IPB
News metal / punk / hardcore / rock - L'agenda concert - Les chroniques

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
> Neptrecus - Black Metal - Ile De France
Lagodas
posté 01.07.2013 - 21:53
Message #1


Groupie


Groupe : Membres
Messages : 3
Inscrit : 01.07.13 - 21:42
Membre n° 33331






Formé au début de l'année 2011, Neptrecus est un groupe de Black Metal dont le concept repose sur l'exaltation du passé, de l'histoire française et des mythologies qui ont inspiré sa culture.
Fort d'un premier album sorti début 2013, le quatuor Parisien est désormais prêt a partager sa musique a la fois épique et brutale.


Line Up :



DISCOGRAPHIE :



- Neptrecus (DĂ©mo - 2012)




- L'aube du DĂ©clin (Album - 2013)



VIDEOS :

http://www.youtube.com/watch?v=abk3xcwVVyc

http://www.youtube.com/watch?v=L-W5jaYcsLk



Bonjour Ă  tous,

Ce post sera régulièrement mis a jour. Il contiendra les diverses news du groupe pour permettre une recherche plus rapide.






CHRONIQUES :
(par date de parution)

(05/02/2013) In Extemis : Voir plus bas sur cette mĂŞme page
(17/02/2013) Heavy Sound Webzine : ICI
(25/02/2013) Pavillon 666 : ICI
(25/02/2013) Spellbound Webzine : ICI
(01/03/2013) Lords of Metal : ICI (En anglais)
(10/03/2013) NocturnalCult : ICI (En anglais)
(12/04/2013) Chuul : ICI
(01/05/2013) Thrashocore : ICI
(06/05/2013) Ave Noctum : ICI(en anglais)
(06/05/2013) Metal.de : ICI (en allemand)
(13/06/2013) Soil Chronicles : ICI
(01/07/2013) Battle's Beer Mag : ICI[/b]
(15/08/2013) Fall Into the Core : ICI
(15/08/2013) VS-Webzine : ICI


LIVE REPORT : (par date de parution)
(27/01/2013) Neptrecus + Creeping Fear + Normannorum + Maleficentia : ICI
(21/04/2013) Neptrecus + Chadenn + Maleficentia + Natremia : ICI
(21/04/2013) Neptrecus + Chadenn + Maleficentia + Natremia : ICI


INTERVIEW : (par date de parution)
(31/02/1013) : Heavy Sound Webzine : ICI
(03/03/2013) : Forbidden Magazine : ICI (en anglais)
(01/07/2013) : Scriptoblog : ICI


PROCHAINS CONCERTS :



CONTACT :

LE GROUPE EST ACTUELLEMENT A LA RECHERCHE DE CONCERTS
Mail : [email protected]
Facebook : https://www.facebook.com/pages/Neptrecus/22...=ts&fref=ts
Myspace : http://www.myspace.com/neptrecus

Ce message a été modifié par Lagodas - 15.08.2013 - 18:35.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Lagodas
posté 01.07.2013 - 21:59
Message #2


Groupie


Groupe : Membres
Messages : 3
Inscrit : 01.07.13 - 21:42
Membre n° 33331




Une nouvelle interview réalisée par Thibault pour le site Scriptoblog ! Les paroles et le concept du groupe y sont notamment abordés, avis à celles et ceux qui chercheraient une interview fouillée à se mettre sous la dent.

Ce billet est le deuxième de la série Tradition, Patriotisme et Black Metal initiée par D. S. avec son billet sur Nokturnal Mortum.

Neptrecus fait partie de ces heureuses surprises que peut nous offrir la culture de masse. Là où Tavistock a créé la pop, la contre-culture rock, les hippies, ce groupe est un ver dans le fruit. Loin des bouffoneries satanistes de petits cons, ce groupe patriote propose une analyse qui s'inscrit pleinement contre le Nouvel Ordre Mondial. Certes, en faisant du black metal, le groupe aura moins de succès et donc de caisses de résonance que si Iseul et les Antigones ou Maurice Gendre faisaient un disque de pop, mais la démarche est suffisamment rare pour être saluée et valait bien une entrevue. Ceci, au-delà du fait que le premier album de Neptrecus, "L'aube du déclin", soit à mon goût le meilleur album de Black Metal tricolore qu'il m'eût été donné d'entendre. Rencontre avec Jérémy, alias Svarga, le chanteur / guitariste / compositeur du groupe.



1) Votre album L’aube du déclin est un voyage qui retrace différentes époques, différents événements de notre histoire et de notre civilisation. De la Grèce (L’éternel sablier ; Magna Grecia), l’Empire romain (Sous le signe de l’Aquila), la Gaule (Fiers Gaulois), les invasions barbares (406 : les grandes invasions), l’histoire et l’unification de la Neustrie par Charlemagne (Au royaume de Neustrie) ainsi que la très oubliée Auld Alliance dans la chanson du même nom. Pourtant, votre album porte pour nom le titre de votre dernière chanson. Or, elle est la seule à rompre avec votre fresque historique pour s’ancrer dans les vicissitudes de notre post-modernité. Pourquoi avoir choisi de mettre ainsi ce titre en avant ? Peux-tu nous en dire plus sur cette Aube du déclin que nous vivons ?

Salut à toi. Tout d'abord, merci d'avoir remarqué ça, les auditeurs ne le voient pas forcément ! Effectivement donc L'Aube du Déclin est un cheminement chronologique qui traverse les époques que tu as énumérées : le disque s'ouvre sur un "Prélude" qui, comme son nom l'indique est le préambule de notre histoire; viennent donc ensuite la Grèce et la Rome antique, la Gaule, la chute de Rome en 406, puis c'est un bond vers la Neustrie et Charlemagne, un nouveau bond vers le XVIIIème siècle et l'Auld Alliance puis enfin la pièce finale qu'est le titre éponyme.

Comme tu le fais justement remarquer dans ta question, elle rompt totalement avec la fresque historico-mythologique qui se déroulait jusqu'alors. La raison est très simple, c'est que ce morceau - bien qu'il ne s'agisse pas de celui que je préfère personnellement sur le disque - est la pierre angulaire de l'album et ce n'est pas anodin s'il a donné son nom à l'œuvre. En fait ce morceau est porteur à lui seul du message de l'album et de la musique de Neptrecus en général : "L'Aube du Déclin" est l'aboutissement du cycle fatal auquel l'Occident est soumis depuis ses origines. On part de la naissance d'une civilisation, son évolution, sa croissance, tout cela se déroule sur des milliers d'années, puis vient le jour où, pour telle ou telle raison elle devient décadente et finit soit par se renouveler soit par mourir définitivement. Le cas de l'empire romain en est un très bon exemple (pour faire original).

Tout ça pour dire que l'ère que nous vivons actuellement est la conclusion de ce grand cycle fatal occidental. Sauf qu'en vérité, l'aube de ce déclin à proprement parler n'est plus vraiment d'actualité, pour ma part je pense justement que nous sommes en plein déclin, et ce depuis les années 1970 environ, bref l'ère post-soixante-huitarde pour ainsi dire. Je ne vais peut-être pas trop m'étendre sur des choses que malheureusement tout le monde connaît, mais ce déclin - cette décadence - trouve ses symptômes en Occident (et particulièrement en France) dans un profond déni de soi-même ainsi qu'un profond rejet de toute identité européenne au profit d'autres cultures et identités allogènes supposées supérieures. Autre symptôme selon moi non-négligeable, c'est une dévirilisation de ses masses au profit d'une prétendue théorie du genre. Pour moi ces deux symptômes sont la source de tous les autres qu'on ne connaît hélas que trop bien: l'Européen moyen se fout de savoir qui étaient ses ancêtres et ce qu'ils ont construit et réalisé pour lui, il admire des cultures complètement étrangères au détriment de la sienne propre, préfère son petit confort au destin de la Nation, se laisse envahir par un ennemi qui se cache de moins en moins et remercie ce même ennemi de lui faire tant de mal tout en se vautrant dans une surconsommation égoïste. Bref, voilà le tableau: on discute du sexe des anges pendant que nos villes brûlent.



2) Au fil de vos textes, j’ai d’abord relevé des contradictions. Parfois, vous admirez l’Empire romain, parfois les Gaulois, d’autre part la Grèce, « âge d’or, âge de foi » (Magna Grecia). Mais un point commun émerge dans ce que vous écrivez : le partage par toutes ces cultures et civilisations de valeurs fortes, dont l’abandon mena à la perte : « Cohésion, discipline, honneur et fierté / Sont l’héritage de nos aïeux […] jusqu’au cycle fatal auquel tu abandonnas tes éternels dieux. » (Sous le signe de l’Aquila) Ordre et transcendance t’apparaissent-ils indissociables ? En outre, dans la même chanson vous écrivez « Force et honneur sera sa devise pour mille ans / Malheur à toi, humanisme, tu as de cette histoire refermé le tome. » Dans ses essais, Jean-Claude Michéa expliquait que l’humanisme, produit de la seconde Renaissance, était justement une pensée mécaniste, donc l’antithèse du nom qu’elle portait. Le matérialisme apporté par cette philosophie et la vigueur d’une civilisation te semblent-ils antithétiques ?

Tu as vu juste, à ceci près qu’écrire des chansons autant à la gloire des Grecs, des Romains que des Gaulois ne relève pas pour moi de la contradiction en ce que ces grandes civilisations (en particulier les grecque et romaine) se fondent dans un même "moule" qui a permis la naissance de la culture française telle que nous la connaissons aujourd'hui. J'aurais d'ailleurs très bien pu parler des débuts du christianisme par exemple. Les grands peintres, auteurs, sculpteurs et autres artistes qui ont fait la France doivent autant à la Bible qu'à Rome ou à Athènes, n'en déplaise à certains. Mais cela ne veut pas dire pour autant renier nos origines les plus lointaines, je pense justement aux fameux Gaulois mais aussi aux Celtes par exemple. Disons que tous les apports de ces différents peuples ont formé un tout qui a donné ce qu'aujourd'hui nous nommons la France.

Et donc oui, je considère ordre et transcendance comme indissociables. Ce n'est pas dans une situation d'anarchie que l'Homme arrivera à s'élever et à dépasser ses propres frontières. C'est justement dans une structure hiérarchique et légitime donnée - un contrat social - que l'Homme peut donner libre cours à son talent et chercher l'élévation de son âme. C'est d'ailleurs - je pense - le principe de l'Art : atteindre une certaine pureté, une certaine élévation-transcendance tout en respectant les règles imposées par ce même Art. Bref, la grandeur de l'Homme ne se manifeste à mon sens que dans le cadre d'une civilisation - et donc d'un certain ordre, d'un ensemble de valeurs et d'une morale - qui donne justement les clés à ses membres pour ne pas rester simples morceaux de chair qui ne pensent qu'à bouffer, chier et baiser. En somme, tout le contraire de la société française actuelle qui nivelle toujours plus par le bas. Pour moi les défenseurs d'une supposée anarchie et/ou d'un non-ordre vont justement à l'encontre de la nature de l'Homme. Ils sont en fait anti-humains en ce que leur but - conscient ou pas - est l'avilissement de l'espèce humaine et son maintien dans une crasse ignorante pseudo-marxiste.

Tout homme possède en lui une dimension matérialiste. Ce matérialisme se manifeste notamment par ses besoins les plus élémentaires, à savoir le besoin de nourriture, d'habillement et de logement. En revanche, le matérialisme vu sous un angle économique est une imposture : comment prétendre conceptualiser et mathématiser les désirs et besoins d'un être aussi complexe et mystérieux que l'Homme ? La théorie de l'homo œconomicus est une imposture : elle suppose qu'en fonction de telle ou telle situation un être ressentira tel ou tel besoin. Cela peut effectivement s'avérer vrai dans un certain nombre de cas mais jamais l'Homme ne sera conceptualisable dans son intégralité à moins que celui-ci ne soit réduit à l'état de simple consommateur décérébré qui ne sait plus qui il est, d'où il vient, ce qu'il fait ou quel est son but (toute analogie avec l'Occident post-post-moderne est fortuite). Les économistes font complètement abstraction de la dimension spirituelle, mystique et psychologique de l'être humain.

Donc pour résumer ma réponse, j'affirme que seule une civilisation aux valeurs et à la morale fortes peuvent pousser l'Homme à son élévation. Le désordre et l'anarchie sont des idéaux insensés et pour la bestialisation de l'Homme.



3) La contre-culture fut créée dans les laboratoires de l’institut Tavistock. Hippies, LSD, toute l’industrie rock qui en découla et ses rejetons, par conséquent les divers styles de metal, en sont les enfants plus ou moins légitimes. Le blues lui-même fut un produit du projet RACE, destiné à subvertir les foyers afro-américains. De plus, Tavistock et la doctrine de subversion de la jeunesse du général britannique Frank Kitson utilisent volontairement la musique pour attirer la jeunesse « avec un message faussement dépolitisé », comme l’explique Michel Collon. Penses-tu possible de contrer cette subversion par de la musique en général et du black metal en particulier ? Dans Fiers gaulois, Neptrecus fait l’éloge des traditions guerrières et de la résistance virile : « Tu luttes pour ton pays. » La musique peut-elle être une forme de lutte pour son pays ? Est-ce votre message lorsque vous écrivez sur votre disque « Black Metal de France ! » ?

Il est clair que culture dite "hippie" et Nouvel Ordre Mondial sont liés. Après, de là à affirmer que la culture rock a été créée de toute pièce, je veux bien le croire, mais je connais trop peu de choses à ce sujet pour avancer une opinion éclairée. En revanche, je tiens à souligner que le Metal (au sens large du terme) est né justement en réaction à cette pseudo-culture hippie de merde. Ozzy Osbourne l'affirme lui-même : à l'époque, rien ne l'excédait plus que d'entendre des chansons prônant le "peace and love" à la radio, ces mêmes chansons étant écrites par de jeunes privilégiés. Le Rock est une musique bourgeoise tandis que le Metal (avec accent ou pas ? comprenne qui pourra) est une musique profondément prolétaire. Après force est de constater que sa nature a complètement été pervertie au fil des ans. Tu rencontres maintenant des prétendus "métalleux" qui se comportent plus comme des putains de hippies qu'autre chose. Non, mesdames et messieurs, l'esprit du Metal ce n'est pas la tolérance, la fraternité avec n'importe qui et l'ouverture sur l'autre. Ces valeurs sont celles de ces jeunes bourgeois qui à la fin des années 1960 ont amorcé le déclin de la France et de l'Europe. L'esprit Metal ? Je ne prétends pas avoir la science infuse (après tout, je n'étais pas là à son commencement pour pouvoir en juger pleinement) mais pour moi ça a plus à voir avec la subversion, la hargne et la volonté d'oublier une situation pas forcément agréable. Et non, fumer un joint n'a rien de "Metal", n'en déplaise à une ribambelle de gamins déracinés qui écoutent des groupes de poseurs bien peignés et propres sur eux au son ultra-triggé et chantant en anglais par pur souci commercial (et aussi parce qu'ils ne savent pas aligner trois mots de français correctement). Pour moi un groupe qui galère dans son garage à enregistrer une démo au son crade tout en se gavant de 8°6 est bien plus proche de l'authenticité Metal qu'un groupe de tarlouzes à mèche qui doivent tout leur matos à papa-maman. Enfin bon j'espère être assez clair. De toute façon Darkthrone ont déjà tout résumé sur leur titre "Rawness Obsolete".

Pour en revenir à la question, je pense justement que le Black Metal et ses dérivés (tout ce qui englobe les appellations Pagan, Folk ou autres) est la musique parfaite pour proposer une subversion réelle à ce Nouvel Ordre Mondial. La subversion est d'ailleurs à mon avis l'essence du Black Metal. J'en vois déjà pousser des cris de jeunes vierges effarouchées : je pense que si le Black est à l'origine une musique sataniste, c'est parce que le satanisme trouvait tout son sens subversif dans le contexte où il est né et où il s'est développé en premier, à savoir la feu-paisible et très chrétienne Scandinavie. Seulement voilà, aujourd'hui le satanisme n'effraie plus personne, à part peut-être quelques grands-mères et quelques catholiques "intégristes" coincés du cul. Je pense sincèrement que la véritable subversion aujourd'hui est politique et non plus religieuse... quoiqu'à la limite elle peut être encore religieuse si elle s'en prend à l'Islam par exemple. Au passage, les groupes européens qui s'en prennent ouvertement à cette religion en Europe se comptent sur les doigts de la main. C'est quand même bien signe malheureusement que le Black Metal, censé être extrême de bout en bout possède aussi son "politiquement correct", à savoir le satanisme et l'anti-christianisme primaire. Désolé, mais des groupes comme Ad Hominem ou Nokturnal Mortum font bien plus peur qu'un Dark Funeral ou un Behemoth.

Pour moi les groupes actuels devraient plutôt lutter contre ce Nouvel Ordre Mondial que j'évoque plus haut et pour le rétablissement des valeurs ancestrales perdues. Et c'est dommage qu'aussi peu le fassent car la musique et l'Art en général peut être un excellent vecteur de subversion. Rien de tel pour drainer les foules qu'un bon groupe de musique ! Le curieux admirera d'abord l'œuvre produite, puis si le message l'interpelle va peut-être justement se renseigner plus en détails sur la cause que l'artiste défend. Et dans le meilleur des cas, le curieux finira par se rallier à cette cause.

Pour ma part j'ai choisi la musique car c'est la forme artistique dans laquelle je m'exprime le mieux, sans compter que je n'ai pas un très grand esprit militant.

L'appellation "Black Metal de France !" - que nous nous sommes octroyés nous-mêmes - résume tout le message, le concept et l'état d'esprit de Neptrecus. Un Black Metal froid, direct et au service de la France. Tu noteras d'ailleurs la présence du point d'exclamation qui est là pour souligner notre détermination dans notre cause. Et puis cette appellation est aussi en quelque sorte un clin d'œil à un certain groupe de nos contrées que les lecteurs de cette interview reconnaîtront sûrement...



4) Au Royaume de Neustrie reste en fin de compte une chanson très actuelle, si l’on accepte de faire une transposition. Charlemagne acheva l’œuvre de son père Pépin le Bref par l’union de la Neustrie et de l’Austrasie et œuvra à bien plus tout au long de sa vie. Pourtant, ses fils se querellèrent et détruisirent son œuvre, une fois le grand Charles parti. Malgré ses très nombreux défauts, le départ d’un autre grand Charles (de Gaulle) livra la France à d’autres rejetons médiocres, les partis politiques. De Gaulle avait l’habitude de dire que la France n’était pas un parti, qu’elle n’était ni de droite ni de gauche, mais la France. On trouve à peu près le même écho outre-Manche chez George Orwell, quand il écrivait dans le premier volume de ses Essais, articles, lettres, à propos de l’Angleterre : « De droite ou de gauche, c’est mon pays », précisant « ce rêve m’apprit […] que j’étais au fond un patriote. » Penses-tu que le patriotisme puisse être un dénominateur commun pour s’extraire des clivages partisans ? Peut-il être, comme l’a constaté Orwell au sein de la Home Guard, ce socle commun qui transcende les clivages ?

Hé bien je n'avais jamais vu les choses sous cet angle-là mais ça m'a l'air assez juste ! Pour le coup je rejoins De Gaulle et Orwell, le patriotisme peut être un dénominateur commun, j'irai d'ailleurs même plus loin en disant qu'il DOIT être un dénominateur commun. Pour moi le patriotisme c'est simplement la foi en une nation, en ses valeurs et en son devenir. Ce n'est pas comme beaucoup le pensent de nos jours une simple opinion politique. Le patriotisme devrait animer toute personne vivant dans une nation donnée. Le problème aujourd'hui c'est que le patriotisme est en France quasi-systématiquement associé à l'extrême-droite. Aimer son pays est devenu un délit d'opinion, quasiment un "crimepensée". Merci mai 68. Merci la gauche mondialiste et soi-disant antiraciste.

Il est quand même triste de voir que c'est parfois même le patriotisme ou non-patriotisme qui situe tel ou tel organisme à droite ou à gauche de l'échiquier politique. Les différents partis actuels ont oublié que leur mission originelle était d'agir pour la France et les Français et non pas pour la Franc-Maçonnerie, les patrons, les sans-papiers ou pays du Tiers-Monde. Pour moi le clivage politique n'aurait rien d'étonnant en soi s'il ne reposait que sur des conceptions économiques divergentes. Or il - ce clivage - est réellement devenu une affaire idéologique. On se soucie plus des intérêts de tel ou tel groupe de personnes (ou plus communément, lobby) que du devenir du pays. On préfère légiférer sur le mariage gay que chercher à résoudre le problème du chômage au nom du bien-être de la Nation. Ce qui est ironique c'est que chacun prétend justement se soucier des intérêts du pays tout en ne défendant que des intérêts égoïstes ou des positions idéologiques qui relèvent plus de la fumisterie qu'autre chose (un bon exemple avec EELV, qui sous couvert d'altermondialisme et d'écologie s'inscrivent dans la plus pure mouvance du Nouvel Ordre Mondial et de la destruction de l'Occident).

Je ne sais pas si j'ai bien répondu à la question mais pour résumer la chose, le patriotisme tel que je le conçois devrait exister en chacun.



5) Le patriotisme au sens d’Orwell est un patriotisme ordinaire : il est défensif. Dans Le Lion et la Licorne, il explique que « la division du monde en nations repose sur d’authentiques différences de mentalité ». Il défend ainsi l’instinct de conservation des mœurs et des coutumes propres au peuple anglais. C’est notamment pour cela, écrit-il, qu’il défend la religion et le patriotisme comme référents « élémentaires », faisant partie de la mystique nationale. C’est essentiellement chez les gens ordinaires et une partie de la classe moyenne qu’Orwell constatait ce patriotisme, qui est « en cas de besoin, […] plus fort que le sentiment de son intérêt personnel ». Dans L’aube du déclin, vous écrivez que « le culte du moi égoïste à la place du nous, l’homme ouvrit sa boîte de Pandore. » Un homme « déicide, fratricide, matricide ». Ecrire sur notre histoire comme le fait Neptrecus peut-il selon toi aider à renouer avec le patriotisme le plus élémentaire, celui qui consiste à simplement aimer et défendre le pays où l’on vit et dont nous portons l’héritage ? La narration historique est-elle un moyen de s’enraciner, par-delà droite (Barrès, Maurras, Weil) et gauche (Orwell, Lasch, Pasolini) ? Pour conclure sur lui, Orwell préconisait que la société démocratique socialiste qu’il appelait de ses vœux soit « plus ou moins en accord avec le passé du peuple ». Qu’en penses-tu ?

Ecrire sur notre histoire est effectivement une manière comme une autre de renouer avec un certain patriotisme, même si dans notre cas il s'agit quand même plutôt d'une forme de lutte comme je l'expliquais dans une de mes réponses précédentes. Et je pense que le patriotisme est par essence défensif contrairement au nationalisme qui se veut plutôt offensif. Nous ne nous revendiquons pas patriotes par envie de faire chier le monde ou pour raisons belliqueuses mais bel et bien par esprit de défense face à une société et un monde qui veulent purement et simplement supprimer ce que nous sommes. Et effectivement c'est un moyen d'enracinement, artistique en tout cas. Et pour moi le patriotisme en France à l'heure actuelle est une manière idéologique d'affirmer sa résistance à la mondialisation et au saccage de la culture occidentale prôné par BHL et compagnie. La chanson "L'Aube du Déclin" est exactement la description de ce que nous vivons actuellement : le Français moyen est devenu un égoïste (un consommateur) qui ne croit plus en rien (déicide) - surtout quand ça a rapport avec le christianisme - et qui renie ses ancêtres et son identité (matricide). L'individualisme exacerbé est la boîte de Pandore que nous n'aurions jamais dû ouvrir. Le Je prime sur le Nous. Au final, les Français sont devenus de parfaits petits moutons qui ne bronchent même pas quand l'un des leurs est attaqué par un loup et qui vont même parfois jusqu'à demander pardon à ce même loup de ne pas s'être montrés encore plus dociles qu'ils ne le sont déjà.

En tout cas je suis d'accord avec le constat d'Orwell sur le patriotisme des gens ordinaires. On ne doit pas s'attendre à une rébellion patriote de la part de nos élites mondialisées / la gauche caviar (rayez la mention inutile) qui de toute manière n'en ont rien à carrer de la France ni de personne d'autre qu'eux d'ailleurs. Non, le soulèvement - si soulèvement il y a, car parfois j'en doute - viendra du fin fond des classes sociales françaises, des bouseux qui en ont marre de travailler dur pour gagner un minable SMIC qui leur est aussitôt repris pour payer des vacances tous frais payés aux "jeunes défavorisés". La rébellion viendra de tous ces gens qu'on qualifie souvent de beaufs lorsqu'ils en auront strictement marre de passer leur vie à bosser et à raquer pour les autres plutôt qu'eux-mêmes et quand ils auront plus que ras le bol d'avoir à subir les joies du multiculturalisme et de la mondialisation "heureuse" qu'on nous vend 24h/24. On en a déjà eu un vague aperçu avec la Manif pour Tous par exemple. Et encore, je pense que ce n'est que l'embryon de ce qui peut arriver d'ici quelques années quand les choses se seront encore plus largement dégradées. Les Gaulois peuvent se faire tondre un bon bout de temps sans broncher, mais le jour où ça explose, hé bien ça explose avec une violence sans nom. Nos élites doivent se chier dans le froc rien qu'en y pensant.

Pour revenir à Orwell, autant je trouve ses analyses très pertinentes (pour ce que j'en connais du moins), autant je pense qu'une société démocratique socialiste est la dernière chose que l'on souhaite, car on sait ce qu'elle donne dans les faits, malgré le côté attrayant et idéaliste qu'elle peut avoir sur le papier. Enfin après, il faut évidemment remettre sa réflexion dans le contexte de son époque qui a largement changé depuis. Le monde a subi d'énormes transformations en à peine un demi-siècle. Après pour ma part j'ai du mal à voir ce qu'il entend exactement par "plus ou moins en accord avec le passé du peuple". Pour moi c'est simple : ou tu es en accord avec ton passé, ou tu ne l'es pas. Soit tu décides de faire table rase du passé et tu transformes ton peuple en un immense troupeau de moutons consommateurs et complètement soumis (c'est le cas des sociétés communistes et capitalistes qui pour moi ne présentent pas grande différence), soit au contraire tu ancres ton pays dans une identité, une histoire et une mentalité données (une mystique en quelque sorte) et à partir de ces éléments tu tires des enseignements qui te permettront non seulement de bâtir quelque chose de solide mais en plus de pouvoir regarder vers l'avenir sans commettre encore et encore les sempiternelles mêmes erreurs. Je pense sincèrement qu'un peuple ne peut pas vivre sans son passé, quel qu'il soit. C'est le ciment pour une civilisation solide.



6) L’Auld Alliance ne fut jamais révoquée officiellement. Elle consista en l’alliance entre les royaumes de France, d’Ecosse et de Norvège contre l’Angleterre. Au regard de l’Histoire, la guerre entre la France et l’Angleterre n’a jamais cessé. La Révolution française, subversion orchestrée par l’Angleterre et la franc-maçonnerie (lire ici notamment le livre de Maurice Talmeyr sur la question), le financement d’Hitler et des bolchéviques par Wall Street (lire Anthony C. Sutton) et la Réserve fédérale américaine (lire Eustace Mullins), le déclenchement de la Première Guerre Mondiale pour faire barrage au Bagdad-Bahn (lire le Rapport sur le mondialisme de Pierre Hillard), l’américanisation de notre culture par le plan Marshall, et par suite de notre langue avec le globish, puis bientôt le plan Fiorasi pour que les cours soient enseignés en anglais dans les universités françaises, sans oublier l’ordurier projet Rivkin révélé par Wikileaks. Ajoutons à cela le Grand Remplacement, déjà annoncé avant Renaud Camus dans Le Camp des Saints de Jean Raspail, et la communautarisation / racialisation / genderisation des rapports sociaux. Deux questions. Sommes-nous comme dans votre chanson 406 : les grandes invasions : « Mais aujourd’hui ton peuple n’est plus / Ta langue et ta culture furent vaincues » ? Au-delà de l’appellation abusive BRICS (créée par la banque Goldman Sachs), défendre notre héritage, notre souveraineté et donc notre avenir en tant que nation France (qui écrit sa propre histoire plutôt que de la subir) impose-t-il de conclure une Neue Alliance avec des pays non-alignés ? (Russie, Venezuela, Iran, Bolivie, etc.)

Tu as vu juste concernant l'Auld Alliance, ça a d'ailleurs été découvert il n'y pas si longtemps que ça il me semble. Concernant l'Angleterre ce sont nos plus vieux ennemis, donc c'est la tradition de se foutre sur la gueule avec eux. Certains prétendent que la proximité de deux pays les rapproche systématiquement en créant des liens fraternels, je pense que dans les faits c'est exactement le contraire. On n'a jamais fait autant la guerre qu'à nos propres voisins, les Anglais et les Allemands en tête !

Pour les paroles de "406", elles concernent avant tout l'empire romain donc elles sont quand même à remettre dans leur contexte. En revanche, elles peuvent effectivement presque s'appliquer à la France actuelle. Le peuple français est bel et bien encore là, mais pour combien de temps ? J'ai parfois l'impression que les gens prennent presque plaisir à se laisser mourir. Nous sommes vraiment dans une société malade. La langue et la culture françaises ne sont pas encore vaincues mais elles sont effectivement en passe de l'être dans un avenir proche. Nos élites autoproclamées y travaillent nuit et jour, rassurez-vous ! Et quoi de mieux pour faire disparaître une chose ? La remplacer par une autre chose. Cela commence par la langue, qui s'efface peu à peu au profit d'un anglais américain édulcoré ou de néologismes ridicules. Tu y as pensé avant moi mais la mesure visant à supprimer la langue française des cours universitaires est tout simplement à gerber. On ne se rend même pas compte que nous ne tuons pas simplement une langue, un vocabulaire, mais bel et bien une façon de penser ainsi qu'une vision du monde particulière. Nous sommes en train de détruire l'exception française et tout le monde applaudit. On pense que toutes les langues se valent, que ce n'est l'affaire que de vocabulaire et de structures grammaticales. Chaque langue est le reflet d'une vision du monde et d'une façon de penser qui résultent d'une longue histoire bien particulières et propres à chaque nation. Mais après tout, ça s'inscrit dans une parfaite logique mondialiste qui a quand même le culot d'affirmer que tout et tout le monde est interchangeable et paradoxalement, le seul moyen pour conserver la diversité des peuples et des nations est de tout uniformiser en une seule pseudo-culture droit-de-l'hommiste globale et consumériste. Le village mondial, quoi... Bordel, je vais gerber. Bref, tout ça pour dire que la France telle qu'elle fut est bel et bien en voie de disparition et qu'il serait bien temps de secouer un peu nos bons compatriotes franchouillards si nous ne voulons pas finir comme les Indiens d'Amérique.

Une Nouvelle Alliance ? Hum...pourquoi pas. Mais plutôt avec la Russie par exemple. C'est je pense, avec une poignée de pays d'Europe de l'Est, un des derniers à résister fermement à cet impérialisme ricain et mondialiste. Et c'est pour ça que tant de monde déteste et/ou se fout aussi souvent de la gueule de ces pays. Tu remarqueras d'ailleurs qu'on a toujours cette image des Russes mafieux et profondément mauvais dans une grande partie des films d'Hollywood. Mais dans tous les cas je t'avoue ne pas trop savoir si une alliance avec un tel pays serait vraiment une bonne chose à vrai dire...à la limite ce serait plus intéressant et plus sensé dans le cadre d'une "Euro-Russie", je ne sais pas...En fait je pense surtout que la France ne doit pas trop compter sur grand monde à ce niveau-là. Le peuple va devoir se réveiller et se démerder tout seul comme un grand, après tout ce ne serait pas la première fois et ce serait peut-être préférable.



7) Un dernier ensemble de questions, cette fois au sujet de l’avenir de Neptrecus. Vos morceaux garderont-ils la même structure musicale ? Ajouterez-vous des instruments folkloriques dans la veine de Nokturnal Mortum ou Temnozor ? Avez-vous déjà de futurs sujets d’écriture en tête ? Poursuivrez-vous sur l’histoire de notre civilisation ou plus spécifiquement sur l’histoire de France, et sur quelle période ? Tenterez-vous de remonter plus loin dans le passé en allant proposer des éléments aussi sous-traités que l’Auld Alliance ? Je pense par exemple aux travaux d’Anton Parks, qui est revenu sur les origines égyptiennes du Nouveau Testament (Le Testament de la Vierge) et l’histoire du jardin d’Eden en comparant la version sumérienne retrouvée à la fin du siècle dernier sur tablettes d’argile à la version biblique, plus récente et tronquée par rapport à la première (Eden). Ou encore les travaux de Jacques Heers (Le Moyen-Âge, une imposture) et Régine Pernoud (Pour en finir avec le Moyen-Âge) sur le millénaire médiéval. Enfin, le prochain Neptrecus incitera-t-il à s’incliner devant l’aube du déclin de l’après-post-modernité ou au contraire à ne pas baisser les bras comme refusèrent de le faire nos lointains ancêtres ?

Alors pour répondre dans l'ordre à la question : je n'ai absolument aucune idée de si nos futurs morceaux garderont la même structure ou non, je parle en tout cas pour ce qui concerne un avenir lointain. Pour un avenir plus proche, la composition du second album est déjà bien entamée (nous avons d'ailleurs eu l'occasion de jouer deux nouveaux titres lors de notre concert à Nanterre le 31 mai dernier) et pour ma part je pense pouvoir dire qu'elles se situent dans la continuité de "L'Aube du Déclin", peut-être toutefois avec un côté épique et "guerrier" plus développé. Après à ce stade dur de dire, il me faudrait avoir achevé tout l'album pour pouvoir en parler, et encore, mon avis n'est pas très objectif !

Pour ce qui est des instruments folkloriques, non je ne pense pas en utiliser un jour, ou du moins si cela se fait, les instruments en question seront clairement secondaires et présents plutôt pour poser une ambiance ou en soutenir une qu'autre chose. J'ai un énorme respect pour Nokturnal Mortum et Temnozor, mais la démarche musicale de Neptrecus est clairement axée "black metal", en d'autres termes sur les guitares. Disons que Neptrecus n'est pas un groupe à vocation "folk", même si j'apprécie beaucoup ce genre. En termes de composition, je me sens beaucoup plus influencé par un Dissection ou un Primordial que par un Nokturnal Mortum ou un Temnozor.

Quant aux futurs sujets d'écritures, hé bien c'est simple, celui du prochain album est déjà on ne peut plus défini puisque les paroles en sont déjà entièrement écrites ! J'en profite au passage pour dire que ce seront les dernières paroles écrites par notre parolier Claiomh pour nous, je l'ai viré récemment après avoir appris qu'il disait de la merde sur Neptrecus et moi dans mon dos (pour faire court)... Le thème changera complètement de celui de "L'Aube du Déclin" et pour le coup, ne sera pas du tout en continuité avec lui. Mais ça ne veut pourtant pas dire que le message primordial que nous souhaitons transmettre n'aura plus sa place dans nos textes, bien au contraire. Disons qu'après réflexion, le "concept", ou tout du moins le message sous-jacent de Neptrecus est justement de ne pas courber l'échine devant ce déclin qui touche l'Europe et l'Occident en général, malgré la conjoncture historique qui semble être contre nous. Pour dire ça plus simplement, c'est un appel à la rébellion teinté de fatalisme, un appel à une rébellion qui risque fort malheureusement de s'avérer vaine. Voilà pour le message.

Pour en revenir aux sujets d'écriture, j'en ai également plusieurs en tête pour la suite, dont un en particulier que je pense utiliser pour le troisième album, même si on n'y est pas encore...en fait j'ai une très bonne idée de concept (autant lyrique, musical que visuel), la tâche sera de creuser et développer ce même concept pour aboutir à quelque chose de profond et de cohérent. Et pour revenir à la question, les futurs sujets que j'ai en tête concernent pour la plupart la France en particulier, bref ils seront moins axés Europe comme peut l'être "L'Aube du Déclin". En fait, "L'Aube du Déclin" pose la base du concept et du message de Neptrecus, les futurs albums en seront comme des affûtations.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Lagodas
posté 15.08.2013 - 18:32
Message #3


Groupie


Groupe : Membres
Messages : 3
Inscrit : 01.07.13 - 21:42
Membre n° 33331




Nouvelles chroniques disponibles !

La premiere sur Fall Into the Core : ICI
"En tout cas, le mot que je choisirais pour décrire ce jeune groupe est « surprenant »!"

Et la seconde sur VS-Webzine : ICI
"Neptrecus accouche là d’un bel album, varié et intéressant et que vous auriez tort de bouder."

Ce message a été modifié par Lagodas - 15.08.2013 - 18:33.
Go to the top of the page
 
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic

 



Version bas débit Nous sommes le : 19.08.18 - 16:36


Page top
TeamSpeak Servers · Globat Web Hosting