IPB
News metal / punk / hardcore / rock - L'agenda concert - Les chroniques

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
> Nine Inch Nails - The Fragile, In the great below
Angel O
posté 06.04.2005 - 17:53
Message #1


Zarathoustra
***

Groupe : Equipe Metalorgie
Messages : 3187
Inscrit : 20.03.05 - 14:40
Lieu : RĂ©gion Parisienne
Membre n° 3609




Nine Inch Nails The Fragile
Note : 17/20
Année : 1999
Titres Ă  Ă©couter : The Great Below, The Wretched, We're In This Together, The Fragile, Starfuckers, The Mark Has Been Made...


1999, cinq ans que les fans attendent. La suite, la confirmation ou une nouvelle illumination. The Downward Spiral est encore dans toutes les mémoires, comment faire mieux? Trent Reznor a douté, bataillé contre lui-même pour finalement livrer un double album riche et difficile d'accès. Il nous avait laissé sur la douleur contenue de Hurt,et c'est exactement là qu'il reprend. Le disque est produit par Bob Ezrin (Pink Floyd) ce qui aura tôt fait de l'apparenter au yeux de certains à The Wall. Reznor a fait appel à des musiciens jusque là extérieurs à son univers comme pour symboliser l'ouverture qui prévaut sur ce disque. Le son est moins torturé, peut-être davantage mélodieux quoique souvent saturé, mais le fond est toujours aussi triste et assombri. Somewhat Damaged ouvre et à l'écoute de cette guitare qui semble percuter un mur invisible on se dit que la suite va être éprouvante. Ce n'est que partiellement la vérité car Reznor a changé. Après une période troublée qui l'a vu produire le monumental Antichrist Superstar et se fâcher avec son poulain Marilyn Manson, mais également superviser la BO du film Lost Highway de David Lynch, l'une de ses idoles, Reznor a connu la douleur de perdre, pendant l'écriture de The Fragile, sa grand-mère maternelle qui l'a élevé.

On le découvre ainsi plus humain que jamais ce qui transparaît dans chaque minute de cette oeuvre. Après le single The Day The World Went Away (une aberration pour l'industrie du disque) à l'intro complètement saturée, au son rugueux et lourd, The Frail annonce la nouveauté. Le piano apparaît et tout est chamboulé. The Wretched envoie un refrain qui pourrait passer pour un clin d'oeil « It didn't turn out the way you wanted it, didn't it? » et on commence à entrer dans la structure des nouvelles compositions toutes en mouvement entre calme et tempête, rage et douceur, utilisant de nombreuses boucles typiques de l'indus façon NIN, en particulier sur We're In This Together. Le morceau-titre, The Fragile, est une nouvelle réussite et prend le contre-pied du « I will let you down » de Hurt par son refrain leitmotiv « I won't let you fall apart ». La suite de ce premier disque, ce sont de très bonnes chansons mais aussi et surtout le plaisir de découvrir des instrumentaux en forme de bijoux, à commencer par Just Like You Imagined entre son distordu et cascade de notes au piano, mais aussi le surprenant Pilgrimage, scandé par des cris de foule en marche, au rythme tout en ascension, ainsi que La Mer d'une langueur bienvenue et apaisante entrecoupée de murmures. Et puis The Great Below, sommet de l'album, ballade cristaline soutenue par une guitare et un piano discrets, surlignée de légères sonorités indus, dont les paroles touchent au coeur « I descend from grace/ In arms of undertow/ I will take my place/ In the grat below ». On comprend vite que ce « I can still feel you, even so far away » est dédié à celle qu'il a perdue.

Après cette première partie de très grande qualité, mais déroutante pour les habitués du « groupe », on se demande si 11 titres de plus et deux disques, ce n'est pas un peu trop. The Way Out Is Through reprend une architecture musicale tout en mouvement, concentrée de boucles aux paroles minimalistes mais riches de sens « Underneath it all/ We feel so small/ The heavens fall/ But still we crawl ». Suit Into The Void, au rythme entêtant, tout comme son refrain « Tried to save myself but myself keeps slipping away ». Where is Everybody étonne par le phrasé presque "rappé" de Reznor lors des couplets posés sur une orchestration syncopée. Un nouveau morceau instrumental frappe l'oreille dès la première écoute, The Mark Has Been Made, petit concentré de score de film, qui sera d'ailleurs utilisé à bon escient dans le Man On Fire de Tony Scott. Pesant, menaçant, ce morceau respire la délabrement y compris dans ses parties calmes. Le deuxième titre phare de ce disque est Starfuckers,inc., relativement basique, très électro-métal, il mérite qu'on s'y attarde. Il s'agit en fait d'une décharge de rancoeur pure à l'encontre de Marilyn Manson (qui l'a éreinté dans son autobiographie), dans laquelle l'Antichrist devenu Omega est comparé à une pute à médias vaniteuse et hypocrite, avide de limousine et de couvertures de magasines. Extraits : « All our pain, How did we get by without you/ You're so vain, I bet you think this song is about you », mais aussi « Now I belong i'm one of the chosen one/ Now I belong, i'm one of the beautiful ones » qui parodie The Beautiful People et l'élitisme jugé superficiel du révérend. Paradoxe incroyable, le clip sera réalisé par ce dernier, déguisée en prostituée pour l'occasion, et Manson poussera le vice jusqu'à jouer le morceau live avec NIN sur The Fragile Tour, ainsi que The Beautiful People dans la foulée. La suite ce sont I'm Looking Forward to Joining You Finally et The Big Come Down qui fonctionnent bien ensemble à décrire la difficulté qu'éprouve Reznor à être heureux et serein, à travers des paroles telles que « The closer I get, the worse it becomes » ou « There is no place I can go no place I can hide ». On trouve sur ce second disque de très bonne facture, quoiqu'un peu en deça du premier, une autre chanson dédiée par Reznor à sa grand-mère, en l'occurence Underneath It All. Enfin, l'oeuvre est bouclée alors que résonne encore Ripe (with decay) , ultime instrumental qui fait partie des morceaux les plus étranges de The Fragile. Guitare légère, monotone, mais hypnotique, avant une montée progressive, semblable aux derniers soubresauts d'une âme en partance.

Avec The Fragile, Trent Reznor offre un album en forme de journal intime d'un homme malade de l'intérieur, en deuil, trahi, solitaire et bien moins sûr de lui et de son talent qu'on pourrait le supposer, mais dont la souffrance semble adoucie, comme le son Nine Inch Nails. Si le disque parvient à la première place du BillBoard à sa sortie, il déclinera vite, ce qui n'enlève rien à cet authentique chef d'oeuvre et de ses compositions sur le fil du rasoir.

Ce message a été modifié par broken man - 06.04.2005 - 18:02.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Udufru
posté 06.04.2005 - 18:18
Message #2


The Shadow Madame
***

Groupe : Membres
Messages : 2945
Inscrit : 10.10.04 - 10:12
Lieu : Montpellier
Membre n° 1617




Je suis entièrement d'accord avec toi sur l'opinion que tu as des titres de cet album bouleversant qui reste pour moi le meilleur de l'oeuvre du dieu Reznor, sauf pour un point : je trouve que Starfuckers, Inc. n'est pas fabuleuse. Je dirais bien mais pas top... comme tous les titres à gros succès de NIN (March of the Pigs en tête). Bon, de toute façon, c'est pas grave, chacun son avis !

Ta chronique est bien même si j'aime pas trop les chroniques "titre par titre". Je te félicite ! Je tâche de pondre une chronique sur cet album depuis qques semaines, alors je sais combien il est difficile de parler d'un album qui nous tient tant à coeur !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
toto019
posté 14.08.2005 - 17:08
Message #3


Star régionale
**

Groupe : Membres
Messages : 660
Inscrit : 05.03.05 - 17:07
Lieu : Paris
Membre n° 3397




J'ai decouvert NIN il n'y a pas très longtemps avec son dernier album qui m'avait semblé vraiment hors-norme. Et c'est vrai, NIN a un son particulier, et pas que sur le dernier album.

Puis, j'ai remonté la discographie du groupe. J'ai ecouté The Fragile. Le premier CD m'a fait l'effet d'un electro-choc. Enorme. Pourtant le 2nd CD ne m'a même pas donné envie de l'ecouter plus que ca. Resultat, le 1er CD de The Fragile est monumentale, et je dirais que ca représente ce que c'est faire de mieux le groupe, à mon avis.

En effet, je me suis procuré Downward Spiral, et là, j'ai été un peu déçu, ne retrouvant pas vraiment ce que je cherchais dans NIN. Néanmoins les compos sont originales, j'ai été pour le moins bleuffé (ortho ?), car ca se différencie nettement de son succeseur (The Fragile).

Voilà, donc, après l'ecoute de 3 opus de NIN (With Teeth, The Fragile, et Downward Spiral), ma préférance revient à The Fragile, et notamment à sa première galette wink.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
storm scrow
posté 14.08.2005 - 21:32
Message #4


Death metal star
***

Groupe : Membres
Messages : 3837
Inscrit : 09.10.04 - 10:17
Lieu : Poitiers
Membre n° 1602




je n'aime pas NIN.

vive opeth laugh.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
jesusOFsuburbia
posté 25.08.2005 - 15:05
Message #5


Star locale
**

Groupe : Membres
Messages : 380
Inscrit : 04.02.05 - 20:18
Membre n° 3013




comment ne pas aimer NIN

a vrai dire we're in this together est dans mon top 3 (avec sin et closer)
je me suis procurer la disco complete suis pas pres d'en avoir finis avec la tone d'ep...
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Udufru
posté 25.08.2005 - 15:07
Message #6


The Shadow Madame
***

Groupe : Membres
Messages : 2945
Inscrit : 10.10.04 - 10:12
Lieu : Montpellier
Membre n° 1617




CITATION(storm scrow @ 14.08.2005 Ă  22:32)
je n'aime pas NIN.

vive opeth laugh.gif

...

M'enfin.
Go to the top of the page
 
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic

 



Version bas débit Nous sommes le : 20.08.17 - 08:54


Page top
TeamSpeak Servers · Globat Web Hosting