IPB
News metal / punk / hardcore / rock - L'agenda concert - Les chroniques

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

Profil
Photo personnelle
Options
Options
Présentation personnelle
Mismo n'a pas de présentation personnelle pour le moment.
Infos personnelles
Mismo
Technicien
31 ans
Masculin
Au fond Ă  gauche...
Né(e) le Fév.-14-1989
Loisirs
Aucune information
Autres informations
Sexe: Aucune information
Mon FaceBook: Aucune information
Mon MySpace: Aucune information
Mon Last.FM: Aucune information
Statistiques
Inscrit : 12.04.08 - 17:54
Vus : 208*
Dernière visite : 30.04.08 - 20:34
Heure locale : 25.02.2020 - 05:13
65 message(s) (0 par jour)
Contact
AIM Aucune information
Yahoo Aucune information
ICQ Aucune information
* Le compteur est mis à jour chaque heure

Mismo

Membres

*


Sujets
Messages
Commentaires
Amis
Mon contenu
22 Apr 2008


Peut-être le plus grand cinéaste qui sévisse dans l'hexagone à l'heure actuelle. Subversif, provocateur, sulfureux, extrême, vertigineux, virtuose, les qualificatifs manquent pour définir le cinéma de ce prodige, très remarqué en 2002, suite à la projection de son second long métrage au Festival de Cannes, le très violent Irreversible. Artiste novateur et humaniste, Gaspar Noé est à la tête d'une parcelle essentielle du cinéma contemporain, un cinéma novateur et viscéral, d'une pureté extrême, développant un discours constant sur la déviance, et la prégnance chez l'homme d'une animalité certes refoulée mais pourtant incontrôlable. A l'heure de la bienpensance généralisée, où les médias nous crachent des "la vie est belle" à grand coups de spots publicitaires et autres consensuels primes times, un cinéma tel que celui de Gaspar Noé, s'il est compréhensible qu'il ne soit pas du goût de tout le monde, s'avère salvateur et essentiel.
Un très grand cinéaste à l'oeuvre déjà remarquablement riche, au style inimitable, et dont, espérons le, on entendra encore parler dans longtemps.

Longs métrages (pas d'ordre de préférence...):

Seul Contre Tous => 9/10
Irreversible => 9/10

Vivement son prochain Soudain le Vide, annoncé comme son projet le plus complexe, le plus ambitieux, et le plus visuellement riche! J'en baaaaaaave!!!







We Fuck Alone, le film de Gaspar Noé inclut dans le film à sketchs Destricted, un regroupement de courts métrages de différents cinéastes dans lequel sept réalisateurs tentent de réconcilier art et pornographie.


Carne, un moyen-métrage d'une quarantaine de minute, servant d'introduction au chef d'oeuvre Seul Contre Tous.
22 Apr 2008


Un cinéaste majeur bien que complexe et parfois difficile d'accès. Une filmographie assez inégale, quelques erreurs et des choix parfois douteux, mais des thématiques fascinantes et une approche à la fois passionnée et désacralisée de l'Amérique et plus précisément de la ville de New York.
J'émets quelques réserves en ce qui concerne le tournant pris par sa carrière, le bonhomme a l'air de se prendre un peu trop au sérieux depuis quelques temps et semble réellement jouer les auteurs purs et dur, mais j'admire tout de même énormément son travail, notamment ce qu'il a fait dans les années 80 et 90.
Bref, mon top pour l'instant:

1-Bad Lieutenant (10/10)
2-The King of New York (9,5/10)
3-L'ange de la Vengeance (8,5/10)
4-Nos Funérailles (7,5/10)
5-The Driller Killer (6,5/10)
6-Mary (incapable de donner une note pour l'instant...)
7-Body Snatchers (5,5/10)

Une filmo bien inégale donc, mais quelques chef d'oeuvres absolument époustouflants.
Mes prochains seront certainement New York 2H du Matin, que je rêve de voir, New Rose Hôtel, avec la maaaaaaag-nifique Asia Argento, et The Blackout que j'ai en stock depuis quelques temps déjà...


Bad Lieutenant (1993) La quête rédemptrice d'un flic corrompu et endetté jusqu'à l'os dans les rues d'un New York rongé par la drogue et la délinquance. Sans conteste un des plus grands films des années 90, chef d'oeuvre humaniste et étonnamment touchant.


The King of New York (1990) Un gangster sort de prison et tente de reprendre la tête de l'empire de la drogue à New York afin de gagner suffisamment d'argent pour permettre la construction d'un hopital. Une des thématiques récurrentes du cinéma de Ferrara: le nécessité de faire le mal pour arriver au bien.


L'Ange de la Vengeance (1981) Une jeune muette violée à deux reprises part à la chasse dans les rues de New York: armée d'un calibre 45, elle abat tous les hommes qu'elle croise sur son chemin. Le premier grand film deFerrara, un Rape and Revenge percutant et féministe, puissant et maîtrisé.


Même si l'ensemble de la filmo de Ferrara est intéressant, je conseille avant tout ces trois là! wink.gif
14 Apr 2008
Deux cinéastes majeurs à l'heure actuelle, qui comptent pour moi parmi les plus grands. Même si on peut leur reprocher quelques erreurs, les bougres ayant quelques peu cédé à leur fainéantise l'espace de quelques années, ils ont prouvé récemment qu'ils n'avaient pas dit leur dernier mot et nous reviennent plus en forme que jamais avec le magistral No Country For Old Men.
Si je devais faire un ch'tit top, je dirai:

1-Barton Fink: chef d'oeuvre total et absolu, un des plus grands films que j'ai vu de ma vie. Une mise en scène qui transcende littéralement le support cinématographique, pour nous amener vers un ailleurs, au coeur même du processus de création artistique. La plongée vertigineuse et obsessionnelle d'un dramaturge new-yorkais au coeur d'un Hollywood aux allures de camp de concentration, magistralement campée par un John Turturro à la coupe totalement improbable. Une oeuvre purement ébouriffante, d'une audace formelle et intellectuelle réellement épatante, un des plus grands films de la fin du siècle dernier.

2-No Country For Old Men: vu deux fois en salle, une énorme claque en pleine face, une sorte de mélange entre Fargo et Sang Pour Sang. Assurément le film le plus noir des frères Coen, le plus apocalyptique, un chef d'oeuvre porté par le regard de la désillusion, le regard d'un vieux flic fatigué, désabusé, qui voit son pays plonger dans l'agonie la plus totale, et qui n'arrive pas à le sauver. Un mélange des genres incroyablement maîtrisé, qui vascille alternativement entre des scènes de contemplation pure et des séquences d'action violentes et réellement pesantes. D'une beauté visuelle à tomber par terre et d'une puissance thématique à toute épreuve, No Country For Old Men fait passer les deux frangins du stade d'auteurs géniaux à celui de véritables artistes subversifs et visionnaires.

3-Miller's Crossing: un hommage aux films de gangsters des années 40, qui interroge l'idée même de mise en scène à travers le récit d'un truand solitaire qui manipule son entourage sans scrupules pour en obtenir ce qu'il désir. Un film majeur dans la filmographie des Coen, très souvent oublié, mais pourtant mis en scène avec génie, remarquablement interprété, complexe, labyrinthique et fascinant, sans pour autant oublier d'être drôle par moment. Du très grand Coen, porté par une casting quatre étoiles.

4-The Barber, l'homme qui n'était pas là: revu il y a à peine quelques jours. Une fois de plus, ce fût un choc assez monumental, autant sur le plan formel que thématique. Peut-être le film le plus complexe des deux bonhommes, un homme au quotidien banal qui s'embarque soudainement dans le monde du crime pour améliorer sa situation, mais qui va se retrouver comme pris dans un étau, faisant apparaître au passage quelques unes des tares les plus insoupçonnées d'une société Américaine enfouie sous un masque de perfection. Une beauté visuelle qui frise la perfection, une richesse symbolique et thématique purement bluffante, et un des plus grands chef d'oeuvre des Coen, tout simplement...

5-Fargo: la thématique Coen-nienne dans sa représentation la plus pure, la désacralisation par excellence d'une Amérique perdue entre fiction et réalité, enfouie sous l'inconscience puisque égarée dans un monde modelé par les émanations cathodiques. Un faux film de genre, implicitement surréaliste, malgré les apparences, porté par une Frances McDormand incroyable et un Steve Buscemi hilarant. Encore un coup de maîtres pour ces deux génies.

6-The Big Lebowski: mon premier Coen, un coup de foudre immédiat, psychédélique et jubilatoire, qui tient tout entier sur les épaules de ses acteurs exceptionnels. Une mise en scène survoltée au service d'une intrigue peu banale, recentrée sur un branleur invétéré et superbement attachant. Du bonheur en barre.

7-Sang Pour Sang: premier essaie, premier coup de maître. Un bijou d'une noirceur incroyable, qui privilégie les états d'âmes du bourreau à ceux de la victime. Le génie de la mise en scène est déjà bien présent, chaque plan est millimétré, le film fourmille de trouvailles visuelles et d'effets de style parfaitement maîtrisés, la caméra flotte et nous entraîne avec elle au milieu de cette bande de loosers définitivement à côté de leurs pompes. La mécanique des Coen se met en place, nous assène quelques bons coups de latte dans la gueule, et on en redemande nom di diou!

8-Arizona Junior: une bombe satirique et jubilatoire, un cartoon mis en scène avec une incroyable énergie, un petit bijou d'humour noir, d'intelligence, avec des scènes d'anthologie. Un style très cartoonesque que les Coen n'ont jamais remis en pratique...pourvu qu'ils s'y recollent un de ces jours!!

9-O'Borther: une comédie franchement tripante et remarquablement filmée, un trio d'acteur réellement brillant, et une BO qui casse tout sur son passage. Même si j'apprécie ce genre de films et que les Coen ont un talent certain pour mettre en scène des comédies barges, je préfère leur cinéma plus sombre...mais c'est quand même génial bien sûr!! biggrin.gif

10-Le Grand Saut: rien de transcendant en ce qui me concerne, une petite comédie satirique plutôt efficace sur l'empire bureaucratique. Ca fait sont petit effet, c'est assez drôle, et comme tout jours chez les Coen très bien filmé, mais à mes yeux ça n'a rien d'exceptionnel...à revoir donc.

11-Ladykillers: on en arrive aux erreurs définitives de la filmo des Coen. Une comédie noire assez efficace, mais réellement palôte étant donné les capacités des bonhommes. Même si c'est loin d'être mauvais, c'est très en déça de leurs capacités.

12-Intolérable Cruauté: sympa...et c'est tout!! Encore une fois très inférieur par rapport à leurs réelles capacités, même si ça se laisse regarder. A voir par les fans des Coen, au moins pour se rendre compte que même les génies ont parfois des petits coups de mou! ^^

Des grands bonhomme donc, des artistes fondamentaux de la fin du vingtième siècle, et j'attends la sortie DVD de No Country For Old Men avec une monumentale impatience!!! sad.gif
Derniers visiteurs


26 Dec 2011 - 15:54


23 Apr 2008 - 10:18


22 Apr 2008 - 19:59


22 Apr 2008 - 15:39


13 Apr 2008 - 0:34

Commentaires
Les autres utilisateurs n'ont laissé aucun commentaire pour Mismo.

Amis
Il n'y a aucun ami à afficher.
Version bas débit Nous sommes le : 25.02.20 - 04:13


Page top
TeamSpeak Servers · Globat Web Hosting
IPS Driver Error

IPS Driver Error

There appears to be an error with the database.
You can try to refresh the page by clicking here