un peu paradoxal. Alors on commence à rager contre sa lenteur. Petit exemple : certains mécanismes doivent être activés à un instant bien précis à partir du monde obscur... Le temps ne s'y écoule pas, donc même si on doit faire tout un chemin avec la luciole depuis la fillette jusqu'au mécanisme, pas de souci, c'est juste un peu lourd quand il est nécessaire d'activer plusieurs fois le même et qu'on doit refaire le chemin à chaque fois parce que cette fichue luciole n'est pas fichue d'y rester. Mais si on s'y prend une demi-seconde trop tôt, et qu'on repasse donc au monde normal pour laisser écouler cette demi-seconde avant d'y revenir... C'est foutu, il s'écoule un laps de temps d'environ 2s avant de pouvoir revenir au monde obscur, soit largement assez pour mourir. Et ça, encore, ce n'est rien.
Prenons par exemple le deuxième boss, celui où j'ai lâché l'affaire non parce que c'était trop dur (je n'hésite pas à faire quelques dizaines d'essais sur un même boss dans certains jeux si je trouve le défi intéressant) mais juste parce que ça a achevé de me saouler.
Pour battre ce boss, donc, il faut le faire exploser un certain nombre de fois sur des caisses d'explosifs qui s'obtiennent en plaçant le personnage sur un interrupteur à gauche de l'écran (et surtout en veillant bien à ne pas être sous la caisse quand elle tombe, sinon on meurt et on recommence). Quand c'est fait, on pousse la caisse vers la droite pour que le boss passe dessus en avançant (en plaçant donc la luciole à droite de l'écran, puisqu'on ne contrôle pas directement le personnage). Jusque-là, rien de bien complexe. Mais ! Une fois la caisse en place, si on ramène la luciole vers la gauche de l'écran, la fillette recule en tirant la caisse. La solution ? La faire grimper sur la caisse en plaçant la luciole en haut de l'écran à la verticale de cette fichue caisse, avant de revenir vers la gauche... le tout avec la manœuvrabilité d'un camion-benne. Bref, une action toute bête qui devient ici inutilement longue... Il faut vraiment s'y prendre à l'avance pour placer les explosifs si on ne veut pas exploser avec eux, mais trop tôt ça ne marche pas non plus. Et si ce n'était que ça, ça irait encore, c'est pénible mais il suffit de prendre le coup. Mais non !
Ce boss reste essentiellement immobile, et il a deux mouvements possibles : 1) il fonce d'un coup sur une courte distance, et 2) il reste en place et crache du feu. Il ne faut pas avoir placé de caisse devant lui dans le cas 2), sinon elle explose sans lui faire de dégâts et on n'a pas le temps d'en placer une autre avant son prochain mouvement. Au départ, j'ai cru que c'était une fois sur deux, suffit donc de suivre. Mais ça, je l'ai cru jusqu'à le voir faire son attaque 1) deux fois d'affilée, tandis que j'attendais bêtement avec ma caisse en croyant qu'il allait cracher du feu... Donc si on ne peut pas toujours prévoir ses mouvements, ça va déjà moins bien. D'autant que l'espace est limité : chaque fois qu'il fonce, c'est vers la gauche (donc vers le personnage), et s'il avance suffisamment, on n'a plus nulle part où se replier, il nous tue et on recommence.
Mais même ça, ce n'est pas le pire. Le pire, ce sont les débris qui tombent du plafond. Si la fillette est en-dessous quand un débris apparaît en haut de l'écran, c'est fini, le moindre déplacement prend tellement de temps qu'il est impossible d'esquiver... Donc, on meurt et on recommence, même si on avait bien géré les caisses, génial ! Adieu jeu, je regrette de t'avoir connu !



Bon, le premier était décevant, espérons que celui-ci sera mieux, après tout ce n'est pas comme s'il avait le même gameplay. L'autre était en vue de côté, celui-ci est en vue de dessus, et cette fois on contrôle directement le personnage (encore une fillette), gros avantage. Et finalement... bon, je n'ai pas compté le temps de jeu, mais je crois que j'ai lâché l'affaire encore plus vite.
Ça commence pourtant bien, avec une scène "choc" quand on pense juste apprendre les contrôles de base. L'ambiance assez oppressante se met très vite en place malgré le design enfantin (qui colle bien au personnage). En gros, on contrôle une fillette qui... Non, je m'interromps déjà, parce que le premier problème apparaît aussitôt : elle est leeeennnnte. Elle a de petites jambes, je veux bien, mais ça risque de devenir très vite lassant cette affaire. Parce qu'explorer toute la ville à ce rythme... Ah, non, bonne nouvelle, elle peut courir et prendre une allure convenable. Moins bonne nouvelle : elle a une barre d'endurance qui s'épuise rapidement.
Bref, je disais donc : on contrôle une fillette qui promène son chien, le soir. Tandis que la nuit tombe, elle rentre chez elle avec la laisse mais sans le chien. Sa grande sœur (on n'entend pas parler des parents, je suppose donc qu'ils sont à une soirée échangiste) part alors à la recherche du chien, puis on part à la recherche de la sœur, dans des rues sombres et hantées, et obscures, et dangereuses, et ténébreuses, et... sombres, je l'ai déjà dit ? On n'y voit rien ! Il faut jouer dans le noir total pour commencer à distinguer autre chose que son reflet dans l'écran ! Ah mais non, tout va bien là aussi, au bout d'un moment on retrouve la grande sœur qui a une lampe, on reperd la grande sœur, on ne sait pas trop comment mais on s'en fout parce qu'on récupère sa lampe, on va enfin pouvoir discerner ce qui apparaît à l'écran.
Cela étant fait, on rentre à la maison, puis on en ressort parce que sœurette n'est pas là, et puisqu'on n'a absolument aucun indice on se dit qu'on va devoir explorer toute la ville en espérant tomber rapidement sur quelque chose d'intéressant. Il y a bien quelques passages bloqués par des barrières dressées au milieu de la route, probablement un moyen de nous guider sans en donner l'air, c'était déjà comme ça au début... ah non, maintenant on peut faire tout un grand tour et se retrouver derrière mais on ne peut toujours pas les franchir, elles sont donc juste là pour nous casser les... pieds. Admettons, on progresse assez librement, on commence même à croire que ça y est, on peut jouer dans de bonnes conditions. Et c'est là que survient un phénomène particulièrement pénible. Il y a des fantômes, ça d'accord, on les repère et on les évite depuis un moment... mais pas ceux-là ! Ils arrivent par-derrière et te foncent tellement vite dessus que t'es mort avant d'avoir fait un pas ! Sérieusement. J'ai essayé plusieurs chemins (dont un qui semblait prometteur), même résultat. On voit à peine le fantôme débouler que c'est déjà fini. Et on repart de la maison, pour perdre de la même façon cinq minutes plus tard. La première fois ça fait sursauter, les suivantes c'est juste lourd. Alors non seulement je n'ai pas compris ce qu'il fallait faire pour éviter ça, mais je n'en ai même pas envie, les tares qui se cumulent, merci mais ça va bien un moment.
Adieu, deuxième jeu de la cartouche. Décidément pas un bon choix que j'ai fait là.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Euka
posté 10.05.2018 - 18:50
Message #5676


N'aime pas le Metal.
****

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 13945
Inscrit : 05.06.06 - 11:42
Lieu : Le Mans City
Membre n° 10251




De mon côté :

Go to the top of the page
 
+Quote Post
V.N.A.
posté 11.05.2018 - 10:54
Message #5677


Musicien
**

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 120
Inscrit : 15.08.07 - 17:13
Membre n° 17755




Je ne suis pas du tout branché jeux de sport (ni sport tout court), mais je me serais sûrement plus amusé qu'avec mes jeux tongue.gif

Maintenant j'hésite à commencer autre chose, on doit me prêter le nouveau God Of War mais je ne sais pas quand exactement.
Go to the top of the page
 
+Quote Post

284 Pages V  « < 282 283 284
Reply to this topicStart new topic

 



Version bas débit Nous sommes le : 22.05.18 - 01:10


Page top
TeamSpeak Servers · Globat Web Hosting