IPB
News metal / punk / hardcore / rock - L'agenda concert - Les chroniques

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
> Raismesfest 2006
Pierrot_n
posté 11.09.2006 - 10:28
Message #1


Musicien
**

Groupe : Membres
Messages : 142
Inscrit : 20.03.05 - 18:20
Membre n° 3619




Retour aux concerts métal presque 3 mois après les Guns’n Roses. Et c’est au Raismesfest que je me rends pour la première fois, festival situé accoté de Valenciennes donc pas très loin de chez moi. Comme nous avons de la chance, le temps merdique du mois d’août a laissé place à un joli soleil en septembre, et pour une fois le Nord de la France ne fait pas exception à la règle. Samedi nous partons tranquillement en milieu d’après midi, en zappant consciemment les premiers groupes, pour arriver sur site, après un bref passage à l’Hôtel déposer nos affaires, sur les coups de 18h00. Pure Inc est en scène mais nous préférons faire un petit tour des lieux, Parc du château de Raismes fort sympathique car très ombragé, et vraiment dimensionné à la taille du festival ( à mon avis un millier de personnes ). Pas mal de stands de vente de Cds, Lps, tee-shirts et gadgets, 2 stands de bouffe, un grand bar, et deux scènes aménagées face à face, la scène principale jouent les Headliners et la scène découverte, plus petite, sur laquelle se produisent des groupes plus ou moins récents venus se montrer. Bon allé Dagoba va monter sur scène, il est temps de se mettre dedans …

DAGOBA

J’avais découvert ce groupe sur scène en première partie de In Flames – Sepultura à l’Elysée Montmartre en avril dernier, malheureusement j’étais arrivé en retard et n’avais pu apercevoir que la fin de leur set qui m’avait pas mal emballé. La pendant 50 minutes le Trash des Marseillais va faire mouche, avec une très bonne ambiance dans le pit, un groupe qui a une très bonne présence scénique et une très bonne communication avec le public. Le son est par contre moyen, il en sera de même pour les 3 autres groupes de cette fin de journée. Dommage, et ça mis à part j’ai vraiment apprécié le set.

WATCHA

Après avoir zappé Tronckh, qui a gagné sa place sur la scène découverte lors d’un concours – tremplin organisé en amont du festival, je prends place pour Watcha, groupe que je connais mal et dont le peu que j’ai entendu sur album m’a plutôt laissé froid. C’est le dernier concert de la tournée du groupe, et le dernier sous le line-up actuel. Comme sur album je vais rapidement décrocher malgré la encore un groupe énergique, communicatif et vraiment bon sur scène. Je n’accroches pas à leur Néo-métal nuancé par diverses influences, et je préfères aller rapidement faire un tour des stands, le temps pour moi de dégotter un joli Vynil picture disc d’AC/DC et une superbe boucle de ceinture Motörhead que j’avais trouvé jolie portée par Doro lors de son concert à la Loco en mai dernier.

EPICA

Epica sera le principal groupe d’un style assez représenté cette année sur le festival, avec à sa tête une chanteuse lyrique accompagnée d’une voie Death, le tout sur fond musical lourd avec certaines parties classiques. On peut je penses parler de Gothique mais je ne suis pas franchement un spécialiste du genre. Ce n’est à la base pas mon truc mais je dois reconnaître que le combo emmené par Simone Simons s’en sort plutôt bien, avec un son un peu meilleur que pour les autres groupes de la journée, et que les nombreux fans d’Epica ( les tee-shirts à l’effigie du groupe sont très présents ) mettent une jolie ambiance dans le pit. Après avoir vu plusieurs groupes du genre je n’accroches toujours pas mais je ne détestes pas non plus, et je constate qu’Epica s’en est très bien sorti.

FREAK KITCHEN

Au tour maintenant de Freak Kitchen, le headliner du premier jour, fréquemment présent sur le festival ( la 3ème fois en 9 ans ) et qui va faire honneur à son rang. Les 3 Suédois qui délivrent un rock péchu qui est un véritable mélange des genres, avec selon les titres des influences Heavy, Punk, Rap ou blues, ne m’emballent pas spécialement sur album, mais les reviews que j’ai pu lire de leurs concerts sont généralement emballant et c’est donc avec hâte et curiosité que j’aborde ce set. Sur le fond de la scène une bâche avec une tête de vache, logo du groupe, tête de vache que l’on retrouve en déco sur la batterie et aussi, plus original, sous forme d’une énorme cymbale. Si le très doué chanteur / guitariste Mattias Ehklund et le batteur Björn Fryhklund sont habillés de manière assez classique ( Mattias arbore un tee-shirt à l’effigie de Gene Simmons ) le bassiste Christer Ortefors est orné d’un casque lourd, et torse nu sous une salopette militaire renforcée. Pendant une heure ¾ ( soit ¼ de plus que leur temps imparti ) les 3 suédois alternent classiques et pitreries, allant jusqu'à faire monter sur scène quelques enfants présents sur le devant du pit ( il y avait, toute proportions gardées bien sur, beaucoup de jeunes enfants à ce festival c’était sympa même si j’en ai croisé pas mal prêt de la scène sans protections auditives ou plantés sur le coté de la scène juste devant les enceintes, les parents sont parfois inconscients ) pendant le concert pour se photographier avec eux. Bref si je n’aime pas tout ce qu’ils font musicalement parlant on ne peut que passer un bon moment en leur compagnie, surtout lorsque l’on est devant et au milieu de fans qui entonnent la majorité des titres. Un concert vraiment sympa qui clôture de belle manière ce samedi.

Après une bonne nuit et une longue grasse mat nous arrivons sur site vers 14h00 le dimanche, et contrairement à la veille ou j’étais un peu fainéant je décides de profiter au maximum de cette journée musicale, et je me rends devant la scène découverte ou Atlantys ouvre la journée. Bonne prestation de ce groupe assez jeune mais très mobile sur scène, avec un bassiste et un chanteur qui s’éclatent vraiment. Le chant est doublé qualitativement par la batteuse, le tout est cohérent et vraiment sympa à voire, et servi par un son très bon ( comme toute la journée sur cette seconde scène ).

Je décroches très vite sur le Power-métal de Manticora, et pour la seconde fois c’est devant la petite scène que j’y trouves mon compte, avec les banlieusards de Lonewolf Corp, des musiciens bien rodés qui jouent un bon vieux Hard Rock d’un autre temps. C’est carré, ça déménage, et c’est 20 minutes de bonne éclate.

V8 WANKERS

On reste dans le style sur la scène principale avec les allemands de V8 Wankers, qui nous sortent un bon Hard bien graisseux, tout comme leurs abdos Cro. C’est pas du haut niveau mais ça déménage, et les mecs s’éclatent vraiment. On avait sans cesse l’impression que le guitariste et son demi quintal de trop allait faire une crise cardiaque sur scène, mais finalement ça s’est bien passé et ce groupe restera un des bons souvenirs de cette journée.

Une fois les bikers teutons repartis d’ou ils venaient, le fest se noie un bon moment dans le Gothique plus ou moins varié, avec sur la scène découverte Valkyre puis Kells et sur la scène principale Leave’s Eyes, pour moi donc grosse période de repos, entrecoupée quand même par une courte présence dans le pit pour Leave’s Eyes, histoire d’aller admirer un peu la magnifique chanteuse Liv Christine. Par contre coté son c’était une vraie cata.

ANDROMEDA

C’est le métal prog d’Andromeda qui prend la suite, et la encore je décroches avant la fin du set, si le groupe a de bons passages Heavy les transitions très prog ou le synthé est omniprésent vont vite me saouler. De plus je trouves que scéniquement le groupe est un peu léger. Je fini donc Andromeda à l’écoute, planté devant la scène découverte à attendre le début du dernier groupe, les jeunes belges de Cristal, qui eux aussi ont gagné leur placé lors du tremplin.

Et si Cristal a les défauts de sa jeunesse, de gros efforts scéniques sont à faire, musicalement leur Power Métal tient la route, le batteur et le guitariste sont très doués, le chanteur assure sur ce set de 20 minutes, dommage que le bassiste paraisse un peu léger et très effacé, et que le clavier soit un peu ridicule ( torse nu bien bronzé, beau gosse cheveux longs je ne recoiffes toutes les 30 secondes, il me faisait penser à José d’Hélène et les garçons, pour ceux qui comme moi sont de cette génération et qui ont connu la série ). Allé Cristal a bien assuré pour clôturer la scène découverte, dans une ambiance très sympathique.

AXXIS

Ce petit set de Cristal m’a réveillé, et je prends place pour les allemands d’Axxis que je ne connais pas du tout. J’étais inquiet de voire sur les affiche du groupe une chanteuse, encore un groupe gothique ? et finalement non, les allemands d’Axxis nous sortent un Heavy métal vraiment énergique, carré, dans la lignée des Helloween, Edguy ou encore Primal Fear, avec l’ajout récent d’une voix féminine en duo avec le chanteur Bernard Weiss. Et la palette vocale utilisée par Lakonia, qui varie du rock et lyrique, apporte un vrai plus à ce groupe qui en plus de nous offrir un très bon set, servi par un son quasi parfait ( les allemands sont vraiment forts la dessus ), est très communicatif et plaisante beaucoup avec le public. Bernard Weiss va y aller de sa fiche écrite en français pour pouvoir parler au public, va faire monter sur scène une fille du premier rang pour les accompagner au tambourin pendant 2 chansons, tout en la draguant et en la charriant sans cesse, au final 50 minutes qui vont passer très vite dans une grosse ambiance, trop vite même au goût du public, mécontent qu’Axxis sabre sa dernière chanson sur l’autel des sacro-saintes horaires à respecter.

ADAGIO

Comme pour les Gods Of Métal cette année et son enchaînement Edguy – Angra ou Toby avait tellement enflammé Milan qu’Angra n’avait obtenu qu’un succès très mitigé, difficile de succéder ainsi à Axxis et Adagio ne va pas arriver à se hisser au niveau de son prédécesseur. Leur Heavy métal est submergé par le synthé, le son est brouillon, et le groupe pas très charismatique. Si j’ai trouvé de bons moments à leur set dans l’ensemble je ne suis pas convaincu, et d’ailleurs je ne semble pas être le seul puisque le public répond présent il ne semble pas non plus complètement emballé.

EDGUY

Bon allé maintenant c’est au tour du headliner du Raismesfest, Edguy, de faire son apparition. J’ai déjà vu 2 fois cette année ce groupe que j’adore, tant musicalement que par leurs prestations scénique. Il est 21h45 quand la bande à Tobias entre en scène, et pendant 1h35 le groupe, qui clôture par cette date sa tournée européenne du Rocket Ride Tour, va tenir son rang de fort belle manière. Musicalement c’est parfait, le son l’est aussi, le groupe est en pleine forme et donne le maxi à son public, qui le lui rend sans compter. Dans les premiers rangs du pit c’est vraiment l’éclate, et le public mange dans la main de Toby, qui prouve une fois de plus qu’il est un frontman d’exception. Il court partout, communique beaucoup, va de ses habituelles plaisanteries, et fait vraiment vivre la fosse. Mais résumer la qualité scénique d’Edguy à Tobias serait manquer de respect au autres membres du groupes, qui ne sont pas en reste pour participer aux délires de leur chanteur, et pour s’éclater chacun de leur coté, toujours extrêmement souriant. Une fois de plus Edguy m’a fait plaisir, et a fait plaisir au Raismesfest. Une belle clôture de cette édition 2006 qui me laissera quand même une impression mitigée, une bonne affiche même si pas toujours cohérente mais un son souvent approximatif qui a à mon goût gâché pas mal de sets, la bonne humeur générale et la sympathie de l’organisation ne rattrapant pas tout.
Go to the top of the page
 
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic

 



Version bas débit Nous sommes le : 18.08.17 - 20:56


Page top
TeamSpeak Servers · Globat Web Hosting