IPB
News metal / punk / hardcore / rock - L'agenda concert - Les chroniques

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

Profil
Photo personnelle
Options
Options
Présentation personnelle
Skillshot n'a pas de présentation personnelle pour le moment.
Infos personnelles
Skillshot
Technicien
Age inconnu
Sexe non défini
Alsace
Anniversaire inconnu
Loisirs
Aucune information
Autres informations
Sexe: Masculin
Mon FaceBook: Aucune information
Mon MySpace: Aucune information
Mon Last.FM: Aucune information
Statistiques
Inscrit : 02.12.09 - 10:10
Vus : 364*
Dernière visite : 03.04.15 - 15:07
Heure locale : 27.10.2020 - 00:48
78 message(s) (0 par jour)
Contact
AIM Aucune information
Yahoo Aucune information
ICQ Aucune information
MSN Aucune information
* Le compteur est mis à jour chaque heure

Skillshot

Membres

*


Sujets
Messages
Commentaires
Amis
Mon contenu
3 Apr 2015


du lourd du tres lourd
 
 
Sono-Light & Aching et Le Moloco ont le plaisir de vous présenter ARCH ENEMY, UNEARTH et DRONE en concert le 8 Mai 2015 au Moloco d'Audincourt.

ARCH ENEMY Le groupe de death mélodique suédois, formé en 1995 par l'ex-guitariste de Carcass, Michael Amott, est l'un des groupes stars de la scène métal mondiale. Armé d'un nouvel album sorti en juin 2014, d'une nouvelle chanteuse (Alissa White-Gluz) et d'un nouveau guitariste (Jeff Loomis - guitariste du groupe Nevermore), le groupe a entamé une tournée mondiale triomphale qui ferait une halte à Audincourt en ce 8 mai 2015.

IMMANQUABLE !
Bio en français
file:///C:/Users/Billey/Desktop/ARCH%20ENEMY_fichiers/translate_p.htm
 

ARCH ENEMY :

http://www.archenemy.net/

http://www.facebook.com/archenemyofficial

UNEARTH :

http://unearth.tv/

http://www.facebook.com/unearthofficial

DRONE :

http://www.dronemetal.com/

http://www.facebook.com/DroneMetal

Covoiturage :

http://petitlien.fr/7si4

Préventes :

Au Moloco du mercredi au vendredi de 17h Ă  20h (sans frais de location), sur le site internet du Moloco et dans tous les points de ventes habituels.


Fnac:

http://petitlien.fr/7uop

Digitick:

http://petitlien.fr/7uor

Ticketmaster:

http://petitlien.fr/7uos



Tarifs :

Guichet soir : 32€
Prévente : 27€
 
 
 
 
Alors, pour Unearth :

http://unearth.tv/
https://www.facebook.com/unearthofficial
http://www.twitter.com/unearthofficial
http://www.youtube.com/unearthofficial

Et pour Drone :

http://www.dronemetal.com/
http://www.facebook.com/DroneMetal
http://twitter.com/dronemetal
http://www.youtube.com/dronemetal
21 Oct 2014



Sono-Light et Aching ont le plaisir de vous présenter SKINDRED, ANTI-CLONE et KORGAN en concert le 5 novembre 2014 au Grillen de Colmar.

Skindred est un groupe de metal britannique, né des cendres de Dubwar (groupe underground mythique des années 90) et mêlant des styles différents comme le style plutot dub de la voix de Benji (le chanteur) et le son plutot metal du groupe. Leur premier CD, Babylon, a été produit par Howard Benson (qui produit aussi Papa Roach, Hoobastank et POD) et a été mixé par Rick Will. A noter que le chanteur, a fait un duo avec Korn (uniquement en live) sur "A.D.I.D.A.S.", avec Soulfly (Soulfly) sur "Prejudice" et également avec Bullet for My Valentine (Scream Aim Fire) sur "Take It Out On Me".

Albums
Skindred (DĂ©mo - 2000)
Babylon (CD - 2002)
Brain Killer (CD - 2006)
Roots Rock Riot (CD - 2007)
Shark Bites and Dog Fights (CD - 2009)
Union Black (CD - 2011)
Kill the Power (CD - 2014)







SKINDRED :

http://www.skindred.net/

https://www.facebook.com/skindredofficial



Tarifs : 17€/18,90€/20€
20 Oct 2014



SPECIAL SHOW !
SONO LIGHT & ACHING ont le plaisir de vous présenter au Grillen de colmar ORPHANED LAND, SILENT OPERA et MYLIDIAN
METAL HAMMER GOLDEN GODS GLOBAL BAND OF THE YEAR AWARD

ORPHANED LAND vous invite à venir fêter les 10 ans de leur légendaire album « MABOOL ». Pour l’occasion, « Mabool » sera joué en intégralité ainsi que des grands classiques du groupe tirés de chaque album.
Se joignent à la fête, les français de silent opera et Mylidian.
Mabool, voilà un disque qui en a fait rêver plus d’un. Et pourtant, malgré son génie, il n’a guère l’air de prendre le chemin pour atteindre la légende à laquelle il ose aspirer tant il est une véritable perle passée (quasi) inaperçue. En effet, cet enregistrement est l’archétype même du disque à l’intelligence incroyable, tant il est riche et réfléchi dans le moindre détail, d’autant plus qu’il relève un challenge de taille, à la hauteur de sa réussite musicale : mélanger la hardiesse d’un metal mélodique et progressif à des influences arabisantes, et ce dans un souci d’esthétisme constant. Après 2 tentatives approchantes bien plus tôt, Orphaned Land sort donc en 2004 son chef d’œuvre, le disque qui restera aux yeux de trop peu de gens comme l’une des pierres angulaires, au même titre qu’Opeth, de cette scène de metal extrême qui recherche avant tout l’esthétisme en incorporant des éléments musicaux venus d’ailleurs (culturellement et techniquement parlant) à son art.
Sur Mabool, Orphaned Land montre l’étendue de ses connaissances et la maestria à la fois technique et émotionnelle qui en découle. Ce disque n’est pas incroyable pour rien, il est le fruit d’un travail méthodique et abouti, résultat d’une réflexion approfondie de plus de 7 années sur la manière de combiner des mondes artistiques que tant de choses éloignent. La réussite de cette combinaison n’est d’ailleurs pas un hasard. Israël, occidentale parmi les orientales, jeune patrie à la recherche d’une identité culturelle, tiraillée entre deux univers : quel meilleur endroit pour opérer une fusion entre metal, symbole de la métamorphose d’un occident en pleine extrémisation, et folklorisme oriental, habituellement si caricatural une fois parvenu jusqu’à nos oreilles d’européens ? C’est bien en ces terres saintes qu’a été enfanté Mabool : The Story Of The Three Sons Of Seven, disque que l’on pourrait presque croire béni des dieux.
Une fois entré dans l’univers de Mabool, une aura enchanteresse embaume votre esprit et vous emporte au milieu d’un conte des mille et une nuits, où les fêtes les plus grandioses des plus somptueux palaces d’orient laissent place aux frais ténèbres étoilés du désert, à ses journées insoutenables dans les dunes immenses ou à la masse grouillante et joyeuse d’un bazar. Un voyage des sens s’enclenche et vous guide de la plus belle des manières à travers un monde magique fait d’une fusion passionnelle entre le metal et les richesses de la musique orientale. De délicates mélodies heavy offrent une pluie de pétales de fleur aux stars que représentent les instruments arabes : percussions, claviers, cithares, cœurs enchanteurs, voix narratives au fort accent, susurrées ou graves, et chacun se rejoint sur ces tonalités et rythmiques orientales au charme et à l’interprétation incontestable. Un enchevêtrement de détails et de timbres sonores se dessine au cours de cette fable, « The Story Of The Three Sons Of Seven », qui se laisse pourtant de temps à autres tomber dans des progressions plus ennuyeuses, mais l’émerveillement étant au rendez-vous absolument sur chaque titre, impossible de ne pas sortir ébailli d’une tel virée. L’excursion est innovante, à tous les niveaux, par son essence, par son concept, par ses mélodies conjuguées, par ses rythmiques, par l’agencement de ses voix, et bien sur, malgré une production sobre, par son résultat.
La recherche de la beauté et de la variété semble être ici le mot d’ordre, et le résultat obtenu est bien différent des précédents opus du groupe. Bien sur, même si l’on retrouve cette patte « métal oriental » que les israéliens sont apparemment les premiers à avoir poussé aussi loin, la noirceur et la violence omniprésente ont été converties en une fable où l’amour, le bien, la joie et la beauté triomphent. Rarement seulement, l’énergie noire et l’intensité du metal supplantent cette euphorie positive omniprésente, peut-être un peu dommage pour certains, mais la qualité des arrangements et compositions est tout de même largement au dessus de ce qu’avait pu faire le groupe précédemment.
Trop progressif, trop lumineux, trop exagéré ? Peut-être Mabool est-il un peu tout cela à la fois, mais l’illusion déployée est telle qu’elle rend aveugle aux quelques défauts que constitue ce disque. Evidemment, on en veut plus, on est presque déçus des oasis les moins vertes et aquatiques, mais la perfection n’est jamais loin, au coin d’un détour dans les rues d’une cité enchantée, de nouvelles expériences uniques s’offrent à celui qui se laisse envoûter. Les préjugés sont loin derrière, le choc des cultures ne gêne plus, seule la magie agit sur l’auditeur.
Ce Mabool est-il alors un chef d’œuvre ? Impossible de répondre pour l’instant, en tout cas, il y ressemble et est le résultat d’un travail acharné et méticuleux, quasi sans failles. Peut-être son successeur va-t-il frapper plus fort, ou peut-être Orphaned Land a-t-il jeté toutes ses armes dans la bataille, abattu toutes les cartes accumulées au cours de ces années de labeur. En tout cas, ce disque est d’une maturité gestationnelle indéniable, et le potentiel pour en faire un disque légendaire, éventuellement la base et la référence de toute une scène de metal oriental future, est clairement là. Gageons qu’il ne tombe pas dans l’oubli, car il mérite sa place autant tant sur la scène progressive que metal.
Tarifs : 17€/18,80€/20€

Amicalement SONO LIGHT&aching
https://www.facebook.com/olivier.billey
20 Oct 2014



SPECIAL SHOW !
SONO LIGHT & ACHING ont le plaisir de vous présenter au Grillen de colmar ORPHANED LAND, SILENT OPERA et MYLIDIAN
METAL HAMMER GOLDEN GODS GLOBAL BAND OF THE YEAR AWARD

ORPHANED LAND vous invite à venir fêter les 10 ans de leur légendaire album « MABOOL ». Pour l’occasion, « Mabool » sera joué en intégralité ainsi que des grands classiques du groupe tirés de chaque album.
Se joignent à la fête, les français de silent opera et Mylidian.
Mabool, voilà un disque qui en a fait rêver plus d’un. Et pourtant, malgré son génie, il n’a guère l’air de prendre le chemin pour atteindre la légende à laquelle il ose aspirer tant il est une véritable perle passée (quasi) inaperçue. En effet, cet enregistrement est l’archétype même du disque à l’intelligence incroyable, tant il est riche et réfléchi dans le moindre détail, d’autant plus qu’il relève un challenge de taille, à la hauteur de sa réussite musicale : mélanger la hardiesse d’un metal mélodique et progressif à des influences arabisantes, et ce dans un souci d’esthétisme constant. Après 2 tentatives approchantes bien plus tôt, Orphaned Land sort donc en 2004 son chef d’œuvre, le disque qui restera aux yeux de trop peu de gens comme l’une des pierres angulaires, au même titre qu’Opeth, de cette scène de metal extrême qui recherche avant tout l’esthétisme en incorporant des éléments musicaux venus d’ailleurs (culturellement et techniquement parlant) à son art.
Sur Mabool, Orphaned Land montre l’étendue de ses connaissances et la maestria à la fois technique et émotionnelle qui en découle. Ce disque n’est pas incroyable pour rien, il est le fruit d’un travail méthodique et abouti, résultat d’une réflexion approfondie de plus de 7 années sur la manière de combiner des mondes artistiques que tant de choses éloignent. La réussite de cette combinaison n’est d’ailleurs pas un hasard. Israël, occidentale parmi les orientales, jeune patrie à la recherche d’une identité culturelle, tiraillée entre deux univers : quel meilleur endroit pour opérer une fusion entre metal, symbole de la métamorphose d’un occident en pleine extrémisation, et folklorisme oriental, habituellement si caricatural une fois parvenu jusqu’à nos oreilles d’européens ? C’est bien en ces terres saintes qu’a été enfanté Mabool : The Story Of The Three Sons Of Seven, disque que l’on pourrait presque croire béni des dieux.
Une fois entré dans l’univers de Mabool, une aura enchanteresse embaume votre esprit et vous emporte au milieu d’un conte des mille et une nuits, où les fêtes les plus grandioses des plus somptueux palaces d’orient laissent place aux frais ténèbres étoilés du désert, à ses journées insoutenables dans les dunes immenses ou à la masse grouillante et joyeuse d’un bazar. Un voyage des sens s’enclenche et vous guide de la plus belle des manières à travers un monde magique fait d’une fusion passionnelle entre le metal et les richesses de la musique orientale. De délicates mélodies heavy offrent une pluie de pétales de fleur aux stars que représentent les instruments arabes : percussions, claviers, cithares, cœurs enchanteurs, voix narratives au fort accent, susurrées ou graves, et chacun se rejoint sur ces tonalités et rythmiques orientales au charme et à l’interprétation incontestable. Un enchevêtrement de détails et de timbres sonores se dessine au cours de cette fable, « The Story Of The Three Sons Of Seven », qui se laisse pourtant de temps à autres tomber dans des progressions plus ennuyeuses, mais l’émerveillement étant au rendez-vous absolument sur chaque titre, impossible de ne pas sortir ébailli d’une tel virée. L’excursion est innovante, à tous les niveaux, par son essence, par son concept, par ses mélodies conjuguées, par ses rythmiques, par l’agencement de ses voix, et bien sur, malgré une production sobre, par son résultat.
La recherche de la beauté et de la variété semble être ici le mot d’ordre, et le résultat obtenu est bien différent des précédents opus du groupe. Bien sur, même si l’on retrouve cette patte « métal oriental » que les israéliens sont apparemment les premiers à avoir poussé aussi loin, la noirceur et la violence omniprésente ont été converties en une fable où l’amour, le bien, la joie et la beauté triomphent. Rarement seulement, l’énergie noire et l’intensité du metal supplantent cette euphorie positive omniprésente, peut-être un peu dommage pour certains, mais la qualité des arrangements et compositions est tout de même largement au dessus de ce qu’avait pu faire le groupe précédemment.
Trop progressif, trop lumineux, trop exagéré ? Peut-être Mabool est-il un peu tout cela à la fois, mais l’illusion déployée est telle qu’elle rend aveugle aux quelques défauts que constitue ce disque. Evidemment, on en veut plus, on est presque déçus des oasis les moins vertes et aquatiques, mais la perfection n’est jamais loin, au coin d’un détour dans les rues d’une cité enchantée, de nouvelles expériences uniques s’offrent à celui qui se laisse envoûter. Les préjugés sont loin derrière, le choc des cultures ne gêne plus, seule la magie agit sur l’auditeur.
Ce Mabool est-il alors un chef d’œuvre ? Impossible de répondre pour l’instant, en tout cas, il y ressemble et est le résultat d’un travail acharné et méticuleux, quasi sans failles. Peut-être son successeur va-t-il frapper plus fort, ou peut-être Orphaned Land a-t-il jeté toutes ses armes dans la bataille, abattu toutes les cartes accumulées au cours de ces années de labeur. En tout cas, ce disque est d’une maturité gestationnelle indéniable, et le potentiel pour en faire un disque légendaire, éventuellement la base et la référence de toute une scène de metal oriental future, est clairement là. Gageons qu’il ne tombe pas dans l’oubli, car il mérite sa place autant tant sur la scène progressive que metal.
Tarifs : 17€/18,80€/20€

Amicalement SONO LIGHT&aching
https://www.facebook.com/olivier.billey
8 Sep 2014




Sono-Light et Aching ont le plaisir de vous présenter ces 3 concert en octobre 2014 au Grillen de Colmar.


Trois monuments du chant féminin dans le metal unissent leurs forces pour un projet et une tournée commune : The Sirens !

Liv Kristine (Leaves' Eyes, Theatre Of Tragedy), Kari Rueslåtten (The 3rd And The Mortal) et Anneke van Giersbergen (The Gathering) seront accompagnées d'un groupe et reprendront des morceaux des groupes qui les ont rendus célèbres mais également de leurs carrières solo. Le tout chanté seul, en duo et même en trio !

The Sirens vous proposent donc un saut dans le passé avec un regard plus que nouveau en compagnie de ces voix d'exceptions . A ne surtout pas rater !



THE SIRENS :

http://www.facebook.com/thesirenspage


Liv Kristine :

http://www.facebook.com/LivKristineOfficial


Kari RueslĂĄtten :

http://www.facebook.com/kari.rueslatten.official


Anneke van Giersbergen :

http://www.facebook.com/annekevangiersbergenofficial





VANDEN PLAS + AMON SETHIS + BLACK HOLE

VANDEN PLAS groupe de métal progressif venant de Kaiserslautern en Allemagne viendra défendre son dernière album Chronicles Of The Immortals.

Histoire de remettre la pendule séraphique à l'heure, rappelons que Vanden Plas représente déjà 7 albums, et du service depuis au moins 1994. Ces messieurs maîtrisent donc leur sujet sur le bout des doigts. Chaque sortie ne cesse de nous le prouver. Christ O était excellent ; The Seraphic Clockwork était meilleur ; Chronicles... l'est encore davantage ! Sur ce nouveau disque, Vanden Plas assume plus que jamais son penchant pour la théâtralité, la mise en scène et les orchestrations à la fois subtiles et grandioses. Œuvre dérivée de celle de Wolfgang Hohlbein, un auteur Allemand visiblement connu (le « Stephen King allemand », dixit Andy Kuntz), Chronicles... est la relecture exclusivement musicale du spectacle dont il s'inspire. Un spectacle co-écrit dès le départ entre Vanden Plas et Hohlbein. Un bel exercice, donc, un peu casse-gueule à la vue de l'ambition qu'il affiche, mais - on s'en doutait - parfaitement intégré par Vanden Plas.
"issue du site leseternels.net"

http://www.vandenplas.de/


SPECIAL SHOW !
SONO LIGHT & ACHING ont le plaisir de vous presenter au grillen de colmar ORPHANED LAND
METAL HAMMER GOLDEN GODS GLOBAL BAND OF THE YEAR AWARD

ORPHANED LAND vous invite à venir fêter les 10 ans de leur légendaire album « MABOOL ». Pour l’occasion, « Mabool » sera joué en intégralité ainsi que des grands classiques du groupe tirés de chaque album.
Se joignent à la fête, les français de Benighted Soul et Mylidian.
Mabool, voilà un disque qui en a fait rêver plus d’un. Et pourtant, malgré son génie, il n’a guère l’air de prendre le chemin pour atteindre la légende à laquelle il ose aspirer tant il est une véritable perle passée (quasi) inaperçue. En effet, cet enregistrement est l’archétype même du disque à l’intelligence incroyable, tant il est riche et réfléchi dans le moindre détail, d’autant plus qu’il relève un challenge de taille, à la hauteur de sa réussite musicale : mélanger la hardiesse d’un metal mélodique et progressif à des influences arabisantes, et ce dans un souci d’esthétisme constant. Après 2 tentatives approchantes bien plus tôt, Orphaned Land sort donc en 2004 son chef d’œuvre, le disque qui restera aux yeux de trop peu de gens comme l’une des pierres angulaires, au même titre qu’Opeth, de cette scène de metal extrême qui recherche avant tout l’esthétisme en incorporant des éléments musicaux venus d’ailleurs (culturellement et techniquement parlant) à son art.
Sur Mabool, Orphaned Land montre l’étendue de ses connaissances et la maestria à la fois technique et émotionnelle qui en découle. Ce disque n’est pas incroyable pour rien, il est le fruit d’un travail méthodique et abouti, résultat d’une réflexion approfondie de plus de 7 années sur la manière de combiner des mondes artistiques que tant de choses éloignent. La réussite de cette combinaison n’est d’ailleurs pas un hasard. Israël, occidentale parmi les orientales, jeune patrie à la recherche d’une identité culturelle, tiraillée entre deux univers : quel meilleur endroit pour opérer une fusion entre metal, symbole de la métamorphose d’un occident en pleine extrémisation, et folklorisme oriental, habituellement si caricatural une fois parvenu jusqu’à nos oreilles d’européens ? C’est bien en ces terres saintes qu’a été enfanté Mabool : The Story Of The Three Sons Of Seven, disque que l’on pourrait presque croire béni des dieux.
Une fois entré dans l’univers de Mabool, une aura enchanteresse embaume votre esprit et vous emporte au milieu d’un conte des mille et une nuits, où les fêtes les plus grandioses des plus somptueux palaces d’orient laissent place aux frais ténèbres étoilés du désert, à ses journées insoutenables dans les dunes immenses ou à la masse grouillante et joyeuse d’un bazar. Un voyage des sens s’enclenche et vous guide de la plus belle des manières à travers un monde magique fait d’une fusion passionnelle entre le metal et les richesses de la musique orientale. De délicates mélodies heavy offrent une pluie de pétales de fleur aux stars que représentent les instruments arabes : percussions, claviers, cithares, cœurs enchanteurs, voix narratives au fort accent, susurrées ou graves, et chacun se rejoint sur ces tonalités et rythmiques orientales au charme et à l’interprétation incontestable. Un enchevêtrement de détails et de timbres sonores se dessine au cours de cette fable, « The Story Of The Three Sons Of Seven », qui se laisse pourtant de temps à autres tomber dans des progressions plus ennuyeuses, mais l’émerveillement étant au rendez-vous absolument sur chaque titre, impossible de ne pas sortir ébailli d’une tel virée. L’excursion est innovante, à tous les niveaux, par son essence, par son concept, par ses mélodies conjuguées, par ses rythmiques, par l’agencement de ses voix, et bien sur, malgré une production sobre, par son résultat.
La recherche de la beauté et de la variété semble être ici le mot d’ordre, et le résultat obtenu est bien différent des précédents opus du groupe. Bien sur, même si l’on retrouve cette patte « métal oriental » que les israéliens sont apparemment les premiers à avoir poussé aussi loin, la noirceur et la violence omniprésente ont été converties en une fable où l’amour, le bien, la joie et la beauté triomphent. Rarement seulement, l’énergie noire et l’intensité du metal supplantent cette euphorie positive omniprésente, peut-être un peu dommage pour certains, mais la qualité des arrangements et compositions est tout de même largement au dessus de ce qu’avait pu faire le groupe précédemment.
Trop progressif, trop lumineux, trop exagéré ? Peut-être Mabool est-il un peu tout cela à la fois, mais l’illusion déployée est telle qu’elle rend aveugle aux quelques défauts que constitue ce disque. Evidemment, on en veut plus, on est presque déçus des oasis les moins vertes et aquatiques, mais la perfection n’est jamais loin, au coin d’un détour dans les rues d’une cité enchantée, de nouvelles expériences uniques s’offrent à celui qui se laisse envoûter. Les préjugés sont loin derrière, le choc des cultures ne gêne plus, seule la magie agit sur l’auditeur.
Ce Mabool est-il alors un chef d’œuvre ? Impossible de répondre pour l’instant, en tout cas, il y ressemble et est le résultat d’un travail acharné et méticuleux, quasi sans failles. Peut-être son successeur va-t-il frapper plus fort, ou peut-être Orphaned Land a-t-il jeté toutes ses armes dans la bataille, abattu toutes les cartes accumulées au cours de ces années de labeur. En tout cas, ce disque est d’une maturité gestationnelle indéniable, et le potentiel pour en faire un disque légendaire, éventuellement la base et la référence de toute une scène de metal oriental future, est clairement là. Gageons qu’il ne tombe pas dans l’oubli, car il mérite sa place autant tant sur la scène progressive que metal.

http://www.orphaned-land.com/

http://www.benightedsoul.com/

http://www.mylidian.com/


Tarifs : 17€/18,80€/20€

Amicalement SONO LIGHT&aching
https://www.facebook.com/olivier.billey
Derniers visiteurs
Skillshot n'a aucun visiteur à afficher..

Commentaires
Les autres utilisateurs n'ont laissé aucun commentaire pour Skillshot.

Amis
Il n'y a aucun ami à afficher.
Version bas débit Nous sommes le : 27.10.20 - 01:48


Page top
TeamSpeak Servers · Globat Web Hosting
IPS Driver Error

IPS Driver Error

There appears to be an error with the database.
You can try to refresh the page by clicking here