IPB
News metal / punk / hardcore / rock - L'agenda concert - Les chroniques

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

Profil
Photo personnelle
Options
Options
Présentation personnelle
GuiOhm n'a pas de présentation personnelle pour le moment.
Infos personnelles
GuiOhm
Spider wants you!
33 ans
Masculin
Paris
Né(e) le Avr.-23-1986
Loisirs
Aucune information
Autres informations
Sexe: Masculin
Mon FaceBook: Aucune information
Mon MySpace: Aucune information
Mon Last.FM: www.last.fm/user/GuiOhm
Statistiques
Inscrit : 28.04.04 - 18:59
Vus : 1943*
Dernière visite : 14.07.19 - 08:37
Heure locale : 21.09.2019 - 17:29
3391 message(s) (1 par jour)
Contact
AIM Aucune information
Yahoo Aucune information
ICQ Aucune information
MSN available upon request
* Le compteur est mis à jour chaque heure

GuiOhm

Membres

***


Sujets
Messages
Commentaires
Amis
Mon contenu
19 May 2007
Les curieux qui sont passés par hasard (ou non ^^) sur le site de Blizzard ces derniers temps ont pu voir une frise chronologique avec les différents jeux cultes (Warcraft, Warcraft 2, Diablo, StarCraft, Diablo 2, Warcraft 3, WoW) qu'ils ont sortis, avec une illustration qui progressait le long de la frise, accompagnée d'une citation du jeu. De quoi se demander ce qui allait arriver remplacer le point d'interrogation du bout, non ?

Le suspens est levé depuis hier, foncez! wink.gif



Bon, la machine de promo est bien rodée, mais j'avoue que je suis devenu impatient..
12 Feb 2007
Immortal - At the Heart of Winter (1999)



Style : Heavy black metal

Note : 18/20

A écouter : en entier et plusieurs fois


En 1997, apr√®s la sortie de Blizzard Beasts, qui suit de 2 ans celle de Battles in the North, Immortal a acquis une renomm√©e plus que certaine au sein de la sc√®ne black metal. C'est alors qu'une tendinite aigu√ę force Demonaz √† abandonner son poste de guitariste pour √™tre remplac√© par le bassiste Abbath. Si le premier reste actif dans le groupe en tant qu'auteur des textes et manager, le second se retrouve avec le futur d'Immortal entre les mains, et c'est dans ce contexte qu'arrive en 1999 At the Heart of Winter.

Le début de l'album annonce clairement la couleur : si dans le passé le groupe s'est montré brutal et sauvage, voire brouillon, la donne a quelque peu changé. Effectivement, la violence fait bien toujours partie intégrante de Blashyrkh, l'univers imaginaire inventé par Abbath et Demonaz, mais la production signée Peter Tägtgren offre enfin une expression digne de ce nom aux musiciens, tout en étant plus glaciale que jamais. Dans ce cadre, l'auditeur peut pleinement profiter de la nouvelle orientation : poursuivant la baisse de tempo amorcée par endroits dans Blizzard Beasts, et s'éloignant de la lettre stricte du black metal, les morceaux incorporent nombre de riffs heavy qui ont à présent tout loisir de développer leurs souffles épiques.

Au-del√† de ces grandes lignes, la musique elle-m√™me se complexifie, s'allonge (6 chansons seulement pour 46 minutes), et est port√©e en grande partie par les riffs d'Abbath. Ces derniers, bluffants d'efficacit√© et de majest√©, meublent Blashyrkh d'autant de cath√©drales glac√©es, pendant que l'auditeur est port√© par un vent neigeux, tant√īt calme tant√īt d√©cha√ģn√© au fil des nombreux changements de rythme. Horgh derri√®re ses f√Ľts livre d'ailleurs sa premi√®re performance v√©ritablement appr√©ciable depuis qu'il a int√©gr√© le groupe (soit avant Blizzard Beasts), et son apport n'est pas n√©gligeable. Les ambiances quant √† elle doivent une bonne part de leur c√īt√© glacial aux nappes de clavier, qui savent rester sobres et aller √† l'essentiel, √† l'image de l'ouverture de la chanson √©ponyme. Enfin, les vocaux, assur√©s par Abbath, sont toujours reconnaissables entre mille, et pourront d'ailleurs √©ventuellement aux premi√®res √©coutes rebuter ceux qui feraient connaissance avec le groupe. Cela dit, ces cordes vocales rong√©es par la glace deviendront vite pour les convertis indissociables de Blashyrkh..

Immortal d√©livre donc un album particuli√®rement important dans sa carri√®re en introduisant une forte dose d'√©l√©ments nouveaux dans son black metal, √©l√©ments qui seront repris √† diff√©rents degr√©s dans les albums suivants. Cette √©tape permettra ainsi au groupe d'augmenter encore son rayonnement au sein de la sc√®ne black metal, et donc d'en √©largir les influences. Pi√®ce ma√ģtresse de la discographie d'Immortal, cet hymne √† l'hiver √©ternel reste donc fortement recommandable √† qui veut voir au-del√† des costumes √ľberklvt√©s chers au groupe - la pochette est d'ailleurs la seule dans la discographie √† ne pas en comporter.


Textes
14 Jan 2006
Mardi soir, à l'Heretic Club, 6 euros + 2 euros de cotisation annuelle à l'assoc'..
Le plan d'accès est dispo sur le site de la salle linké plus haut, voilà la page du groupe sur le zine..

Des intéressés?
10 Dec 2005
Gorgoroth - Under The Sign Of Hell



Sorti en 1997, réédité en 2005.

Tracklisting:
1/ Revelation Of Doom
2/ Krig
3/ Funeral Procession
4/ Profetens √Öpenbaring
5/ Postludium
6/ √ėdeleggesle Og Undergang
7/ Blood Stains The Circle
8/ The Rite Of Infernal Invocation
9/ The Devil Is Calling

A écouter: Revelation Of Doom, Krig, Profetens Åpenbaring.. et toutes les autres.


Immonde, démoniaque, d'une violence irrationelle... un survol rapide d'Under The Sign Of Hell peut souvent appeler ces réactions. Sans surprise d'ailleurs, puisque la scène black metal s'impose souvent de mettre son misanthropisme en musique suivant ces préceptes, et que les précédents méfaits de Gorgoroth s'incrivaient déjà dans ce cadre. Pourtant, une écoute attentive montre que ce disque ne peut pas se résumer à un album black de plus.

Dès le début de Revelation Of Doom, la réalité s'impose : on avait raison, le propos est violent et haineux. Plus qu'on ne se l'imaginait d'ailleurs. C'est que le line-up pour UtSoH est des plus efficaces : les vocaux de Pest sont proprement diaboliques, les guitares d'Infernus hurlent à pleins riffs, et Grim martèle sa batterie de bidons rouillés tel un orque enragé. Bref, tout concourt à arracher l'auditeur malheureux à son existence normale pour l'envoyer pantelant au beau milieu des démons que l'humanité a créés. Une fois ce premier traumatisme passé, les survivants se verront alors confrontés à la grandiose Krig, qui dessine l'autre aspect de cet album avant que les pistes suivantes ne l'illustrent : sans renoncer à la violence qui reste de toute façon bien présente, Gorgoroth n'oublie pas de récompenser ses adeptes par de réelles mélodies. Ainsi, derrière une batterie épileptique et une production inexistante, pour qui cherche plus loin, Gorgoroth met vraiment les formes à son invocation démoniaque.

Le rendu final de l'album est donc loin d'√™tre brouillon comme on aurait pu le craindre apr√®s Revelation Of Doom (l'intensit√© de cette derni√®re aurait √©t√© impossible √† maintenir sur un album entier), et le groupe livre un ouvrage certes poss√©d√© par un esprit blasph√©mateur, mais √©galement travaill√©. D'autre part, si l'ensemble pr√©sente une grande coh√©rence, les chansons gardent chacune une personnalit√© gr√Ęce √† de l√©g√®res modulations d'ambiance (The Rite Of Infernal Evocation, m√Ętin√©e au thrash, et son esquisse de solo), allant m√™me jusqu'au pagan black sur la tr√®s bonne Profetens √Öpenbaring avec ses passages en chant clair.

Alors, comment √©valuer cet album qui se r√©serve tout de m√™me √† un public initi√© au black metal ? Pour ma part, la r√©ponse ne fait aucun doute, Gorgoroth signe ici non seulement son chef d'oeuvre, mais aussi un pilier, un monument pour le black metal tout entier. Jamais √† ma connaissance la haine, la souffrance et le d√©go√Ľt n'auront √©t√© retranscrits en musique avec une telle force sans basculer dans une d√©bauche de violence qui en devient lassante. Comme pour tout album, le contrat √©tait de transporter l'auditeur, de lui faire ressentir des √©motions (nouvelles si possible) par la musique, et le contrat est rempli. Magistralement. Et pour le non-initi√© curieux, m√™me si l'extr√©misme de l'oeuvre risque de le rebuter, il n'est pas impossible qu'avec un peu de pers√©v√©rance ce disque ne finisse par lui d√©voiler ses secrets..



MP3 : Gorgoroth - Blood Stains The Circle (extrait)
17 Mar 2005
Streetlight Manifesto et Freygolo au Gambetta, le 5 mai..

Jour férié, concert à midi, un des tout meilleurs groupes français, et peut-être le meilleurs groupe skapunk du multivers.. que demander de plus?

Qui vient? smile.gif
Derniers visiteurs


9 Aug 2012 - 15:40


23 Apr 2011 - 21:50


23 Apr 2011 - 10:28


16 Feb 2011 - 23:29


19 Sep 2009 - 13:31

Commentaires
Les autres utilisateurs n'ont laissé aucun commentaire pour GuiOhm.

Amis

1006 message(s)
Actif : 14.11.15 - 00:13

3551 message(s)
Actif : 07.03.10 - 15:55

3410 message(s)
Actif : 20.03.11 - 20:01

3721 message(s)
Actif : 07.09.17 - 00:30

5505 message(s)
Actif : 25.04.17 - 22:46
Voir tous les amis
Version bas débit Nous sommes le : 21.09.19 - 16:29


Page top
TeamSpeak Servers · Globat Web Hosting
IPS Driver Error

IPS Driver Error

There appears to be an error with the database.
You can try to refresh the page by clicking here