IPB
News metal / punk / hardcore / rock - L'agenda concert - Les chroniques

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
> Eisigier Mond Productions
SireDei
posté 17.01.2008 - 19:29
Message #1


Groupie


Groupe : Membres
Messages : 4
Inscrit : 17.01.08 - 19:06
Membre n° 19411




Eisigier Mond Productions est un label independant formé en 2006. Les productions du label sont principalement Black Metal, ouvertes depuis peu au Death, Pagan et Ambient. Voici les nouveautés du label.

3 Nouvelles sorties ;
EMP016 : ABANDONED SHELTER “ vespero mundi expectando “
Un Ritual Dark Ambient original nous venant de l’Est.

EMP015 : CAINAN DAWN “ in darkness I reign “
Un Black Metal élitiste Français

EMP014 : SUHNOPFER “ l’aube des trépassés “
Un Pagan Black des plus inspirés.




Pour plus d’infos :
Mail : [email protected]
Web : http://www.eisigermond-productions.fr
Myspace : www.myspace.com/eisigermondproductions
Forum : www.extreme-music.com

Eisigier Mond Productions
Mickael Weiss
Résidence les érables – bat b
151 / 54 rue de Lille
59130 Lambersart

Ce message a été modifié par SireDei - 17.01.2008 - 19:34.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
SireDei
posté 17.01.2008 - 21:30
Message #2


Groupie


Groupe : Membres
Messages : 4
Inscrit : 17.01.08 - 19:06
Membre n° 19411





1ère chronique réalisée par le webzine anglais DEATH DOOM PRODUCTIONS


In the third and final CD from our Eisigermond Productions Trilogy we have "Cainan Dawn", living up to their album title immediately with a sombre dark intro, atmospheric and disturbing. If the phrase "Calm Before The Storm" ever had significance anywhere, this album is it. An explosion of power and noise kicks in so fast your taken completely unawares. Its brilliant in its violence.
In actual fact, Cainan Dawn are experts at altering the pace and mood of their music at will. Subtle blends caused by authentic and precise drumming and guitars really give this album a mournful yet tasteful quality. On the other hand, you have the aggression and brutality of sporadic blast beat drumming to compete with also, and that gives this Black Metal band a great sense of variety and talent
nouvelle chronique de la démo par IMM3MORIA

Voilà donc la nouvelle recrue d’Eisigermond Production. Caïnan Dawn nous propose donc de nous offrir une pièce d’Occult Black Metal, on peut se demander à quoi on peut avoir affaire étant donné que les tendances à l’occultes sont fortement présentes dans le Black Metal et parfois sont assez mal foutues voir virent vers un genre complètement blasphématoire qui est l’Orthodox Black Metal où les suivants sont convaincus que le grand cornu les sauve et qu’il règne sur la terre et blablabla. Je partage l’avis de Shaxul (ex chanteur de Deathspell Omega) sur cet aspect complètement ridicule qui semble être à la mode dans le black metal, mais bon passons. Caïnan Dawn est un groupe inconnu, il s’agit en effet de sa première démo, même si l’un de ses membres officie dans Nehëmah , à savoir Sorghal ce qui est déjà gage d’expérience et de qualité. La cover est sombre, rappelant l’utilisation assez fréquente de dessins inspiré de l’art de Gustave Doré, sombre avec des adorateurs étranges et peu rassurants semblant perdu dans les ténèbres. La durée de l’album est de 25 minutes, ce qui est assez raisonnable pour une première démo, et pour 7 morceau donne environ 3 minutes par morceaux. Alors écoutons donc cette galette. L’intro est très bonne et nous plonge dans la bonne ambiance qui pour une fois n’est pas pompeuse à grands coups d’orgues, chants grégoriens etc… Non là on a affaire à une intro malsaine dans une sorte de temple noir où une musique sombre et sinistre digne des bons vieux films d’épouvantes. Sombre et occulte elle résume assez bien l’ambiance de la démo. La musique surprend quelque peu ensuite au début avec l’arrivée fulgurante Perversion Of Truth dans une ambiance toute mardukienne par sa violence et ses vocaux qui ne sont pas sans faire penser à ceux de l’ex chanteur de Marduk à savoir Légion tout en ne se limitant pas à ce simple registre, éructant des cris bien gras comme on les aiment. Alors a-t-on affaire à un simple exemplaire de la Grande Dance Macabre ? Et bien non car le groupe garde comme son intro l’indiquait un côté apocalyptique complètement occulte dans le bon sens du terme avec notamment un riff qui me rappel la musique de Dune, noire, occulte et impériale. Into the pit est plus posé que la composition précédente, ayant d’ailleurs des airs très xasthuriens pour le coup, dans un mid tempo au son malsain et occulte avant de marteler un bon coup avec un son de batterie très agréable dont la caisse clair n’agresse pas l’oreille comme certaines productions. In Darkness I reign continue dans cette bonne vision lent et incantatoire soutenu par un bon martelage du batteur, si les compositions sont assez simplistes par moment, elles savent aller là où il faut et quand il faut. Avec Burden of Reality , c’est une autre frontière qui est franchis, notamment le cap des 4 minutes qui permettent de mieux apprécier la musique qui se détache de quelque peu de son son typé Marduk pour adopter des riff blasphématoires plutôt envolés et agréables. Edge of Zigurat se distingue réellement du lot avec ses riffs orientaux qui donnent une personnalité réelle au morceau et donc par la même occasion nous donner un aperçu réel du groupe. La dernière piste reprend cette atmosphère apocalyptique qui se ressentait dans l’intro, ainsi que dans les autres pistes en les poussant à leur paroxysme. En bref, que dire Caïnan Dawn ? C’est un groupe jouant ne manquant pas de qualité, la démo est de bonne facture, et même meilleur que la moyenne. Cependant l’ombre de groupes tels que Marduk semble planer au dessus du groupe qui se révèle surtout avec les deux dernières pistes. A voir donc dans la suite, on sent qu’il y a une personnalité forte, on ne demande donc qu’à la voir émerger.

78/100
nouvelle chronique par le fanzine IN EXTREMIS

Après 2 prods absolument terribles (Selvmord et Xeöhl), Yamaël revient à la charge pour progressivement imposer son label parmi les plus recommandables du moment. Dans le cas de Cainan Dawn, il s'agit d'un groupe de black-metal basé en Savoie, ceci étant la toute 1ère démo. Passée l'intro correcte, les hostilités démarrent avec le furieux "Perversion of Truth", razzia à la suédoise rapide sur quasiment toute sa durée mais avec une fin inquiétante annonciatrice de ce qui va suivre. Oui car dès le 2nd titre "Into The Pit", le groupe nous laisse comprendre qu'il a plusieurs cordes à son arc. L'agression non-stop avec rafales de blasts dans la tronche c'est bien, mais il n'y a pas que ça dans la vie. Là c'est le coté lancinant du riff qui l'emporte sur la rapidité d'exécution. Un bien bel exemple de savoir-faire émotionnel en matière de black-metal. Le 4ème titre (celui qui donne son nom à la démo) est lui carrément sublime, avec son riff dissonant sur un mid-tempo idéal, l'ambiance dégagée (à la Tulus) est parfaite, les frissons au rendez-vous. Retour aux blasts, "Burden of Reality" et "Edge of Ziggurath" renouent avec l'agression cataclysmique du début : Marduk mixé à Dark Funeral avec la voix terrible de Heruforod par-dessus, un régal. La pause atmosphérique en plein milieu du premier, pour ensuite repartir sur un déferlement de haine est tout simplement jouissif. Sur le second c'est le début à la basse qui est remarquable, 30 secondes d'accalmie avant la suite apocalyptique. Car plus on s'approche de la fin, plus le rythme s'accélère, "Unknown" nous achève littéralement sous une pluie de blasts, nous laissant hagard comme violé par une tornade diabolique. Démo excellente, toute en variations rythmiques mais à la noirceur omniprésente. Dommage que la batterie ait cet aspect synthétique désagréable, plus de lourdeur sur la basse serait judicieux également car elle est déjà présente mais on ne fait parfois que la deviner. A noter que Sorghal de Nehemah/Nahar a rejoint Cainan Dawn en tant que guitariste après l'enregistrement de cette démo, il est donc permis d'espérer le meilleur pour la suite (un 1er album sur lequel bosse déjà le groupe).
4/5
nouvelle chro du webzine U-ZINE

Vieux de quatre ans, Caïnan Dawn est un groupe de black metal qui nous vient de Savoie. Le premier release (une démo) sort chez Eisiger Mond Productions.

Avec un nom comme ça, je croyais que j’aurai affaire à un groupe de pagan... Allez savoir pourquoi. Caïnan Dawn, c’est le side project du guitariste de Nehëmah, Sorghal, et ça se sent d’emblée. Il n'y a qu'à écouter les premières secondes de la démo ou bien seulement lire son nom pour comprendre que Caïnan Dawn est un groupe de true black. La structure de cet album est simple et tous ses éléments rappellent de vieux groupes de black à l'ancienne. On pense parfois à Emperor, mais surtout à Darkthrone et aux combos dans sa veine comme, en l’occurrence, Nehëmah ou alors Ad Hominem. Ce qui ne veut pas forcément dire que Nehëmah ou Ad Hominem ont influencé les musiciens du groupe... Bref, tout ça pour dire que Caïnan Dawn est un groupe de true black. Que ce soit les vocaux, très darkthroniens, les riffs pas trop complexes, minimalistes, la pugnacité du jeu de batterie - ou plutôt de la boîte à rythme... -, jusqu'à l'ambiance glaciale et typique du BM vieille école générée par les morceaux ; tout y est. Vous vous demanderez alors quel est l'intérêt d'acheter cette démo (ou pas). Elle n'a certes rien d'original et elle est même du genre à rebuter au premier abord, tant on a l'impression de l'avoir déjà écoutée une centaine de fois. Mais après plusieurs écoutes, on constate rapidement que In Darkness I Reign crée une atmosphère sibérienne, austère et qu'elle comporte notamment de nombreux riffs entêtants. Chaque morceau renferme un ou plusieurs riffs excellents et c'est ce qui fait en partie la force de cette démo.

En somme, il n'y a pas grand chose à ajouter à propos de cette démo si ce n'est qu'elle comprenne de très bons riffs, à l'exemple de morceaux tels que « Burden Of Reality » ou « Edge Of A Ziggurat ». La musique des Chambériens est sincère et leur premier effort est plaisant à écouter, bien qu'il ne soit pas indispensable non plus.
nouvelle chronique par SPIRIT OF METAL

Oh le beau titre d'album. In Darkness I Reign. Avec des titres comme ça, aucun souci, on sait ce qu'on va manger, ya pas de mensonges sur le contenu. Donc, oui, comme vous vous en doutez tous autant que vous êtes, Caïnan Dawn fait du true black (dingue non?).

Forcément, un démo de true black, ça limite un peu ce qu'on peut en dire. Je vais donc la faire simple: ça fleure donc bon les vieux groupes du genre niveau influences, Darkthrone évidemment, l'Emperor vieille époque (d'ailleurs l'artwork a quelque chose de celui d'Anthems, même si Anthems n'est déjà plus du true black bien évidemment), Nehëmah aussi (oui, c'est facile, le guitariste est celui de Nehëmah). Rien de nouveau sous le soleil.

La question du genre étant définitivement bouclée par ces deux mots fatidiques que sont true et black, qu'est-ce qui va amener à dépenser ses sous dans ce petit objet de 24 minutes (ou le laisser moisir là ou il était, selon) ? Rapide tour d'horizon. Production assez propre, il n'y a pas de grésillement qui rende le tout inintelligible, tout est bien audible, la basse aussi si on tend l'oreille. La batterie -une boîte à rythme- a un son assez étouffé. Pour tout vous dire, elle manque un peu de niaque, cette boîte à rythme. Les passages de blast longue durée ne tiennent pas trop là route, à cause d'une sonorité un peu distendue, descendante, qui affaiblit ces passages. La sonorité double pédale est assez bonne en revanche, sauf sur un ou deux passages ou le bmp est trop élevé et le rendu en devient trop clinique, mécanique pour bien coller à la musique.
Pour les guitares, production claire donc mais moyennement puissante, les riffs auraient gagné à être un peu plus percutants peut-être. Ah, les riffs, parlons en. Ils sont simplissimes, bien évidemment, mais pas mal d'entre eux s'avèrent franchement efficaces au final, on entend de très bonnes choses sur Edge Of A Ziggurat par exemple, sans doute le meilleur morceau de l'album. C'est simple, c'est direct, ça fonctionne assez bien. Malheureusement, ce n'est pas le cas de tous, et certains laissent froid. En général tout de même, on note au moins un bon riff entêtant par morceau.
La voix est darkthronienne, classique au possible, maîtrisée, elle ne surprend pas du tout (tiens donc) mais tient son jeu efficacement.

Restent quelques maladresses un peu bizarres. Le passage de l'introduction au premier titre est franchement mal foutu. Les morceaux s'achèvent parfois de manière contestable. Le bruit bizarre rajouté sur les passages lents d'Into The Pit gâchent une rythmique pourtant bien foutue et sans doute la moins conformiste du disque. Et puis la toute dernière minute du dernier morceau, ou le guitariste se fend d'un solo. Bon, déjà, un solo dans un disque de true ça fait bizarre, mais pourquoi pas. Sauf que celui-là est maladroit. Pas mal joué, mais trop limité sur les écarts de notes pour prendre vraiment de l'ampleur, coupé trop tôt, morceau fini en queue de poisson. Bref, raté.

Bilan? D'accord. In Darkness I Reign est un disque de true black franchement tout ce qu'il y a de plus classiques, à un vague truc ou deux près. Il possède quelques petites choses qui ne le rendent pas inintéressants, et quelques autres qui le rendent imparfait. En un mot comme en cent, c'est un disque dispensable, sur lequel l'amateur forcené mettra tout de même l'oreille avec plaisir. On a entendu largement pire en matière de true black, tout de même

13 / 20

chronique de DARKMAG

Caïnan Dawn, ou l'autre groupe de Sorghal, branleur de manche avec son pote Corven dans le très idôlatré Nehëmah, dont on sait qu'un quatrième full-lenght est en cours de préparation depuis des siècles, au moins. Mais bon, on n'est pas là pour parler DU groupe de Chambéry, mais de l'autre. Vous me direz sûrement que les deux n'ont pas grand chose à voir, mais je vous dirais que si, tant au niveau des riffs poussiéreux et mélancoliques, que de la voix un peu criarde ressemble à celle de Corven (et parfois à celle du mec de Watain aussi, à bien y réfléchir) et des ambiances ésotériques, lourdes, chargées en émotion – le poids des années des Grands Anciens certainement – se dégageant de l'oeuvre. On me dira que la comparaison était inévitable : effectivement ! Seulement, une précison d'importance : il est noté dans le livret que seul Kobal, à la basse, et Heruforod, à la voix et guitare ont composé et joué In Darkness I Reign. Sorghal et le batteur d'Evohé ont donc rejoint la formation après l'enregistrement d'hiver 2006.
Sinon, il faut relever que l'épaisseur et le « trouble » de la démo (un peu comme ces reportages où vous suivez une caméra d'un spéléologue dans un lac sous-terrain, ou d'un plongeur dans un canal, avec toutes ces particules flottant dans une eau maronnâtre : moi cette démo m'a donné ces images en tête) nous plongent avec un certain hypnotisme, dans ces ambiances ésotériques que semblent inspirer Nehëmah aux groupes de sa région... Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dis. Je ne crache pas sur la galette ici chroniquée, car Caïnan Dawn fait un travail remarquable et poussé dans cette démo intitulée In Darkness I Reign, qui est vachement bien ficelée et à l'écoute de laquelle on ressent vraiment des sentiments franchement sombres et maléfiques. Et ça n'est évidemment pas une copie de l'autre groupe de Sorghal et Corven. Caïnan Dawn a sa propre personnalité, mais il faut lui reconnaître des similitudes inévitables. Voilà.
Je n'ai pas encore parlé de la boîte à rythme. Ben oui, c'est certainement une force, et une faiblesse du groupe. Si vous situez le son des boîtes à rythme de Blut Aus Nord, vous êtes dans le juste. Cet effet de style constrate avec l'ésotérisme, la noirceur et l'épaisseur du son global de la démo, cela gêne quelque peu l'écoute (ben oui : tout est organique, sauf la batterie nom de Zeus !) et finalement... C'est parfaitement intégré, et donc bien senti. Donc bravo. Une caractéristique d'un groupe apparemment perfectionniste, déterminé et élitiste.
Même si les influences se font ressentir, In Darkness I Reign reste une très bonne découverte. L'Aube Caïnique pointe, laissons la atteindre son zénith. Une découverte que l'on doit au fameux label lillois Eisigermond Productions, qui évidemment fourni un artwork pro. A s'acheter vite fait, en attendant le quatrième canevas des autres blackeux de Chambéry... In Darkness I Reign.

4/5
nouvelle chronique du webzine LA HORDE NOIRE

Inspiré du nom d’un très puissant vampire issu jeu de rôle contemporain-fantastique, ce quatuor relativement récent (2003) est basé maintenant sur la très prolifique scène de Savoie (Nehemah, Evohé, Himinbjorg, Nahar, Atrophy) ; On y trouve justement des membres qui ne sont pas tout à fait inconnus dans le BM UG, à savoir Kobal (Fornication) et Sorghal (Nehemah, Nahar). Axé sur les mythologies au niveau conceptuel, Caïnan Dawn lorgne franchement vers la Scandinavie au niveau de son black métal : les vieux Dark Funeral semblent être leur influence majeure, ce qui n’est pas fait pour me déplaire, bien au contraire : la voix très criarde semblent vomie par l’outre-tombe ; la batterie, elle, est souvent branchée sur des tempi très élevés qui en deviennent incantatoires par leur uniformité ; on retrouve aussi de nombreux plans estampillés « Dark Fu » au niveau des riffs de gratt’, majestueux et portés par une production suffisamment puissante. Une écoute plus attentive permet de déceler d’autres illustres ambiances plus guerrières (Marduk), ou plus étranges (Nehemah, old Diabolical Masquerade). Au finish, ce « In darkness I Reign », bien que classique pour tous fans de black, sait comment déclencher un tourbillon de décibels d’une noirceur glaciale et grandiose. A noter la longueur relative et l’aspect soigné de cette démo (pochette pro et CDr imprimé), proposant pas moins de six titres, passée une intro dantesque quoique classique. Par contre, très peu d’infos filtrent de cette belle et mystérieuse pochette, ce qui nous laisse malheureusement sans textes pour appuyer le concept du groupe. Enfin, l’ album serait prévu pour 2008… A surveiller

7 / 10
nouvelle chronique du webzine METALIGHT

L'intro se fait simple et brève, du clavier très lent, très posé. Très froid. Vient à la fin de celle-ci des petites percus d'un type guerrier, mais là déjà vient un point faible : la courte durée de ces percus, à peine 5 secondes. Elles nous plongent dans une avant bataille et une coupure net termine l'intro suivi d'un blanc de 2-3 secondes pour passer au premier titre. La musique qui suivra pourrait être qualifiée de "true" ou "old school", donc il ne faut pas s'attendre à des riffs ultra complexes, là n'est pas le but. Je souligne la qualité de la production qui renforce l'aspect froid de cette démo, ce n'est pas un enregistrement fait dans un garage avec un dictaphone des années 1990. Ca sonne propre, c'est profond. Ca ne grésille pas et ca fait plaisir à entendre. Into The Pit est vraiment sombre, le clavier renforce ce côté. Il est principalement constitué en mid avec une envolée en milieu de titre, celui-ci est en libre écoute sur leur myspace. Un très bon titre qui se place au dessus des autres. Les riffs accrochent bien que se soit dans l'éponyme ou encore avec Edge Of Ziggurat et sa très bonne intro. Les breaks sont soutenus et bien placés. Unknown termine cette démo avec des riffs plus longuets, plus rapides, toujours froids et oppresants. Ce titre se paye même un solo pour clôturer le tout. C'est assez déroutant d'entendre un solo dans du "true".

Cette démo est un bon début, elle est loin d'être parfaite mais elle est cependant intéressante. Le son est peut-être trop clair, la BAR est un peu trop lointaine, le passage de l'intro à Perversion Of Truth est raté, le solo de fin de Unknown est assez hasardeux et plutôt inattendu.On notera également le manque d'outro, on a eu le droit à une intro plutôt attirante, on s'attend donc à un petit quelque chose pour clôturer cette démo. In Darkness I Reign révèle avoir des lacunes, mais un début ne peut pas être parfait; on ne peut pas leur en vouloir. Caïnan Dawn laisse cependant une empreinte, du fait de la froideur palpable qui se dégage de chaque titre. Seul le chant est vraiment classique à ce genre de bm, ce qui ne veut pas dire pour autant qu'il est dérangeant. Les titres ne sont pas lassants. Chaque musique possède de très bonne chose, que ce soit dans la BAR ou dans les riffs mais la prod manque peut-être de puissance, et cela nous pércute moins.On sent que Caïnan Dawn a trouvé sa voix dans ce black, on peut donc attendre une net amélioration pour la démo suivante. La pochette quant à elle est assez sobre et l'intérieur encore plus, juste du noir avec en contour un langage qui m'est inconnu. J'attends une suite, cela pourrait donner quelque chose de vraiment bon dans l'avenir.

Si vous êtes amateur de black froid et lent, dans un style "Nahar" en moins crade ou encore "Défaillance" et avec un chant "darkthronien" en moins puissant, alors cette démo devrait vous plaire. Elle est intéressante mais il reste plus qu'à espérer que les petites erreurs faites ici ne soient pas reconduites sur la prochaine production. Si vous désirez vous la procurer : eisigermond productions cependant dépêchez vous, elle n'est limitée qu'à 300 exemplaires

6,5 / 10
nouvelle chronique du webzine VIOLENT SOLUTIONS

Venant des froides contrées de Savoie, Cainan Dawn propose sa première réalisation. Sortie sur l’excellent label Eisiger Mond Production, "In Darkness I Reign" est donc la première démo de ce jeune groupe, formé en 2003. Si le groupe a débuté sous la forme d’un duo, avec Heruforod et Kobal, ils sont rejoints par Sorghal (Nehëmah, Nahar) à la guitare et Hellhaze (ex Evohe et ex Himinbjorg) à la batterie.

Après une courte intro qui pose une ambiance glaciale et mystérieuse, les choses sérieuses commencent. Cainan Dawn fait preuve d’une maturité intéressante, et les compos de cette démo laissent présager le meilleur. Durant les 25 minutes que dure l’album, le groupe envoie des morceaux variés, glaciaux, mélodiques et haineux. Ils n’hésitent pas à poser des ambiances, comme sur "Into the Pit", évoquant de sombres forêts d’hiver. Se rapprochant des premiers Satyricon, les passages rapides et agressifs succèdent aux passages plus mélodiques. Le groupe sait aussi se faire accrocheur, grâce au mid-tempo ravageur de "In Darkness I Reign", avant de retomber dans le classique (dans le très bon sens du terme) et très mélodique "Burden of Reality". Les deux derniers morceaux sont agressifs et clôturent idéalement cette démo. De plus, le son soutient très bien les morceaux, ni trop bien produit, ni trop mauvais.

Cainan Dawn signe ici une très bonne entrée en matière, tant sa démo est bourrée de qualités. Sans révolutionner le genre, "In Darkness I Reign" est une excellente sortie (une de plus pour le label), et mérite clairement votre attention. Il faudra également surveiller de près la sortie du premier album prévu pour 2008. A soutenir, boudiou de boudiou !!

8.5 / 10
Go to the top of the page
 
+Quote Post
SireDei
posté 25.02.2008 - 11:57
Message #3


Groupie


Groupe : Membres
Messages : 4
Inscrit : 17.01.08 - 19:06
Membre n° 19411




la démo du groupe français SUPREMACY " le crépuscule des idoles " sera dispo fin février 2008 , celle ci sera limitée à 300 exemplaires au format PRO Cdr ( livret pro , cdr sérigraphié )

cette démo s'inscrit dans un registre raw et mélodique élitist black métal ( rien que ça hé hé ) avec en prime une reprise de Armaggedon !




la démo sera comme d'habitude dispo pour 6€
Go to the top of the page
 
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic

 



Version bas débit Nous sommes le : 17.08.17 - 18:23


Page top
TeamSpeak Servers · Globat Web Hosting