IPB
News metal / punk / hardcore / rock - L'agenda concert - Les chroniques

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
> Kronik Resolve de Lagwagon, par punkachu from PunkFiction Webzine
punkachu-punkfic...
posté 09.11.2005 - 12:29
Message #1


Star locale
**

Groupe : Membres
Messages : 324
Inscrit : 22.09.05 - 09:16
Lieu : BREST
Membre n° 5995




album sorti ya 8 jours et kronik pas encore publiée sur PunkFiction !

Contexte :
De la bouche même du leader du groupe, Resolve est un album qui n’aurait jamais dû voir le jour. Sorti le 30 octobre, 7 mois jour pour jour après le suicide par balle de Derrick Plourde, fondateur du groupe et son premier batteur, Resolve fut écrit en 15 jours par Joey Cape et Dave Raun et enregistré en autant de temps avec l’aide d’Adam Krammer (le ’second’ de Ryan Greene). Resolve est entièrement, dans la musique et les mots, dédié à leur ami Plourde.

Kritik :
30 mars 2005, Lagwagon est en pleine gloire, son 8ème album est sorti depuis presque deux mois. Ce Live In A Dive, sorte de Best Of sur scène, consacre le groupe historique de Fat Wreck Chords, la première signature du label, sa figure de proue. C’est aussi le jour où Derrick Plourde, qui a quitté le groupe presque 10 ans, décide de mettre fin à ses jours à à peine 34 ans. Fondateur de Lagwagon, batteur dans plusieurs groupes : Mad Caddies, The Ataris et surtout Bad Astronaut avec son ami Joey Cape, groupe auquel on doit peut-être la survie artistique de Lagwagon, Plourde est toujours resté très proche des 5 compères même une fois remplacé par Dave Raun à partir de Double Plaidinum.

C’est souvent d’évènements tragiques comme celui-là (la mort de Jason Thirsk ou celle de Jim Cherry), que naissent des albums au-dessus du lot comme le Full Circle de Pennywise. Batteur mais aussi guitariste et compositeur, musicien avant tout, Derrick Plourde avait participé à l’écriture des 3 albums fondateurs du succès de Lagwagon : Duh, Trashed et Hoss et pour ma part les albums suivants, plus mélodiques, plus pop et pour tout dire plus mous m’avaient progressivement éloigné du groupe phare des années 90, jusqu’à Blaze en 2003, où le groupe s’était autant remobilisé qu’un peu perdu dans des travers metalleux… Jusque dans la mort Plourde aura donc contribué au regain d’inspiration et d’intérêt de nombreux fans pour le groupe. Resolve est un grand album de Lagwagon !... Peut-être le meilleur car écrit dans un sursaut d’inspiration, sans prendre le temps d’en rajouter des tonnes comme Lagwagon en avait malheureusement parfois pris l’habitude.

Lagwagon a toujours fait des albums qui méritaient plus d’une écoute, celui-ci n’y déroge pas mais après un temps d’adptation, il est indéniable et étonnant même d’écouter un album du groupe dont on n’a pas à zapper avec dépit les quelques ratés, entre deux tubes. Plus sobre que Blaze, aussi profond que Let’s Talk About Feelings, moins futile que Duh, mais aussi direct, brut et urgent que Trashed, ce 9è album est pourtant toujours empreint de la finesse de Double Plaidinum, une finesse inhérente à l’excellence du song-writing de Cape, reconnue de tous. Entre « Rager », « The Contortionist » ou "Creepy", un retour aux sources est indéniable avec des morceaux purement punk rock mélo des 90’s, du cent à l’heure au mid tempo jubilatoire (« Automatic »), dédicace évidente à la dernière contribution de Derrick Plourde : Hoss. Le dernier morceau « Days Of New », petit bijou de composition, d’émotions, de rythmes variés, au texte émouvant, vaut à lui seul l’achat de ce disque.

Un album qui, livret sous les yeux, vous tirera des larmes plus souvent qu’à son tour, avec des titres comme « Sad Astronaut », « Heartbreaking Music » tout en renouant avec un mélo des familles, émotionnel et fin mais rageur et utilement rapide, qui a rendu Lagwagon si imité mais si rarement égalé. On n’aurait pu espérer meilleur hommage, Plourde aurait été fier de cet album qui se clôt sur une version acoustique de « The Chemist » (présente déjà sur le Live In A Dive). A se remettre « Days Of New » pour la 15ème fois dans les oreilles, à passer de la tristesse à la joie du solo final, on en vient à espérer que cette renaissance du groupe perdure et à se demander si Lagwagon ne joue pas désormais à six musiciens…

Punkachu !
PunkFictionWebzine --> http://www.punkfiction.propagande.org
Go to the top of the page
 
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic

 



Version bas débit Nous sommes le : 16.08.17 - 22:46


Page top
TeamSpeak Servers · Globat Web Hosting